Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juin 2011 1 06 /06 /juin /2011 07:01

 

stone junction 01

 

Auteur : Jim Dodge

Editions :

Le cherche midi, Lot 49 - Mars 2008 - 500 pages - 22€

10/18 - Mai 2010 - 695 pages - 10€

 

 

Il y a peu de temps de ça, un réjouissant petit opus fit le tour de la blogosphère :  L'oiseau Canadèche. La curiosité me poussa à découvrir son autre roman qui est aussi gros que Canadèche était succinct.

Bien m'en a pris...


  " Ce livre est une œuvre de FICTION. Pensez le contraire à vos risques et périls. "

 

Le ton est donné !

 

Dans Stone Junction, nous suivons le destin de Daniel Pearse, depuis son enfance jusqu'à ...

Daniel a pour mère une adolescente rebelle de 16 ans qui préfère fuir l'asile des bonnes soeurs qui veulent faire adopter son enfant, pour mieux élever le fruit d'un plaisir inconnu (elle ignore qui est le père parmi tous ses amants).

 

" Daniel Pearse est né le 15 mars 1966, par un matin pluvieux. Il n'a pas eu droit à un deuxième prénom car sa mère, Annalee Faro Pearse, avait déjà eu toutes les peines du monde à lui trouver un premier prénom et un nom de famille - le nom de famille surtout. Elle avait beau se creuser la tête, le père de Daniel aurait pu être n'importe lequel parmi sept hommes. Annalee choisit Daniel car c'était un prénom qui respirait la force, et elle savait qu'il lui faudrait être fort. "

 

Suit un début de vie rocambolesque ( tout comme le sera aussi la suite !). Annalee et son fils se retrouvent pris en charge par l'AMO, Alliance des magiciens et Outlaws. Logée gratuitement dans une vieille maison au milieu de nulle part, Annalee est simplement chargé d'accueillir de mystérieux visiteurs en fuite pour le compte de l'organisation (dont un certain Johnny Sept Lunes... rappelez-vous... ). Regroupant une floppée de personnages tous plus originaux les uns que les autres, l'AMO est une société secrète aux fonctions un peu floues mais inévitablement hors la loi.

 

" En gros, l'AMO  est une alliance historique de criminels, d'inadaptés, d'anarchistes, de shamans, de mystique de la terre, de romanichels, de magiciens, de scientifiques fêlés, de rêveurs et autres individus sociologiquement marginaux. "


Daniel, déscolarisé, apprend la vie auprès de sa mère et de ses différents visiteurs.


Peu après le cinquième anniversaire de Daniel, Annalee s'assit pour lui exposer scrupuleusement les avantages et les inconvénients possibles, inhérents à la fréquentation de l'école. Elle laissa le choix à Daniel. Il ne lui fallut pas longtemps. 

- Nan, dit-il, ça a l'air merdique, l'école. "

 

Il grandit et fait preuve d'une curiosité et d'une vivacité d'esprit peu communes.

Mais son univers est bouleversé quand sa mère meurt dans l'explosion d'une bombe. Accident ou meurtre ? Daniel jure de découvrir la vérité. Mais en attendant, Daniel, à 14 ans, est encore un enfant. C'est l'AMO qui, une fois de plus, le prend en charge et s'occupe de lui donner une éducation par l'intermédiaire de Volta, sorte d'agent coordinateur et magicien à ses heures. Volta, qui a descellé chez lui des capacités alchimique hors du commun, va diriger le destin du jeune homme et le confier successivement aux mains d'experts bien particuliers... Mais dans quel but ? Trouver la cause de la mort de sa mère ou pour un autre dessein plus ésotérique... Une soi-disant pierre philosophale à voler, par exemple... ?

 

Wild Bill Weber lui enseignera l'art de la méditation et de la patience. Lui imposant des séances quotidiennes, il l'obligera aussi à pêcher et à savoir survivre dans la nature.

Ensuite c'est Mott Stocker qui initie le jeune Daniel aux plaisirs de la drogue ! Toujours en train de planer ou avec la gueule de bois, nourrissant sa mûle de whisky, il est néanmoins LE spécialiste des stupéfiants. Il connait tout sur les plantes psychotropes, les mélanges détonnants et les pouvoir de la drogue.

Daniel poursuivra son apprentissage avec Willis Clinton, le roi de la fauche. Crocheteur redoutable, aucune serrure ne l'arrête. Il a transformé ses capacités en art de haut vol et se plait plus à ouvrir les coffres qu'à voler leur contenu.

 

" Cependant, comme il le faisait sempiternellement et vigoureusement remarquer, la plus haute expression de l'art du braqueur de coffre était d'ouvrir des serrures à combinaison uniquement au toucher, en devenant le cylindre, la gorge de serrure et les goupilles, en disaparaissant à travers la pointe des doigts pour devenir senation pure (...) L'état optimal de l'être était le toucher. Dans ses laïus les plus délirants, Willie prétendait que l'industrialisation était un complot chrétient visant à briser la jonction païenne entre sensation et émotion. "

 

Bad Bobby prendra le relai pour lui apprendre tous les subtilités des jeux et du poker en particulier.

