Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 janvier 2010 6 16 /01 /janvier /2010 23:30

mangez le

L'impertinent Jean Teulé nous avait déjà ravi avec ses précédents romans et il revient ici avec un texte fort et violent qui en dégouté plus d'un sur la blogosphère !
On en a déjà tout dit mais bon, je m'y met à mon tour !

Nous sommes en 1870, à Hautefaye, petit village de Dordogne sans histoire. Nous allons suivre Alain de Moneys, jeune homme de bonne famille, qui vient d'être élu conseiller municipal. Il est en route pour la foire et semble apprécier et connaitre tous les habitants qui ont chacun droit à un petit mot sympathique.
La France est en pleine guerre contre la Prusse et l'issue plutôt mauvaise que laisse présager les nouvelles du front exacerbe la tension chez les habitants.
C'est pourquoi, quand le cousin d'Alain de Moneys en pleine altercation politique s'enfuit en criant "Vive la République", les villageois prennent à partie Alain qui dément les tendances politiques de son cousin. Hélas, il prononce le mot "prussien", un quiproquo s'ensuit et voilà notre jeune homme accusé lui-même d'être un prussien !
Il n'en fallait pas plus pour faire exploser la foule qui reprend l'insulte de prussien et commence à malmener Alain de Moneys. S'ensuit alors une véritable descente aux enfers pour Alain qui sera poursuivi, battu, insulté et torturé. Quelques proches amis essaient de faire entendre raison à la foule en rappelant à tous qu'il s'agit d'Alain de Moneys, connu pour son engagement et qui, de plus, était en passe de partir pour la guerre contre les prussiens. Hélas ! Les villageois se déchainent et perdent complètement les pédales.
Le maire préfère se planquer dans sa maison et se lave les mains de toute l'histoire, condammant ainsi le jeune conseiller municipal à la vindicte de ses bourreaux.
"- Mangez-le si vous voulez."
Vous le savez tous, l'histoire finira mal, très mal... puisqu'Alain sera brûlé vif et que certains se délecteront même de sa chair et de sa graisse.
A l'issue de ce meurtre collectif, un procès s'ouvrira et on découvrira alors des villageois abasourdis devant le lynchage qu'ils ont commis et incapables de comprendre leur geste.

Si je vous dévoile l'histoire, c'est qu'elle est connue : on en a beaucoup parlé et la quatrième de couverture ne cache pas l'issue de cette violence.
De plus, et c'est là le plus terrifiant, cette histoire est vraie ! Le village de Hautefaye a effectivement connu ce drame et c'est tout l'art de Jean Teulé d'avoir su saisir le "romanesque" de ce fait divers.

Teulé nous raconte le déroulement de cette journée tragique en n'épargnant aucun détail. Les descriptions des sévices sont crues et s'accumulent mais je n'ai pas trouvé comme certains que Teulé se complaisait dans le glauque des descriptions. Je dirais même qu'il apporte une certaine dose d'humour (noir) pour dédramatiser les situations. Par exemple, il fait dire à Alain, noyé sous les coups : "Il faudrait dire à ma mère que je rentrerais plus tard". Plus loin, une scène de torture s'accompagne d'une partie de jambes en l'air, tentative réussie de détourner son agresseur.
Le récit est ponctué par les pensées du pauvre Alain qui n'en continue pas moins de s'interroger sur la raison de ce déchainement. Teulé donne un portrait très étonnant du jeune homme qui malgré la violence subie continue d'avoir un regard extrêmement réaliste sur ses contemporains. Son esprit et son corps sensible semblent presque dissociés.
La narration est simple, l'écriture dépouillée. Chaque chapitre correspond à une "étape" sur le chemin de la mort. Et en écrivant ceci, je m'interroge même sur un possible parallèle avec la figure de Jesus... mais je m'égare peut-être !

A la suite de ce périple meurtrier, la chute et le procès n'en sont que plus durs. On essaie de décrypter les raisons d'une violence collective innatendue. On comprend les mécanismes de la foule qui s'auto-encourage.
Et on finit par s'interroger : Comment des gens apparemment normaux finissent par provoquer de tels crimes ? La violence est-elle inhérente à la nature humaine ?

Plus que la violence physique, c'est la violence morale et cette tendance à se comporter comme des moutons sans se poser de questions qui m'a le plus interpellé.

Un roman plus fort qu'il n'en a l'air et qui mérite qu'on ne s'arrête pas aux seules descriptions de tortures.
IL est important de ne pas oublier qu'il s'agit donc d'un ROMAN et que même si Teulé s'appuie sur des données historiques, il a tout de même laissé libre cours à son imagination.


Note : ***



A noter, il existe aussi un essai sur le sujet : "Le village des cannibales" d'Alain Corbin

De nombreux autres avis : Laetitia la liseuse, Leiloona, InColdBlog, Ys, Stephie, ...



Editions Julliard - 17€


Petit oubli ! Ce roman était un livre voyageur gracieusement prêté par Leiloona !

livre-voyageur.jpg

Partager cet article
Repost0

commentaires

Sandrine(SD49) 27/02/2011 10:00



je n'ai pas pu le finir, trop horrible !



Choco 27/02/2011 22:29



Encore une petite nature !



Céline 19/09/2010 16:21



Je n'ai pas encore lu celui-ci mais j'ai beaucoup aimé "Le magasin des suicides"



Choco 20/09/2010 17:50



Ah oui, celui-là aussi je l'ai beaucoup aimé ! Préféré, même !



Nanne 23/01/2010 20:27


Jean Teulé est un auteur tellement singulier qu'il étonne à chaque fois qu'il sort un roman ... Et celui-ci a fait couler beaucoup d'encre sur la blogosphère qui a soit aimé, soit détesté !
Personnellement, je n'ai lu que "Darling" de Jean Teulé et je compte bien en lire d'autres, comme "Le Montespan". Pour celui-ci, j'attends encore un peu avant de me lancer dans sa lecture. J'ai vu
qu'il venait de sortir en BD ... Je serais curieuse de savoir ce que cela donne comme résultat !


Choco 23/01/2010 23:10


Beaucoup d'encre... c'est le moins qu'on puisse dire !
Oui j'ai vu aussi la BD, je l'ai demandé à masse critique ! sinon, je pense que je l'emprunterais à la librairie, histoire de voir !


stelchan 21/01/2010 11:16


Oh oui je te conseille vivement la vague !! On avait vu le film qui est tiré du livre.. Toujous pas de connexion internet je me connecte du bureau ;)


Choco 21/01/2010 14:37


Hum... je ne sais pas trop... les avis sont mitigés sur le net... A voir !
(bon et vous avancez un peu côté cartons, ça se met en place ou vous campez toujours ?!)


stelchan 20/01/2010 17:56



Encore un livre sur lequel je jetterai un oeil ! J'avais adoré le magasin des suicides... Si je comprends celui-ci a l'air plus noir et plus cru... Essayons après tout c'est une histoire
vraie!
Le thème un peu étendu me fait penser à "La Vague" de STRASSER ou comment le collectif peut emmener si loin plusieurs individus jusqu'au point de non retour... C'est super interessant!



Choco 20/01/2010 20:49


Oui tout à fait plus noir et plus cru ! Mais je sais que tu sauras encaisser :)
Pas lu la vague mais en effet ton rapprochement est intéressant !
(bon sinon ça y est t'es reconnectée avec le monde ?!)


Humeur

Le 26 Août 2013 :
Le grenier de choco n'est plus...
Ce blog sera à terme supprimé.
Suivez moi désormais sur :

 

Rechercher