Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 mars 2012 5 09 /03 /mars /2012 21:10

Shrimp-t1-01.jpgAlbert est cuistot dans un petit restaurant de quartier dont la spécialité est la croquette aux crevettes. Le rêve d'Albert est d'ailleurs de passer des vacances à Las Palmas, lieu paradisiaque où l''on trouve les plus grosses crevettes au monde. En attendant, notre homme se contente de soupirer sous les fenêtres de sa belle voisine, Mia devant laquelle il perd tous ses moyens. Et ce n'est pas l'apparition de Chang,son petit ami, à la table du diner qui arrangera les choses.

Mais coup du sort, en nettoyant le restaurant, il découvre un billet pour Las palmas, perdu par l'ami de Mia. Ni une, ni deux : Albert le fait sien, espérant bien retrouver sa belle. Pensant partir pour le paradis de ses rêves, Albert va bientôt découvrir qu'il est embarqué à l'autre bout de l'espace dans un bateau occupé uniquement par des chinois bien peu disposés à son égard...

 

Voilà une petite découverte que l'on doit à My Major Company qui offre aux internautes de financer une oeuvre apprécié, à la manière de ce qui se fait déjà en musique. Shrimp se révèle en effet une très bonne surprise : un album qui manie l'humour avec originalité.

Albert est l'anti-héros type, le français moyen comme vous et moi. Jeune adulte timide et un peu coincé, il peine à se mettre en valeur et à faire le premier pas en amour. Mal dégourdi, bafouillant, il se révèle très attachant et humain. Son envie de tout larguer pour Las Palmas montre pourtant que notre homme cache quelques réserves aventureuses dans son sac. Pourtant affronter une colonie de chinois ne va pas être une partie de rigolade. Très à cheval sur la discipline, fanatiques de Mao, prêts à le larguer dans les airs, les chinois sont gentiment moqués dans le portrait qui leur est fait. Ils vont obliger Albert à avoir d'une belle part d'auto-dérision pour supporter ses congénères. Et à cuisiner de la croquette de crevettes. Une gageure dans un "bateau" où les produits alimentaires sont transformés pour être stockés de manière très académique... Quid des oeufs carrés ??

On retrouve dans le dessin des influences larceniennes sans qu'on y décèle du copier coller et le tout est très fluide dans une veine plutôt réaliste.

 

Bref voilà un petit album hautement sympathique dont je ne peux vous en dire plus sous peine de vous gacher la découverte ! C'est juste l'histoire d'un gentil loser qui peine à s'imposer et qui, par un concours de circonstances abracadabrantesque va se retrouver propulsé dans un voyage interstellaire épique. C'est juste une très bonne histoire humoristique qui, sous couvert de science-fiction, nous emmène dans une aventure dynamique où l'attitude et les réparties du héros font tout le sel. C'est juste à lire pour passer un bon moment en compagnie de 3 auteurs belges qui nous offriront prochainement le deuxième et dernier tome de cette histoire !

 

Liens :

Les 20 premières pages à lire

 

 Shrimp-t1-02.jpg

 

  Shrimp-t1-03.jpgShrimp-t1-04.jpg


 Titre : Shrimp, tome 1 - Le Grand large

Dessinateur : Mathieu Burniat

Scénaristes : Matthieu Donc / Benjamin D'Aoust

Editeur : Dargaud

Date de parution : Mars 2012

48 Pages

Prix : 11,99€


 


Repost 0
Published by Choco - dans Bande dessinée
commenter cet article
7 mars 2012 3 07 /03 /mars /2012 07:00

Bleu-s--01.jpgNicolas se réveille à l'hôpital. Il a eu un accident à l'école : une chute dans les escaliers. Le petit garçon n'arrive plus à parler et surtout ne se souvient plus de rien. Heureusement son père est là et les docteurs Vert et Bleu s'occupent bien de lui.  Rapidement de retour à la maison, Nicolas se remet tout doucement. Mais un cauchemar continue de le hanter. Prenant forme dans ses dessins, un dragon de feu qui ressemble à Mademoiselle Rose la directrice de l'école, semble le poursuivre.

