Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 mars 2012 7 25 /03 /mars /2012 13:39

 

jardin-albert-kahn-01.jpg

Jardin japonais Albert Kahn

Paris - Février 2012

 

Les dimanches en photos sont aussi chez : 

Tiphanie, Choupynette, Fleur, Liliba, SeriaLecteur, Margotte, Estellecalim.

 

 

Challenge Dragon de Feu

 

10 jours japonais

 

Jour 6

Aujourd'hui, chez mes compères des 10 jours japonais :

 

- Anis a lu Appel du pied, de Wataya

- Unchocolatdansmonroman s'est offert un beau film de Kurosawa, Rhapsodie en Août

- Jérome a lu à son tour Seins et oeufs

- Ambroisie pousuit le manga Shinobi life

- The Bursar a attaqué le manga Princesse Jellyfish

- Tiphanya part en voyage avec Sumimasen

- Loula poursuit 1Q84

- Merquin a ouvert La lumière de Tokyo




Repost 0
24 mars 2012 6 24 /03 /mars /2012 08:00

 

Pour ces 10 jours japonais, je ne pouvais pas faire l'impasse sur une présentation d'un photographe japonais !

 

Pour le coup,  il s'agit même d'une femme : Kanako Sasaki

qui réalise de beaux portraits féminins et des scènes apaisées dénotant d'un étrange univers

 

 

kanako-sasaki-01.jpg

 

kanako-sasaki-02.jpg

 

kanako-sasaki-09.jpg

 

kanako-sasaki-10.jpg

 

kanako-sasaki-11.jpg

 

kanako-sasaki-12.jpg

 

kanako-sasaki-13.jpg

 

kanako-sasaki-03.jpg

 

kanako-sasaki-04.jpg

 

kanako-sasaki-05.jpg

 

kanako-sasaki-06.jpg

 

kanako-sasaki-07.jpg

 

kanako-sasaki-08.jpg

 

 

kanako-sasaki-14.jpg

 

http://www.kanakosasaki.com/

 

 

Challenge Dragon de Feu

 

10 jours japonais

 

Jour 5

Vous pouvez découvrir aussi :

 

- Kathel vous présente également une photographe japonaise !

- ANkya vous parle d'un chat célèbre au Japon

- Tiphanya attaque la série Switch Girl en manga

- Unchocolatdansmonroman pense aux enfants avec Le bonhomme Kamishibai

- The Bursar a lu Parade, de Yoshida

- Ambroisie a lu La mort de radiguet, de Mishima


 


Repost 0
22 mars 2012 4 22 /03 /mars /2012 23:00

 

Ces derniers temps, le Japon a le vent en poupe !

Ces derniers mois, sont sortis plusieurs ouvrages relatant de séjours japonais d'auteurs et artistes variés.

Je vous propose de les découvrir !

 

 

 

voyage au japon t1 01Voyage au Japon, tome 1 : Tokyo

 

Sandrine et Rémy ont réalisés leur rêve. A l'occasion de leur voyage de noces, ils ont pu partir au Japon. De leur séjour, ils ont ramenés l'envie de partager leur expérience. Un carnet de voyage personnel qui n'a pas vocation à vous montrer les lieux "qu'il faut faire" mais plutôt à vous donner un ressenti, des impressions, des émotions face à un lieu rêvé. 

Essentiellement dessiné, ce carnet au format à l'italienne fait la part belle aux aquarelles qui n'hésitent pas à s'étaler en de superbes doubles pages. A la suite du couple, le lecteur plonge dans un univers contrasté entre petites échoppes traditionnelles, rues étroites garnies de feuillage et quartier technologique aux enseignes clignotantes. Leur déambulation à travers Tokyo se visualise à l'aide d'un plan de métro qui renvoit aux lieux dessinés. Les commentaires écrits soit l'un ou l'autre sont permettent d'apréhender la surprise, la joie, la déception parfois de la découverte d'une ville inconnue. On note d'ailleurs que l'ouvrage est bilingue, permettant ainsi aux lecteurs japonais de découvrir l'oeil des étrangers sur leur pays. 

