Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 avril 2011 6 23 /04 /avril /2011 07:00

 

générosité 01

 

Auteur : Richard Powers

Editeur : Cherche Midi, Lot 49

Date de parution : Mars 2011

Prix : 22 €

  471 pages

 

 

Russel Stone est un écrivain un peu raté. Incapable de pondre l'oeuvre qu'il a en lui, il se contente d'un travail de correcteur, auquel s'ajoute depuis peu un emploi de professeur d'écriture. Redoutant le face à face avec ses élèves, Russell va devoir prodiguer un cours d'écriture à un petit groupe d'étudiants. Parmi eux, une jeune kabyle, Thassa Amzwar. Cette jeune fille intrigue tout particulièrement Russell par la joie de vivre qui émane de sa personne. Enjouée, rayonnante, elle distribue bonté et joie de vivre à tous ceux qui la cotoie. Quans Russell découvre à travers ses écrits qu'elle a vécu l'enfer (guerre, famille assassinée, ...), il en est d'autant plus déstabilisé. Il fait des recherches, tombe sur une mention d'une maladie (l'hyperthymie), contacte la psychologue de l'école et enclenche bien malgré une mécanique implacable qui conduira la jeune femme dans les griffes des généticiens, des journalistes de tout poils et bientôt de tous les désespérés de la Terre...

 

Le pouvoir d'être heureux est-il dans nos gènes ? Ou dépend-t'il de nos propres capacités personnelles ? Voilà la question que pose ce roman.

Russell dépressif notoire, largué par sa copine, vit une existence peu épanouie pleine de frustrations. Thassa, elle, est le bonheur incarné : toujours d'une humeur radieuse, elle transforme le mal-être des uns et des autres en douce quiétude.

Qu'est-ce qui différencie Thassa des autres ? Aurait-elle un gène du bonheur ancré dans son ADN ? Certains le penseront et Thomas Kurton, généticien acharné, est prêt à tout pour offrir à l'humanité le bonheur et la longévité qui lui revient. Etant la générosité incarnée, la bonne Thassa se laisse faire, bien décidée à leur montrer que tout ça n'est que pure invention.

 

En mettant en scène, cet emballement scientifique et médiatique autour de la jeune Thassa, l'auteur pointe du doigt les travers présents et futurs de nos sociétés.

La puissance de la génétique qui va soi-disant régler tous nos problèmes en faisant fi de notre pureté et liberté originelles semble nous permettre d'évoluer sans efforts et donne aux hommes une vision fataliste d'une vie où la volonté ne peut rien contre une destinée gravée dans les gènes.

 

" Se perfectionner. Pourquoi n'aurions-nous pas le droit d'améliorer ce que nous sommes aujourd'hui ? Nous sommes inachevés. Faudrait-il laisser au hasard une chose aussi fabuleuse que la vie ? "

 

Powers dénonce aussi le cirque médiatique et journalistique que cristallise le moindre faits divers. L'information se nourrit de faits non vérifiés, extrapole de fausses conclusions, et devient à terme un véritable show où l'intime est exposé au yeux de tous, pour le plus grand plaisir du public.

 

Mais au final, dans "Générosité", ces 2 êtres si différents vont se découvrir, s'apprécier et se soutenir mutuellement et chacun découvrira la part de l'autre qui lui manque. Russell va se découvrirla possibilité d'accéder lui aussi au bonheur alors que Thessa connaîtra aussi les affres de la souffrance.

La conclusion a donner à tout ça est que les hommes courent après le bonheur sans savoir que la clé est à l'intérieur d'eux-même.

 

" Les livres sur le bonheur sont formels : nous sommes conçus pour croire que ce que nous désirons nous rendra heureux, mais conçus de telle sorte que la possession nous procure un bien maigre frisson. Vouloir est ce qu’avoir aspire à retrouver. "

 

Si l'intrigue m'a parfaitement convenue, je dois reconnaitre que je garde tout de même une certaine réticience à ma lecture. La construction en strates de la narration m'a beaucoup gênée au début et j'ai eu beaucoup de mal à comprendre où tout celà allait me mener.