 

Édité en 2001 de manière quelque peu furtive, ce bel album vient de connaître une seconde vie aux éditions Des ronds dans l'O.

Le lecteur va suivre les jours suivant l'accident de Nicolas.

Après un bref séjour à l'hôpital où le personnel médical s'est montré délicat et réconfortant envers lui tout en tentant d'en savoir plus sur cet accident, Nicolas retrouve la douceur du foyer. Vivant seul avec son père, il profite de cette parenthèse pour savourer sa présence tout en restant troublé par une peur violente figurée par un méchant dragon qui lui a laissé des bleus à l'âme et sur le corps.

 

Vous l'aurez peut-être deviné, Bleu(s) parle tout simplement de maltraitance sur enfant. Mais loin d'afficher un propos d'une lourdeur absolue, l'auteur se fait fort d'une approche indirecte contenant une grosse dose de pudeur et de subtilité tout en soulignant la chaleur et l'importance des rapports père-fils.

La mémoire de Nicolas n'est toujours pas revenue et son père fait preuve de beaucoup d'amour, de patience envers son fils. Une confiance et une douceur importante pour son équilibre qui lui permettra d'extérioriser ses peurs sous forme de dessins, et bientôt de se souvenir. Leur relation est particulièrement mise en valeur et l'apaisement qui en ressort est palpable auprès du lecteur troublé qui devine bien vite que cet accident d'escalier est mystérieux.

C'est Nicolas lui-même qui est le narrateur de cette histoire. Vu par ses yeux innocents qui ne comprennent pas encore toutes les notions de bien et de mal, l'histoire emprunte une voie relativement légère et naïve qui cache pourtant des côtés bien sombres. Il mange les supers crêpes de papa, joue avec lui, plaisante en sa compagnie. Son retour semble doux et heureux, excepté les quelques cauchemars qui le réveillent de temps à autre. La chute de l'album n'en sera que plus violente et marquante. Nicolas se souvient enfin et découvre qu'il n'est pas seul. Quelques cases donc qui sont une véritable claque et dans lesquelles le sens de l'album pourrait presque être condensé.

 

En lien avec la couleur du titre, avec les traces qui tachent le corps de Nicolas, Will Argunas utilise une palette bleuté. Bleu gris, noir, blanc, souvent présents en gros aplats ne manquent pas de distiller une ambiance plus difficile que les dialogues le laissent penser. Le malaise est déjà là. Et on sent bien qu'une menace pèse sur le petit garçon. Les angles de vue sont variés (plongée, contre-plongée) et dynamisent le récit.

 

Avec son approche résolument différente mais tout aussi forte d'un sujet difficile comme la maltraitance des enfants, Will Argunas a livré un récit profondément humain qui évite tous les écueils du pathos, du voyeurisme, du misérabilisme. La voix de l'enfant qui prime ici donne un ton contrasté avec l'atmosphère ambiguë qui sourde en arrière-plan et redonne surtout la parole à ceux qui peinent à exprimer leur souffrance, leur incompréhension devant les actes parfois inconséquents des adultes.

Bleu(s) est sans conteste un récit engagé sur le sujet qui, de plus, souligne l'importance de l'amour et de l'écoute familiale pour la structure et l'évolution des enfants.

 

Ouvert à réception dans l'optique de m'en faire une petite idée, je me suis retrouvé à lire cet album en entier, accroupie discrètement devant le rayon, sans plus savoir lâcher cette histoire poignante ! Je vous le recommande plus que chaudement donc (et pense particulièrement à Mo' !) !

 

 

Liens :

Les 8 premières pages à lire.

Interview de l'auteur et de l'éditrice.


Bleu-s--04.jpg

 

Bleu-s--02.jpg


Bleu-s--03.jpg

 

 


  Titre : Bleu(s)

Auteur : Will Argunas

Editeur : Des ronds dans l'O

Parution : Février 2012

    58 pages 

Prix : 14,50€


 

bd du mercredi

 

chez Mango

 

 

Repost 0
Published by Choco - dans Bande dessinée
commenter cet article
4 mars 2012 7 04 /03 /mars /2012 15:00

 

Amateurs de nipponeries,

 

Voilà bien longtemps que je ne vous avais secoué sur le Japon !!