Un bel ouvrage donc qui, sans prétention aucune, offre une belle part de dépaysement et s'apprécie essentiellement pour la qualité des illustrations qui permettent à chacun d'ouvrir sa propre fenêtre japonaise et de se projeter dans un voyage futur ! (qui sait !?)

 

Liens :

Interview des auteurs.

 

voyage-au-japon-t1-02.jpg

 

 

voyage-au-japon-t1-03.jpg

 


voyage-au-japon-t1-04.jpg

 

 

voyage au japon t1 05

 

 


Titre : Voyage au Japon, tome 1 : Tokyo

Auteur : Rému Maynègre et Sandrine Garcia

Editeur : Ankama

Parution : Février 2012

    160 pages 

Prix : 25,90€


 

 

 

 

petite épopée nippone 01Petite épopée nippone :

 

Le dessinateur Philippe Buchet, compagnon de route de Morvan dont on connaît le goût pour le Japon, a passé de nombreux mois au Japon. Entre 2003 et 2005, il y a effectué plusieurs voyages dont il ramena plusieurs carnets de croquis. Petite épopée nippone, préfacé par Taniguchi, rassemble quelques un de ces dessins. Réalisés sur du papier à dessin beige que l'auteur affectionne particulièrement, ils sont particulièrement mis en valeur dans ce bel ouvrage à la couverture cousue et au sobre emboitement cartonné qui rappelle le drapeau japonais. Vous y découvrirez des croquis très aboutis de paysages, des détails joliment mis en valeur. Buchet y ajoute quelques légendes explicatives. Dans les marges, l'auteur présente aussi régulièrement des petits strips où il se met en scène, à la manière des mangakas qui n'hésitent pas à apporter une touche personnelle, vivante et humoristique de leur quotidien.

Bref, cette petite épopée ravira les amateurs de Japon et les adeptes de Buchet !

 

A noter : 1€ est reversé au Secours populaire pour les sinistrés du Japon à chaque album acheté.

 

 

petite-epopee-nippone-02.jpg

 

 

petite-epopee-nippone-04.jpg

 

petite-epopee-nippone-03.jpg

 

 

petite-epopee-nippone-05.jpg

petite-epopee-nippone-06.jpg

petite-epopee-nippone-07.jpg

petite-epopee-nippone-08.jpg

 


Titre : Petite épopée nippone

Auteur : Philippe Buchet

Editeur : Kana

Parution : Novembre 2011

    76 pages 

Prix : 15€


 

 

 

Carnets de Kyoto :

 

carnets-de-Kyoto-01.JPG

 

En 2008, le dessinateur Nicolas de Crecy bénéficie d'une résidence d'artiste à Kyoto. Ce carnet est le résultat de quelques mois de séjour.

Une introduction de l'auteur, agrémentée de quelques photos, présente tout d'abord les circonstances de son séjour et la raison de ce carnet. S'ensuivent ensuite les magnifiques dessins qui donnent à voir la réalité de l'artiste. On reconnaît la patte de l'auteur et on retrouve la méticulosité de ses illustrations. Visages souriants, paysages urbains, animaux mythiques s'épanouissent sous le crayon de l'artiste aux couleurs éteintes.

Si ce carnet est un peu moins accessible que les 2 premiers, il donne à voir pourtant la qualité du dessinateur, oscillant entre réalité et Japon fantasmé.

 

carnets-de-kyoto-02.jpg

carnets-de-kyoto-03.JPGcarnets-de-kyoto-04.JPG

 

 

carnets de kyoto 06 

 

carnets de kyoto 07


Titre : Carnets de Kyoto

Auteur : Nicolas de Crecy

Editeur : Editions du Chêne

Parution : Mars 2012

    160 pages 

Prix : 35,90€


 

Challenge Dragon de Feu

 

10 jours japonais


 Les 10 jours japonais

Jour 3

 

Au programme, aujourd"hui :

 

 

- Jérome s'adresse à la jeunesse avec La maison en petits cubes

- Tiphanya voyage avec Japon, itinéraires de voyageurs

- Ankya a lu Hamaguri, de Shimazaki

- Unchocolatdans mon roman présente le manga Oishinbo

- Emmyne nous parle du conte Ce qui arriva à monsieur et madame Kintaro

- Soukee a lu La brokante Nakano

- Catherine est allée voir du côté des chats

 


Repost 0
20 mars 2012 2 20 /03 /mars /2012 07:00

 

10 jours japonais

 

Le départ est lancé pour les 10 jours japonais !!

