Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 octobre 2011 1 31 /10 /octobre /2011 07:00

blueberry-t1-01.JPGTome 1 : Fort Navajo

 

Le lieutenant Craig vient d'être affecté à Fort Navajo. Sur sa route, il croise le lieutenant Blueberry qui se dirige également au même endroit. Si Craig parait bien sous tout rapport, respecteux des règles et féru de politesse, Blueberry, au contraire, est précédé d'une sale réputation. Amateur de whisky et joueur impénitent de poker, Blueberry est une tête brûlée qui aime s'affranchir des ordres à l'occasion.

Nous sommes en 1860, après la guerre de sécession, dans l'ouest américain et les indiens apaches viennent de faire la paix avec les blancs. Mais il suffit d'un massacre d'une famille de ranchers et la disparition de leur enfant pour attiser les tensions. Le commandant de Fort Navajo, homme modéré et réfléchi se bat avec la maladie et c'est malheureusement son major Bascom qui va le remplacer à la tête du fort.

Alors que Bascom, qui voue une véritable haine envers les indiens, se prépare à une chasse aux rouges, Craig et Blueberry enquêtent sur ces meurtres qui semblent avoir été perpétrés par des mexicains de la frontière et tentent d'éviter une véritable montée de violence de la part des indiens.

 

blueberry-t2-01.jpgTome 2 : Tonnerre à l'ouest

 

Bascom, le commandant raciste de Fort Navajo a profité d'une rencontre pacifique avec les indiens pour mieux les trahir et les emprisonner. Le chef Cochise réussit à s'enfuir et conduit une véritable attaque contre Fort Navajo. Alors que le commandant Tucson se meurt d'une morsure de serpent et que Bascom attise la guerre avec les indiens, Blueberry décide d'aller chercher un remède à Tucson. Il utilise la ruse afin de déjouer l'attention des indiens qui ne manquent pas de le poursuivre. Après avoir échappé de justesse à divers périls, aidé de Crowe, un lieutenant métis indien, il décide de partir à la recherche de Stanton, le jeune garçon disparu afin de calmer la tension entre les 2 camps.

 

 


 

 

blueberry-t3-01.jpgTome 3 : L'aigle solitaire :

 

Blueberry a réussit à arracher le jeune Stanton des mains des indiens mexicains. Croisant sur sa route une compagnie de soldats qui les conduit à Fort Quitman, Blueberry découvre que leur commandant a décidé de lever une armée contre les apaches. Bien décidé à l'arrêter, Blueberry se charge de le rejoindre en prenant la tête d'un convoi de munitions qui leur est destiné et va devoir affronter de nombreux périls sur leur route.  Dirigés par Quanah, dit Aigle solitaire, ils vont être trompé par leur guide.

 

 

 

 

 

 

blueberry-t4-01.jpegTome 4 : Le cavalier perdu :

 

Le convoi a réussi à atteindre Camp Bowie et Blueberry obtient une entrevue avec le commandant Crook qu'il réussit à convaincre de mettre fin à la guerre. Craig s' est porté volontaire pour délivrer un message de paix au président. Alors que son retour se fait attendre, Blueberry part à sa recherche. Mais Quanah qui a espionné leur conversation a capturé Craig. Blueberry réussit à libérer son ami et tente par la suite de retrouver Crowe le métis pour que ce dernier l'aide à négocier la paix avec le chef Cochise. Accompagné de MacClure, il part pour de nombreuses péripéties à travers la sierra et le Nouveau Mexique.

 

 

 

 

 

blueberry-t5-01.jpgTome 5 : La piste des navajos :

 

Blueberry, toujours accompagné de MacClure et Cowe, est toujours à la recherche du campement des apaches. Lorsqu'ils les retrouvent, ils découvrent que ces derniers attendent une cargaison d'armes des mexicains. Bien décidé à empêcher cette livraison qui nuierait à toute possibilité de paix entre les indiens et les blancs, Blueberry se lance à la poursuite des trafiquants mexicains dont il espère bien faire exploser leur cahche secrète.