A l'occasion du salon du livre de Paris qui, cette année, a invité le Japon, je vous propose de réitérer le petit défi thématique que nous avions initié l'année dernière à l'occasion de la quinzaine nippone.

 

Cette fois-ci, ce n'est ni une quinzaine, ni une semaine mais une dizaine à laquelle je vous invite à participer !

Les 10 jours japonais se dérouleront du 20 au 30 Mars,

suivant ainsi la clôture du salon qui, j'espère, aura peut-être tenté certains à se pencher sur la littérature japonaise !

 

Pendant ces 10 jours, je ne vous proposerais donc que des billets autour de la thématique japonaise.

Je vous invite à nouveau à me rejoindre pour les jours de votre convenance, que ce soit pour un ou pour dix !

Vous pouvez parler de livres mais aussi de cuisine, d'art, de musique, de culture, etc..

Tous les jours, je relaierais vos billets au gré de vos publications.

 

Si vous êtes intéressé, signalez-vous dans les commentaires !

Et préparez dès à présent vos lectures !

 

10 jours japonais

Participeront :


Choco

The Bursar

Catherine

Nymphette

Hélène

Sharon

Tiphanya

Touloulou

Unchocolatdansmonroman

Soukee

Jérome

Ambroisie

 

-----------

 

Récapitulatif :

 

 

 

Jour 1 :

 

- Choco : Instantanés japonais au salon du livre

- Jérome vous présente le manga "Jintarô, le caïd de Shinjuku"

- Hélène évoque "Les petits contes de printemps" de Soseki

- Ankya a attaqué "Tsubaki", de Shimazaki

- Emmyne poursuit ses haikus avec ceux du temps présent

- Loula plonge dans le manga "Alice au royaume de coeur"

- Ambroisie part sur le manga "Shinobi Life"

- Tiphanya vous propose sa petite bibliographie japonaise

- Anne vous parle de "Kosaburo, 1945", un roman français situé au Japon

- Kathel part sur les traces de "Celle de l'autre rive"

- The Bursar vous plonge dans les bains jponais et romains avec Thermae Romae

(je vous en parle aussi bientôt !)

- Unchocolatdansmonroman voyage au pays du thé

- Merquin découvre le manga 20th Century boys

 

 

Jour 2 :

 

- Choco : Les monstres de Mayuko, de Marie Caillou

- Jérôme vous plonge à son tour dans les bains du manga Therma Romae

- Oliv' a lu Une vie dans les marges, de Tatsumi

- Catherine vous explique l'art du Kirigami

- Hélène se balade avec Taniguchi et son Furari

- Soukee voyage avec Lafcadion Hearn

- Anis lit Murakami Ryu et sa Kyoko

- Unchocolatdansmonroman part en cuisine avec les bentos

- Mango découvre le pavillon des hommes

- Tiphanya a lu La maison en petits cubes

- Merquin nous présente la fête des enfants, Koinobori

 

 

Jour 3 :

 

- Choco : Sélection de carnets de voyage au Japon

- Jérome s'adresse à la jeunesse avec La maison en petits cubes

- Tiphanya voyage avec Japon, itinéraires de voyageurs

- Ankya a lu Hamaguri, de Shimazaki

- Unchocolatdans mon roman présente le manga Oishinbo

- Emmyne nous parle du conte Ce qui arriva à monsieur et madame Kintaro

- Soukee a lu La brokante Nakano

- Catherine est allée voir du côté des chats

 

 

Jour 4 :

 

- Choco : Seins et oeufs,  Mieko Kawakami

- Mango s'est plongé dans Les abeilles, de Ogawa

- Jérome a lu le très bon manga Soldats de sable

- Emmyne continue de nous ravir avec ses haikus.

- Loula nous fait découvrir le monde du thé

- Unchocolatdansmonroman est parti découvri Kitano et son Boy

 

 

Jour 5 :


- Choco : la photographe japonaise Kanako Sasaki

- Kathel vous présente également une photographe japonaise !