 

Jour 1 :

 

 

Inspirée par l'événement, ces 10 jours japonais ne pouvait commencer sans évoquer le salon du livre 2012 qui invitait cette année, le Japon.

Présente sur une seule journée (le dimanche), je n'aurais pas la prétention de vous parler de la totalité des animations liées au Japon !

Je me contenterais donc de quelques instantanés croisés au fil de mes pérégrinations.

 

salon-livre-19.jpg

 

Tout d'abord, pas de pays invité sans un grand pavillon librairie qui vous propose une sélection incroyable de titres ! Dès mon arrivée à 11h, direction donc le pavillon japonais !

Cette année, cet espace était délimitée par une sorte de rideau en bambou qui donne tout de suite le ton.

 

salon-livre-01.jpg

 

 

salon-livre-02.jpg

 

Derrière, ce sont d'immenses tables thématiques qui s'étalent sous mes yeux assoifés !

Cuisine, jeunesse, essais entourent une vaste sélection d'auteurs classés par ordre alphabétique. Grand formats, poches cotoient de curieux volumes en langue japonaise réservés aux bilingues !

 

salon-livre-03.jpg

 

 

salon-livre-04.jpg

 

 

salon-livre-05.jpg

 

 

salon-livre-06.jpg

 

salon-livre-07.jpg

 

 

salon-livre-08.jpg

 

 

salon-livre-09.jpg  

 

salon-livre-20.jpg

 

salon-livre-21.jpg


Sur les côtés, une exposition de photos sur la catastrophe de Fukushima a pris place. Emouvante.

 

salon-livre-10.jpg

 

salon-livre-11.jpg

 

salon-livre-12.jpg

 

salon-livre-13.jpg

 

Un peu plus loin, dans la zone BD/manga, on pouvait découvrir une petite exposition consacré à Naruto, qui fête ses 10 ans de présence en France. POur ma part, je l'ai trouvé bien décevante avec sa dizaine de planches et de croquis...

 

salon-livre-14.jpg

 

 

salon-livre-15.jpg

 

 

salon-livre-16.jpg

 

 

salon-livre-17.jpg

 

 

salon-livre-18.jpg

 

 

En fin de soirée, les enfants pouvaient assister à un petite séance de théâtre animé (?).

Une japonaise animé les différents décors et narre l'histoire en japonais avant qu'une traductrice lise à son tour l'histoire en version française.

 

salon-livre-22.jpg

 

 

salon-livre-23.jpg

 

Le clou de la journée fut tout de même une conférence sur "La littérature de la catastrophe" en compagnie du prix Nobel de littérature Kenzaburo Ôé et Satoshi Kamata, auteur d'un essai sur Toyota.

 

salon-livre-24.jpg

Mais de ceci, je vous reparlerais plus tard....

 

En tout cas, vous savez quoi ? Je n'ai RIEN acheté au salon !!

ça vous impressionne hein !?

Moi, je dis que ça mérite bien quels bouquins en cadeau

A vot' bon coeur ^^

 

Challenge Dragon de Feu

 

-----------

 

Aujourd'hui, pour le début des 10 jours japonais, vous pouvez aussi découvrir :

 

- Jérome vous présente le manga "Jintarô, le caïd de Shinjuku"

- Hélène évoque "Les petits contes de printemps" de Soseki

- Ankya a attaqué "Tsubaki", de Shimazaki

- Emmyne poursuit ses haikus avec ceux du temps présent

- Loula plonge dans le manga "Alice au royaume de coeur"

- Ambroisie part sur le manga "Shinobi Life"

- Tiphanya vous propose sa petite bibliographie japonaise

- Anne vous parle de "Kosaburo, 1945", un roman français situé au Japon

- Kathel part sur les traces de "Celle de l'autre rive"

- The Bursar vous plonge dans les bains jponais et romains avec Thermae Romae

(je vous en parle aussi bientôt !)

