Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 novembre 2009 5 06 /11 /novembre /2009 16:19


Les blogueuses se sont données le mot ce week-end... et j'ai encore eu droit à des gâteries !
C'est au tour de Bladelor qui m'a envoyé une jolie surprise pour fêter le 1000ème commentaire sur son blog.

L'initiative est géniale et je vous invite à faire de même à votre tour !
Personnellement, je ne m'en priverais pas et vous annonce pour info que j'en suis au 418ème commentaire... l


Si vous voulez vous amuser à tomber juste


Voici donc mes gourmandises...






Je remercie infiniment ma donneuse pour son choix de biscuits... que j'adore ! Je vais pouvoir alterner avec le chocolat et éviter la crise de foie !
... et pour son choix de livre (car c'est TOUJOURS pertinent d'offrir un livre à une libraire  ) qui fait suite à une discussion autour de l'humour sarcastique des auteurs nordiques !
J'en suis d'autant plus ravie que je viens de lire la BD adaptée de ces récits ! (Le billet est ici).

La petite phrase qui est sortie à l'ouverture du paquet : " Ah !!! Elle est trop forte !! "

Encore un grand merci à Bladelor qui s'inquiétait... s'inquiétait de ne rien voir venir...alors que la lettre attendait chaudement à la poste !


Repost 0
6 novembre 2009 5 06 /11 /novembre /2009 11:30


Grace à Fashion et à son escapade dans la Venise du Nord, j'ai découvert l'existence du Galak aux spéculoos..

Suite à la suggestion de Cynthia d'en offrir à l'occasion d'un prochain challenge, ni une ni deux, je me suis lancée dans le défi personnel de lire et chroniquer tous les Folio à 2€ pour recevoir le dit chocolat.

Ayant réussi avec succès mon objectif  , Cynthia m'a récompensé de mes efforts !
et voici le joli paquet arrivé par avion (  ) hier dans ma boite :

































Oui je sais, je vous vois tous baver mais j'ai su donner de ma personne pour l'obtenir !!!
Rendez-vous compte : 250 titres !!!
La prochaine fois, je demanderait la pâte à tartiner spéculoos


 ( Bon, comme je sens un certain septicisme pointer... je reconnais que ça ne concernait que les folio à 2€ d'auteurs asiatiques...)

(Comme je vous vois toujours pensif, il est vrai que Cynthia, dans sa grande mansuétude, a eu pitié de voir mon programme de lecture s'alourdir un peu plus et m'a fait grace du challenge... Mais tout ça n'est qu'accessoire, dirons-nous... l'intention y était  )


Repost 0
5 novembre 2009 4 05 /11 /novembre /2009 22:27

Tagguée par Fashion sur ce nouveau thème qui va tourner... tourner...tourner encore :
le jeu des 7 familles... euh le jeu des 7 chansons...
...non le tag détourné des 7 éléments de votre automne !

Les 7 éléments de mon automne seront donc :

1- Le sublime premier album d'Izia que j'écoute en boucle depuis sa sortie !

Ecouté tous les matins en allant travailler, c'est le SEUL truc du moment qui me booste et me fais sentir belle et sûre de moi dès le réveil... c'est dire !
Du bon gros rock à l'état brut fait par une petite nénette de 19 ans à la voix sublime, fille de Jacques Higelin...
Vous savez celui qui chantait dans sa "Ballade à Izia" : "24-09-90, ma petite gonzesse a vu le jour"...
Elle a fait les premières parties d'Iggy Pop, Motorhead,... bref pas de la gnognote !

Montez le son (sinon c'est pas la peine) et écoutez-ça !
C'est un ordre !



Maintenant vous comprenez pourquoi je suis remontée à bloc quand je l'écoute
www.myspace.com/iziamusic



2 - les déménagements, les emménagements et les cartons

Parce que bon, au bout d'un mois dans ma nouvelle région, je ne suis toujours pas installée...
parce que j'attends toujours le deuxième et dernier rapatriement de mes affaires...
parce que je ne suis pas prête d'avoir un appart rangé et décoré...

3- Les appels désespérés de ma famille et des amis

La famille et les amis qui sont à 1000 kms se languissent et me harcèlent de coups de fil larmoyants pour me dire :
"C'est quand que tu remontes ?"
"Tu n'habiteras plus jamais dans le Nord, c'est ça ? Tu reviendras plus..."
"Tu m'abandonnes..."


Autant vous dire que je ne suis pas aidée...

4 - de travail

parce qu'après avoir pleuré pendant xxx mois pour retrouver du travail, je retrouve le métier de ma vie....
et qu'est-ce que c'est bon... !