 

 

 

 

 

 

 

Tout le monde connaît Blueberry, au moins de nom, et les 5 albums ci-dessus constituent le premier cycle de cette série en plein devenir à l'époque.

Comme vous pouvez le constater, je viens à cette série mythique sur un tard. J'ai plutôt découvert la BD en tant qu'adulte, il y a de ça une petite dizaine d'années et j'ai débuté mon apprentissage par les mangas puis par des albums atypiques (one-shot, éditions indépendantes...) avant de toucher aux plus grandes séries. Ce qui fait que les grandes séries de référence comme Blueberry, XIII, Largo winch me sont tout à fait étrangères. Il y a quelque temps, j'ai donc eu envie de me pencher sur mes lacunes.

Si je vous raconte tout ça, c'est qu'il m'est très difficile de juger aujourd'hui Blueberry avec l'oeil du lecteur de l'époque.

 

Blueberry est donc LA série d'aventures dans le Far-West, initié par Giraud et Charlier.

On y suit les aventures du fameux Blueberry, lieutenant fort en gueule mais toujours prêt à défendre la veuve et l'orphelin au péril de sa vie s'il le faut. Un homme donc qui n'hésite pas à désobéir et à partir seul lutter contre l'injustice ou les méchants, et qui tente à tout prix de ramener la paix dans son pays.

Car en effet, l'Histoire a ici tout son importance. Nous sommes juste après la guerre de sécession et les tensions entre indiens et blancs sont plus que latentes. Bref, il s'agit bien d'une histoire de cow-boys et d'indiens dans ses grandes largeurs.


Dans ces 5 premiers tomes, Blueberry rebondit d'aventures en aventures. Il s'agit vraiment d'un héros tout ce qu'il y a de plus classique. Il vient à bout de toutes les attaques lancées contre lui et réussit à se sortir de toutes les situations meme les plus extrêmes grace à son imagination, ses pièges ou l'intervention d'autres personnages qui tombent toujours à point nommé.

Autour de Blueberry, se bousculent toute une série de personnages, faire valoir du héros ou pivot de la narration, qui enrichissent l'histoire. En pleine guerres indiennes, nous découvrons des soldats racistes, des commandants qui cherchent à les exterminer à tout prix, des indiens violents et vengeurs qui s'accompagnent parfois de grands chefs plein de sagesse, des petites gens qui tentent de survivre au milieu de tout ça. Les insultes fusent et tout le monde semble vouloir faire couler le sang de l'ennemi.

Blueberry cherche de son coté à faire la jonction entre ces peuples ennemis et y réussit avec plus ou moins de succès. Homme bon et éclairé par excellence, il n'hésite pourtant pas à blesser ou tuer les indiens, les mexicains qui le pourchassent. Et de fait, si les blancs ont leur brebis noires, il est notable de voir que les indiens ont malgré tout le mauvais rôle ici.

Néanmoins, le scénario extrêmement dense tient tout à fait la route. Il prend place dans un contexte historique marqué qui reprend certains faits réels des guerres indiennes. Ne connaissant pas très bien cette période de l'histoire américaine, ça m'a étonnament permis d'y voir un  peu plus clair.

On notera bien évidemment les nombreux concours de circonstances ou coincidences qui permettent bien utilement à faire avancer le récit. On soulignera aussi que parfois le récit traîne un peu en longueur et que l'on fait durer le plaisir sur plusieurs tomes.

 

Du côté de dessin de Giraud, au risque de me faire lyncher, je dois bien dire qu'il m'a tout de même semblé un peu daté... ça n'est que le début de la série et les personnages sont encore assez caricaturaux. Blueberry a d'ailleurs pour modèle un Belmondo de fraîche jeunesse et peine à s'en démarquer. Le trait est classique, les couleurs ne sont franchement pas formidables avec des tons très francs, assez primaires. Et les phylactères envahissent une bonne partie des cases, l'époque étant encore à une narration très bavarde dont les informations passent souvent de manière un peu artificielle dans les dialogues. Certains voient une évolution positive du dessinateur à travers ces 5 albums que, pour ma part, je ne suis pas capable d'observer.

