Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 juillet 2010 7 04 /07 /juillet /2010 12:46

 

 

J'aime beaucoup cette photo pour son dépaysement original....


 

 

dimanche-4.JPG

 

 

Mais où étais-je donc partie ??




Retrouvez les autres dimanches en photo chez Liyah !

 

Repost 0
3 juillet 2010 6 03 /07 /juillet /2010 08:00

 

challenge In the mood for Japan

 

 

Certains participants m'ont gentiment fait remarquer que je n'avais pas encore fait une petite liste bibliographique pour vous aider à trouver quelques pistes de lectures.


Je m'y met enfin !



Voici donc quelques propositions non-exhaustives de romans de référence.

Impossible de vous mettre les résumés de chacun alors je laisse votre curiosité agir !

A savoir : on les trouve majoritairement en poche.

 

 


Roman policier :

 



EDOGAWA Ranpo (un des fondateurs de la littérature policière au Japon, admirateur de Doyle et de Poe. Son nom est d'ailleurs un anagramme de ce dernier)

- La bête aveugle

- La proie et l'ombre

On y retrouve le plus souvent les thèmes de l'obsession, la perversion, le fétichisme, l'érotisme. Si vous détestez la bizarrerie, passez votre chemin.


YOKOMIZO Seishi

- Le village aux huit tombes

Une histoire de vengeance sur fond fantastique

- La hache, le koto et le chrysanthème

- La ritournelle du démon

Romans policiers à la veine plus classique qui se fonde sur l'enquête et la déduction, genre Agatha Christie.


MATSUMOTO Seicho

- Tokyo express

Un polar classique qui nous fait voyager en train à travers le Japon.


KOIKE, Mariko

- Le chat dans le cercueil

Un roman plus psychologique que policier.

 

MIYABE, Miyuki

- La librairie Tanabe

un policier original où on découvre un libraire enquêteur !

- Crossfire

- Une carte pour l'enfer

immersion dans la société japonaise à travers une enquête sur fond social.


KIRINO, Natsuo

-Disparitions

- Out

- Monstrueux

Une auteur contemporaine qui tend vers le thriller et l'étude psychologique. Attention, Disparitions est plus un roman d'ambiance.


ISHIDA Ira

- Ikebukuro west park

Plongée contemporaine dans les quartiers chauds de Tokyo entre yakusas, putes et gangs.




Romans :





ABE, Kobo

- La femme des sables


DAZAI, Osamu

- LA déchéance d'un homme


ENDO, Shusaku

- La fille que j'ai abandonnée

- Scandale


BUSE, Masuji

- Pluie noire

Vie d'une famille japonaise après l'explosion d'Hiroshima


INOUE, Yasushi

- Le fusil de chasse

- Le loup bleu

Récit de l'histoire de Gengis Khan

- Le maitre de thé


KAWABATA, Yasunari (un indispensable !)

- Les belles endormies

- Nuées d'oiseaux blancs


MISHIMA, Yukio

- Le pavillon d'or

- Confession d'un masque

- Mer de la fertilité (3 tomes)


MURAKAMi, Haruki

Tout !

mes coups de coeur : "Kafka sur le rivage" et " Au sud de la frontière, à l'ouest du soleil"


MURAKAMI, Ryu

- Les bébés de la consigne automatique

et les autres !


NATSUME, Soseki

- Je suis un chat

- Botchan


NOSAKA, Akiyuki

- La tombe des lucioles


OE Kenzaburo

- Une affaire personnelle

- Une existence tranquille


OGAWA, Yoko

- L'annulaire

- Hotel Iris

et les autres !


SEI Shonagon

- Notes de chevet

Journal d'une dame d'honneur. Un classique.


SHIMAZAKI, Aki

Tout !