- ANkya vous parle d'un chat célèbre au Japon

- Tiphanya attaque la série Switch Girl en manga

- Unchocolatdansmonroman pense aux enfants avec Le bonhomme Kamishibai

- The Bursar a lu Parade, de Yoshida

- Ambroisie a lu La mort de radiguet, de Mishima


 

 

Jour 6 :

 

- Choco : Jardin japonais Albert Kahn

- Anis a lu Appel du pied, de Wataya

- Unchocolatdansmonroman s'est offert un beau film de Kurosawa, Rhapsodie en Août

- Jérome a lu à son tour Seins et oeufs

- Ambroisie pousuit le manga Shinobi life

- The Bursar a attaqué le manga Princesse Jellyfish

- Tiphanya part en voyage avec Sumimasen

- Loula poursuit 1Q84

- Merquin a ouvert La lumière de Tokyo

 

Jour 7 :

 

- Choco : Arrachez les bourgeons, tuez les enfants, de Kenzaburo Ôé

- Chez Jérome, c'est raviolis !

- Hélène a lu Le coupeur de roseaux, de Tanizaki

- Tiphanya découvre Mes images du Japon

- Ankya s'essaie aux jeux télévisés japonais

- Unchocolatdansmonroman découvre Le kimono blanc

- Touloulou s'est lancé dans Les années douces

- Merquin s'intéresse à la couture japonaise

 

 

Jour 8 :

 

- Choco : le manga Nanja Monja

- Mango nous fait découvrir le peintre Yorosu Tetsugoro

- Ambroisie continue sa lecture de Shinobi life

- The Bursar a attaqué le manga Bamboo Blade

- Merquin s'est penché sur les cent vues d'Edo de Hiroshige

 

 

Jour 9 :

 

- Choco : le manga Bonne nuit Punpun 

- Unchocolatdansmonroman s'est émue avec Les années douces, de Kawakami

- Sharon attaque le manga Alice 19th

- Tiphanya a découvert Le tricycle de Shinichi

- Ankya a suivi les pas d'une japonaise en France avec Nâââde ?!

- Hélène s'est plongé dans le Japon de 17 dessinateurs.

- Catherine présente son salon du livre japonais

- Loula termine sa lecture de Nanja Monja

- Manu s'est offert Le bureau des chats

- Ambroisie a lu Le chateau ambulant

- Merquin nous parle des furoshiki

 

Jour 10 :

 

- Choco : Le temple des oies sauvages

- Jérome a lu Boy, de Kitano

- Unchocolatdansmonroman nous fait découvrir le peintre Yoshitomo Nara

- Clara a lu le roman inachevé de Kawabata

- Mango nous présente un peintre qui a peint sur le Japon

- Catherine évoque la présence de Kenzaburo Ôé au salon du livre

- Sharon s'attaque au manga Nana

- Merquin évoque la spécificité de l'arc en ciel japonais

 

Jour 11 :

(parce que je ne sais pas compter ^^)

 

- Choco : Concours littérature japonaise

- Emmyne s'est offerte Mitsuka, de Shimazaki

- Unchocolatdansmonroman a lu le sublime Les belles endormies, de Kawabata

- Ankya a interviewé David Michaud, auteur de livres de photos sur le Japon

- Jérome a lu Gamba et les rats aventuriers

- Manu a découvert la tombe des lucioles

- Ambroisie a lu Japon, 1 an après

- Anne présente Mitsuba, de Shimazaki


 

 



 


--------------

 

J'en profite également pour vous signaler un challenge japonais organisé par Ambroisie et Skelarh :

"Sur les pages du Japon"

 

Il débutera le 1er Avril et durera un an.

Tous les mois, un thème vous sera proposé et vous devrez lire au minimum un ouvrage par mois.

(mais si vous souhaitez participer ponctuellement, c'est possible aussi !)

Vous pouvez retrouver les détails du challenge ICI

J'attends, pour ma part, que le premier thème soit donné !

 

challenge-sur-les-pages-du-japon.jpg


Repost 0
Published by Choco - dans Challenges
commenter cet article
4 mars 2012 7 04 /03 /mars /2012 13:43

Choco Shoot 01

Amis photographes, bien le bonjour !

Essayons de ne pas être trop en retard cette fois-ci pour l'annonce du nouveau thème du concours.

Après une thématique hivernale qui vous fît sortir dans le froid, je propose que nous cocoonnons au chaud !

 

Le thème du mois de Mars sera donc :

 

Home sweet home

 

Vous l'avez compris, étant en plein aménagement de nid douillet, je suis particulièrement sensible à ce sujet actuellement !

J'aimerais donc beaucoup que vous me présentiez une pièce, un coin, un objet de chez vous qui vous tient particulièrement à coeur, qui représente ce pourquoi vous aimez votre intérieur, votre lieu de vie.

Ou tout autre photo que vous inspire ce sujet !!

 

Le thème pré-proposé il y a quelques jours : "Carton, mon ami" était bien évidemment une boutade !!

Néanmoins, il enthousiasma particulièrement 2 compères qui se reconnaîtront ^^

C'est pourquoi, ce mois-ci, je vous propose un bonus exceptionnel !

Toute personne qui m'enverra en plus de sa photo un cliché sur le thème du carton se verra bénéficier automatiquement de 3 points de vote supplémentaires !

Ces photos seront bien évidemment affichées sur le blog mais ne se verront pas proposés aux votes.

(ou alors peut-être un petit vote secondaire juste pour le fun !)

 

Vous avez donc jusqu'au samedi 31 Mars pour m'envoyer vos photos

à cette adresse : grenierdechoco@gmail.com

Pensez à réduire le poids de la photo (moins de 1 Mo) et accessoirement à lui donner un titre !

Pour rappel, les modalités de participation sont ici.

 

 


 

Repost 0
Published by Choco - dans Choco Shoot
commenter cet article
4 mars 2012 7 04 /03 /mars /2012 13:01

cartons-de-livres.jpg

 

Ma bibliothèque du moment !

50 cartons de livres qui attendent dans l'entrée.

Isolation thermique au top

 

Repost 0
3 mars 2012 6 03 /03 /mars /2012 14:30

 

Si Jack London est connu pour ses grands récits d'aventure, on ignore un peu plus que ce fut un grand photographe.

Laissant derrière lui plus de 12 000 photos pris lors de ses voyages, il couvra des sujets variés comme le tremblement de terre de San Francisco en 1906, la révolution mexicaine, la guerre russo-japonaise ou les miséreux de Londres.

 

Les éditions Phébus ont publiés il y a quelques mois un ouvrage reprenant quelques uns de ses clichés les plus importants.

Le tout est découpé en 6 thématiques :

1 - Le Peuple d'en bas (1903), dans les rues de Londres, donc
2 - La guerre russo-japonaise (1904)
3 - Le tremblement de terre de San Francisco (1906)
4 - La croisière du Snark (1907-08), avec des photos prises à Hawaï et Tahiti, dans les îles Samoa et Salomon, etc.
5 - Le Voyage du Dirigo (1912)
6 - La révolution mexicaine (1914)


Voilà une belle occasion d'en découvrir un peu plus sr cet écrivain aventurier !

 

 

london-01.jpgLe Cap Horn vu du Dirigo, 1912

 

london-02.jpgNouvelles-Hébrides, 1908

 

 

london-03.jpg

Chow, Corée, 1904

 

london-04.jpgSoldadera membre des forces constitutionnalistes, Tampico, Mexico. 1914

 

london-05.jpg Des ouvrières soûles en train de se battre, Londres, 1902

 

 

london-06.jpg Femmes harrassées, à la pause, Londres, 1903

 

london-07.jpg

 

london-09.jpg

london-10.jpg

 

london-11.jpg

 

london-12.jpg

 

london-13.jpg

 

london-14.jpg

 

london-15.jpg

 

london-16.jpg

 

london-17.jpg

 

london-18.jpg

 

london-19.jpg

 

 

 


Titre : Jack London, Photographe

   Auteur : Collectif

Editeur : Phébus

Parution : Octobre 2011

    288 pages 

Prix : 39€ 


Repost 0
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 11:30

Choco Shoot 01

 

ChocoShoot 9 : L'hiver

 

Je reviens tout doucement sur les blogs avec cette session bien classique sur l'hiver.