5 - Google reader et Over-blog

Devenue en quelques mois accro au monde de la blogosphère, je dois dire que je ne décolle plus de ce fichu ordinateur... Mon sommeil en patit, mon quota de lectures baisse,...
 mais au moins les éclats de rire augmentent grace à une certaine Zaz qui se reconnaitra
ainsi que ma LAL qui vous en remercie !

5 - de lecture et de folie des grandeurs

L'inscription à une dizaine de challenges impliquant une soixante de lectures imposées me fait constater que j'aime voir grand... très GRAND....
On sait jamais : au cas où je ne saurais pas quoi lire...

7 - Le vain espoir de revoir le beau client qui a fait chavirer mon coeur...

Bel inconnu, qui s'est arrêté devant les récits de voyage, si tu passes par ce blog, saches que je t'attends !
Choco, libraire chez S. dans la ville de M.

(Vous constaterez aussi mon espoir improbable que ce blog soit lu par d'autres personnes que les 50 lecteurs habituels de la blogosphère... et 50, je dois surement voir large, TRES large lol)



Et les 7 heureux gagnants de ce tag sont :

Cynthia, pour la remercier de m'engraisser
Yvain, qui fait sembler de chercher un appart pour échapper à mes tags
Keisha, pour fêter son changement de décor
Leiloona, pour la remercier de ne pas m'avoir taggué sur le précédent
Cathulu, pour m'avoir vu dans le marron
et Théoma, pour s'embrouiller dans les taguées...


Repost 0
Published by Choco - dans Tags et Cie !
commenter cet article
4 novembre 2009 3 04 /11 /novembre /2009 22:52




Tout le monde connait (ou presque  ) Jorn Riel et ses célèbres racontars. Voilà ti pas que les voici adaptés en Bande dessinée !
 N'ayant pas encore lu les romans, je me devais de le découvrir au moins par ce biais.


Nous voilà plongés dans l'enfer froid et sombre du Groenland où les nuits sont plus longues que vos jours. Les chasseurs vivent en autarcie ou presque et rêvent aux corps féminins qui leur manquent sur cette banquise immaculée et plongée dans un noir quasi permanent. Leur seule distraction : les bittures entre copains, prétextes à se raconter les fables et autres fadaises qui courent dans leur imagination.
Vous y découvrirez l'intérêt de courir nu dans la neige, que les coqs peuvent être philosophes, que revendre le droit de cuissage sur une femme n'étonne personne, que tatoueur est un métier d'avenir au Groenland, ...




Bref 7 histoires qui se suivent et où l'on retrouve notre groupe de trappeurs. Ces hommes bourrus vivant dans des conditions extrêmes font pourtant preuve de magnanimité et de sensibilité. Les situations burlesques se succèdent et on ne se lasse pas des passe-temps plus ou moins barrés pour occuper ses journées.
Le dessin dans des dégradés de noir et gris rend parfaitement bien l'ambiance froide de la banquise. Les personnages ont tous des "gueules" et leurs expressions sont très travaillées.
Jorn Riel ayant passé une quinzaine d'année de sa vie au Groenland, on peut dire qu'il maitrise son sujet.
Sujet admirablement repris par Tanquerelle et De Bonneval qui ont su sublimer le récit par cette adptation.






Note : ****




Editions Sarbacane - 23€

Repost 0
Published by Choco - dans A importer
commenter cet article
2 novembre 2009 1 02 /11 /novembre /2009 21:56



Shinsuke est apprenti chez le père d'O-Tsuya. Il est amoureux de la jeune fille qui partage son inclination.
Pourtant leur amour doit rester cacher car contraire aux usages. Un soir où les patrons se sont absentés, les deux amants se rejoignent. O-Tsuya essaie de convaincre Shinsuke de s'enfuir pour vivre leur amour. Ce dernier, faible de caractère se laisse convaincre un peu par facilité. Nos deux amoureux se retrouvent hébergés chez un ami qui doit organiser des pourparlers avec le père d'O-Tsuya pour qu'il consente à leur union. Mais Shinsuke ignore encore dans quel engrenage cette fuite va le mener...

Ce court roman nous plonge dans les affres de la passion et des extrémités où cette dernière peut nous entraîner. Shinsuke, jeune homme naïf et respectueux, ne fera pas le poids devant une jeune femme fougueuse, séductrice et manipulatrice. On reste frappé devant une naïveté qui, peu à peu, se transformera en violence, vengeance et crime... Le basculement est progressif et insidieux.

Ecrit en 1915, le récit prend place dans un Japon médiéval engoncé dans ses traditions, ses conventions et ses codes d'honneur que Tanizaki balaye allègrement en introduisant des personnages qui s'en défont sans scrupules.