TANIZAKI, Junichiro

- Un amour insensé

- Eloge de l'ombre

- La clef ( La confession impudique)

- Journal d'un vieux fou


TSUJI, Hitonari

- Le bouddha blanc


UEDA, Akinari

- Contes de pluie et de lune


YOSHIKAWA, Eiji

- La pierre et le sabre

- LA parfaite lumière


YOSHIMURA Akira

- La jeune fille suppliciée sur une étagère

- Naufrages


YU Miri

- Le berceau au bord de l'eau

- Gold Rush




Récits de voyage



Pour les amateurs, il n'en existe pas beaucoup :

 

BOUVIER, Nicolas

- Chronique japonaise

- Le vide et le plein

 

BERHEIM, nicole lise

- Saisons japonaises

 

CAREY, Peter

- Au pays des mangas avec mon fils

 

FERRIER, Mickael

- Tokyo, petits portraits de l'aube

 

GANTELET, Léo

- Shikoku, les 88 temples de la sagesse

 

GARCIN, Christian

- Carnets japonais

 

HARVEY, james

- Le souffleur de bambou

 

HEARN, Lafcadio

- Ma première journée en orient (folio 2€)

 

KIPLING, Rudyard

- Lettres du Japon

 

LONDRES, Albert

- Au japon

 

WILSON, Ariane

- Le pélérinage des 88 temples

 



Je vous souhaite à tous bonne pioche et bon challenge !!

N'hésitez pas si vous avez des questions !

 



Repost 0
Published by Choco - dans Challenges
commenter cet article
2 juillet 2010 5 02 /07 /juillet /2010 08:00

 

Pour ceux qui ont la main verte....


 

book-planter-1.jpg

 

 

book-planter-7.jpg

 

  http://www.tokyopistol.com/ 

 


 

book-planter-2.jpg

 

 

book-planter-6.jpg

 

 

book-planter-8.jpg

 

book-planter-9.jpg

 

http://www.gartenkultur.it/

 


Repost 0
30 juin 2010 3 30 /06 /juin /2010 23:58

 

bonjour tristesse 1

 

Auteur : Françoise Sagan

1ère Edition : 1954


Edition Julliard, 16€, 153 pages

Edition Pocket, 4,60€, 160 pages


 

 

 

Allez savoir pourquoi, je me suis toujours imaginé la lecture de Bonjour tristesse comme ennuyeuse.

C'est tentée par le billet de Cynthia que je me suis enfin décidée à le lire. Je l'ai ouvert avec pas mal de scrupules, un deuxième livre à mes côtés, au cas fort probable où le roman me tomberait des mains.

Et puis, en fait, non.

J'ai été prise tout de suite par cette histoire étonnante, venant d'une jeune fille de 19 ans.

 

bonjour tristesse 2Cécile est en vacances sur la côte d'azur avec son père. Elle a 17 ans, vient d'échouer à son bac et ne pense qu'à profiter du farniente et de la mer. Très vite, elle rencontrera le beau Cyril, un peu plus agé qu'elle, qui l'éveillera à l'amour.

Raymond, le père de Cécile, est un homme volage et séducteur. Depuis qu'il est veuf, il passe de femmes en  femmes. Sa jeune maitresse Elsa les accompagne pour ce séjour qui se déroule sans accro et empreint de la liberté qui a toujours eu cours dans leur vie.

Aussi quand Anne débarque à l'improviste, le quotidien est quelque peu chamboulé. Belle femme de 40 ans, Anne est autoritaire, rigide, cultivée et quelque peu mystérieuse. Faisant l'admiration de Cécile, elle reprend en main la vie de la jeune fille pour lui imposer quelques règles. Il en faut peu à Raymond pour succomber au charme de la nouvelle arrivante.

L'équilibre en est brisé, les tensions ont exacerbés et la jeune Cécile va tomber dans la jalousie, la manipulation, la cruauté et prooquer un drame...

 

Ca aurait pu être un simple récit de vacances sauf que ça ne le sera pas. Beaucoup de psychologie dans ce roman troublant qui nous présente différents affects.

Tout dabord, la relation malsaine qui lie Cécile à son père. Raymond semble oublier l'age de sa fille qu'il semble considérer comme une amie à qui se confier. Il l'emmène dans ses soirées alcoolisées, lui présente sans vergogne ses maitresses et ne semble se soucier aucunement de l'éducation de sa  fille qu'il laisse grandir librement. Cécile, de son côté, est très attachée à son père qui l'a pourtant laissé grandir dans un couvent (?) jusqu'à peu. Elle l'idolâtre quelque peu et tient à tout prix à leur complicité.