- Unchocolatdansmonroman voyage au pays du thé


 


Repost 0
19 mars 2012 1 19 /03 /mars /2012 16:00

room-01.jpg

Jack est en passe de fêter ses 5 ans.  Contrairement aux autres petits enfants de son âge, il n’y aura pas de grosse fête d’anniversaire. Pas de cadeaux en profusion. A peine un gâteau. C’est que Jack vit seul avec sa maman dans une petite pièce dont il n’est jamais sorti. De l’extérieur qu’il pense imaginaire, il ne connaît rien, à part le ciel aperçu de la lucarne et les étranges images que la télévision lui renvoie. Peu importe, il vit en fusion totale avec sa maman qui l’allaite encore et invente d’innombrables jeux pour l’occuper. Seul le grand méchant Nick qui vient visiter sa mère la nuit trouble son sommeil.  Aussi, quand maman lui fait comprendre petit à petit que l’extérieur existe vraiment et qu’il faut tenter de s’enfuir, Jack ne comprend pas et voit son petit monde chamboulé.

 

Jack est le narrateur de cette histoire divisée en différentes parties.  La première est centrée sur la vie à l’intérieur de cette petite pièce qui constitue leur seul univers. Avec son langage enfantin, il donne à voir à sa façon son univers aussi restreint soit-il. Il donne un nom aux objets qu’il côtoie (Monsieur Tapis, Monsieur Lit, Madame Table, Petit dressing…) et semble avoir une vie parfaitement rythmée par des tâches ou des jeux quotidiens : le jour du bain, le jour du ménage, le Cadeau du dimanche apporté par Grand Méchant Nick.

 

« On a des milliers de choses à faire tous les matins, comme donner une tasse d'eau à Madame Plante, dans Monsieur Evier pour pas en renverser partout, et après remettre le pot sur sa soucoupe, sur Madame Commode. Avant, Madame Plante habitait sur Madame Table, mais la figure dorée du bon Dieu lui a brûlé une feuille. Il lui en reste neuf de ma largeur de main et toutes couvertes de fourrure. Maman dit que les chiens sont pareils. Mais les chiens, ça existe que dans Madame Télé. Je trouve un bébé feuille qui commence à pousser : ça fait dix. « 

 

 Sa maman semble vraiment très attentive et tendre à son égard. Elle fait preuve d’une grande inventivité pour occuper le petit garçon et crée des jeux, invente des histoires, à partir d’objets du quotidien, de petits riens faits avec les moyens du bord. Il fait du sport, des activités manuelles, de la lecture. C’est un enfant très vivant qui parait équilibré tandis que sa maman connaît une souffrance qu’il ne comprend pas.  « Maman », elle, souffre de cet enfermement. Même si elle tente d’épargner son fils de ses peurs, elle tombe parfois dans une tristesse et une catatonie auquel Jack est habitué. Son envie de fuite est un mystère pour le petit Jack pour qui la chambre est un véritable cocon. Un « nid » dangereux néanmoins dont la mère va tenter de s’échapper.

 

Sans vous déflorer la suite de l’histoire, je pense que vous avez compris la problématique de cette histoire.  Une mère et son fils, enfermés dans quelques mètres carrés. Un homme dangereux qui leur rend visite la nuit. L’envie de fuir de cette jeune femme qui veut retrouver la vie extérieure.

Voilà un roman qui vous rappellera de sombres pages des faits divers.

Je dois donc dire que je suis vraiment rentrée à reculons dans Room, suspicieuse une fois encore à toute utilisation de faits véridiques pour nous fourguer un simili roman.

Et contre toute attente, j’ai vraiment été bluffé par ce roman !

