Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mai 2010 2 11 /05 /mai /2010 23:58

 

tete de chien 1

 

 

 

Auteur : Morten Ramsland

 

 Editions :


 Gallimard, 2008 - 22,50€ - 448 pages


Folio, 2010 - 7,70€ - 464 pages

    

 

Note : 5 / 5

 

 

 

" La réalité n’est pas pour les enfants "

 

 

 

 

Le récit débute en Allemagne. Askild, le grand-père du narrateur, fuit les allemands et leurs camps à toutes jambes. Puis nous voilà transporté en Norvège (et plus tard au Danemark) où on retrouve le même homme désormais grand-père. Un homme difficile qui rudoie ses petits-enfants et refuse de parler de son séjour en Allemagne qui l'a changé à tout jamais. Justement, c'est son petit fils Asger qui nous raconte son histoire. Son histoire mais aussi celle de la famille toute entière sur plusieurs générations. Sa grand-mère est mourrante et il décide de se pencher sur l'histoire familiale.


Dès lors va s'ouvrir devant nos yeux une histoire de famille complexe, douloureuse mais aussi extremement réjouissante !

Car si les premières pages laissent présager un contexte familial difficile et un roman plombant, le lecteur est très vite rassuré par la tournure ironique que prend une narration haute en couleur.

 

tete-de-chien-2.jpgAlternant les époques, le récit nous plonge, de façon très fouillée, dans l'histoire de cette famille.

Asger mélange les temps, revient à son présent pour mieux repartir dans le passé. Si on est un peu perdu au début par l'abondonce de personnages, on finit par identifier chaque membre de la famille tant leurs portraits sont bien troussés.


Askild se prend de passion pour la peinture et le cubisme qu'il introduit dans ses plans d'ingénieur de chantier naval, au grand dam de ses employeurs déjà excédés par son alcoolisme. Sa femme Bjork accouche de son premier enfant au dessus de la cuvette des toilettes et il faut repêcher le gamin plein de merde en tirant sur le cordon ombilical. Le dit fils ( "Feuilles de chou") a des oreilles surdimensionnés que les gamins du quartier bourrent de merde d'anguilles. Sa mère l'obligera alors à porter le "truc de merde", instrument coercitif qui l'empêche de bouger. Sa soeur Anne Katrine handicapé mentale ("grosse Tomate" ou "La merdeuse") excerce une affection un peu tendancieuse envers son neveu alors que son frère Knut  balance tout par la fenêtre. L'oncle "Tête de pomme" s'engage sur un navire pour fuir la jeune fille qu'il a mis enceinte pour mieux revenir quelques années plus tard, tatoué de partout et même de la verge qui arbore le prénom de la demoiselle en question... C'est lui aussi qui enverra des boites de conserves bourrés d'air pur à sa grand-mère clouée au lit.

Il y aura aussi "La dent dure", "Madame Maman", "LA Bonde", et le fameux "Tete de chien", monstre caché dans la cave qui sera le déclencheur d'un autre drame dont Asger porte encore le poids...

Bref, j'en passe bien plus encore !

 

Doté d'un humour féroce qui n'épargne personne, l'auteur dresse un portrait jouissif, rien de moins, de cette famille un peu barrée qui passe son temps à déménager, tel le cirque ambulant pour lesquels on les prendra une fois.

Leur quotidien minable est enjolivé par des fulgurances langagières et des passages absolument extravagants qu'on prend plaisir à voir se dérouler sous nos yeux.

 

" - Dieu est venu cette nuit, et Il a emporté tes chatons.
Voilà ce qu'avait dit un jour Hans Carlo Petersen, le précédent patron de l'atelier d'encadrement, à sa fille Leila, alors âgée de six ans, en lui tapotant doucement la tête de cette même main qui, la veille au soir, avait mis les sept chatons dans un sac avant de les noyer dans le ruisseau derrière la maison. Leila, à qui son père venait d'offrir une grosse glace, sentit un goût amer se mêler à celui de la crème glacée. Cinq ans plus tard, lorsqu'il vint la chercher chez sa tante maternelle et la conduisit au bord du lac où il acheta la plus grosse glace du marchand, il déclara : «Dieu est venu cette nuit, et Il a emporté ta mère.» Par ces mots, il ne causa pas seulement un profond cha
grin à sa fille, mais il lui inspira une aversion durable à l'égard de Dieu et des sucreries. "


Distribuant les histoires des uns et des autres sans y toucher, Asger remonte le fil de sa famille, de ses traumatismes, des non-dits qui lui ont permis malgré tout de se former et de rester lié malgré les aléas. A la fois pathétiques et débridés, ces anecdoctes familiales sont le terreau fertile de sa propre identité construit sur la honte et la culpabilité.