Jeune fille simple et douce, Cécile va pourtant se révéler très cruelle lorsqu'elle verra sa liberté menacée. Car plutôt que de réagir ouvertement avec violence comme une adolescente normale, elle va garder en elle toute sa rage et concocter un plan machiavélique pour faire capoter une relation qui l'éloigne de son père. La jeune fille apprendra à manipuler ses proches, à utiliser leurs faiblesses et leurs espoirs pour mieux arriver à ses fins.

 

Parallèllement, elle découvrira l'amour et la sexualité en compagnie de Cyril. Alors que celui-ci semble éperdumment amoureux au point de souhaiter l'épouser, Cécile montre une distance certaine vis à vis de lui. Confondant amour et recherche du désir et du plaisir, la jeune fille se révelera finalement peu éprise.

Complétement insouciante et naïve, Cécile est le reflet de son age et de son époque. Agissant selon ses envies, elle agit quelque peu comme si elle avait un droit de propriété sur son père et la vie qu'il peut mener.

Sa vie est faite de facilités et d'argent, de sorties et de voitures luxueuses. Quiconque lui en empêchera la jouissance se verra forcément sanctionné...

 

" Il fallait absolument se secouer, retrouver mon père et notre vie d'antan. De quels charmes ne se paraient pas pour moi subitement les deux années joyeuses et incohérentes que je venais d'achever, ces deux années que j'avais si vite reniées l'autre jour... La liberté de penser, et de mal pense et de penser peu, la liberté de choisir moi-même ma vie, de me choisir moi-même. Je ne peux dire « être moi-même » puisque je n'étais rien qu'une pâte modelable, mais celle de refuser les moules. "


La tension monte crescendo et le drame final est d'autant plus choquant que, provoqué d'une certaine façon par Cécile, celle-ci n'en éprouvera aucun remords... juste une certaine tristesse :


" Seulement quand je suis dans mon lit, à l’aube, avec le seul bruit des voitures dans Paris, ma mémoire parfois me trahit : l’été revient et tous ses souvenirs. Anne, Anne ! Je répète ce nom très bas et très longtemps dans le noir. Quelque chose monte alors en moi que j’accueille par son nom, les yeux fermés : Bonjour Tristesse."

 

Outre le scénario sans faille et la psychologie poussée, on ne peut qu'admirer l'écriture de cette jeune auteur d'alors pour qui ce fut le premier roman. J'y ai retrouvé avec plaisir une certaine qualité stylistique que je ne retrouve que chez de grands auteurs classiques.


 Inutile de vous dire que je compte bien replonger dans mon édition kitchissime à l'éditeur et à la date inconnus... mais qui contient encore 4 autres romans de l'auteur...



Les avis de Lily, Cynthia, Leiloona, Florinette, Brize, Clarabel,...

 

 

 

 

j-aime-les-classiques.jpg


Repost 0
29 juin 2010 2 29 /06 /juin /2010 20:00

 

la où la mer murmure 1

 

Auteur : Keiko Ichiguchi

Editeur : Kana, Made In

Date de parution : Mars 2010

Prix : 15 €

96 pages

 

 

Marina vit en Italie, au bord de la mer, en compagnie de son père, sa compagne et leur fille. Sa mère serait décédée lorsqu'elle était petite, en la sauvant de la noyade. Son père garde le silence sur l'accident et Marina grandit dans l'ignorance en compagnie des cauchemars de noyade qui l'assaillent chaque nuit.

Un jour, elle fait la connaissance de José, un étudiant français rencontré sur la plage. Ce dernier la questionne sur sa mère et pousse la jeune fille à s'interroger un peu plus. Découvrant une photo de sa mère dans les affaires de son père, José croit y reconnaitre Claudia, une chanteuse célèbre qui se serait retiré.

Dès lors, Marina, aidé de José, se met à la recherche de la vérité et décide de partir en France.

 

On assiste ici à la quête de filiation d'une jeune fille tourmentée par le mystère qui plane autour de sa mère. Marina va découvrir ce que son père lui a caché et devoir accepter une vérité décevante qui n'est pas simple à assumer. Alors que sa première réaction sera le rejet, elle finira par affronter ses peurs en découvrant peu à peu l'histoire personnelle de sa mère.

