Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 octobre 2012 1 08 /10 /octobre /2012 20:54

preacher-t1-01.jpgAu commencement était le Verbe.

Et de fait, nous pénétrons dans l'histoire de Preacher en assistant au déjeuner de 3 personnages qui se racontent leur parcours. Le révérend Jesse Custer a fuit son église où un massacre a eu lieu et a croisé bien à-propos Tulip, son ex-petite amie qu'il avait largué autrefois sans mot dire. Cette dernière, bien décidée à connaître la raison de sa désertion, compte bien lui coller aux basques tant qu'elle n'aura pas eu ses réponses. Accompagnée de ses flingues qui ne la quittent pas mais aussi de Cassidy, un curieux bonhomme qui l'a prise en stop et se cache du jour la journée, Tulip emboite le pas à Jesse, et c'est désormais à 3 que la petite équipe fuit... car les choses ne sont pas si simples...

 

Jesse Custer a vu l'église où il officiait de manière exaltée, complètement pulvérisée. La lumière qui a surgit a tué tous les fidèles et seul Jesse en est sorti vivant. Fuyant le lieu du massacre, il va bientôt comprendre qu'une entité du nom de Génésis a fusionné avec lui. Ce dernier, issu des amours d'une démone et d'un séraphin, vient de s'échapper du ciel où il était retenu prisonnier, son pouvoir trop grand menaçant celui de Dieu. Le problème est que Dieu s'est tiré du paradis et laisse tout ce bordel aux mains de ses sous-fifres complètement dépassés. Pour le récupérerer, les anges envoient alors le terrible Saint des Tueurs qui semble plutôt incontrolable.

Poursuivis donc par le Saint des tueurs mais aussi par un super flic qui se sent pousser des aîles, Jesse et ses 2 compères prennent la fuite. Alors qu'on découvre que Cassidy est en fait... un vampire, Jesse profite de "la voix de Dieu" que lui a conféré la fusion avec Génésis : sa parole fait force de loi et tout le monde y obéit, même contre son gré. Je vous laisse imaginer l'effet d'un "Va te faire foutre, connard"... En attendant, Jesse ne se laisse pas faire et est bien décidé à retrouver Dieu pour lui botter le cul.

 

Vous l'aurez compris à ce résumé, Preacher est une série un peu barrée, qui ne s'encombre pas de finesse. La violence et la vulgarité sont omniprésentes. Sexe, tripailles et outrages langagiers sont de rigueur. Les personnages sont totalement immoraux, le révérend le premier.

L'Amérique qui nous est dépeinte est peu reluisante : raciste, arriérée, mesquine. Ses habitants sont des alcooliques, des dégénérés, des suicidaires ratés, des corrompus, des chrétiens de pacotille qui se donnent bonne conscience à coup de sermons et de confessions.

Une violence démesurée certes mais qui se trouve contrebalancée par l'humour noir sous-jacent et totalement irrévérencieux du scénario. Un Dieu qui a décidé de laisser en plan sa création, un pasteur défroqué qui se met à sa recherche pour lui demander des comptes, un grand méchant envoyé non pas par l'Enfer mais par les Anges du Paradis. On nage dans un délire total qui colle au mot religion le terme de trash.

 

Si vous fréquentez régulièrement ce blog, vous savez un peu que les comics ne sont pas particulièrement ma tasse de thé. Je peine souvent à entrer dans leur univers et surtout à apprécier le graphisme américain.

Preacher ne me fut pas aisé à aborder. J'ai eu du mal à accepter ce mélange de fantastique et de religieux, à comprendre où l'intrigue allait me mener. Le dessin de Dillon, pourtant très accessible, ne m'a pas transporté.

Pourtant, avec le recul, avec la rédaction de cet avis, je me rends compte malgré tout que cette histoire a su me séduire. Son côté foutraque, son humour que je n'ai pas perçu tout de suite, les dialogues percutants de Ennis, la critique fort bien amenée de la religion et de l'Amérique puritaine qui en prend plein la face.

Finalement, je crois que je vais lire la suite... et ça, c'est déjà une petite victoire et le signe que cette série est de qualité !

 

Bref, un titre décalé et explosif qui oscille entre humour trash et critique sociétale sous couvert d'un scénario abracadrant ! A la fois polar fantastique et western contemporain, Preacher est une référence qui bouscule de manière décapante l'univers des super-héros.

 

 

A noter :

La série n'est hélas plus totalement disponible aux Editions Panini.

Mais je peux déjà vous annoncer qu'elle devrait être reprise en 2013 par Urban Comics.

 

D'autres avis plus éclairés :

David - Oliv' - Yvan -

 

 

preacher-t1-02.jpg

 

 

preacher-t1-03.jpg

 

 

 


Titre : Preacher, tome 1 : Mort ou vif

Dessinateur : Steve Dillon

Scénariste : Garth Ennis

Éditeur : Panini

Parution : Mars 2007

  216 pages 

Prix : épuisé



Partager cet article

Repost 0
Published by Choco - dans Bande dessinée
commenter cet article

commentaires

jerome 09/10/2012 20:46


Ouais, bof. Je sors à peine de Luther Strode, un comics ultra violent qui vient de paraître chez Delcourt et je n'ai pas super envie de me lancer dans une telle lecture.

Humeur

Le 26 Août 2013 :
Le grenier de choco n'est plus...
Ce blog sera à terme supprimé.
Suivez moi désormais sur :

 

Rechercher