Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 octobre 2009 1 19 /10 /octobre /2009 00:10




Etienne Lanos vient d'être nommé substitut du procureur d'un tribunal de province. Ancien avocat, il va découvrir le monde merveilleux de la magistrature. Entre justice à deux vitesses, réglements innapliquables, déléguation des responsabilités à de simples subalternes, Etienne nous confie son regard ironique sur la justice française. Il nous fait partager également sa vie personnnelle, ses fantasmes en pleine cour, son gout pour les pétards... Ses collègues n'échappent pas à son regard assassin et sont jugés sévèrement.

Il faut savoir que l'auteur est lui-même un ancien avocat et magistrat. Ce roman, tiré de son expérience, est très réaliste et démonte fortement la qualité et soi-disante égalité de la justice française. L'institution vue de l'intérieur a de quoi faire peur... Il pointe du doigt l'état des prisons, la part de subjectivité dans les jugements,  les fausses statistiques, la perméabilité entre des fonctions qui doivent rester séparées, la prégnance de la rapidité devant la vérité,... et j'en passe.
Bref, il s'agit d'un témoignage très documenté et très vrai sur ce milieu, comme on en lit peu.

Pourtant, quelle déception au niveau du style et de l'histoire...
Le roman est une tranche de vie du héros, émaillé de divers personnages, aussi creux les uns que les autres et de passages où notre magistrat laisse libre cours à son penchant libidineux.
L'ironie et le cynisme du narrateur, très appréciables, ne suffisent pas à relancer une intrigue inexistante.
Les textos érotiques, échangés pendant une audience et les masturbations dans les toilettes du tribunal devant des photos de victimes sont complètement déplacés et m'ont plutôt choqués. 
Etienne dénonce l'état de la justice mais finalement ne fait pas grand chose pour changer les choses.
Bref aucune empathie pour les personnages de ce roman.

je vous laisse juger de ces extraits :

« Je me disais en réalité, à l'avoir entendue soupirer à travers notre cloison mitoyenne, que, pour optimiser désormais l'efficacité de ma séduction, je devais impérativement m'efforcer de représenter dans son esprit (par mon image masculine d'une maturité intermédiaire) une aspiration déconstruite de l'homme-animal : une proximité professionnelle irréprochable, des intentions fortement paritaires et un pénis bienveillant. La tâche à accomplir était lourde, je le savais, mais le prix de ma transfiguration était celui à payer pour une vraie surprise sexuelle sans risque excessif de dépression »

 
« Quand le président annonça que le tribunal se retirait pour délibérer, je sentis comme la manifestation téléologique d'une érection ».

Un roman intéressant à lire pour l'état des lieux de la justice mais n'en attendez rien d'autre.

Je remercie malgré tout Keisha pour l'envoi de ce livre voyageur qui va poursuivre sa route.
Keisha qui, elle, a trouvé ce "livre tout à la fois drôle, instructif et dérangeant ".



Note : **



Editions Denoël - 16€



Et ce roman était le premier de la rentrée littéraire que je lis ! Challenge, challenge...


Partager cet article
Repost0

commentaires

R

Pour le billet, je ne sais pas encore quand je vais pouvoir le publier car j'ai pas mal d'autres billets en attente depuis 1 mois...
Mais comme Keisha le fait voyager, il devrait y avoir d'autres avis sous peu.


Répondre
C

Tant qu'il parait un de ces jours, je serais patiente ! Je suis curieuse de voir les autres avis...


R

Bien arrivé chez moi et bien lu. Comme toi, une petite déception (moins que toi mais quand même un peu). La masturbation sur les photos de victimes m'a également choquée et répugnée et je me suis
même demandée comment le lectuer était censé prendre cette anecdote : comme une preuve d'impertinence et d'esprit frondeur et rebelle ?


Répondre
C

Je ne saurais dire... le héros a l'air un poil rebelle mais à côté de ça, à part de la gueule, il fait pas grand chose contre le système qui le hérisse... il est très fataliste. Alors bon, l'esprit
frondeur je suis pas sure... je trouve ça, limite gratuit
Tu vas pouvoir en faire un billet bientôt ? Je suis contente d'avoir d'autres avis qui me rejoignent car à part Keisha, j'ai l'impression que personne ne l'a lu !


C

" Etienne nous confie son regard ironique sur la justice française. Il nous fait partager également sa vie
personnnelle, ses fantasmes en pleine cour, son gout pour les pétards..."

=) Je ne savais pas que Beigbeder avait un clone^^

Le second extrait est à mourir de rire!! Je passe donc mon tour ;)


Répondre
C

MDR ! C'est vrai que vu comme ça, on peut faire le parallèle lol
Oui passe, ya plus interessant à lire je pense.


C


Je suis entrée dans ton grenier il y a peu et les lieux m'ont plu !!!
J'espère que le charme de Wang survivra à la relecture !!!



Répondre
C

Et bien je suis contente que ce modeste soit un peu utile...
Et je n'ai aucun doute sur la relecture positive de Wang !


C


Pourquoi ne pas écrire un récit sur la justice, rangé au côté des témoignages ? Il semble à tout le monde que c'est facile d'écrire un roman, cet exemple prouve que non.



Répondre
C

Oui je suis d'accord, un docu aurait été certainement plus pertinent...
En tout cas, je suis ravie de découvrir ton blog que je ne connaissais pas ! J'ai aussi un gros souvenir de Wang ;)


Humeur

Le 26 Août 2013 :
Le grenier de choco n'est plus...
Ce blog sera à terme supprimé.
Suivez moi désormais sur :

 

Rechercher