Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 janvier 2011 6 29 /01 /janvier /2011 08:00

 

vive la classe 01villerupt 1966

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Auteur : Baru

1ère édition : Futuropolis - 1987

Nouvelle édition : Futuropolis

Date de parution : Janvier 2011

Prix : 16 €

  59 pages

 

+ Edition en coffret : Novembre 2010

(avec "La piscine de Micheville" et "Quéquette Blues" + DVD bonus)

Editeur : Les rêveurs

Prix : 40€

300 pages

 

 


Nous retrouvons ici une fois encore Baru, le héros de "Quéquette Blues" qui, en cette année 1968, devient un conscrit pour le service militaire.

A l'époque, tous les jeunes hommes  devaient faire leur service militaire. Chacun devait passer devant un conseil de révision qui les jugeait apte ou pas. Et avant que les conscrits acceptés aillent faire leur classe, ils étaient célébrés dans des fêtes de quelques jours où la débauche était quelque peu de mise et toléré...

Ainsi les heureux élus, "bon pour le service" se voyaient gratifier de baisers et autres gentillesses par les filles qui ne pouvaient décemment le leur refuser.

 

A travers le portrait d'une classe donnée, celle de Baru, nous est donné celle d'une époque.

L'album commence judicieusement par un petit rappel de l'histoire de la conscription à travers les époques jusqu'à 1968 où nous suivons Baru et sa bande de copains au moment qui précède le conseil à celui où ils font leurs classes.

Véritable évènement dans la vie de ces jeunes, la conscription signait pour eux une sorte de passage à la vie adulte en leur donnant le droit d'aller combattre pour leur patrie et faire la guerre...

 

On y retrouve ce qui faisait le sel de la jeunesse de ses précédents albums : les déconnades entre copains, les fêtes alcoolisées, quelques bagarres... et les filles bien sûr ! Car ces jeunes hommes qui partiront peut-être prochainement combattre et éventuellement mourir méritent bien de passer quelques bons moments intimes en compagnie de ces demoiselles ! Qui ne sont pas toutes forcément d'accord...

Cé déferlement de testostérone qui souligne la maturité et l'âge adulte penche de plus en plus vers une violence moins bon enfant qui préfigure leur futur statut de combattant.

 

"Vive la classe" est un album vraiment très intéressant. Il réussit à donner le parfum d'une époque et des implications de la conscription sur lequel l'auteur a un regard plutôt critique sans le dire explicitement. Exacerbant leur rôle et leur importance dans la société, le service militaire demandera à ces derniers d'oublier leurs bonnes manières pour tuer.

 

Sous couvert de fêtes et de célébrations, "Vive la classe" est, une fois encore, un album assez sombre qui va bien au-delà de l'évocation de souvenirs de jeunesse. A découvrir !!


 

 

vive-la-classe-04.jpg

 

 

vive-la-classe-02.jpg

 

 

vive-la-classe-03.jpg

 

Repost 0
Published by Choco - dans A importer
commenter cet article
28 janvier 2011 5 28 /01 /janvier /2011 08:00

 

 

piscine de micheville 01villerupt 1966

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Auteur : Baru

1ère édition : Dargaud - 1985

Réédition : Albin Michel - 1993

Nouvelle édition : Les rêveurs

Date de parution : Septembre 2009

Prix : 16 €

  88 pages

 

 

+ Edition en coffret : Novembre 2010

(avec "Quéquette blues" et "Vive la classe" + DVD bonus)

Editeur : Les rêveurs

Prix : 40€

300 pages

 

 

Comme l'explique Baru dans le DVD du coffret, si "Quéquette blues" est son premier album, apporté complètement clé en main à l'éditeur, "La piscine de Micheville" fut sa première oeuvre parue. En effet, Dargaud n'a pas souhaité prendre le risque de publier de suite l'album complet d'un auteur inconnu et demanda à Baru quelques nouvelles à éditer au préalable. Voici donc "La piscine de Micheville" qui nous replonge dans le même univers lorrain de la mine, découvert dans Quéquette Blues.

C'est ici une sucession de petites scènes intimistes qui prennent place à la piscine de la ville, construite grace à l'argent des aciéries, ou ailleurs.

