Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 mai 2010 7 30 /05 /mai /2010 20:30

 

delicieuses pourritures 1

 

 

 

 

Auteur : Joyce Carol Oates


 Editions :

Philippe Rey, 2003 - 14€ - 170 pages
J'ai Lu, 2007 - 3,70€ - 127 pages
 

 

 

 

Note : 3 / 5

 

 

 

 

 

 

Nous sommes dans les années 70, sur le campus exclusivement féminin de Catamount. Bon nombre d'incendies criminels ont éclatés, laissant nos pauvres étudiantes sous tension. Le feu couve et est prêt à se propager dans l'esprit de ces jeunes filles sensibles et fragiles.

Nous allons suivre Gillian qui est une jeune étudiante américaine de 20 ans. Elle suit les cours de littérature d'un certain professeur : André Harrow. Ce dernier bénéficie d'une aura particulière auprès de ses étudiantes qui sont fascinées par le couple qu'il forme avec la singulière Dorcas, sculptrice de son état.

Et bien sûr, Gillian ne manque pas de tomber amoureuse de son professeur, comme bon nombre de ses consoeurs.


" Parfois on tombe amoureux sans le savoir. Sans s'en rendre compte. Et c'est trop tard, on ne peut pas revenir en arrière. "


André Harrow plait à ses étudiantes et en joue habilement. Il fait jouer la concurrence des jeunes filles et distribuent sourires et attentions à sa convenance. Un jeu pervers qui ne manquera pas de se terminer en drame...

 

delicieuses-pourritures-2.jpg" Délicieuses pourritures" est un roman déroutant qui nous plonge dans l'innocence de l'adolescence et la perversité adulte.

Rien de plus classique qu'une jeune fille qui tombe amoureuse de son professeur. Innocentes, les étudiantes de Harrow vont tomber sous l'influence de cet homme qui sait jouer le chaud et le froid. Leur sexualité et leur féminité est en plein construction et obtenir l'attention d'un homme aussi charmeur que Harrow ne peut les laisser indifférentes.


" Qu'un homme adulte, un professeur d'université, accorde autant d'intérêt au travail d'étudiantes de troisième année..., cela ne nous paraissait pas étrange et déroutant, mais merveilleux.
Ou, quoique étrange et déroutant, merveilleux tout de même.Au moins intéresse-toi à moi. Si tu ne peux m'aimer. Au moins ne m'ignore pas. "


Usant de son influence, le professeur va les pousser à tenir un journal intime pour mieux en libérer son contenu lors des cours. Dévoilant leur intimité et leurs fantasmes secrets, les jeunes filles espèrent gagner l'amour de ce dernier. La concurrence est rude et c'est à celle qui ira le plus loin dans ses épanchements.


" la jalousie me perçait le coeur lorsque je voyais Marisa, cheveux soyeux tombant sur le visage, accomplir ce rituel érotique consistant à approcher sa cigarette, serrées entre ses lèvres maquillées, de l'allumette enflammée de M. Harrow, oser mettre ses petites mains en coupe autour de la sienne, puis inhaler avec volupté. "Merci Andre !" J'enviais les fumeurs mais ne pouvais les imiter, la fumée me piquait les yeux et me faisait tousser. J'étais une enfant jouant avec des jouets d'adultes. "


Gillian, dont les talents littéraires ne sont pas à la hauteur de ses compagnes, va chercher à s'approcher du couple Harrow. Espionnant sa femme, provoquant les rencontres avec son professeur, elle va finir par tomber dans les mailles de son filet. Devenant peu à peu leur "créature", partageant leur intimité, elle va découvrir qu'elle n'est pas la seule...

 

Oates nous donne ici un portrait fort d'un point de vue psychologique de ce couple d'artiste et de professeur tombés dans la perversité. A petites touches, elle dénonce la domination qu'ils exercent à l'encontre des étudiantes qu'ils considèrent comme de jolies poupées, jetables à souhait. Les dégâts seront irrémédiables et nous verrons certains jeunes filles tomber dans l'anorexie ou même le suicide.

 

Je ne m'attendais pas à une telle lecture ni à sa dimension perverse qui pourra en choquer certains.

Pour ma part, j'ai apprécié cette plongée progressive dans le vice qui se fait finalement de façon assez subtile et progressive. On voit les étudiantes plonger en toute innocence dans les bras du couple sulfureux et à travers les réflexions de Gillian, on comprend la manipulation dont elles sont victimes.

Pourtant, je suis resté quelque peu sur ma faim. Comme Ys, je pense que le format du roman est un peu court. Alors que le sujet était très fort, je n'ai pas eu de "claque" à cette lecture. Je n'ai eu aucune empathie pour les personnages et suis resté un peu en dehors du récit.



Ceci était une lecture commune avec Cynthia qui m'a en plus généreusement offert le roman !


Retrouvez aussi les avis de Ys, Kathel, Pickwick, Lau, Lou, Restling,...

 

 

 

Première lecture dans le cadre du challenge de George

 

challenge oates

 

challenge-litt--US.jpg

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

George 15/06/2010 14:10



Voilà j'ai rajouté ton lien à l'instant ! c'est le premier Oates que j'ai lu et il permet de saisir le style particulier de cette auteur !!! ;)



Choco 15/06/2010 22:43



Merci George ! C'était mon deuxième mais ça n'est pas un gros coup de coeur... J'attends beaucoup de mes prochaines lectures !



Ankya 01/06/2010 21:13



Mon tout premier Oates ! J'avais bien aimé :)



Choco 03/06/2010 00:04



Mon deuxième et surement pas le dernier !



Liyah 01/06/2010 19:13



J'ai egalement lu ce livre il y a peu de temps dans le cadre du challenge Oates et j'ai bien accroche ! Ce qui m'a surtout marque c'est le tyle d'ecriture de l'auteure ! Maintenant je ne demande
qu'a la decouvrir plus !



Choco 03/06/2010 00:00



Vu ce qu'elle a produit, encore de belles découvertes en perspective pour nous !



Anjelica 01/06/2010 18:21



'la fille tatouée' cela à l'air bien mais spécial !



Choco 02/06/2010 00:22



Tout a l'air spécial chez elle ! :)



Marie 01/06/2010 09:03



Le format court de ce livre est étonnant car Joyce Carol Oates est plutôt une spécialiste des pavés bien consistants. Peut-être a-t-elle craint une overdose de dégoût si elle avait développé
toute cette perversité sur 1000 pages ? 


 


 



Choco 01/06/2010 13:19



Oui, comme Cynthia, je pense que tu as raison. Plus long, ça aurait été plus indigeste. Mais bon, il n'empêche que je reste quand même sur ma faim...



Humeur

Le 26 Août 2013 :
Le grenier de choco n'est plus...
Ce blog sera à terme supprimé.
Suivez moi désormais sur :

 

Rechercher