L’entrée dans le récit ne s’est pas faite évidente. La personnalisation de tous les objets du quotidien de Jack, leur répétition ainsi que la description routinière de leur vie s’avère particulièrement longue et peu passionnante. Pourtant, indispensable, elle ne fait que mettre en relief l’horreur de cette vie limitée, quand bien même Jack ne s’en rend pas encore compte.

Puis peu à peu, le récit prend de l’ampleur. On discerne les questionnements de la maman, son implication dans le développement « normal » de l’enfant, sa difficulté à l’épargner tout en souhaitant lui faire prendre conscience d’un Dehors où la notion de liberté existe.

La suite sera encore plus impressionnante lorsque le Dehors prendra véritablement place dans leur vie. Quelle sorte de vie peut les attendre là-bas ? Peuvent-ils trouver leur place dans une vie où toutes les règles édictées ou presque  sont abolies, où l’espace et la liberté donne le vertige et font peur ?

 

Room est un roman véritablement surprenant, un tour de force qui, loin du pathos attendu, délivre une parole à la fois naïve et terrible, à travers la voix de Jack. Eloge de l’amour et de la maternité, il est aussi une sorte de roman d’apprentissage un peu particulier, celui d’un petit garçon qui découvre le monde et ses possibilités, du haut de ses 5 ans et qui va devoir trouver son propre libre arbitre, indépendant de sa maman. Un roman particulièrement fort que le sujet, de prime abord difficile, ne doit pas vous empêcher d’aborder !

 

 

D’autres avis :

MangoJoelleLa ruelle BleueZarlineClaraVirginie -

 

 


 Titre : Room

Auteur : Emma Donoghue

Editeur : Stock, La cosmopolite

Parution : Aout 2011

    400 pages 

Prix : 21,50€


 

prix lectrices ELLE

Repost 0
18 mars 2012 7 18 /03 /mars /2012 07:01

 

Sur la route du déménagement...


 

viaduc-de-millaut.jpg

Viaduc de Millau - Février 2012

 

 

Les dimanches en photos sont aussi chez : 

Tiphanie, Choupynette, Fleur, Liliba, SeriaLecteur, Margotte, Estellecalim.

 


Repost 0
18 mars 2012 7 18 /03 /mars /2012 07:00

Choco Shoot 01

 

C'est avec beaucoup de retard que je vous annonce les résultats du concours ! C'est que ma connexion internet n'est toujours pas effective et que depuis une semaine, j'éprouve de nombreuses difficultés à me connecter en wifi public... Mais soit !

 

Vous avez été moins nombreux cette fois-ci à voter :

58 au lieu des 75 de la dernière fois.

L'absence d'activité régulière sur ce blog se ressent !

 

Vous étiez donc 11 photographes à avoir proposé votre cliché. 2 photos se sont très vite détachées et je peux même dire que le gagnant s'est joué à un vote !!

 

Je ne fais pas durer le suspense plus longtemps.

La grande gagnante de ce concours sur le thème de l'Hiver est :

 

KEISHA

 

Qui a séduit beaucoup de monde avec sa jolie petite fleur annonciatrice du printemps

et a recueilli 14 votes !

En sachant que notre gagnante a bien souvent failli jeter l'éponge, question photo,

je suis bien contente que sa persévérance soit récompensée !

 

Chocoshoot hiver 06

 

 

Voici les statistiques de vote :

 

chocoshoot-hiver-statistiques.jpgVous constaterez donc que la photo 4 de Aifelle a bien failli elle aussi remporter ce petit défi !

 

Voici le nom des photographes qui se sont prêtés à l'exercice :

Vous pouvez retrouver les photos en grand format en cliquant dessus.

 

Photo 1 : Choupynette

Chocoshoot hiver 01

 

Photo 2 : Wal

Chocoshoot hiver 02

 

Photo 3 : Emmyne

Chocoshoot hiver 03

 

Photo 4 : Aifelle

Chocoshoot hiver 04

 

Photo 5 : Irrégulière

Chocoshoot hiver 05

 

Photo 6 : Keisha

Chocoshoot hiver 06

 

Photo 7 : Kathel

Chocoshoot hiver 07

 

Photo 8 : Liliba

Chocoshoot hiver 08

 

Photo 9 : Saxaoul

Chocoshoot hiver 09

 

Photo 10 : Didi

Chocoshoot hiver 10

 

Photo 11 : Fleur

Chocoshoot hiver 11

 

Pour ma part, j'ai eu un petit coup de coeur pour la photo d'irrégulière dont j'admire la belle lumière. Cette ambiance bleuté et de solitude m'a particulièrement touchée et je regrette qu'elle n'ait pas recueilli plus de votes...