Le contexte social est toujours aussi noir. Les jeunes partent peu en vacances et la piscine est un de leurs rares loisirs, quand leurs parents ne les envoient pas en colonie de vacances.

On y retrouve Baru et ses potes, leur obsession première : coucher avec des filles.

Ils rêvent, ils draguent les gonzesses, font les 400 coups alors que les usines menacent de fermer.

 

Beaucoup plus anecdotiques à mon sens que Quéquette blues, ces petits récits manquent un peu d'ampleur à mon sens pour en garder une impression forte. Néanmoins sympathique, l'album se laisse lire avec plaisir.

Une bonne introduction à l'auteur mais certainement pas suffisante pour découvrir la force de la narration de Baru.

 

 

 

piscine-de-micheville-02.jpg

 

 

piscine-de-micheville-03.jpg

 

piscine-de-micheville-04.jpg

Repost 0
Published by Choco - dans A importer
commenter cet article
27 janvier 2011 4 27 /01 /janvier /2011 08:00

 

 

quequette blues 01 villerupt-1966.gif

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Auteur : Baru

Anciennes Editions :

1ère édition en 3 volumes - Dargaud - 1987

Réédition en intégrale - Albin Michel - 1991

Réédition en intégrale - Casterman - 2005


Nouvelle edition : Octobre 2010

Editeur : Casterman

Prix : 24 €

  142 pages


+ Edition en coffret : Novembre 2010

(avec "La piscine de Micheville" et "Vive la classe" + DVD bonus)

Editeur : Les rêveurs

Prix : 40€

300 pages

 

 

 

Aujourd'hui s'ouvre le festival de BD d'Angoulême ! Quoi de mieux que de vous présenter ces prochains jours quelques oeuvres de son président d'honneur : Baru !

 

"Quéquette Blues" est le premier album du dessinateur et s'inspire de sa jeunesse.

Nous sommes dans les années 60, dans une cité des hauts fourneaux de Lorraine. C'est la Saint-Sylvestre et on y suit une bande de copains bien décidés à fêter la soirée comme il se doit, avec des filles et de l'alcool. Hervé Baruléa dit Baru,  Larbi, Tonio, Robert, Franco, Saïd, sont tous des enfants d'ouvriers pauvres. L'usine, qui fait vivre la ville entière, est la seule perspective d'avenir pour ces adolescents qui cherchent à s'amuser tant qu'il en est encore temps. 

Baru, encore puceau à 18 ans, se fait régulièrement charrier par ses copains qui le mette au défi, ce soir là, de se trouver enfin une fille. La bande commence donc sa tournée des bals, des bars et autres bouges, chacun se cherche un "bon coup" avec plus ou moins de succès...

 

Loin d'être une simple histoire de dépucelage, "Quéquette blues" est une véritable chronique sociale. Sous couvert de soirées de fêtes et de dévergondages, Baru dresse un portrait très réaliste de la jeunesse des années 60 et débute dans les récit à caractère social qui vont devenir sa marque de fabrique.

Villerupt est une cité minière qui emploie la majeure partie de la ville. Ouvriers et dirigeants ont chacun leurs quartiers mais tous vivent dans l'ombre de l'usine. Au delà de la misère, on y retrouve une mixité sociale (français, italiens, polonais, arabes...) et la solidarité humaine de ceux qui galèrent. Les parents sont stricts et espèrent que les études permetteront à leurs enfants d'accéder à autre chose qu'à un poste d'ouvrier. Le décalage des générations se fait d'autant plus sentir quand le rock fait son apparition dans les bals et que les adolescents adoptent un style voyou.

Baru et ses copains sont à la fois touchants et drôles. Oscillant entre espoir et poids de l'avenir, ils ne cherchent pour le moment qu'à satisfaire leurs envies. Comme tous les garçons de leur âge, ils ne pensent qu'aux filles et à ce qui se trouvent sous leurs jupes. Leur obsession et les rateaux qui se font nombreux, les méthodes de chacun pour arriver à ses fins, les beuveries et les bagarres qui peuvent suivre, tout concourt à peindre une jeunesse tapageuse et quelque peu provocante.

Le récit, loin d'être plombant, est égayé par la verve des dialogues et l'humour déployé par les personnages.