 

Vous l'aurez compris, affranchie de toute nostalgie et de tout culte, je n'ai pas eu de coup de coeur pour ce début de série. Si je pointe certains défauts à l'aune de mon regard d'aujourd'hui, il reste pourtant difficile de critiquer cette série majeure. Car Blueberry, malgré son petit côté un peu vintage, reste une histoire fichtrement intéressante à lire. Un vrai récit d'aventure comme on en fait encore rarement qui embarque le lecteur dans les péripéties de notre lieutenant tout en donnant à son histoire un contexte historique enrichissant.

 

 

 

Blueberry-t1-02.jpg

 

Blueberry-t2-02.jpg

 

Blueberry-t3-02.jpg

 

Blueberry-t4-02.jpg

 

 

Blueberry-t5-02.jpg


Titre : Blueberry

Tome 1 : Fort Navajo

Tome 2 : Tonnerre à l'ouest

Tome 3 : aigle solitaire

Tome 4 :Le cavalier perdu

Tome 5 : La piste des navajos


Scénariste : Jean-Michel Charlier

Dessinateur : Jean Giraud

Editeur : Dargaud

Parution, 1ères éditions : 1965 / 1966 / 1967 / 1968 / 1969

   46 pages 

Prix : 11,55€




Published by Choco - dans Bande dessinée
commenter cet article
30 octobre 2011 7 30 /10 /octobre /2011 07:00

 

portes-thiers-01.jpg

Thiers - été 2011

 

portes-thiers-02.jpg

 

 

Les dimanches en photos sont aussi chez : 

 Liyah, Tiphanie, Choupynette, Fleur, Liliba, SeriaLecteur, Margotte, Estellecalim.

 


29 octobre 2011 6 29 /10 /octobre /2011 07:00

 

subotzky-et-waterhouse-01.jpgCliquez sur les photos pour agrandir

 

Mikhaël Subottzky a photographié une grande tour d'habitation de Johannesburg.

Habitée par une classe moyenne blanche, elle est très vite désertée au profit de zones plus sûres.

L'immeuble est alors colonisé par une population d'immigrés et le quartier est alors en pleine décrépitude.

Un projet de rénovation est envisagée mais la société fait bientôt failite...

 

subotzky-et-waterhouse-02.jpg

subotzky-et-waterhouse-03.jpg

 

subotzky-et-waterhouse-04.jpg

 

Les 2 photographes ont travaillés plusieurs années à Ponte City et ont recomposés la tour en prenant les fenêtres, les portes ou les écrans de télévision de chaque habitant.


 

subotzky-et-waterhouse-05.jpg

 

 

subotzky-et-waterhouse-06.jpg

 

 

subotzky-et-waterhouse-07.jpg

 

 

subotzky-et-waterhouse-08.jpg

 


Published by Choco - dans Photographie
commenter cet article
28 octobre 2011 5 28 /10 /octobre /2011 07:00

Comments rêvent les morts 01Thomas, qu'on appelle T., montre une passion pour l'argent depuis son plus jeune âge. Il stocke les pièces de monnaie dans sa bouche et coince les billets sous son matelas, il recompte inlassablement son petit pécule et utilise de nombreuses ruses auprès de sa famille et de ses amis pour leur extorquer de l'argent.

Devenu adulte, il devient un agent immobilier qui joue avec l'argent des autres et spécule sur tout type de terrain et de demeures.

Jusqu'au jour où l'accumulation de petits couacs dans sa vie finit par le désorienter.

 

T. est plutôt un personnage antipathique qui semble éprouver peu d'émotion et dont la vie parait bien lisse sous la froide caresse de l'argent. C'est la mort d'un coyote qu'il a renversé en voiture qui le bouleverse tout d'abord. Ensuite, c'est le départ de son père, parti vivre une nouvelle vie en larguant tout, femme comprise, lui laissant la charge de gérer les pots cassés auprès de sa mère.