Puis c'est Jean Bluer qui initiera Daniel à l'art du travestissement et du déguisement. Grace à une connaissance poussée des postiches, du maquillage, des vêtements, des langues et des accents, des postures propres à chaque profession ou origine :


  " Jean pouvait se faire passer pour n'importe quel adulte appartenant à vingt-neuf cultures différentes. "

 

Enfin, c'est dans les mains de Volta que Daniel terminera son apprentissage. Volta, grand spécialiste de la disparition, connaît la manière de dématérialiser son corps. Un art dangereux qui comporte de nombreux risques et auquel Daniel semble très sensible.

 

" En ce qui cnocerne ma méthode pédagogique (...), je suis un patricien de l'école socratique kamikaze, avec une forte prédominance sadienne. (...) Je vais droit au but et je n'ai pas peur de te faire souffrir. "

 

Toutes ses techniques permettront-elles au jeune homme de trouver la raison du décès de sa mère ? Rien n'est moins sûr !

 

Difficile de résumer un tel roman à la fois simple et complètement foutraque !

Stone junction tient bien évidemment du roman d'apprentissage. Suivant Daniel depuis sa naissance, on assiste à son évolution et à l'acquisition des différentes connaissances, aussi originales soit-elles ! Il rencontre donc une série de personnages hauts en couleur et se révèle un très bon élève. Il mènera notre héros dans une véritable quête existentielle où ce dernier se trouvera enfin, de quelque manière que ce soit.

Mais ce roman totalement anticonformiste va bien au-delà : roman d'aventures, traité mystico-ésotérique, roman anarchiste et libertaire, ... Les dénominations sont nombreuses pour ce roman qui ne se laisse pas appréhender facilement !

Le ton est ironique et humoristique à souhait et n'est pas sans me rappeler les excentricités de Tom Robbins, autre spécialiste des romans déjantés. Certains dialogues valent leur prsant d'or !

Le pitch de départ qui est de découvrir la cause de la mort d'Annalee finit par devenir complètement secondaire au profit du parcours de son fils.

Découpé en 4 parties : l'air, la terre, l'eau et le feu, le roman reprend ici les éléments de base de l'Alchimie. Le sous-titre du roman est d'ailleurs : "Une grande oeuvrette alchimique".

Ecrit en 1989, en pleine montée d'internet, du monde virtuel et du numérique, Stone Junction se veut une ode à un monde à taille humaine où les gens continuent de vivre grace à l'entraide de quelques uns (le réseau AMO) qui fournissent secours et informations en cas de besoin, le tout en marge du système officiel. Critiques consuméristes, FBI tourné en ridicule, apologie de la contre-culture et d'un choix de vie libre et libertaire.

A travers le destin hors-norme et en dehors des "circuits officiels" de Daniel, Jim Dodge appelle à l'imagination, au libre choix des individus. La fin de l'histoire en est la parfaite illustration. Il vaut peut-être mieux parfois se noyer dans sa propre imagination plutôt que d'avoir à vivre une petite vie étriquée, bien balisée.

 

Stone Junction est donc un roman vraiment très particulier qui plaira forcément aux lecteurs de Pynchon (qui signe par ailleurs la préface) et Robbins.

Inutile de vous dire que j'ai adoré ce roman qui est pour moi un très grand livre !

Je conçois néanmoins que ses nombreuses digressions et circonvolutions, son histoire déjantée ne trouve pas forcément preneur chez d'autres lecteurs moins amateurs de bizarreries !

 

Mon billet n'est évidemment pas à la hauteur de ce roman fantastique comme à chaque fois que nous avons un coup de coeur... et je vous invite donc à lire :

 

D'autres avis chez :

Fluctuat -

 

   

" Je sais que dalle. Ça doit vouloir dire que je suis saine d’esprit. Ce qui est un excellent point de départ pour redevenir dingue "

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

keisha 18/12/2011 16:09


Je viens de le terminer, euh, je peux faire un copié collé de ton billet? (nân, je rigole!)


Du lourd côté givré, vraiment super!

Choco 18/12/2011 20:06



Compliqué à présenter ce bouquin, hein ?! Contente de voir que tu adhères en tout cas !



Noukette 08/06/2011 12:06


Ton billet est réjouissant, ce bouquin a l'air de l'être aussi, je note !!!


Choco 08/06/2011 12:26



Réjouissant, oui c'est le mot !!



Manu 06/06/2011 18:59



Malgré que j'ai aimé L'oiseau canadèche, je ne me sens pas d'attaque pour lire ce genre pendant 700 pages.



Choco 08/06/2011 11:27



Oui, et je ne suis pas sûre que tu sois sensible à ce genre de romans décalé !



Dominique 06/06/2011 17:40



Je l'avais noté à lire après le précédent, ton billet donne carrément une envie furieuse ! j'aime assez le côté déjanté de certains romans, je suis mûre pour céder à la tentation



Choco 08/06/2011 11:26



SI je te donne une envie furieuse c'est parfait ! J'ai vraiment adoré ce roman mais je ne suis pas satisfaite de mon billet qui ne reflete pas le roman aussi bien que je le voudrais !



Kathel 06/06/2011 16:36



J'avoue être un peu réfractaire au Lot 49... Il me fallait un charmant volatile et un format court, pour aimer, je ne suis pas sûre que cela passe avec celui-ci...



Choco 08/06/2011 11:14



Je ne la connais pas très bien moi-même mais étant plutôt adepte de bizarreries en tout genre, je penx comprendre que ça ne convienne pas à tout le monde !



Humeur

Le 26 Août 2013 :
Le grenier de choco n'est plus...
Ce blog sera à terme supprimé.
Suivez moi désormais sur :

 

Rechercher