Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 octobre 2009 3 14 /10 /octobre /2009 23:03




Cliff a la soixantaine. Ancien professeur de lettres, il est devenu fermier pour s'occuper des terres familiales. Mais Cliff vient de se faire larguer par sa femme, après 30 ans de mariage, pour un ancien camarade d'école... La désillusion est dure : son chien est mort, la ferme va être vendue et il va se retrouver sans activité. Il décide alors de tout larguer et de partir faire le tour des états américains.

C'est dans son périple que nous allons le suivre. Après un départ solitaire, Cliff va bientôt se voir rejoindre par une ancienne étudiante un peu fêlée qui lui accorde ses faveurs. Loin de se passer comme il l'avait prévu, le voyage va devenir prétexte à revenir sur le passé et à découvrir l'insouciance d'une vie sans contraintes. De nombreuses digressions nous font partager ses pensées et reviennent sur son enfance, sa vie de couple, son travail de professeur et de fermier. On y retrouve la passion de l'auteur pour les femmes, le sexe ( pas mal de sènes explicites), son amour de la nature. Cliff remet en question ses choix de vie et s'interroge sur le fait de recommencer une nouvelle vie à son age.
Parfois, le ton humoristique est de mise, plus particulièrement dans la description de ses relations avec Maybelle et on se délecte de certains passages.

« C’était là un cul capable de déclencher une guerre, et je me suis senti très privilégié d’en avoir l’usage momentané, sachant combien j’allais le regretter dès qu’il serait parti. »

Pourtant, je n'ai pas trouvé que c'était le chef d'oeuvre annoncé... Il est bon, se lit avec plaisir mais on en ressort un peu déçu. Les personnages évoluent assez peu et la fin est plutôt décevante, selon moi.
Au final, je n'en ai pas ressortie grand chose. Je suis restée un peu sur ma faim. Le road-movie attendu retombe comme un soufflé... Dommage.


Note : ***


Editions Flammarion - 21€


 

Partager cet article
Repost0

commentaires

K

Il vaut mieux lire ses autres livres, j'ai l'impression. Celui ci ne me dit rien, alors que Dalva ou d'autres sont superbes.


Répondre
C

oui surement, même si comme je le disais, les autres ne m'ont pas trop marqués non plus...


K

J'ai beaucoup aimé quelques livres de Jim Harrison : La route du retour, De Marquette à Veracruz, Retour en terre, mais je n'ai pas lu celui-ci qui me paraissait plus "léger"... Et, pour
rebondir sur les remarques précédentes, c'est vrai que j'ai un peu oublié mes lectures précédentes, mais je pense que cela tient plus à la construction de l'histoire, pas linéaire, qui fait que ces
romans sont difficiles à résumer et donc à garder en mémoire.


Répondre
C

ouais je ne sais pas... je ne me souviens pas de construction très complexe pourtant...
ou alors je ne suis ptet pas assez sensible à son univers...


M

Chaque fois que je découvre des romans de cet auteur, je les lis avec plaisir et facilité... mais je les oublie tout aussi facilement ! Au bout du compte, il ne m'en reste rien !


Répondre
C

et bien je dois reconnaitre aussi que je me souviens assez peu de l'histoire de Dalva et d'un autre dont j'ai même oublié le titre... je suis comme toi, on dirait, il ne m'en reste rien non
plus...


M

Je suis tout à fait d'accord avec ton billet! J'ai bien aimé ce livre mais sans plus! 


Répondre
C

merci de ton soutien ;) je viens de lire ton billet, on est bien d'accord donc ! La vie continue et voilà, pas de conclusion particulière...


C

L'extrait que tu proposes me fait penser à une réflexion que je m'étais faite il y a un moment. Je trouve que le vocabulaire utilisé pour décrire les femmes et le sexe s'inspire beaucoup du
vocabulaire guerrier : tirer, un canon, une bombe, être au garde à vous,...Je m'étais amusée à faire une liste à l'époque, bref


Répondre
C

Intéressante remarque ! je ne m'étais jamais posée la question... je regarderais ça d'un autre oeil désormais !
Tu devrais en faire une liste sur ton blog avec les références ! les lecteurs pourraient même rajouter leurs propres découvertes !


Humeur

Le 26 Août 2013 :
Le grenier de choco n'est plus...
Ce blog sera à terme supprimé.
Suivez moi désormais sur :

 

Rechercher