Quant au trait de Baru, il est déjà reconnaissable. Les personnages ont déjà des "gueules" bien marquées. La ville et l'usine sont remarquablement rendues et dénotent une connaissance certaine du terrain !


"Quéquette Blues" se révèle un premier album très réussi qui combine chronique sociale et portrait du passage à la vie d'adulte. Un album finalement très fort qui semble toujours d'actualité aujourd'hui où les jeunes en rébellion avec l'autorité de leurs parents et la société, cherchent à s'amuser et oublier un avenir qui parait bien morose...

 

J'aimais déjà Baru mais cet album est un vrai coup de coeur !


 

A noter : Le DVD Bonus contient, entre autre, un long film documentaire de 52 minutes où nous suivons Baru à Villerupt, sa région d'origine. L'auteur et ses proches reviennent sur la génèse de l'album et explicite le contexte. Baru parcourt les rues de la ville qui lui ont inspirés les décors de Quéquette Blues et des 2 autres albums y prenant place. On le voit retrouver ses potes de jeunesse, désignés sous de faux noms dans l'album, expliquer l'importance de l'usine dans la vie de la cité, etc...  Passionnant ! Je vous le recommande.

 

Un petit extrait :

 



GENERATION BARU - extraits du film

 

 

 

 

quequette-blues-02.jpg

 

quequette-blues-03.jpg

 

 

quequette-blues-04.jpg

 

 

quequette-blues-05.jpg

  Challenge roaarrr

Prix Alfred du meilleur album 1985

 


Repost 0
Published by Choco - dans A importer
commenter cet article
26 janvier 2011 3 26 /01 /janvier /2011 08:00

 

 

le chien dans la vallée de chambara 01

 

Auteur : Hugues Micol

Editeur : Futuropolis

Date de parution : Janvier 2011

Prix : 16 €

  64 pages

 

 

 

Maraki Zatu est la jeune fille d'un chef de clan, prématurement disparu. En attendant de lui succeder, elle participe à une chasse en compagnie de ses 3 voisins, messieurs Ni, Ishi et San. Mais alors qu'elle galope sur le lac gelé, la galce cède. Ses 3 compagnons y voit là l'occasion de se partager l'héritage du clan (la veuve, les terres et le statut politique) et décident de ne pas lui porter secours...

Mais ce qu'ils ignorent, c'est que la jeune fille n'est pas morte et qu'elle a été sauvé par un vieux maitre shinobi qui va lui apprendre son savoir en échange de son soutien pour ses vieux jours. La jeune fille grandit et son désir de vengeance avec....

 

On connaissait déjà le goût d'Hugues Micol pour les univers japonais avec sa série "Les contes du 7ème souffle". Le voici de retour avec une grande fresque  vengeresse.

Ce qui marque de prime abord dans cet album, c'est le graphisme. La sublime couverture annonce déjà la couleur et c'est peu dire qu'il y en a dans cette histoire. Entièrement réalisé en couleurs directes, la palette graphique est vaste et les tonalités très marquées. Les planches sont denses, foisonnantes et le découpage serré. Certaines cases débordent sur leurs voisines et le fond de l'une sert parfois de fond graphique pour toute la page. Les cadres sont même parfois totalement absent. On trouve également de très belles doubles pages. La lecture n'en reste pas moins très fluide et le lecteur ne se perd pas dans l'abondance de détails.

Bref, il s'agit d'un véritable travail de composition, qui tend vers la peinture. L'influence japonaise se fait bien évidemment sentir. La physionomie des personnages semblent parfois sortir d'estampes ou inspirés de masques japonais.

L'histoire en elle-même est une histoire de vengeance et d'honneur comme l'on peut en trouver dans les contes japonais. Inspiré des récits de Chambara, elle offre une relecture intéressante du genre.

Sans être originale, elle offre un récit initiatique qui oscille entre aventures, combats mais aussi amouuuuur. On y relèvera bien sûr de nombreuses références à la culture nippone et à ses mythes, comme ceux des yokaïs, par exemple.

 

" Le chien dans la vallée de Chambara" s'avère donc un très très bel album, très abouti, très riche, qui offre une expérience graphique très originale (qui pourra, hélas je le concois, déplaire à quelques uns...) et mérite d'être découvert tout de suite !

 

Pour ma part, vous l'aurez compris, c'est un beau coup de coeur !