 

" Stinne et moi, nous n'avions plus envie d'entendre des histoires. Elles trainaient avec elles un je-ne-sais-quoi de douloureux et de mensonger. À cette époque, aucun de nous ne savait que ces histoires formaient le ciment qui liait notre famille, et c'est seulement quand elles ont disparu que tout a commencé à s'effriter, et que nous nous sommes dispersés aux quatre vents. "


Alternant entre drame, ironie et récit d'initiation, Ramsland a su créer une grande saga familiale hors-norme qui loin du misérabilisme attendu plonge dans la drôlerie et l'inventivité.


Un grand roman ! Ne le ratez surtout pas !!!



J'ai cherché d'autres avis sur la blogosphère mais en vain....

(faites moi signe si je vous ai raté !)

 

L'avis enthousiaste de Picwick qui vient d'arriver !


Mais comment ce fantastique roman a-t'il bien pu passer à travers les mailles du filet !?

Sa toute nouvelle parution en poche devrait vous aider à palier cette erreur !

 

Vous l'aurez compris, c'est un véritable coup de coeur pour moi !


livre-coeur4.jpg

 

 

Une découverte que je dois à BOB ! Mille merci !

 

logotwitter2.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Theoma 22/01/2011 13:52



En effet, comment j'ai pu passer à côté ? Je note !!!!!!! Et réponse super ultra réactive de ma part, non non ce n'est pas Bergen mais bel et bien Trondheim.


Trondheim >  http://www.audouchoc.com/article-destination-vendredi-en-norvege-6--38789408.html


Bergen > http://www.audouchoc.com/article-destination-vendredi-en-norvege----4--37278082.html



Choco 22/01/2011 14:40



Mieux vaut tard que jamais !!


Bon ben, me suis planté donc... M'en fous, je veux toujours y aller ^^



jerome 07/06/2010 07:33



Je viens de poster mon billet dans le cadre du partenariat Blog-oBook. C'est vraiment du tout bon. Un roman foisonnant et d'une incroyable richesse ! Sans doute une des plus belles surprises de
l'année pour moi.



Choco 08/06/2010 13:43



Salut Jérome, je ne connaissais pas non plus ton blog ! Je suis ravie que ce roman n'ait que des avis positifs ! Il le mérite amplement ! Je n'ai jamais lu Hamsun mais je suis décidée à combler
mes lacunes un de ces 4 ! Les norvégiens sont décidemment très fort !



liliba 29/05/2010 14:46



Jamais entendu parler de ce livre... Il voyage ?



Choco 31/05/2010 12:03



C'est bien dommage ça !


Non il ne voyage pas mais ça peut s'envisager quand je l'aurais récupéré ! (je l'ai prêté à une copine !)


Ceci dit, il vaut largement l'achat !



Theoma 13/05/2010 23:51



ça se passe à Trondheim (ta photo) ? J'ai bcp aimé cette ville !



Choco 14/05/2010 00:32



C'est Bergen sur la photo (enfin si je ne me suis pas planté...) et une partie de l'histoire est situé là-bas.


Dans tous les cas, t'es une petite veinarde ! Tu sais bien que je rêve d'aller en Norvège !



Pickwick 13/05/2010 19:00



J'adore ton billet, je m'y retrouve complètement ! Décidement, je n'arrive pas à (bien) parler des livres qui m'ont vraiment plu en ce moment (en ce moment seulement ?). C'est vrai que ce petit bijou est resté très - trop - discret jusqu'à présent... Et merci pour le lien !



Choco 14/05/2010 22:34



Tu plaisantes j'espère ?! Ton billet est très bien !! j'ai même pensé que le mien n'était pas au niveau...



Humeur

Le 26 Août 2013 :
Le grenier de choco n'est plus...
Ce blog sera à terme supprimé.
Suivez moi désormais sur :

 

Rechercher