Cette quête du passé finira tout de même par libérer la jeune fille de ses cauchemars récurrents qui prendont enfin sens, au vu des révélations. Marina gagnera alors en maturité et apprendra le pardon.

 

Le dessin de la mangaka est simple et épuré sans être fantastique. Elle exprime avec subtilité les sentiments des personnages.

Mais malgré tout, j'ai trouvé l'histoire un peu ennuyeuse. Ses autres albums ("1945" et "america"), parus également en Made In m'avait fait le même effet. On aurait pu aller ici à l'essentiel tout en accentuant les émotions.

En bref, l'investissement me parait un peu élevé pour cet album que j'ai trouvé finalement un peu quelconque et convenu.


L'avis plus positif de Faelys qui vient de tomber aussi !

 


 

la-ou-la-mer-murmure-2.jpg

 

 

 

 

Repost 0
Published by Choco - dans Manga
commenter cet article
28 juin 2010 1 28 /06 /juin /2010 23:50

 

racines-dechirees-1.jpg

Auteur : Petina Gappah

Editeur : Plon, Feux croisés

Date de parution : Avril 2010

Prix : 20 €

230  pages

 

 

Ce recueil de nouvelles nous plonge en plein dans le quotidien du peuple zimbabwe. Au plus près de son quotidien, la jeune auteur nous présente un pays en pleine transition et en perte de repère. Mettant en scène des tranches de vies, on y découvrira une série de personnages accablés : une femme qui enterre le cercueil vide de son mari, une autre qui ne supporte pas sa stérilité,  des hommes polygames ou qui trompent leurs femmes, un crédule qui espère toucher le gros lot, une bonne qui veut encore croire à l'amour,  ...


racines-dechirees-3.jpgA travers les différentes histoires, peu à peu se dresse un portrait sans concessions du Zimbabwe. Autrefois Rhodésie du Sud, le pays a connu de gros bouleversements. Ancienne colonie britannique qui pratiquait l'apartheid, il est devenu indépendant en 1980 après une guerre opposant le pouvoir blanc et les 2 partis noirs (ZAPU et ZANU). Les élections libres sont alors remportés par Robert Mugabe, leader du ZANU, toujours au pouvoir aujourd'hui... Ce dernier impose un régime très autoritaire : élections truquées, persécution de l'ethnie ndébélés (dont il ne fait pas partie), expropriations, etc...

Résultat : un peuple qui peine à vivre et à croire en l'avenir.

 

racines déchirées 2

Et les nouvelles nous le montrent bien : inflation hallucinante qui donne des billets de milliards de dollars zimbabweéns (taux d'inflation à  231 000 000 % en 2008 !!), pénurie d'essence et queues de plusieurs jours, rackets, malversions et corruptions, coupures d'électricité, épidémies de choléra et de sida, famine, changements de dénomination pour les rues ...

Ce sont des personnages complètement désenchantés que nous avons en face, parfois prêt à tout pour trouver un peu de bonheur dans un environnement bouché, quitte à céder à l'appel de l'occident.


"Les racines déchirées", ce sont celles d'un peuple, brisé par une dictature, qui va de déceptions en désillusions. Un peuple qui continue malgré tout à avancer et à vivre en toute humanité.

 

Un recueil sombre à ne pas lire dans un moment de déprime et qui plaira aux amateurs de nouvelles et d'Afrique.

 

Personnellement, n'étant pas adepte de ce genre ni de l'Afrique, je suis tout de même resté un peu en dehors de ce recueil mais je reconnais que la qualité littéraire est tout de même au rendez-vous.

 

Pour moi, il est donc à découvrir !

 

 

Je remercie Babelio et les Editions Plon pour cette découverte.

 

 

 


Repost 0
27 juin 2010 7 27 /06 /juin /2010 13:51


 

Un soir, à Chaumont sur loire...

 

 


104-0488 IMG

 

104-0485_IMG.JPG

 


Les autres sont chez Liyah !

 

 

Repost 0
25 juin 2010 5 25 /06 /juin /2010 23:50

 

tokyo portraits 1

 

 

Auteur : Mickaël Ferrier


Editeur : Gallimard, L'infini

Date de parution : Octobre 2004

Prix : 10,50€

105 pages


Editeur  : Arléa
Date de parution : Avril 2010

Prix :  7 Euros 

  108 pages

 

 

 

Voilà un petit ouvrage très étonnant ! Car Mickaël Ferrier, professeur de littérature à Tokyo,  nous emmène à sa suite dans un Tokyo interlope, inconnu du grand public.