 

  "Pendant toutes ces années, je ne me suis jamais réveillé une seule fois. Rien n'était réel pour moi. Tu sais qui tu voyais pendant toute ton enfance et ton adolescence? Un fantôme. Je n'étais pas vraiment là. Je ne sais pas comment te dire... c'est comme si j'était entré par erreur dans la vie d'une autre type."

 

Des émotions passagères mais la vie de T. se poursuit sans remise en question. Il faudra attendre le drame sentimental qui lui tombe dessus avec la disparition de Beth, la femme merveilleuse qu'il avait rencontré pour que notre homme commence à voir sa vie sous un autre oeil. Il se passionne alors pour les animaux en voie de disparition et arpente les zoos en toute illégalité, met à l'écart ses anciennes relations d'affaire qui bientôt le dégoûte, s'attache à la jeune Casey, une invalide qui lui donne l'impression d'exister. 

 

" Il avait besoin de Casey, pensa-t-il, parce qu’il aimait sa compagnie, parce que sa présence le rendait plus complet, mais il ne pouvait nier qu’au départ il avait également pensé lui faire une faveur. Voilà où s’était située son arrogance. C’était une erreur de penser que parce qu’une personne était déchue, blessée, malade ou  imparfaitement complète, vous lui donniez davantage par votre présence qu’elle ne pouvait elle-même vous offrir. C’était une triste erreur."

 

Avant que T. ne plonge bientôt dans un univers sauvage où ses valeurs ne comptent pas et où il se sent vivant et où la menace ne fait qu'accentuer ce sentiment nouveau. Un sentiment qui n'est à nouveau qu'un leurre sur sa condition d'être humain.

 

Je dois dire que Comment rêvent les morts m'a un peu déstabilisé. J'ai eu beaucoup de mal à rentrer dans l'histoire, je ne voyais pas où l'auteur, que je lisais pour la première fois, voulait en venir. Il a fallu quelques échanges avec une autre lectrice pour éclairer quelque peu cette lecture.

T. est un personnage totalement froid. Il semble ne ressentir aucune émotion. Son couple avec Beth est à peine décrit et il ne nous est fait part d'aucune sensation particulière à son égard.

Bref, impossible d'avoir une quelconque empathie pour cet homme. Et de fait, c'est  l'ennui qui fut mon compagnon pour cette lecture... L'histoire de T. se déroule lentement et même les a-coups majeurs de sa vie ne donnent pas une véritable dynamique au roman. Seul le final, à l'image de son personnage principal, décolle et offre une bouffée d'air, de vie et de liberté.

Après coup, je me rend compte que le roman est une véritable critique de la société capitaliste qui semble trouver réconfort et émotion dans la possession et l'argent.

T. est finalement un être vide qui tente de se sentir exister en se passionnant pour des causes, presque perdues d'avance, sans toutefois sortir de son immobilisme primaire.

Hélas, pour moi, la narration et T. sont un peu à l'image de ce que l'auteur dénonce : un immobilisme et un désengagement donnant un roman assez fermé qui, pour ma part, ne se livre pas facilement.

Si je comprends désormais tout le sel de cette histoire, je ne peux pourtant pas me départir de ce sentiment d'ennui et de platitude qui colle à cette lecture qui me laisse perplexe...

Mes attentes sur un réveil quant à la défense animale et écologique ont peut-être aussi joués. La quatrième de couverture m'a peut-être trompé car le propos n'est pas là.

Peut-être, saurez-vous, à l'instar d'autres lecteurs, trouver plaisir à cette lecture  et rédiger un avis autrement plus constructif qu celui-là... !


 

D'autres avis :

Lili que je remercie pour nos échanges - Keisha - Clara -

 


Titre : Comment rêvent les morts

Auteur : Lydia millet

Editeur : Cherche-midi, Lot 49

Parution : Octobre 2011

    289 pages 

Prix : 17,50€


 

Merci à Hérisson pour ce partenariat !