 

Et le chien du titre, me direz-vous, que vient-il faire dans tout ça ?

Il faut le lire pour comprendre....

 

 

 

le-chien-dans-la-vallee-de-chambara-02.jpg

 

 

le-chien-dans-la-vallee-de-chambara-03.jpg

 

 

 

le-chien-dans-la-vallee-de-chambara-04.jpg

 

 

le-chien-dans-la-vallee-de-chambara-05.jpg

 

 

Vous pouvez découvrir d'autres planches ici.

 

 

 

bd du mercredi

 

 

Un grand merci à Babelio et aux Editions Futuropolis !

 


Repost 0
Published by Choco - dans A importer
commenter cet article
25 janvier 2011 2 25 /01 /janvier /2011 08:00

 

amour-est-une-ile-01.jpg

 

Auteur : Claudie Gallay

Editeur : Actes sud

Date de parution : Aout 2010

Prix : 21,80 €

  350 pages

 


 

Nous sommes en Avignon. Le festival de théâtre bat son plein. Ou plutôt devrait. Car cette année, la contestation agite le milieu théâtral. Les intermittents du spectacle sont en grève, des représentations sont annulées et la gronde sourde à travers les remparts de la ville.

Odon Schnadel est metteur en scène. Il a monté "Nuit rouge", la pièce d'un illustre inconnu, Paul Selliès, et la fait jouer dans son propre théâtre "Le chien fou". Mais cette année, il va devoir se battre avec les techniciens en grève, avec sa fille qui préfère manifester plutôt que de jouer son rôle, avec la chaleur accablante, mais aussi avec lui-même et ses propres sentiments. Mathilde, celle qu'il a aimé plus que tout, devenue désormais la célèbre Jogar, revient jouer dans la ville qui l'a vue grandir. Et puis, il y a aussi Marie, cette jeune fille qui se dit la soeur de Paul Selliès et vient chercher des traces de son frère mort.  L'été sera difficile et personne n'en sortira indemne.

 

 

amour-est-une-ile-02.jpg

 

Claudie Gallay m'avait enchanté avec "Seule Venise", emporté avec "Les déferlantes". J'attendais avec impatience son nouveau roman, et puis j'ai fait trainer. J'aime le théâtre mais les résumés de "L'amour est une île" ne m'exaltait pas plus que ça". Nénanmoins, j'ai finir par y plonger. Et je n'ai pas su lâcher ce roman... qui m'a une fois de plus bouleversé...

J'aime la petite musique de l'auteur, le rythme qu'elle donne à ses phrases, les personnages écorchés par la vie et leur tentative vaine d'être heureux.


amour-est-une-ile-04.jpgOdon vit à l'écart des hommes, sur une péniche en dehors de la ville. Son amour pour Mathilde a bouleversé sa vie et sa famille. Ils se sont aimés et puis Mathilde est partie.  Sa simple évocation est une souffrance. La savoir près de lui, revenue dans la ville n'en rend les choses que plus douloureuses. Il se sent coupable de ça et de bien d'autres choses que l'on découvrira plus tard.

Mathilde, elle, est la Jogar. Elle est devenue une comédienne célèbre mais a peut-être dû sacrifier des choses pour y arriver, comme l'Amour. Elle a dû se battre contre son père pour faire ce qu'elle aime. Un père qu'elle aime et hait à la fois et dont les marques d'amour lui manquent...

Et puis, il y a Marie, la plus écorchée de tous. Marie, hanté par son frère mort, qui veut à tout prix se fondre dans ce qu'il reste de son frère. Marie qui porte sur elle, les cendres de Paul et s'automutile les bras, chargés de cicatrices.

Enfin, il y a tous ces personnages secondaires, si merveilleusement traités : Odile et ses 4 enfants de pères différents, qui ne sait pas quitter sa maison ; LA vieille Isabelle, sa gentillesse et ses souvenirs pleins de théâtre, le pauvre Jeff qui rêve de partir dans le Minesotta, Julie la fille d'Odon qui se cherche, ...

La chose qui les relient tous entre eux, c'est Paul Selliès. Même mort, sa présence remplit le cadre de l'histoire et cristallise les émotions.