 

Et vous, quelle photo vous a marquée ?

Quant aux photographes, n'hésitez- pas non plus à parler de votre prise de vue sur votre blog !

 

Je profite de ce petit bilan pour vous présenter une photo retardataire qui aurait eu certainement une belle place (et peut-être même la première !) dans ce concours si elle était arrivée à temps !

 

aurore.jpg

 

Il s'agit d'une maaaaaaaaaaagnifique aurore prise par Lunch

qui, désormais, ne pourra plus se cacher derrière sa modestie...

 

A tous, je vous donne donc rendez-vous pour la prochaine session sur :

le Home sweet home...et les cartons ^^

N'oubliez pas la date limite : il vous reste une quinzaine de jours !

 

 


Repost 0
Published by Choco - dans Choco Shoot
commenter cet article
17 mars 2012 6 17 /03 /mars /2012 10:00

gaston-et-gustave-01.jpgOlivier Frébourg est un écrivain qui s'apprêtait à être père. Mais c'est trois mois avant terme que les jumeaux que sa femme attendait sont arrivés. Arthur est mort. Gaston, lui, a survécu. Mais c'est une douloureuse attente que les parents s'apprêtent à vivre. Soigné dans un service de néonatalité, le jeune prématuré doit se battre pour survivre. Entre espoir et cauchemar, le père tente de maintenir la tête hors de l'eau en convoquant la grande figure de Flaubert, dont la statue orne l'entrée de l'hôpital. Un auteur qui a toujours refusé la paternité pour mieux écrire et auquel s'est beaucoup nourri Olivier Frébourg.

 

Olivier Frébourg n'est pas le premier auteur à se pencher sur le deuil d'un enfant.

 

"Alors pourquoi s'entourer de ce petit tas de livres sur les enfants morts ? Quand je parviens à en lire quelques lignes, ils me paraissent étrangers : j'essaie de trouver en eux une improbable consolation. La mort d'un enfant est devenu un genre littéraire. Il est impossible pour un écrivain qui subit une catastrophe de ne pas en faire un linceul de papier. Combien de parents ont perdu leur enfant sans encombrer les librairies ?"

 

Cette tragédie qui le frappe de plein fouet est un véritable naufrage pour l'auteur qui va développer une culpabilité certaine. Cette escapade à Saint-Malo était-elle une bonne idée ? N'a-t'elle pas involontairement provoqué cet accouchement prématuré ? A-t'il fait les bons choix dans sa vie ? Cette vie voyageuse et aventureuse qui a toujours été la sienne est-elle compatible avec la vie de famille ? Père heureux de 3 grands enfants, l'auteur s'interroge pourtant sur la figure du père et de l'écrivain. Peux-t'on porter les deux rôles en même temps ? Pour Flaubert, la réponse est non. Le prolifique écrivain a, pour sa part, fait le choix de l'écriture alors que Frébourg a pris les deux casquettes. A tort ?

Entre confession douloureuse et réfléxion littéraire sur l'écriture et sur Flaubert, Gaston et Gustave n'échappe pas à une certaine forme de voyeurisme. Frébourg n'hésite pas à confier ses peurs, ses sentiments, sa colère, son quotidien de père de prématuré. Il nous narre l'infini de ces journées, à attendre un signe de bien portance de l'enfant survivant, à craindre les rechutes, nombreuses, à refuser le coup de fil du matin qui annoncerait le pire. Il décrit l'horreur d'avoir à faire le deuil de celui qui n'eut pas le temps de vivre, l'organisation de sa crémation, sa solitude face à sa douleur, l'équilibre de la famille qui est brisé.