 

1% littéraire 2011

 

27 octobre 2011 4 27 /10 /octobre /2011 07:01

Histoire de France en BD tome 1 01

 

 Je viens de vous présenter l'album ici,

je vous propose à présent de gagner un exemplaire de ce dernier !

 

Il vous suffit de signaler en commentaire votre participation.

 

Attention, le concours est réservé aux participants résidant en France.

 

Vous avez jusqu'au Mardi 1 Novembre minuit pour vous manifester.

 

C'est à vous !

 

 

Published by Choco - dans Tags et Cie !
commenter cet article
27 octobre 2011 4 27 /10 /octobre /2011 07:00

Histoire de France en BD tome 1 01

Vous connaissez tous la célèbre collection jaune et noir pour les nuls. L'éditeur se lance désormais dans la réalisation de BD. S'appuyant sur l'ouvrage L'histoire de France pour les nuls, il propose désormais une version dessinée adapté du titre en question.

Prévue en une douzaine de volumes, la série débute avec un premier tome consacré aux gaulois.

 

Depuis les premiers hommes préhistoriques évoqués en quelques cases jusqu'à la mort de Clovis et le partage de son royaume entre ses fils en 511, l'album va retracer les grandes lignes de cette période charnière qui va être le point de départ de l'histoire de la France avec "nos ancêtres les gaulois" ! 

 

L'album se présente tout d'abord dans un format BD et non de la forme un peu carrée auquel l'éditeur nous avait habitué : une couverture cartonné, une cinquantaine de pages, papier glacé et bonus texte à la fin.

Toute la difficulté est, bien évidemment, de raconter plus de 1000 ans d'histoire en un format si court.

Les auteurs ont fait le choix de raconter les grands moments historiques en une succession de scènes représentatives : migrations de population, guerres entre les peuples, sièges, ...

On découvre ainsi le quotidien gaulois, sa barbarie mais aussi son savoir, sa lutte contre les romains, ... 

 On y voit apparaître Jules César, Vercingétorix, Attila et Clovis.

La narration se fait en voix off et accompagne les dialogues des personnages. Dans les phylactères, de nombreuses informations sont données : dates à retenir, étymologie, informations contextuelles. Quelques cartes ponctuent la narration et détaille l'évolution de la répartition géographique des peuples de la future France.

Au niveau du dessin, la charte graphique est très classique. Un dessin qui ne m'enthousiasme pas particulièrement mais qui a le mérite de rendre de manière réaliste les éléments historiques. Les décors et paysages sont travaillés de manière à rendre le plus possible l'atmosphère de l'époque.

A la fin de l'ouvrage, se retrouve une section uniquement écrite ("la partie des dix") qui aborde 10 thématiques variées au sujet des gaulois (nourriture, saints, etymologie gauloise, ...) puis 10 évènements de l'époque mais prenant place dans le reste du monde.

 

Histoire-de-France-en-BD-tome-1-02.jpgCet album fort didactique n'a bien sûr pas la prétention d'être exhaustif sur le sujet. Le degré d'informations reste très basique, certaines paraissant même quelque peu anecdotiques. De nombreuses ellipses temporelles limitent parfois les liens ou l'enchaînement entre les scènes et perturbent un peu la lecture.

Le format restreint d'une cinquantaine de page est une limite fort compréhensible mais on peut tout de même regretter un certains manque d'ambition malgré un projet de nombreux volumes étalés sur plusieurs années. 

Je me souviens vaguement d'une autre histoire de France en Bd qui (de mémoire défaillante) me semblait plus complète et plus riche avec ses 150 pages.

Malgré tout l'album proposé par la collection Pour les nuls n'en reste pas moins une première approche intéressante qui permet  de mettre un premier pied de façon ludique et non rébarbative dans une période de l'histoire que nous avons bien souvent oublié. Pour ma part, il a réactivé bon nombre de souvenirs scolaires et m'a fait me rendre compte que que ma connaissance s'était bien appauvrie avec les années !