Certains se cachent sous les masques de la comédie, d'autres se mentent à eux-même, d'autres encore se révèleront. Mais tous sont seuls face à leurs choix. Bons ou mauvais. Coupables ou innocents.

On suit va suivre nos personnages dans le théâtre de la vie. Le récit progresse doucement et peu à peu, aux détours subtils des phrases, la vérité se fait jour. Les faillures resurgissent, les masques tombent et la vraie tragédie commence.

Et pendant ce temps là, le théâtre continue à Avignon....


Un roman bouleversant que celui-là, un drame qui m'a emporté, secoué

et dont la chute innatendue m'a laissé chaos...

Chère Claudie Gallay, continuez à faire de si parfaits bijoux !

 

 

livre-coeur5.jpg

 

 

 

Extraits :

 

" une vie humaine se résume à quatre petites choses, l'amour, la trahison, le désir et la mort. "


" Sa voix, à la résonnance si profonnde, le nom Josean Artze.

La salle frissonne.

Elle déclame.

Si je lui avais coupé les ailes,

Il aurait été à moi,

Il ne serait pas parti

Mais, ainsi, il n'aurait plus été un oiseau,

Et moi

C'est l'oiseau que j'aimais. "

 

" Greg rejoint Marie.

- Moi, je vis en imaginant, il dit à voix basse.

Elle ne sait pas pourquoi il dit cela.

Elle, elle imagine comment vivre. "

 

" L'amour ne dure pas. C'est une impulsion brûlante, un feu. "

 

"Elle avait emporté ses habits, ses rires, la lumière. Elle a vidé la péniche de on corps. Il voulait que l'alccol assomme son amour, lui mette une gueule de bois, il pensait que ça pouvait suffire, l'alcool, et qu'àprès il pourrait vivre.

Il ne pouvait pas.

La nuit, il la cherchait. Son corps devenait fou. Il serrait ses poings, les écrasait contre son ventre. Il se caressait pour retrouver ses caresses, il se faisait jouir, c'était de la douleur, il pensait en crever.

Il n'est pas mort. Il est devenu une ombre.

Un homme amputé.

Un veuf."

 

"L'amour est une île, quand on part on ne revient pas. "

 

" Vieillir, ce n'est rien quand on se souvient. C'est l'oubli qui fait la souffrance... "

 

" - C'est le privilège des amants, elle ajoute, sentir où est l'autre, se rendre à cet endroit et le trouver.

- Des anciens amants, Jogar...

ça la fait rire. Il n'y a pas d'anciens amants, il y a des êtres qui se sont touchés, mêlés, emmêlés, qui ont été emportés par cette grâce et qui en ont gardé une confiance absolue. "

 

" Les anciens hopis disent que les photos gardent l'âme de ceux qui se laissent prendre. A qui appartient la photo de ce visage ? Est-elle à Marie ?

Un texte peut-il être plus vivant que son auteur ? Plus important ?"


 

 

L'avis de Leiloona, Clara, Art Souilleurs, Gambadou.. Pas d'autres ?!

 

 

amour-est-une-ile-03.jpg

 

1% litteraire 2010

Repost 0
24 janvier 2011 1 24 /01 /janvier /2011 08:00

 

7 milliards aiguilles1 01

 

 

 

 

 

7-milliards-aiguilles2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Auteur : TADANO Nobuaki

Editeur : Doki Doki

Date de parution : Mars 2010 / Mai 2010

Prix :6,95 €

  192 pages

 

 

Hikaru est une lycéenne très solitaire. Fuyant la compagnie de ses camarades de classe, elle préfère s'enfermer dans son monde et vivre avec des écouteurs de musique sur les oreilles non-stop.

Un jour, en pleine contemplation, un éclair la frappe et la jeune  fille perd connaissance. A son réveil, elle s'aperçoit qu'une étrange voix lui parle de l'intérieur. Cette voix, c'est celle d'une entité extra-terrestre qui habite désormais son corps et qu'elle va nommer Exaether. Son objectif : convaincre Hikaru de l'aider à détruire le Maelstrom qui menace de détruire l'humanité.  Au départ réticente, Hikaru va finir par coopérer quand le Mal menace son école.

 

Voilà une bonne petite série en 4 volumes qui nous plonge dans un univers fantastique qu'on a du mal à lâcher.

