Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 décembre 2011 1 26 /12 /décembre /2011 12:20

disparue de san juan 01

Marie-Anne Erize a disparue en octobre 1976 à San Juan, Argentine. Enlevée sur la place publique, la jeune femme n'est jamais réapparue et son corps n'a jamais été retrouvé. Elle avait 24 ans.

Philippe Broussard, journaliste au Monde, a rencontré la mère de Marie-Anne, il y a 10 ans à l'occasion d'un reportage. 3 ans plus tard, cette histoire continue à le hanter. Il décide alors d'enquêter sur la disparition de la jeune femme, tentant de trouver la vérité à son sujet.

 

Le journaliste débute son ouvrage en retraçant les premières années de Marie-Anne. Il raconte sa famille installée dans une pampa désertique. Il la suit adolescente dans les années 70 où la jeune fille vit quelque temps à Paris, jouant les mannequins tout en gardant un engagement important envers son pays. Bientôt, elle devient une militante active des Montoneros, péronistes de gauche et s'affirme contre la dictature. La pression du gouvernement argentin se fait de plus en plus marquée mais Marie-Anne refuse de quitter son pays. Elle paiera le prix de son engagement : elle sera enlevée et tuée, comme des milliers d'autres argentins qui dérangeaient la dictature.

 

L'auteur semble véritablement fasciné par son sujet.

Broussard a fait d'ailleurs le choix de présenter la vie de cette dernière de manière romancée. Un choix qui ne me convainc pas du tout.

Le portrait qu'il dresse de la jeune fille est très (trop) flatteur. Marie-Anne est belle, intelligente. Elle a du coeur et paraît être la jeune femme parfaite. Trop parfaite. La volonté de l'auteur de nous la montrer sous son meilleur jour devient rapidement agaçante et la figure de sainte qu'elle revêt, trop accentuée.

Broussard n'a pas connu cette fille. Il reconstruit son image à partir de témoignages variés et semblent embellir continuellement son "personnage".

A un peu plus de la moitié de l'ouvrage, le lecteur ne plongera toujours pas dans l'enquête sur sa disparition proprement dite et restera empêtrée dans la vie de cette jeune fille qui finit par lasser. 

Autant vous dire que pour ma part, j'ai fini par jeter l'éponge...  j'espérais plonger dans les coulisses de la dictature argentine, découvrir l'atmosphère de l'époque. Je pensais que l'ouvrage aurait une portée plus universelle envers tous les disparus de la dictature. Que nenni.

L'auteur reste fixé sur cette jeune femme et peine à s'en délier. Peut-être que mes attentes étaient décalées quant au contenu de l'ouvrage...


Toujours est-il que la construction de l'essai ne m'a pas beaucoup plus convaincue.

Broussard intercale entre chaque chapitre les longues lettres qu'il envoie à la mère de Marie-Anne. Des lettres à sens unique dont on ne connaît pas les réponses (mais y'en-a-t-il eu ?), ce qui réduit d'autant plus l'intérêt de cette correspondance. Il détaille avec un luxe de précisions ses démarches, ses recherches et donne l'impression de se lamenter sur la disparition de cette jeune femme si bien. On ne saura rien de la réaction maternelle face à ses missives : agacement, ignorance, reconnaissance ? Pour ma part, j'ai eu le sentiment que l'auteur réveillait régulièrement la douleur de la famille, obligeait la mère à suivre son enquête. Cette femme n'avait rien demandé, tentant certainement de faire le deuil d'une fille au corps perdu. La démarche de l'auteur part certainement d'une bonne intention mais peut-être que la mère souhaiterait aussi que le passé ne soit pas déterré ? Nous n'aurons pas la réponse.

Des lettres donc à l'intérêt limité mais qui coupe en plus la lecture de manière régulière et intempestive.

 

disparue-de-san-juan-02.jpg

 

Vous l'aurez compris, je n'ai pas aimé cette enquête qui ressemble plus à une tentative de reconstruction idéale d'une jeune femme disparue. Si la démarche de recherche de la vérité que Broussard entreprend est salutaire, ce dernier semble bien trop impliqué et fasciné par son sujet pour donner un ouvrage véritablement intéressant sur la dictature argentine. On pourra me rétorquer que son enquête prend un tour nouveau dans la dernière partie de son livre qui aborde un peu plus, je le suppose, le sort de Marie-Anne après son enlèvement. Néanmoins, les 300 pages précédentes sur la vie romancée de la disparue n'auront eu pour effet que de me faire fuir.

 

 

D'autres avis :

Leiloona - Lucie -

 


Titre : La disparue de San Juan

  Auteur : Philippe Broussard

Editeur : Stock

Parution : Février 2011

    442 pages 

Prix : 22€ 


 

prix lectrices ELLE

Partager cet article

Repost 0
Published by Choco - dans Essai
commenter cet article

commentaires

Leiloona 28/12/2011 08:42


J'ai eu la même impression que toi ! Un auteur quasi amoureux de son sujet et des lettres que personne ne veut lire ... La famille voulait sans doute tourner une page, impossible avec ce livre
... 

Choco 29/12/2011 21:34



Oh oui, c'était pénible ces lettres, j'ai fini par les zapper avant de zapper le bouquin ^^ J'imagine que la démarche venait du coeur mais bon, c'était vraiment lourd cette façon d'insister et de
revenir constamment sur la disparition de la nana...



gambadou 27/12/2011 17:13


il y a d'autres bons livres sur cette période de l'histoire, je ne note donc pas celui-ci

Choco 29/12/2011 21:33



Oui, ça, je n'en doute pas !



Kathel 26/12/2011 16:44


Ce sujet difficile aurait pu être intéressant... Là, c'est clair et net, je passe mon chemin !

Choco 29/12/2011 21:32



Je suis sûre qu'il y a des essais autrement plus généraux et intéressants que celui-là sur cette période tourmentée.



Ötli 26/12/2011 15:30


Un avis tranché qui fera que ma pile des "à lire" restera stable aujourd'hui ;)

Choco 29/12/2011 21:31



On ne va pas s'en plaindre ! ;)



Humeur

Le 26 Août 2013 :
Le grenier de choco n'est plus...
Ce blog sera à terme supprimé.
Suivez moi désormais sur :

 

Rechercher