A travers les portraits de quelques marginaux, il nous fait découvrir les bas-fonds de la capitale japonaise faits de bars, de ruelles tortueuses où l'on se perd et où l'on croise d'extravagants personnages.


" Il y a dix millions de personnes qui vivent sous terre dans cette ville. Des ouvriers, des stripteaseurs, des danseuses, des scientifiques, des alcooliques, des agriculteurs, des écrivains, ... " 

 

tokyo portraits 4


L'auteur porte un regard poétique et curieux sur la ville qui s'offre à lui dans son étrangeté nocturne. Entre rencontres clandestines arrosées au saké, soirées mondaines, promenades à l'ombre des souterrains où poussent les meilleurs champignons de Tokyo, se compose un visage différent, à mille lieux de tout conformisme japonais.


" Fluide et organisée en surface, Tokyo est fougueuse et syncopée dans ses bas-fonds. Dès que l’on s’en approche un peu, on est surpris de constater à quel point c’est un bordel inénarrable qui sous-tend cette apparence de rationalité. De Tokyo, le voyageur pressé ne verra que ceci : trains et métros en files d’attente bien rangées, emballages soigneusement étiquetés, personnel attentionné. Posez quelques temples sur le dessus pour faire joli, deux ou trois fleurs arrangées et une tasse de thé : c’est le Japon du travail, des hôtels et des reportages télévisés. Mais sous les apparences, dans les marges ou sur les côtés, à la lisière de cette formulation claire et impersonnelle, s’agite tout un peuple de fainéants, de buveurs, de rieurs et de lézards, de chanteurs improvisés sur des morceaux de comptoir. C’est un jazz permanent qui soutient la ville."


tokyo-portraits-3.jpgInsaisissable et silencieuse, Tokyo se révèle toujours mystérieuse pour l'étranger et c'est avec plaisir que Mickaël Ferrier nous offre ses propres impressions. Sa rencontre avec un grand calligraphe, Trésor National du Japon, en est la plus vibrante et la plus émouvante.


Parsemés de quelques réflexions culturelles et de leçons de calligraphie à chaque introduction de chapitre , ces Petits portraits de l'Aube se concluent par l'arrivée d'une nouvelle aube, préambule à une future déambulation nocturne...


" Les Japonais divisent la nuit en plusieurs ’soirées’ successives, comme si elle était un ruban qu’on peut découper à sa guise (…). La vie devient extensible jusqu’à ce que l’aube pointe, c’est à dire quasiment à l’infini. Souplesse exquise du temps libéré des entraves du jour. "


Une découverte sympathique pour ceux qui souhaitent découvrir les dessous de la capitale tokyoite et toucher du bout des doigts un des nombreux visages de ce pays mystérieux.


 

 

 

challenge In the mood for Japan


Repost 0
23 juin 2010 3 23 /06 /juin /2010 00:40

 

ellis cutting 1

 

 

Auteur : Thomas Vieille

Editeur  : Gallimard, Bayou
Date de parution : Mai 2010

Prix :  16,50 Euros 

  108 pages

 

 

Ellis Cutting est un homme en fuite. Poursuivi par une bande de cow-boys qui en veulent à sa peau, il se réfugie dans une petite ville de chercheurs d'or, enfouie sous la neige. On ne saura pas pourquoi et peu importe. Un curieux passeur prophétique lui confie qu'il y laissera la vie. La route se termine mais il ne le craint pas. De toute façon, il n'a pas "de quoi payer une autre traversée"...

 

Nous voilà plongé en pleine ruée vers l'or, dans une ambiance western qui s'accompagne de personnages truculents : un chercheur d'or muet qui se fait piquer tout l'or qu'il trouve, une bande de truands, une bourgeoise visionnaire qui cherche à convaincre du miracle de la cinématographie, un barman qui loue des chambres avec filles de joie, un juge corrompu, et des tueurs à gages dont le devoir est aussi de supprimer quiconque à connu Ellis Cutting...