L'héroine est très attachante et l'intrigue se déroule autour d'elle. Jeune fille extrêmement solitaire, elle va devoir accepter une horreur : ne plus jamais pouvoir être seule ! AInsi Hikaru va devoir surmonter sa peur des autres pour aller à la recherche du Maelstrom, lui aussi "planqué" dans le corps d'un humain. Son évolution est intéressante et nous la verrons prendre peu à peu de l'assurance grace à l'entité qui a fusionné avec elle. Elle découvrira le sens de l'amitié et du sacrifice.

Le 2ème tome se penchera un peu plus sur son passé, sur le pourquoi de son enfermement et étoffera ainsi un peu plus la personnalité de la jeune fille.

 

Si l'aspect fantastique n'est pas entièrement original (une jeune fille asociale qui doit sauver le monde), le scénario reste malgré tout plein de bonnes surprises. Beaucoup de rebondissements et des fins de tomes en plein suspense, tout en "cloturant" d'une certaine façon l'histoire de chaque volume.

Le dessin est clair, net et efficace.

 

Au final, j'ai enchainé les 2 tomes sans pouvoir les lâcher et j'aurais bien aimer découvrir la suite !

 

Vous pouvez lire les premières sur le site de l'éditeur ici.

 

L'avis de Bulles et Onomatopées.

 

7-milliards-aiguilles1-02.jpg

 

7 milliards aiguilles1 03

  7 milliards aiguilles2 02


Une bonne pioche donc que je dois à Aurore qui me l'avait conseillé et...  offert !

(mais punaise, est-ce qu'elle aurait pas envie de revenir bloguer, nom de Zeus... )

 

 

palseches

 

Challenge PAL sèches de Mo' !

 


Repost 0
Published by Choco - dans Manga
commenter cet article
23 janvier 2011 7 23 /01 /janvier /2011 14:37

 

 

 

Rencontres Arles Photograhies 2010

 

 

Exposition

Shoot, la photo existentielle

 

 

shoot-01.jpg

 

shoot-02.jpg

 

Vous en avez certainement entendu parler faute de l'avoir connu :

Les stands de tirs sur les fêtes foraines.

Le tireur doit toucher une cible qui déclenche un appareil photo.

Le bon tireur gagnait alors le cliché.

Voilà une perspective intéressante sur ce processus populaire !

 

shoot-03.jpg

Cliquez pour agrandir

 

shoot-04.jpg


shoot-05.jpg


shoot-06.jpg

 

shoot-07.jpg

 

 

Imaginez une personne qui tous les ans de sa vie vient pratiquer le tir photographique.

Cela donnerait une série de clichés montrant son évolution au fil des ans.

Une femme l'a fait....

Le premier cliché date de 1936... et les tirs se poursuivent encore aujourd'hui...

 

 

shoot-08.jpg

 

 

shoot-09.jpg

 

 

shoot-10.jpg

 

 

shoot-11.jpg


shoot-12.jpg

 

shoot-13.jpg


shoot-14.jpg


shoot-15.jpg


shoot-16.jpg


 

shoot-17.jpg

 

 

shoot-18.jpg

 

 

shoot-19.jpg


shoot-20.jpg

 

 

Pour le clin d'oeil, l'exposition se terminait par un vrai stand de tir

où le visiteur pouvait à son tour s'essayer au tir et gagner sa photo !

 


Repost 0
Published by Choco - dans Photographie
commenter cet article
23 janvier 2011 7 23 /01 /janvier /2011 08:00

 

Un autoportrait littéraire en titres de livres...

 

Je l' avais fait en 2009

Le revoir tourner m'a donné envie de le refaire...

 


 

 

Décris-toi : Animal lecteur

Comment te sens-tu : Bonjour tristesse

Décris là où tu vis actuellement : entre les ombres

Si tu pouvais aller n'importe où, où irais-tu : au bord du monde / loin du monde / passeport pour tokyo / sous les yourtes de mongolie (vraiment trop dur de choisir !)

