Essai

Mardi 27 septembre 2011 2 27 /09 /Sep /2011 07:00

cahier-d-aziz-01.pngChowra Makaremi est une française d'origine iranienne. En 2004, elle découvre un cahier où son grand-père Aziz y consignait les années noires de ses 2 filles disparues dans les méandres de la République islamique iranienne, afin que ses petits-enfants apprennent les détails de leur disparition.

C'est donc le destin tragique de la mère et de la tante de l'auteur qui sont à découvrir ici. Constitué des carnets de son grand-père, l'ouvrage présente également la correspondance croisée des deux jeunes femmes et de leur père, ainsi que le récit de Chowra quant à sa rencontre avec les cahiers de son grand-père.

 

Les notes d'Aziz vont nous plonger au coeur de la révolution iranienne de 1979 et de la répression qui a suivie. Fataneh et Fatemeh, la mère de l'auteur, sont des militantes du parti des mojahedins, principal mouvement qui oeuvra contre la dictature du Shah et qui permit la mise en place de la révolution iranienne. Pourtant, peu après, le mouvement est durement réprimé. Les 2 soeurs sont arrêtés en 1981 et 1982 et vont désormais devoir faire face à de nombreuses tortures et pressions. Fataneh, enceinte, passera quelques mois en prison avant d'être exécutée, après différents simulacres de mort. La mère de Chowra passera 7 années terribles en prison où elle doit affronter interrogatoires musclés, transferts intempestifs, et tortures. Elle sera finalement tuée lors d'une action d'envergure d'exécutions d'opposants. Les corps ne seront jamais rendus à la famille qui aura interdiction de pleurer et de "célébrer" le deuil.


Le cahier d'Aziz, débuté en 1988 jusqu'en 1994, est donc le témoignage d'un homme qui voit ses filles menacées et craint chaque jour pour leur vie. Dans un récit linéaire (mais découpé en chapitres par sa petite-fille), Aziz raconte la peur, les incertitudes, et les multiples recherches. Courant d'une administration à une autre, il tente de connaître le sort de ses filles, essaye de les aider et de les libérer. Il fait passer des colis de nourriture. Des visites familiales seront parfois autorisées mais la peur demeure toujours. La première est exécutée, le désespoir s'abat. Il faut trouver de l'argent, s'occuper des enfants orphelins alors que leur père s'est réfugié en Europe. Le père et la mère découvre peu à peu la déchéance physique de leur fille et leur demande vainement de signer des confessions. Mais les 2 soeurs resteront fidèles à leur engagement et refuseront de se plier à leurs geôliers jusqu'à la mort. 

Bref, c'est l'amour et la détresse d'un père qui est à lire ici.

Mais au-delà du témoignage personnel, c'est également un texte à la portée plus globale qui se révèle une véritable immersion dans les coulisses de la République islamique mise en place par Khomeiny. La répression fut considérable et les morts se comptent en dizaine de milliers. Les corps ont disparus, les tombes sont souvent inexistantes ou fausses et certains détenus sont encore en prison aujourd'hui. Les responsables des massacres sont toujours au pouvoir et l'Iran continue de nier les libertés individuelles.

 

cahier-d-aziz-02.jpg Femmes révolutionnaires - Téhéran, 1979

 

Les cahiers d'Aziz non destinés à être publiés mais à faire connaître la vérité aux 2 enfants de Fatameh présente le défaut de ne pas être très écrit. La construction est un peu bancale, les références parfois peu explicites pour les néophytes en histoire iranienne. Chowra y a d'ailleurs adjoint de nombreuses notes permettant de comprendre le contexte historique de l'Iran, les allusions religieuses et autres spécificités propre à cette culture. On regrettera qu'elles aient été regroupées en fin d'ouvrage au lieu du bas de page, obligeant à un constant aller-retour.

La correspondance et l'histoire du carnet qui suivent les mémoires d'Aziz sont un ajout intéressant qui permettent de mieux mettre en perspective le contexte d'écriture du cahier, la réflexion qui s'est engagé sur l'intérêt de sa publication.

Je dois dire que ce fut, pour ma part, une très intéressante découverte. Je connaissais assez mal l'Iran et plonger dans le passé de cette république dictatoriale permet de mieux comprendre la situation du pays aujourd'hui. Mais malgré les explications de l'auteur, je regrette de ne pas avoir totalement perçu toutes les subtilités historiques des faits. J'ai dû me reporter parfois à quelques recherches sur internet pour mieux comprendre l'enchaînement de certains actes. Le manque de certaines clés personnelles ont certainement été néfastes à la compréhension totale de tous les tenants et aboutissants.

Néanmoins, je comprends l'importance que Chowra donne à ce texte. Outre la forte charge émotionnelle de l'histoire tragique de cette famille, on assiste à une sorte de décryptage intérieur des méthodes de la dictature de l'époque dont on peut malheureusement craindre qu'elle n'ait pas totalement changé...

Dans notre monde d'aujourd'hui, il me semble important de savoir que de telle choses sont encore possibles. Des faits dont on ne parle peut-être pas tous les jours aux informations et qu'il me semble bon de connaître.

 

"C’est dans l’intensité étrange et brute de cette parole arrachée à la mort que la certitude a pris forme : le cahier d’Aziz devait être publié. Il témoignait, à travers le récit d’un homme qui confessait "prendre la plume en l’une des rares occasions de sa vie", de ces moments où l’histoire pénètre les vies individuelles et en façonne aussi bien le cours que la texture même. Ces moments où les destins singuliers, les expériences subjectives du temps et les événements du siècle se fondent dans un même creuset brûlant, aux bords duquel se retourne, les yeux écarquillés, un père au soir de sa vie. "

 

Bref, si Le cahier d'Aziz manque d'une certaine profondeur, d'une vue plus globale des faits qui ouvrirait la réflexion sur la dictature iranienne en elle-même, (mais cela, de par le contexte et le but de son écriture originelle même), il n'en demeure pas moins que cet homme est un témoin de son temps et de son époque et que les crimes, quels qu'ils soient, doivent être dits et connus.

 

« Comment des milliers d’hommes et de femmes, prisonniers politiques, furent exécutés et ce qu’ils vécurent. Comme l’écrit mon grand-père par une dénégation dont je comprends et épouse la tension : "Que cela ne reste pas non dit." »

 

cahier-d-aziz-03.jpgSection femmes de la Prison d’Evin - Laleh Sherkat


 

D'autres avis :

La Recherche - Lucie -

 


Titre : Le cahier d'Aziz

Auteur : Chowra Makaremi

Editeur : Gallimard, Témoins

Parution : Avril 2011

  199 pages 

Prix : 16,90€


 

prix lectrices ELLE

Par Choco - Publié dans : Essai - Communauté : Salon Lecture

Humeur

Le 26 Août 2013 :
Le grenier de choco n'est plus...
Ce blog sera à terme supprimé.
Suivez moi désormais sur :

 

Rechercher

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés