Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 février 2012 2 14 /02 /février /2012 07:00

atar gull 01Atar Gull est le fils d'un roi africain de la tribu des Petits Namaquas. Mais depuis la nuit des temps, la tribu est en conflit avec celle des Grands Namaquas qui font régulièrement des razzias parmi les hommes du clan pour les revendre en tant qu'esclaves au commandant Benoit. Un jour, c'est au tour d'Atar Gull d'être fait prisonnier. Alors qu'il s'est juré de ne jamais pleurer, cet homme grand et fort adopte une attitude soumise et silencieuse devant le nouveau maître auquel il est vendu. Pourtant, se cache une terrible vengeance dans son coeur.

 

Nous sommes au XIXème et l'esclavage bat son plein en Afrique. Atar Gull est une "pièce" de choix et sa force, son impassibilité vont en faire un des favoris de Tom Will, homme à l'attitude paternaliste qui se prend d'affection pour lui. Devenant rapidement son plus serviable serviteur, Atar Gull est devenu indispensable à la bonne marche de la plantation jamaïquaine de ce dernier. Mais quand l'esclave découvre que ce "bon" maître est responsable de la mort de son père, il va tout sacrifier pour assouvir sa vengeance.

 

Adapté d'un roman d'Eugène Sue paru en 1831, Atar Gull est une terrible histoire romanesque qui nous plonge dans le sujet de l'esclavage. Loin d'être daté, le propos reste d'une grande force et d'une grande modernité. Car loin des récits d'esclaves qui tendent à regagner leur liberté après des années de servitude, Atar Gull présente un visage bien différent.

Son personnage surprend par la docilité dont il fait preuve. Esclave d'un maître qui traite ces derniers comme des êtres humains, notre fils de roi est plutôt bien loti. Si le début de sa nouvelle vie se passe plutôt bien (travail pas trop éprouvant, amour naissant avec une femme esclave, confiance du maître), Atar Gull va bientôt montrer un autre visage. Si personne, excepté sa femme, ne se rendra compte du feu qui couve, le lecteur va assister aux nombreuses petites actions de l'esclave qui vont bientôt le mener à des actes bien moins estimables...

Ainsi, l'ambivalence d'Atar Gull est bien troublante. Si on compatit face à l'horreur de cette vie asservie, on ne peut malgré tout totalement adhérer aux actes secrets de cet homme torturé qui a décidé de sacrifier son propre bonheur afin d'asservir à son tour son propre maître. La chute de cette vengeance est d'ailleurs particulièrement terrible et inattendue, et laisse un goût amer dans la bouche. Elle m'a presque laissée mal à l'aise ou même déçue devant ce gachis implacable.

De leur côté, les autres personnages ne sont pas totalement noirs et pas entièrement détestables. L'armateur qui transporte les esclaves est un homme simple qui tente juste de gagner un peu d'argent pour rejoindre sa femme et son fils. Tom Will, le planteur, veille au bien-être de ses esclaves. Finalement, le personnage le plus sombre de cette histoire est l'esclave lui-même avec cette envie de vengeance qui  lui dévorera le coeur.

 

Première découverte du dessin de Brunö, je dois dire que je me suis rapidement habitué à son trait épais. Les grands aplats de couleurs chaudes laissent une empreinte forte et contrastent avec le dessin anguleux faussement minimal. Tout cela donne une grande modernité à cette histoire datant pourtant de plusieurs siècles et beaucoup de charisme a un personnage qui n'en manque déjà pas.


Bref, loin d'être un récit attendu et manichéen, Atar Gull surprend par son héros à la volonté implacable, à contre-courant des "gentils" esclaves qui ne méritent que la liberté. Pourtant l'esclavage et les négriers sont bien évidement dénoncés. On notera particulièrement la description réaliste des transports en bateau et des conditions plus que difficiles de ces "sous-hommes" qui ne manqueront pas de faire frémir. Aussi, il est toujours bon de rappeler cette époque révolue (normalement.... quoi que...), de souligner ces actes choquants et de montrer que l'aliénation et la cruauté n'amène que le mal chez l'Homme.

Atar Gull est vraiment un album puissant scénaristiquement mais aussi graphiquement parlant.

A ne pas rater donc !

 

 

D'autres avis :

Yvan - Arsenul - Lunch - Jérome - Belzaran - Alfie's mec - David Fournol - PaKa -

 

 

atar-gull-05.jpg


atar-gull-04.jpg

 

atar-gull-02.jpg

 

atar-gull-03.jpg

 

 


Titre : Atar Gull, ou le destin d'un esclave modèle

 Dessinateur : Brunö

Scénariste : Fabien Nury

Editeur : Dargaud

Parution : Octobre 2011

     88 pages 

Prix : 16,95€


 

Repost 0
Published by Choco - dans Bande dessinée
commenter cet article
13 février 2012 1 13 /02 /février /2012 07:00

Choco Shoot 01

 

Voilà quelques jours que les votes ont été cloturés.

Je viens donc enfin à vous pour dénoncer le gagnant de cette session sur les illuminations.

 

Vous étiez 13 à avoir envoyé une photo

et 75 votants.

Les votes ont été très diversifiés mais une photo s'est très vite détachée du peloton  avant de remporter la compétition !

 

La grande gagnante remporte donc le concours avec un total de 23 votes.

 

De laquelle s'agit-il ?

 

Il s'agit de la photo 5 et sa grande roue refletée très habilement dans une flaque d'eau.

 

Un grand bravo à Kathel qui est l'auteur de ce très beau cliché !!

 

chocoshoot illuminations 05

 

 

Voici les statistiques de votes de tous les participants :

 

Chocoshoot-8-graphique.jpg

Et les noms des photographes :

 

 

Photo 1 : Emmyne

chocoshoot illuminations 01

Photo 2 : Wal

chocoshoot illuminations 02

Photo 3 : Liliba

chocoshoot illuminations 03

Photo 4 : Aifelle

chocoshoot illuminations 04

Photo 5 : Kathel

chocoshoot illuminations 05

Photo 6 : Theoma

chocoshoot illuminations 06b

Photo 7 : Fleur

chocoshoot illuminations 07 - les petits rats de l'opéra

Photo 8 : Stelchan

chocoshoot illuminations 08

Photo 9 : DeL

chocoshoot illuminations 09

Photo 10 : Bauchette

chocoshoot illuminations 10

Photo 11 : Manu Gene

chocoshoot illuminations 11

Photo 12 : Brize

chocoshoot illuminations 12

Photo 13 : Irrégulière

chocoshoot illuminations 13

 

 

Alors qu'avez-vous pensé de cette session ?

Pour ma part, je la trouve particulièrement réussie !

J'ai eu tout de suite un coup de coeur pour la photo de Kathel et je suis ravie que cette dernière soit la gagnante ! Son angle de vue est particulièrement bien pensé et le reflet de la lumière dans l'eau joliment mis en valeur !

Kathel est une photographe amateur qui s'intéresse beaucoup à la photo et vous propose régulièrement des "Photographes du samedi" à l'mage de ceux que j'avais lancé (et que j'ai quelque peu mis de côté ces derniers temps, faute de disponibilité...ahem...mais ceci est une autre histoire).

Elle sera récompensée comme il se doit...


A côté de ça, de nombreuses autres photos sont réussies :

Celle d'Emmyne est très symbolique de son auteur, celle de Liliba retouchée très originalement, celle d'Aifelle qui joue aussi avec les reflets, celle de Théoma et son magnifique ciel, celle de Fleur et sa douce lumière, celle de Manu et son travail sur la transparence, etc... !

Bref, je vous remercie tous d'avoir participé et de m'avoir envoyé d'aussi intéressantes photos !

 

J'espère que le thème plus classique de l'hiver vous inspirera autant.

En attendant, n'hésitez pas à parler sur vos blogs de votre photo et de nous expliquer votre idée et prise de vue !

 


 

 

Repost 0
Published by Choco - dans Choco Shoot
commenter cet article
12 février 2012 7 12 /02 /février /2012 23:55

 

fourviere-01.jpg

Basilique de Fourvière - Lyon, 2011

 

Les dimanches en photos sont aussi chez : 

Tiphanie, Choupynette, Fleur, Liliba, SeriaLecteur, Margotte, Estellecalim.

 


 

Repost 0
8 février 2012 3 08 /02 /février /2012 22:50

shelley-t1-01.jpgDébut du 18ème siècle, à Oxford. Le jeune Percy Shelley vient de se faire renvoyer de l'université pour avoir produit un traité d'athéisme qu'il s'est fait fort d'envoyer à tous les professeurs. Son méfait provoque un véritable scandale et son propre père le jette à la rue et le déshérite. Commence alors pour Percy une vie aventureuse et insouciante. Faisant escale à Londres chez ses soeurs, il y rencontre la jeune Harriet qu'il séduit et demande en mariage dès le lendemain (!) avant de s'éprendre quelques années plus tard d'une certaine Mary, fille du philosophe Godwin.

 

Si vous n'êtes pas adepte des poètes romantiques anglais du 18ème siècle, vous ne connaissez peut-être pas Percy Shelley. Ce poète britannique fut l'un des contemporains de Lord Byron qui, par sa vie libertaire et ses idées avant-gardistes choquera les principes de l'époque. Par contre, vous connaissez nécessairement sa seconde femme, Mary, qui deviendra la célèbre auteur de Frankenstein !

Après Baudelaire, Flaubert et Verlaine, Daniel Casenave accompagné cette fois-ci par David Vandermeulen se penche sur la période du romantisme anglais à travers la vie anticonformiste de Percy Shelley.


Tout l'intérêt de cette histoire vient d'ailleurs du personnage fantasque de Percy qui surprend par ses manières exaltées de prendre la vie. Viré de l'université, viré du domicile familial, Percy se retrouve sans argent. Mais loin de se soucier des contingences matérielles, il persiste dans son mode de vie libre et poursuit son engagement politique envers des thèses athéistes et révolutionnaires. C'est un homme qui prend les choses au fur et à mesure qu'elles se présentent et ne s'encombre pas de soucis superflus. Son insouciance, son inconséquence dérange et bon nombre de ses contemporains le jugent for négativement.

A travers son parcours, on découvrira d'autres personnages célèbres, comme Lord Byron ou Godwin. Les femmes qui croiseront son route tomberont sous le charme de ce séducteur beau parleur qui s'entiche en quelques heures de leur beauté. Les autres personnages secondaires ne manquent pas de sel non plus. Leur attitude désespérée quant à la vie fort peu rangée de notre poète ne lassera pas de nous faire sourire.

Loin de produire un album pompeux et plombant sur la naissance du romantisme anglais, les auteurs réussissent à donner un ton léger et humoristique à cette sorte de biographie romancée qui, sans s'attarder sur les multiples détails de la vie du poète réussit à en saisir tout le sel. Les dialogues reprennent la manière parfois ampoulée du langage de l'époque et Percy en joue régulièrement à l'inverse des autres personnages. Le décalage provoquée en est savoureux.

Du côté du dessin, on retrouve la patte de Casanave avec un trait moderne qui croque de manière légère et caricaturale des personnages très "romantique" dans la mise.

 

Shelley est donc une biographie réjouissante qui donne à voir de manière humoristique les débuts du romantisme anglais. Aidé par la vie particulièrement folle de son protagoniste, l'album entraîne le lecteur sur les rives d'une histoire littéraire revue à la sauce Casanave : désacralisée et pleine d'humour.

Nul doute que le deuxième tome, qui sortira au mois de Mai et verra la mort prématurée du poète, nous conduira vers une fin tout aussi enlevée et romanesque !

 

  shelley-t1-02.jpg

 


Titre : Shelley, tome 1 - Percy

 Dessinateur : Daniel Casanave

Scénariste : David Vandermeulen

Editeur : Le Lombard

Parution : Février 2012

     72 pages 

Prix : 14,95€ 


bd du mercredi

Chez Mango


Repost 0
Published by Choco - dans Bande dessinée
commenter cet article
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 00:08

Choco Shoot 01

Après une thématique très lumineuse, je vous propose ce mois-ci de revenir à un sujet bien classique que la venue de la neige impose !

 

Le thème du mois de Février sera donc :

L'hiver

 

J'espère que vous serez nombreux à participer et que vous ferez preuve de diversité et d'originalité dans vos clichés !

 

Vous pouvez donc m'envoyer votre photo jusqu'au

mercredi 29 Février, minuit

à l'adresse suivante : grenierdechoco@gmail.com

 

Pour rappel, les modalités de participation sont ici.

Bonne chance à tous !

 


 


 

Repost 0
Published by Choco - dans Choco Shoot
commenter cet article
5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 18:04

 

lyon-05.jpg

 

Lyon - 2011

 

Les dimanches en photos sont aussi chez : 

Tiphanie, Choupynette, Fleur, Liliba, SeriaLecteur, Margotte, Estellecalim.

 

Repost 0
4 février 2012 6 04 /02 /février /2012 23:55

saga-d-atlas-et-d-axis-t1-01.jpgAtlas et Axis sont deux compères de la race canine. Ils reviennent d'une mission quelconque à Kanina. Mais ce qui les attend à leur retour est plutôt terrible : leur village a été sauvagement détruit et ses habitants, massacrés ou emmenés par de mystérieux barbares venus du Nord, les Vikiens. Parmi les prisonnières, se trouvent la soeur d'Atlas et une amie. Rassemblant leur force et leur courage, les deux amis se lancent sur les traces des ravisseurs.

 

Voilà une sympathique petite saga animalière situé dans un monde réaliste qui tend vers le médiéval. Les personnages sont donc tous des animaux et s'ils sont humanisés, le fait n'empêche pas nos deux chiens de tout abandonner séance tenante pour une simple odeur de nourriture !

Nous allons donc suivre Atlas et Axis dans leur quête qui va les mener loin dans le Nord. Leur chemin sera parfois semé d'embûches (le froid, la faim, les loups affamés,...) mais aussi ponctué de quelques rencontres sympathiques et amoureuses. La route séparera même les deux amis pour mieux les réunir un peu plus loin.

 

C'est donc de l'aventure, au sens large du thème. Le scénario ne brillera pas par une grande originalité mais on notera avec plaisir quelques touches d'humour liés le plus souvent à l'instinct canin qui se réveille malencontreusement dans les moments les plus improbables. Et c'est peut-être ici que le traitement s'avère plus intéressant : que ces 2 personnages gardent leur spécificités canines tout en ayant des caractéristiques humaines (langage, etc..). Voir Atlas et Axis en pleine quête aventureuse se jeter sur un os à ronger s'avère du meilleur effet ! Les deux héros ont donc chacun une personnalité (et une race !) bien définie qui permet qu'on s'y attache facilement.


Sous des apparences bon enfant, la violence est malgré tout assez présente dans cette histoire. Beaucoup de combats à l'épée, des massacres, des brebis qui explosent. Le public visé n'est pas vraiment enfantin mais on peut malgré tout débuter cette série en début d'adolescence. Le décalage entre une histoire et un langage assez simple et une violence intrinsèque me pose d'ailleurs un léger problème quant à la situation du lectorat. Je l'ai trouvé trop "gentillet" pour ma classe d'âge mais je le trouve trop agressif pour les jeunes enfants.

Le dessin, de son côté, est tout aussi trompeur. L'univers brossé est assez doux, très coloré. Les décors ne sont pas surchargés de détails ce qui donne un trait très accessible. Les personnages ont des formes arrondies et ont l'apparence de douces peluches. On pourrait même y voir un côté un peu dessin animé ou Walt Disney dans ces animaux qui parlent et vivent comme les hommes.

Néanmoins, l'histoire est très rythmée, alterne les épisodes dangereux avec des pauses plus récréatives qui permettent de faire retomber la (légère) pression.  

 

La saga d'Atlas et d'Axis est donc une aventure animalière agréable à lire et qui prête même à sourire. Sans révolutionner le genre, l'auteur produit un début de saga intéressant qui se densifiera, je l'espère, dans les tomes suivants et permettra d'offrir une approche peut-être plus adulte sur cette sympathique aventure.

 

 

D'autres avis :

Jérome - Yvan - Blog BD de C. -

 

 

saga-d-atlas-et-d-axis-t1-03.jpg

 

saga-d-atlas-et-d-axis-t1-02.jpg

 

 

saga-d-atlas-et-d-axis-t1-04.jpg

 

 


Titre : La sage d'Atlas et d'Axis, tome 1

  Auteur : Pau

Editeur : Ankama, Etincelle

Parution : Août 2011

    76 pages 

Prix : 14,90€



Repost 0
Published by Choco - dans Bande dessinée
commenter cet article
31 janvier 2012 2 31 /01 /janvier /2012 14:30

Choco Shoot 01

 

ChocoShoot 8 : Les illuminations

 

Et bien contrairement à toute attente, ce thème vous a particulièrement inspiré !

Vous êtes 13 participants et je trouve cette session particulièrement réussie en voyant vos photos !

 

Vous avez donc jusqu'à mercredi 8 février, minuit pour choisir votre photo préférée.

Vous pouvez utiliser le tableau de votes sous les photos ou m'envoyer un mail à cette adresse :

grenierdechoco@gmail.com

 

N'hésitez pas à cliquer sur chaque photo pour les agrandir !

 

 

 

Photo 1 :

chocoshoot-illuminations-01.jpg

 

Photo 2:

chocoshoot-illuminations-02.JPG

 

Photo 3:

chocoshoot-illuminations-03.jpg

 

Photo 4 :

chocoshoot-illuminations-04.JPG

 

Photo 5 :

chocoshoot-illuminations-05.jpg

 

Photo 6 :

chocoshoot-illuminations-06b.jpgPhoto 7 : Les petits rats de l'opéra

chocoshoot-illuminations-07---les-petits-rats-de-l-opera.JPG

 

Photo 8 :

chocoshoot-illuminations-08.JPG

 

Photo 9 :

chocoshoot-illuminations-09.jpg

 

Photo 10 :

chocoshoot-illuminations-10.jpg

 

Photo 11 :

chocoshoot-illuminations-11.jpg

 

Photo 12 :

chocoshoot-illuminations-12.jpg

 

Photo 13 :

chocoshoot-illuminations-13.jpg

 

 

Je sens que votre choix va être difficile !

 



Repost 0
Published by Choco - dans Choco Shoot
commenter cet article
30 janvier 2012 1 30 /01 /janvier /2012 07:00

atsuko-01.jpgJonathan est un voyageur au long cours qui a posé cette fois-ci ses bagages en Birmanie de manière un peu forcée à cause d'une panne de bus. Un matin, il découvre une ombre furtive sur le balcon de sa chambre. Il s'agit de Atsuko, une jeune japonaise qui revient sur les pas de ses ancêtres. Sa mère serait née dans la chambre que Jonathan occupe. Ils sympathisent rapidement et bientôt Atsuko lui raconte l'histoire de sa famille et plus particulièrement celle de Hisa, la soeur de son grand-père. Disparue de manière inexpliquée en 1949, Hisa effectuait des recherches sur le boudhisme et affirmait que les 8 cheveux de Bouddha sur lesquels a été construite la grande pagode de Rangoon au VIème siècle avt JC auraient été remplacés par des faux sous la menace de l'invasion anglaise, au 19ème. Mais pressée par le départ, Atsuko le quitte bientôt non sans inviter Jonathan à la retrouver au Japon. Peu après, Jonathan quitte à son tour l'hôtel mais un des employés lui confie un carnet à remettre à celle qu'il croit être son amie. Il s'agit du carnet d'Hisa dans lequel il y découvre quelques cheveux.... Intrigué par ce concours de circonstances, Jonathan change ses plans et part à Tokyo retrouver Atsuko pour lui remettre le carnet.

 

Voici la quinzième aventure du célèbre voyageur aventurier Jonathan. Créé en 1975 par Cosey, Jonathan nous fait voyager à ses côtés depuis de nombreuses années. Après avoir particulièrement parcouru les terres tibétaines, c'est au Japon que nous le retrouvons cette fois. Parti à Tokyo, Jonathan se voit obligé de continuer vers le Nord, dans la région du Takayama pour retrouver la jeune femme. La neige recouvre la montagne, le paysage est silencieux et apaisant. Ou presque. Car quelqu'un semble roder autour de la cabane qui les héberge et les menacer.

L'atmosphère est envoutante et très vite, le lecteur est plongé dans un décor mythique sorti tout droit d'une estampe japonaise. Les décor sont purs et enneigés. Le trait se fait doux et aérien. Une certaine forme de poésie se dégage, en cela accompagnée par les citations de quelques haikus dont est friande Atsuko. L'étrangeté se mêle à l'histoire. Seuls au milieu de la forêt, ils doivent faire face à une incursion mystérieuse dans la cabane, à des traces de pas dans la neige. Les Yokais sont-ils de la partie ?


Personnage à la fois mystérieux et charismatique, Jonathan donne une dimension différente au récit d'aventure classique en s'approchant de la quête intérieure et spirituelle. Voyageur au long cours, curieux et sans attaches, il sait partir au bout du monde pour les beaux yeux d'une inconnue. Silencieux et solitaire, il recherche avant tout l'harmonie et la simplicité des échanges, des rencontres. C'est un homme sensible, pudique et plutôt sentimental qui nous offre bien souvent de belles amours impossibles.

 

Cosey nous offre ici encore un très bel album qui ne dépareille pas de ses prédécesseurs. Le lecteur suit avec lenteur et empathie le parcours de Jonathan. Le héros s'attache à la belle Atsuko et son histoire de famille plus qu'intriguante. L'auteur réussit avec succès à faire tenir en un seul album une histoire complète sans temps mort mais sans hâte excessive, bien au contraire. Cosey laisse une large place à la contemplation, aux silences qui ont parfois plus de poids que les paroles. Les paysages grandiloquents qu'il nous offre sont d'une beauté toute particulière entre réalisme et poésie picturale. On y découvre des arbres aux branches noueuses, de grand toris de bois et des ponts aux courbes toutes japonaises. L'évasion est garantie mais n'est pas le seul élément de cet album. Le scénario tourne autour d'un mystère familial dont la révélation finale sera plutôt surprenante, et autour de l'amour, éternel vecteur de vie. D'ailleurs Jonathan, fidèle à lui-même, oscillera entre amitié et amour platonique avec Atsuko.

 

Voilà donc un album qui, tout en nous menant sur les pas d'un secret de famille, nous offre une magnifique tranche de rêverie et d'imagination. Le passé et le présent s'entremêlent pour mieux pousser ses personnages dans des voyages intérieurs qui les aideront à mieux se connaître eux-mêmes.

 

« Crois-tu que connaître l’histoire de quelqu’un, c’est le connaître ? »

 

C'est un très beau voyage en terre japonaise, un album aux couleurs du souvenir et de l'amour qui, tel un haiku, ne manquera pas de faire mouche en peu de mots. Une parenthèse de douceur et de sérénité qui donne à voir la part lumineuse des hommes. N'hésitez donc pas à aller à la rencontre de Jonathan !

 

Liens :

Interview de l'auteur

 

 

atsuko 02

 

atsuko-03.jpg

 

 

atsuko-04.jpg

 

 

 


Titre : Jonathan, tome 15 - Atsuko

  Auteur : Cosey

Editeur : Le lombard

Parution : Novembre 2011

    58 pages 

Prix : 15,95€



Repost 0
Published by Choco - dans Bande dessinée
commenter cet article
29 janvier 2012 7 29 /01 /janvier /2012 20:06

 

Après avoir été absente toute la semaine sur les blogs faute de temps et enfin pour cause de maladie,

je vous offre malgré tout votre petite photo du dimanche !

 

 

place-lyon.jpg

Lyon - 2011

 

 

Les dimanches en photos sont aussi chez : 

Tiphanie, Choupynette, Fleur, Liliba, SeriaLecteur, Margotte, Estellecalim.


 

Repost 0

Humeur

Le 26 Août 2013 :
Le grenier de choco n'est plus...
Ce blog sera à terme supprimé.
Suivez moi désormais sur :

 

Rechercher