Il s'interroge sur sa vie, sur la manière dont il l'a conduite faisant peu à peu le lien avec celle de Flaubert. Tissant des parallèles entre eux deux, il nous conduit peu à peu dans l'intimité du grand homme, détaillant parfois des pans biographiques de l'auteur, explicitant certain faits d'écriture, certaines conduites qui le ramène à son propre statut d'écrivain.

S'il parle de lui en toute sincérité, Frébourg garde pourtant une certaine pudeur. Rien ne sera dit ou presque de ses relations avec la mère des jumeaux, de son propre ressenti à elle. Une femme qui semble un peu absente ici et qui d'ailleurs finira par l'être tout à fait envers l'auteur. Un point de vue que l'on pourrait regretter sauf que le sujet n'est pas là.


Se penchant sur sa propre douleur, sa propre culpabilité, Frébourg nous oblige malgré tout, d'une certaine façon, à voir le délitement de sa vie, à partager peut-être une part intime qui ne nous concerne pas. Comme pour le "roman" de  De Vigan qui m'avait gênée, le lecteur se voit plongé dans la vie d'un homme qu'un bouleversement soudain plonge dans une terrible souffrance. S'il est impossible de rester de marbre devant ce drame humain, il n'empêche qu'on assiste à une période très personnelle de l'auteur. C'est un homme plutôt bourgeois qui fréquente des milieux intellectuels élevés, à qui la vie réussit et qui semble mener une vie facile ponctuée de belles amitiés et de nombreux voyages. Jusqu'au jour où la machine se grippe et le conte de fées se termine.

Néanmoins, Frébourg réussit peu à peu à donner de l'ampleur à son récit. Se soustrayant quelque peu à son histoire personnelle, le livre prend un tour plus intéressant lorsque ce dernier pénètre plus profondément dans la vie de son auteur fétiche. Animé d'une belle plume qu'on ne peut lui enlever, Frébourg m'a beaucoup plus convaincue dans sa réflexion littéraire que sur sa propre expérience de la prématurité.

C'est donc un axe d'écriture assez original que de mettre en echo sa propre vie avec celle d'un grand auteur. Si le décalage est grand entre les deux auteurs, les passerelles m'ont semblées pertinentes tout en laissant malgré tout un sentiment ambigu de mélange des genres.

Gaston et Gustave est donc un document qui ne remportera pas l'adhésion de tout le monde.

 

 

D'autres avis : 

Leiloona qui s'est, au contraire, ennuyée avec les passages flaubertiens - Lucie -Claire -

 

 

 

 


Titre : Gaston et Gustave

Auteur : Olivier Frébourg

Editeur : Mercure de France

Parution : Septembre 2011

    233 pages 

Prix : 17,90€


 

prix lectrices ELLE

Repost 0
Published by Choco - dans Essai
commenter cet article
11 mars 2012 7 11 /03 /mars /2012 07:00

 

Il y a une semaine, c'était ça :

 

cartons de livres

 

 

Work in progress :

 

demenagement-1.jpg

 

Aujourd'hui :

 

demenagement-2.jpg

Repost 0
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 23:00

 

Axel Sigurdarson est un photographe islandais qui vient de produire une magnifique série sur son pays d'origine.

"From Above" est constitué de photos aériennes qui mettent en valeur la richesse des formes et des couleurs du paysages.

Une envie d'évasion s'impose... :)

 

 

sigurdarson-01.jpg

 

 

sigurdarson-02.jpg

 

sigurdarson-03.jpg

 

sigurdarson-04.jpg

 

sigurdarson-05.jpg

 

sigurdarson-06.jpg

 

sigurdarson-07.jpg

 

sigurdarson-08.jpg

 

sigurdarson-09.jpg

 

 

sigurdarson 10

 

 

sigurdarson-11.jpg

 

 http://www.axelsig.com/

 

Repost 0

Humeur

Le 26 Août 2013 :
Le grenier de choco n'est plus...
Ce blog sera à terme supprimé.
Suivez moi désormais sur :

 

Rechercher