C'est au son de Bob Dylan, Bruce Springsteen ou encore Johnny Cash que ces humains qui cherchent (ou pas) à échapper à leur destin apprendront l'implacabilité de la destinée.

Si le destin de chacun est tracé, il ne se produira peut-être pas de la manière qu'on le pense...

 

Non dénué d'humour, cet album se déroule pourtant comme une tragédie grecque : un passeur, le Destin qu'on ne peut déjouer. Mélangeant les genres, l'auteur nous offre un étonnant album qui dépasse les codes du western pour se transformer en un récit fortement décalé.

 

Le dessin, plutôt sobre et naïf, se fait au trait épais et on pourra regretter l'absence de détails.

 

Je ne suis pas entièrement convaincue mais l'album se laisse lire avec plaisir mais que j'aurais souhaité plus dense.

Un premier album tout de même intéressant donc pour ce jeune auteur à suivre.

 

 

 

ellis-cutting-2.jpg

 

 

ellis-cutting-4.jpg

 

ellis-cutting-3.jpg


Repost 0
Published by Choco - dans A importer
commenter cet article
21 juin 2010 1 21 /06 /juin /2010 07:00

 

mer-engloutie-1.jpg

 

Auteur : Taras Grescoe

Editeur  : Noir sur Blanc
Date de parution : Avril 2010

Prix :  24 Euros 

453 pages

 

 

 

 

Vous l'ignorez surement mais je suis végétarienne. Je ne mange ni viande, ni poisson pour des raisons éthiques. Parallèlement, l'écologie est un domaine qui me touche également.

Aussi quand BOB m'a offert la possibilité de lire cet essai sur le poisson et l'industrie de la pêche, j'ai eu très envie de découvrir les dessous de VOS assiettes...

Et je dois dire que je suis très contente d'avoir lu ce livre, même si ce qu'on y découvre n'est pas franchement réjouissant.

 

Taras Grescoe, qui a lui même supprimé la consommation de viande dans son alimentation, a voulu savoir comment manger sainement et de façon éthique du poisson alors que les informations quant au bien fondé de sa consommation était contradictoires. Alors que les populations grandes mangeuses de poissons se révélaient en meilleure santé, de nombreux signaux d'alarmes quant à la toxicité et à l'impact écologique de la pêche font réfléchir.

L'auteur est donc parti faire un tour autour de la planète à la rencontre de différents lieux et systèmes de pêches.

Le constat se fait plutôt alarmant...

 

mer-engloutie-2.jpg


Un chef cuisinier célèbre, un article dans la presse peuvent susciter l'engouement pour un poisson ignoré jusqu'à lors et provoquer une sur-pêche qui mène à une quasi extinction.

La pêche intensive a fini par épuiser les stocks et pire à détruire l'environnement marin. Le chalutage, la pêche à la dynamite détruisent de nombreux écosystèmes et laisse un désert derrière eux, supprimant ainsi les moyens de subsistance de toute une population locale dont elle est la seule source de revenu.

La baisse des grands prédateurs surpêchés (thon,...) perturbent complètement la chaine alimentaire et les poissons de bas de chaine prolifèrent et étouffent la diversité. On doit s'attendre à terme à voir les eaux peuplées de méduses et d'algues.

Les prises dites accessoires sont rejeteés à la mer et se révèlent comme un énorme gachis.

Les élevages de poissons, cherchant à pallier à la raréfaction des poissons sauvages provoquent de nombreux dégats d'un point de vue environnemental, en polluant tous les lieux à proximité. Bourrés d'antibiotiques, parqués dans des espaces confinés propices au développement des maladies, les poissons en s'échappant permettent aux bactéries de proliférer et de tuer la faune locale.

On découvrira aussi que pour nourrir ces élevages, on utilise bien de matières premières (des petits poissons transformés en farine, quand ce ne sont pas des déchets de viande impropres à la consommation humaine et animales.... ) pour produire une quantité moindre de chair consommable, alors que certaines populations meurent de faim ailleurs.

On pourra noter l'absence de réel souhait des politiques de préserver des ressources que tout le monde pense infini. Les quotas imposés sont toujours bien trop élevés, les lois édictés non appliqués, la corruption et le lobbying peut aussi faire rage et ne laisser aucune chance à notre planète pour retrouver sa diversité d'autrefois.