 

Vous êtes curieux et intrigué, j'en suis sure, par cette nouvelle branche BD que la collection nous propose.

Aussi, je vous donne RDV ici pour gagner un exemplaire de cet album et le découvrir sans bourse délier !

 

 

D'autres avis :

Mango - Mo' - Leiloona -

 

 

Histoire-de-France-en-BD-tome-1-03.jpg

 

 

Histoire-de-France-en-BD-tome-1-04.jpg

 


  Titre : L'histoire de France pour les nuls, en BD - Tome 1 : les gaulois

Scénariste : Laurent Queyssi

Dessinateur : Gabriele Parma 

Editeur : First, Pour les nuls

Parution : Octobre 2011

   57 pages 

Prix : 11,90€


 

 

Published by Choco - dans Bande dessinée
commenter cet article
26 octobre 2011 3 26 /10 /octobre /2011 15:25

Choco Shoot 01

 

 Attention, attention !

Amis photographes, avez-vous pensé à votre participation au concours du mois ?

Il ne vous reste plus que quelques jours pour envoyer votre photo !

Date limite : lundi 31 à minuit

 

Je n'ai que 2 participations à ce jour...

Published by Choco - dans Choco Shoot
commenter cet article
26 octobre 2011 3 26 /10 /octobre /2011 07:00

cabinet chinois 01Nous sommes en Hollande, au 16ème siècle. Corneel est un étudiant en médecine qui suit des cours académiques et fort inutiles à son goût. Ne supportant plus ce simulacre d'enseignement, il va désormais travailler pour un mystérieux laboratoire secret et abandonner sa fiancée Magriete. Mais cette dernière est bientôt kidnappé par un riche commerçant qui va la séquestrer à "Verzegeldhuis" afin de mieux pouvoir admirer sa beauté, si proche de celle de son ancienne amante chinoise perdue. Dans cette étrange maison, Magriete va découvrir un petit cabinet chinois dont les murs peints s'animent bientôt à ses seuls yeux.

 

Nous pénétrons ici dans une ambiance toute particulière, entre une Hollande renaissance et traditionnelle et une Chine exotique et fantastique, tout en passant par les mystères de l'Alchimie !

Corneel est enfermé dans un laboratoire dont il ne sort jamais et s'épuise à rechercher, au point d'en devenir obsédé. Egoiste, il oublie vite sa dulcinée pour mieux aspirer à cette modernité et ce futur grandiose qu'il appelle tant mais qui lui sera fatal.

son employeur, au contraire, veut replonger dans un passé qu'il veut éternel et oublie de profiter du présent.

Et la jeune Magriete, elle, fait face à un séquestreur au visage repoussant et préfère se réfugier dans le fameux cabinet chinois où les ombres et personnages des tentures semblent lui révéler le vrai visage des uns et des autres.

 

Voilà une jolie histoire qui tire sur le conte ! On retrouve ici peut-être l'histoire d'amour entre la belle et la bête et surtout un petit côté magique ou fantastique qui surprend dans cette Hollande traditionnelle. Entre passé, futur et présent, les personnages tentent de se positionner et évoluent sensiblement au fur et à mesure du récit. Les sentiments de Magriete évoluent vers quelque chose de positif et son aura atteint également ceux qui la cotoient.


Il s'agit ici du premier album de l'auteur et aussi le premier que je lis d'elle. Le dessin en noir et blanc de Nancy Peña est très original. Il est rond et doux, mais aussi sec et violent à la fois. Certaines textures ou les ombres sont constituées de longs traits hachurés qui donnent un côté plus sombre et peu nuancé. Les décors chinois du cabinet sont très intéressants et on pourra même regretter l'absence d'une couleur qui réhausserait le tout et animerait un peu plus le sujet.