Vous avez été 11 à participer et à opter en majorité pour l'esprit de neige ! Quid de la bonne cheminée d'hiver ?!

 

Vous avez donc jusqu'à mercredi 7 mars, minuit pour choisir votre photo préférée à l'aide du tableau en bas de billet ou par mail à cette adresse : grenierdechoco@gmail.com

 

Pensez à cliquer sur chaque photo pour les voir en grand !

 

 

Photo 1 :

Chocoshoot hiver 01

 

Photo 2 :

Chocoshoot hiver 02

 

Photo 3 :

Chocoshoot hiver 03

 

Photo 4 :

Chocoshoot hiver 04

 

Photo 5 :

Chocoshoot hiver 05

 

Photo 6 :

Chocoshoot hiver 06

 

Photo 7 :

Chocoshoot hiver 07

 

Photo 8 :

Chocoshoot hiver 08

 

Photo 9 :

Chocoshoot hiver 09

 

Photo 10 :

Chocoshoot hiver 10

 

Photo 11 :

Chocoshoot hiver 11

 

Voilà, c'est à vous !

 


Repost 0
Published by Choco - dans Choco Shoot
commenter cet article
26 février 2012 7 26 /02 /février /2012 23:59

Choco Shoot 01

Amis lecteurs,

 

Contrairement aux apparences, je ne suis pas morte étouffée sous les livres !

Comme certains l'avaient peut-être compris, les 10 derniers jours étaient sous le signe du déménagement.

Après un transit de 3 mois, je viens enfin d'intégrer mon petit nid à moi qui, bien évidemment est en attente de ligne internet.

Je viens enfin de découvrir la place au centimètre près qui me permet d'accéder au wifi public (j'envisage d'ailleurs de noter l'emplacement avec du scotch ^^)

C'est donc collée à une fenêtre les jambes coincées dans des cartons que je viens vous rappeler l'imminence de la date limite d'envoi pour vos photos du chocoshoot sur l'hiver !

Vous êtes 6 à m'avoir déjà envoyé une photo hivernale (je m'excuse auprès de celles à qui je n'ai pas encore répondu...).

J'attends les autres !

 

Quant au thème du mois prochain, je pré-propose celui-ci :

"Carton, mon ami"

Vous êtes tous partants bien évidemment ?!


 

 

Repost 0
Published by Choco - dans Choco Shoot
commenter cet article
21 février 2012 2 21 /02 /février /2012 07:00

muse-01.jpgSi le dramaturge John millington Synge connaît une belle notoriété parmi les amateurs de littérature irlandaise, l'actrice Molly Allgood ne peut en dire autant parmi nos contemporains. Selon les voeux de Synge, ce couple de légende est resté dans l'ombre et Molly, terminera sa vie seule et sans le sou avant d'être internée en hôpital psychiatrique.

 

C'est d'ailleurs en 1950, à Londres, que nous retrouvons l'ancienne actrice. La belle a perdu de son lustre et c'est désormais une vieillarde qui traîne ses nippes dans les rues à la recherche de quelques sous. Une vieille femme donc, qui survit péniblement, en se réchauffant à coup d'alcool et de souvenirs. Car des souvenirs, Molly en possède de nombreux. Tous liés à son grand homme de théâtre à qui elle restera toujours fidèle même après avoir choisi de le quitter. L'histoire d'amour de toute une vie que Molly nous conte à sa façon dans ce roman qui s'appuie sur des faits réels.

 

Muse nous plonge donc dans les affres nostalgiques de Molly, suivant au gré de ses pensées des épisodes du passé. Se déroulant sur une journée à l'issue tragique, son parcours ne manquera pourtant pas de nous conduire à travers les époques.