Bref, je vous en passe des pires et des meilleures...

 

mer-engloutie-3.jpg


Taras Grascoe ira à New York (Lotte), dans la baie de Chesapeake et en Bretagne (huitres), en Angleterre (fish and chips), à Marseille (bouillabaisse), au Portugal et en France (sardines), en Inde (crevettes), en chine (ailerons de requin), au Japon (Thon rouge), en Colombie-Britannique (saumon) et en Nouvelle-écosse (colin) pour nous faire découvrir la pêche dans tous ses aspects et bien souvent les pires.

Son enquête est extrêmement fouillée tout en nous faisant comprendre facilement les tenants et aboutissants des enjeux de la pêche d'aujourd'hui. Alarmiste, il nous confiera aussi les formes positives que la pêche peut prendre et citera des cas d'industrie éthique et durable.

Une appendice finale listera clairement pour les consommateurs les espèces à éviter et celles que l'on peut manger. 

 

Taras Grescoe nous offre ici un essai édifiant que chaque consommateur de poissons devrait lire. Donnant les clés d'un développement durable des ressources marines, il nous enjoint d'avoir une attitude responsable quant à nos choix alimentaires si l'on veut que nos petits-enfants connaissent la même biodiversité.


  " Est-ce qu'en changeant nos habitudes alimentaires nous pouvons vraiment aider les océans .

La réponse est oui, catégoriquement.

Pour moi, continuer à choisir mon poisson en étant dans l'ignorance n'est plus acceptable. Je me suis aperçu qu'en suivant le fil reliant l'animal qui était dans mon assiette à l'hameçon ou au filet qui l'avait pris - ou bien au bassin dans lequel il avait été élevé -, je découvrais trop souvent un spectacle de désolation. La lotte grillée à new York vous amène à une plaine de vase, ce qui reste du fond de l'Atlantique après le passage des chaluts de fond ; le napoléon à la vapeur à Shanghai vous conduit à des coraux empoisonnés par du cyanure et réduits en miettes  par de la dynamite ; les crevettes panées frites dans les centres commerciaux d'Amérique vous entraîne vers des forêts de mangrove mortes et des eaux de consommation devenues toxiques, et ce dans certaines des contrées les plus pauvres du globe. Partout dans le monde, une seule force a provoqué cette déconfiture : l'appétit de l'homme, encouragé par toutes les industries & destructrices qui sont nées pour le satisfaire.

Alors oui, ce que vous décidez de manger compte. (...) Et quand nous achetons du poisson sans chercher à nous préoccuper de sa provenance - eh bien, quand vous multipliez cette déciciosn par quelques  milliards de bouches, alors ça compte vraiment, vraiment beaucoup. "


Après cette lecture, je dois dire que je suis contente et fière d'être végétarienne!

Mais je ne suis pas du genre militant alors sans vouloir vous commander, je vous engage juste à lire ce livre ou du moins à vous documenter sur le sujet.

Je suis toujours un peu agacée par ces personnes qui me disent, au sujet de la viande, refuser de voir comment elle est produite et industrialisé car elles en seraient écoeurées...

La même chose est valable pour les poissons. Refuser d'apprendre comment votre nourriture atterrit dans votre assiette est pour moi,  une façon de se voiler la face que je trouve un peu lâche et égoiste.


On annonce un "effondrement de toutes les pêches du monde aux alentours de 2048 "


Vous ne pourrez pas dire : je ne savais pas...

 


 

Et pour conclure la minute militante lol,

sachez que je ferais voyager ce livre avec grand plaisir aux consommateurs intéressés...

 

livre-voyageur.jpg

 

En attendant... Bon appétit !



Sachez que vous pouvez retrouver les 40 premières pages de cette étude ici !


Les avis tout aussi positifs de Folfaerie, Catherine, Yv

 

 

 

Mille merci à BOB et aux Editions Noir sur Blanc pour cette enquête passionnante !

logotwitter2.jpg

Repost 0
Published by Choco - dans Essai
commenter cet article

Humeur

Le 26 Août 2013 :
Le grenier de choco n'est plus...
Ce blog sera à terme supprimé.
Suivez moi désormais sur :

 

Rechercher