Powers mêle en effet l'intrigue principale avec les réflexions d'un narrateur omniscient (l'auteur lui-même ? Le Russell Stone écrivain ?) qui évoque ses personnages, la notion d'écriture et évoque parfois un évènement futur dans la structure du roman. Très déstabilisant. Mais je me suis accroché et je suis allée jusqu'au bout avec plaisir sans le regretter mais il reste malgré tout une absence d'aisance à cette lecture qui s'est révélée exigeante. Néanmoins si je n'ai pas été emportée comme je l'espérais, j'admet sans réticence que c'est un roman brillant, habillement construit et résolument moderne !

 

" On se souvient d'un compliment environ trois jours et demi, mais on rumine une critique pendant des mois. Un évènement désagréable nous semble 60% plus long qu'un évènement agréable de même durée. Les images menaçantes retiennent plus vite notre attention et nous devons faire davantage d'efforts pour en détourner les yeux. Il faut environ cinq évènements positifs pour compenser un évènement négatif d'importance égale. Si vous blessez un ami, vous devrez lui faire cinq gentillesses pour réparer l'offense."

 

 

Une interview très intéressante de l'auteur à lire chez Rue89.

 

D'autres avis : Papillon - Amanda - Clara - Keisha - Cuné - Irrégulière


 

Un grand merci à Solène et au Cherche-midi !

 


 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Valérie 26/04/2011 22:18



Premier avis modéré que je lis et c'est bien ainsi, cela évite de trop en attendre.



Choco 27/04/2011 14:21



Modéré mais positif tout de même :) Mais c'est vrai que je garde une réserve. 2 romans de Powers et toujours pas convaincue à 100%...



Joelle 26/04/2011 16:17



Je n'ai jamais rien lu de cet auteur mais c'est probablement ce titre-là qui m'attire le plus, à cause de son sujet ! Par contre, il va me falloir attendre car il n'a pas été acheté par la biblio
... pas encore car si je vois qu'ils tardent trop, je vais leur en faire la suggestion !!!



Choco 27/04/2011 14:15



Un auteur réputé qu'il faut découvrir d'une manière ou d'une autre. Nombreux sont ceux qui recommandent " le temps où nous chantions"... Tu auras surement plus de chance de le trouver en biblio.



Dominique 24/04/2011 10:10



je suis un peu fâchée avec Powers, j'avais tellement aimé son premier roman que depuis je suis déçue de livre en livre, je trouve qu'il y a un parti pris de difficulté pseudo scientifique qui
m'agace, qui gâche un peu le récit, comme si ça lui plaisait de faire un  peu obscure !


je lirai sans doute celui là mais en bibli quant je le trouverai



Choco 24/04/2011 13:31



Ah, tu mets peut-être des mots sur ce qui m'a gêné ici...



keisha 24/04/2011 07:29



Finalement tu l'as reçu!


Ton billet est très bien, tu sais (jalouse je suis...)


J'ai été moins désarçonnée que toi, car je connais ce que l'auteur est capable de nous concocter. Tu devrais lire Le temps où nous chantions, tiens.


Et moi lire Les trois fermiers, un abandon, comme quoi...



Choco 24/04/2011 13:29



Si tu savais comme j'ai eu du mal à me mettre à la rédaction de cette critique... Je ne savais pas trop par quel bout le prendre !  J'ai bien mieux apprécié que les 3 fermiers mais je suis
loin de l'engouement de certains...



Stephie 23/04/2011 20:33



Il est dans ma PAL, lecture prévue dans le courant du mois de mai 



Choco 24/04/2011 13:18



BOn, y'a plus qu'à alors ! :)



Humeur

Le 26 Août 2013 :
Le grenier de choco n'est plus...
Ce blog sera à terme supprimé.
Suivez moi désormais sur :

 

Rechercher