Sans aucun ordre chronologique, nous allons découvrir les débuts de Molly, sa rencontre avec Synge qui signera le début d'une vie amoureuse compliquée par la trop grande pudeur de Synge, son désir de rester secret et de ne pas trop s'impliquer, pris par les affres de la création et trop tenu par une mère dominatrice. Molly, elle, respire l'insouciance, la liberté. Elle n'hésite pas à braver les traditions de la famille pour vivre comme elle l'entend. Issu d'un milieu populaire, elle découvre à ses côtés l'art, la littérature et tente de perdre son accent peu raffiné. On est le spectateur de leurs échanges épistolaires, riche de références intellectuelles et de petits mots passionnés.Il est protestant , elle est catholique et pourtant leur amour dépasse les clivages.

Au delà de leur histoire d'amour, on découvre aussi toute une époque, tout le milieu théâtral anglais qui vît les débuts de Synge et de Yeats, l'incompréhension du public, l'attachement de Synge envers les petits paysans qui va à l'encontre de son éducation.


Leur histoire tournera court et c'est la vieille Molly qui, en tant que dernier témoin, nous livrera son témoignage sur cette époque bénie. Le contraste est d'autant plus choquant que Molly vit désormais dans le dénuement le plus total, se nourissant de souvenirs faute d'aliments. Sa déchéance est poignante, tout comme sa fierté à vouloir sauver la face, envers et contre tout. Les allers-retour entre les époques perturbent quelque peu au départ, avant de nous embarquer dans un tournoiement de misère et de gloire. Synge n'est plus mais l'amour de Molly continue de flamboyer sous sa carapace décrépie, s'accrochant à quelques lettres comme à un trésor de grande valeur.

 

muse-02.jpgMolly Allgood, par Yeats - 1913

 

Formidable roman dont la très belle écriture nous interpelle dès les premières lignes ! La narration se fait à la deuxième personne et prend à partie à la fois le lecteur et Molly, comme une petite voix de la conscience qui admonesterait son enveloppe physique. Très écrit, dans une prose raffinée qui retranscrit bien les formes et l'ambiance de l'époque, Muse nous catapulte dans un Londres théâtral où les carrières se font et se défont au gré d'une opinion publique arrêtée et peu novatrice. Amour, solitude, difficulté de la création littéraire, théâtre, histoire irlandaise, ce roman d'inspiration historique et littéraire s'avère très dense et riche d'émotions. Suivant le parcours d'une jeune fille naïve qui deviendra néanmoins la muse d'un grand auteur, le lecteur ne peut que s'attacher au personnage et découvrir un aspect peut-être méconnu de l'auteur. Centré autour de Molly, le texte tend à mettre en avant celle qui fut toujours dans l'ombre tout en brillant sur les planches.

Muse est sans conteste un roman brillant qui fait la part belle à la finesse et transforme un amour à la fois passionné et douloureux en un petit bijou littéraire. Un superbe hommage à un dramaturge que, je dois le reconnaître, je ne connaissais pas vraiment.

 

Citations :

"Alors il marche, et il marche avec ses vieilles bottes abîmées, et elle marche à ses côtés, par temps de pluie ou de canicule. Ils sont presque toujours côte à côte, rarement face à face, et leurs empreintes sur la plage forment de gracieuses parallèle qui ne se rencontrent guère."

 

"J'imagine que quand on est vieux, les souvenirs sont comme des pierres, on pose toujours le pied sur cellesqu'on connait bien pour ne pas tomber."

 

 

muse-03.jpg

 

 

D'autres avis :

Yvon - La ruelle bleue - Lili galipette - Kathel - Lili - Chiffonnette -

 


Titre : Muse

  Auteur : Joseph O'Connor

Editeur : Phébus

Parution : Août 2011

    278 pages 

Prix : 19€


 

 

prix lectrices ELLE

 

 

 

 



Repost 0
19 février 2012 7 19 /02 /février /2012 07:00

 

priere.jpg

Instant de prière à Fourvière

Lyon, 2011

 

Les dimanches en photos sont aussi chez : 

Tiphanie, Choupynette, Fleur, Liliba, SeriaLecteur, Margotte, Estellecalim.

 


Repost 0

Humeur

Le 26 Août 2013 :
Le grenier de choco n'est plus...
Ce blog sera à terme supprimé.
Suivez moi désormais sur :

 

Rechercher