 

Le cabinet chinois est ainsi une belle introduction à l'univers de Nancy Peña, qui mélange poésie et fantasmagorie avec beaucoup d'aisance. Un album pas encore complètement abouti mais qui semble contenir toutes les qualités que l'on retrouvera dans ses albums suivants. A découvrir !

 

 

D'autres avis :

Mo' -

 

 

cabinet-chinois-02.jpg

 

cabinet-chinois-04.jpg


 

cabinet-chinois-03.jpg

 

 


Titre : Le cabinet chinois

Auteur : Nancy Peña

Editeur : La boite à Bulles

Parution : Octobre 2003

   96 pages 

Prix : 12,50€


 

bd du mercredi

 

Women bd

Published by Choco - dans Bande dessinée
commenter cet article
25 octobre 2011 2 25 /10 /octobre /2011 15:25

la-plus-belle-histoire-des-femmes 01Derrière le titre un peu pompeux de cet essai se cache tout simplement l'histoire de la condition féminine à travers les âges. L'ouvrage se présente sous la forme d'entretiens conduits par Nicole Bacharan, historienne et politologue, avec 3 femmes de qualité, spécialistes du sujet.

Découpé en 3 parties, il se penche tout d'abord sur les origines de la discrimination féminine qui remonte à la préhistoire, puis trace les grandes lignes de l'évolution du statut de la femme à travers les siècles et les différentes sociétés, avant de terminer en posant les bases philosophiques de la place des femmes contemporaines et la place qu'il leur faut trouver aujourd'hui.

 

C'est Françoise Héritier, anthropologue, qui débute la réflexion dans cette première partie. Elle explique que la supériorité du masculin sur le féminin est bien culturelle et remonte aux temps anciens des hommes préhistoriques. La femme a "le privilège exorbitant d'enfanter" des femmes à son image mais aussi des hommes. Ce pouvoir est dès lors la cause de la subordination des femmes : les hommes s'approprient les femmes afin de s'assurer qu'elles enfantent LEUR fils à eux. Ils les privent de liberté, leur refuse l'accès au savoir pour empêcher toute émancipation et les relègue dans le domestique.

Une conception originelle qui pose les bases de notre condition aujourd'hui et qu'on retrouve encore dans notre inconscient. Par exemple, lorsque vous expliquez à un enfant la procréation, on dit facilement que le papa met une graine dans le ventre de maman. Cela revient à dire que la femme est une "marmite" et que l'identité de l'enfant vient du père ! Françoise Héritier poursuit sa réflexion en précisant la répartition des rôles et les premières atteintes aux femmes (viols, mutilations sexuelles, ...)

la-plus-belle-histoire-des-femmes-02.jpg

Michelle Perrot, historienne spécialiste de l'histoire des femmes, dresse dans la seconde partie du livre le parcours de la femme à travers les époques. Les thèmes abordés sont extrêmement variés. Après avoir explicité son statut intime et personnel (bébés filles non désirées, instruction orientée, mariage, imaginaire amoureux, maternité, amour maternel, naissances non désirées, veuvages, ...), elle se penche ensuite sur ces femmes qui sortent des critères traditionnels (religieuses, saintes, femmes violées, prostituées, lesbiennes, femmes artistes ou écrivaines) en s'appuyant particulièrement sur le rôle de l'Eglise. L'historienne évoque ensuite le statut de la femme au travail, ses domaines de compétence très typés, la différence de salaire, l'évolution de son instruction. Elle termine enfin par la place des femmes dans la "cité", dans la sphère publique et politique où sont prise les décisions, son rôle de citoyenne et son statut juridique, et les débuts du féminisme.