Ton moyen de transport préféré : Seule sur le transsibérien

Ton / ta meilleur(e) ami(e) est : Tête de chien

Toi et tes amis, vous êtes : Ma famille et autres animaux

Comment est le temps : Ouragan

Ton moment préféré de la journée : Le temps suspendu

Qu'est la vie pour toi : Fables amères

Ta peur : Les raisons du doute

Quel est le meilleur conseil que tu as à donner :Paix

Pensée du jour : Nous ne serons jamais des héros

Comment aimerais-tu mourir : Rides

La condition actuelle de mon âme : Une bien étrange attraction

 


Repost 0
Published by Choco - dans Tags et Cie !
commenter cet article
22 janvier 2011 6 22 /01 /janvier /2011 08:00

 

Et bien, ça y est ....

J'ai enfin terminé mes billets de lectures de 2010 !!

 

Le petit bilan livresque de l'année s'impose...

Le quota de lecture de l'année s'élève à :

 

170 ouvrages

dont 67 BD / Manga

 

A peu près le même nombre de livres que l'année dernière

sauf que cette année des livres illustrés ont été de la partie

et que les bds ont également été plus nombreuses.

Bref, on peut dire que j'ai tout de même un peu moins lu qu'en 2009...

Le fait d'être active et non plus chomeuse, expliquant surement cela !

 

Histoire de faire un petit point sur mes lectures marquantes, j'appelle ma mascotte....

pour décerner les

 

ChocoBooks Award 2011

 

Choco Book

 

 

Dans la catégorie Bande dessinée / Manga :


 

Choco Book

 

- La chenille - Shuehiro Maruo

- Sutures - David Small

- Fables amères - Chabouté

- L'invitation - Jim / Mermoux

- Le bleu est une couleur chaude - Julie Maroh

                     - Manabé Shima - Florent Chavouet

                     - Nous ne serons jamais des héros

 

Et Sergio Toppi qui est hors compétition ^^

 

 

chenille 1

bleu couleur chaude 1

manabe shima 01

invitation 1

fables ameres 1

Sutures 1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

jamais héros 1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans la catégorie Roman :

 

 

Choco Book

- Un autre amour - Kate O'Riordan

- Un été en vêtements de deuil - Akira Yoshimura

- Une bien étrange attraction - Tom Robbins

- Ouragan - Laurent Gaudé

- Tête de chien - Morten Ramsland

- La septième rencontre - Wassmo

                     - La vie d'une autre - Frédérique Deghelt

                     - Sukkwan Island - David Vann

                     - Blessés - Percival Everett

 

 

blesses

bien étrange attraction 1

sukkwan island

autre amour 1

été en vetements 1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ouragan 1

vie d'une autre 1

tete de chien 1

septieme rencontre 1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans la catégorie Littérature de voyage :

 

 

Choco Book

 

- Au bord du monde - Astrid Wendlandt

- Le vol du paon mène à Lhassa - Elodie Bernard

- Un geek au Japon - Hector Garcia

- Sous les yourtes de Mongolie - Marc Alaux

 

 

 

au bord du monde 1sous les yourtes de mongolie 01vol du paon 1un geek au japon 1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pas de catégorie polar cette année cr pas assez de lectures pour que ça soit pertinent.

 

Il ne reste donc plus qu'à espérer que 2011 apportera son quota de lectures coups de coeur !

 

 

---------------------------------

 

 

Pour ma part, l'année 2011 commence de façon un peu morose...

J'ai appris il y a quelques jours que mon contrat de travail ne sera plus renouvelé...

Je suis donc à nouveau une libraire au chomage...

Alors si un recruteur passe par ici...


Fini les lectures de nouveautés toutes fraiches ^^

Le côté positif de l'affaire est que je vais avoir plus de temps pour lire, bloguer...

et vider ma PAL ?


 


Repost 0
21 janvier 2011 5 21 /01 /janvier /2011 08:01

 

 

Women-bd.jpg

 

 

Parce que les femmes ont droit au chapitre, même lorsqu'il s'agit de bulles......

 

Lisons des BD écrites par des femmes !

 

Theoma organise un challenge en l'honneur des dessinatrices

et vous invite à lire UN album au minimum d'ici Décembre 2011

 

y'a pas à hésiter !

Viendez viendez !

 

Repost 0
Published by Choco - dans Challenges
commenter cet article

Humeur

Le 26 Août 2013 :
Le grenier de choco n'est plus...
Ce blog sera à terme supprimé.
Suivez moi désormais sur :

 

Rechercher