 

Dans la dernière partie, Sylviane Agacinski, philosophe, ouvre la réflexion sur la pensée et l'identité féminine d'aujourd'hui. Elle évoque, par exemple, le problème du féminin dans la langue et les règles de grammaire ou les représentations domestiques encore en cours aujourd'hui. Mais la philosophe prône surtout le fait que les femmes doivent aujourd'hui inventer leur propre identité et non pas s'affirmer en copiant les hommes. Elles doivent assumer leur féminité et trouver une place équilibrée entre vie familiale, vie professionnelle et même politique. Selon elle, une parité inscrite dans la loi est indispensable pour faire avancer les choses. La philosophe est également contre les mères porteuses et la prostitution qui ne sont qu'une preuve supplémentaire que le corps féminin est nié tout comme son propre désir. Elle évoque également les nouvelles techniques de procréation et les dons de sperme et d'ovocytes qui modifie le rapport à la parentalité.

 

la-plus-belle-histoire-des-femmes-03.jpgVous l'aurez compris le regard et la connaissance que posent ces 4 femmes sur notre propre histoire en tant que femme est terriblement passionnant ! Cet essai se révèle presque une lecture indispensable pour les femmes mais aussi pour les hommes, afin de comprendre l'origine de cette non-égalité des sexes et des répercutions contemporaines qui en découlent. 

Conduite sous forme de dialogues, la réflexion est très fluide et très dynamique. Nicole Bacharan questionne ses interlocutrices avec intelligence et permet de suivre un cheminement naturel dans la parole. Elle relance habilement, demande des précisions et nous suivons de manière addictive le schéma d'une condition féminine qui s'est faite avec le temps. Le récit est émaillé de nombreux faits concrets, de statistiques aussi parfois qui viennent éclairer de manière vivante et réaliste le contexte historique. Les propos ne sont pas conduit de manière chronologique et la situation de la femme se décrit surtout à travers les différents thèmes, tous connexes. On y trouve également de nombreux auteurs cités dont les textes reflètent de manière consciente ou non le rôle secondaire de la femme, tout comme des femmes de poids qui se sont dressés pour l'égalité des sexes ( George Sand, Simone de Beauvoir, Simone Weil, Olympes de Gouges, etc..).

Pour autant, les auteurs sont justes et sans gros parti-pris. Elles n'hésitent pas à pointer du doigt aussi les erreurs des défenseurs des femmes ou leur contradiction.

 

La plus belle histoire des femmes s'avère donc en définitive un ouvrage extrêmement salutaire dans une société qui continue de véhiculer l'inégalité des sexes au profit du masculin. Il ne s'agit bien sûr pas d'un ouvrage exhaustif retraçant de manière complète l'histoire de la condition féminine. Il y a tant à dire qu'en 300 pages, l'essai ne pouvait être que synthétique. Pourtant, il permet d'avoir une vision globale et fort bien sélectionné sur les grandes lignes du parcours féminin. Très accessible et sans érudition excessive, l'ouvrage pourra donc renvoyer chaque femme à sa propre identité et l'aider à prendre conscience de la place qu'elle doit prendre aujourd'hui.

 

Salutaire et passionnant, vous dis-je !

(au point que l'ouvrage peut voyager chez les commentatrices connues)

 

D'autres avis :

Leiloona, tout aussi convaincue

 

 

 


Titre : La plus belle histoire des femmes

Auteurs : Nicole Bacharan, Françoise Héritier, Michelle Perrot, Sylviane Agacinski

Editeur : Seuil

Parution : Mai 2011

  309 pages 

Prix : 19,50€ 


 

prix lectrices ELLE

Published by Choco - dans Essai
commenter cet article
23 octobre 2011 7 23 /10 /octobre /2011 07:00

 

Souvenirs d'une vie passée....

(Thiers, 2011)

 

Thiers-autrefois-01.jpg

 

 

Thiers-autrefois-02.jpg

 

 

chez-lucette.jpg

 

 

Les dimanches en photos sont aussi chez : 

 Liyah, Tiphanie, Choupynette, Fleur, Liliba, SeriaLecteur, Margotte, Estellecalim.

 


Humeur

Le 26 Août 2013 :
Le grenier de choco n'est plus...
Ce blog sera à terme supprimé.
Suivez moi désormais sur :

 

Rechercher