Pour la petite histoire, l'auteur s'est inspiré de Ono No Komachi en comparant O-Tsuya à la "Komachi de Tachibana". Komachi était une poétesse d'une très grande beauté, spécialisée dans les thèmes amoureux et érotiques. Son nom est désormais devenu le symbole de la belle femme au Japon.

                                            Ono No Komachi par le peintre Kikuchi Yosai.



Une histoire d'amour passionnel à découvrir !


Note : ****



Edition Folio, 2€



Objectif-PAL.jpg
Objectif PAL : # 5

Repost 0
30 octobre 2009 5 30 /10 /octobre /2009 21:17



L'épidémie se poursuit et chacun y va de son propre challenge !

Aujourd'hui c'est Bouh qui nous propose de découvrir la littérature américaine.




Le but : lire autant d'oeuvres américaines que l'on souhaite !

Seules restrictions : se limiter au 20ème siècle et donner dès le départ le nombre de romans que vous souhaitez lire (quitte à augmenter le chiffre par la suite !)

Le challenge se terminera le 31 décembre 2010.
Toutes les infos ainsi qu'une liste non exhaustives de titres sont ici !

Personnellement, je me fixe au minimum 6 titres !


Repost 0
Published by Choco - dans Challenges
commenter cet article
29 octobre 2009 4 29 /10 /octobre /2009 20:36


Théoma lance son premier challenge et pas des moindres !
Suite au tag qui posait, entre autres, la question suivante : Quel livre aimerais-tu faire découvrir au monde entier ?, elle s'est amusée à répertorier toutes les réponses et plus encore !
Résultat : une liste énormissime de coups de coeur de blogolecteurs !






Le but du challenge : En lire au moins deux avant le 30 juin 2011... oui oui 2011 !
Pas d'excuses pour refuser de s'inscrire ! Nous sommes déjà 67 participants !
 Que ceux qui ont réussis à passer à travers nous rejoignent !
Les infos sont ici !

Mon coup de coeur à découvrir est un très beau roman japonais :
"Les belles endormies" de Yasunari Kawabata




Repost 0
Published by Choco - dans Challenges
commenter cet article
29 octobre 2009 4 29 /10 /octobre /2009 19:49



Marie-Yvonne, jeune fille des années 50, grandit dans un petit village du Finistère, entouré de sa famille. Sa mère devient peu à peu sourde, sa grand-mère Mélie s'occupe de Jeanne, sa grande soeur souffrant d'un mal inconnu et son père, menuisier, se mure dans le silence.
Issue d'une grossesse tardive non souhaitée, Marie-Yvonne baigne depuis toujours dans une atmosphère de deuil et de mort. Elle porte les prénoms d'ancêtres mortes.

«Par tradition, il me donna le prénom composé de sa soeur asthmatique, morte en crise beaucoup trop tôt en laissant trois jeunes orphelines. C'était aussi le prénom de sa tante, la soeur de Tad, qui n'avait vécu que quelques années. «Marie-Yvonne», avait écrit l'employée. Enfin, puisqu'il fallait un second prénom, celui de la fille de ma marraine, Nicole, fit l'affaire. Asphyxiée par une fuite de gaz, elle s'était éteinte à six ans.»

La maison jouxte le cimetière et elle n'hésite pas à s'y promener, attirée malgré elle par la mort ; les décès rythment la vie du village et les portraits des défunts fleurissent les murs.

«Je retrouvais le cadre immense, le visage grandeur nature, le garçonnet de papier. Le rayon de son regard me fixait alors. J'étais debout sur une chaise, au même niveau que lui mais à bonne distance. Il m'envoûtait, je cherchais son mystère et restais sans réponse devant le pâle sourire, les yeux clairs habités d'une douce mélancolie. Sa trop grande gravité, qui ne correspondait pas à l'enfant espiègle qu'il avait été, me laissait penser qu'il pressentait son destin.»

Alors que Jeanne est sujette à des accès de cris et de rage, sa soeur est au contraire enfermée dans le silence et le mutisme du menuisier qui ne lui accorde que peu de mots.
Ses relations familiales sont constitués de non-dits et Marie-Yvonne doit rassembler année après année les indices, les bribes de conversation qui lui permettront de mettre à jour un secret sous-jacent qu'elle ressent malgré elle.

Ce beau roman, empreint tout du long d'une forte mélancolie, est loin d'être léger.
L'auteur nous offre surement une part autobiographique de son histoire. L'ambiance de village breton, baignant dans les traditions ,ainsi que la rudesse de la vie d'une famille modeste est parfaitement rendue.
On suit une jeune fille dans sa quête personnelle, une quête d'amour aussi qui n'est jamais nommé.

"J'étais la fille du Menuisier, je le savais. Jeanne, malgré sa folie, était plus normale que moi, côté filiation. Elle le nommait. Pas moi. Nous n'avions pas de mots l'un pour l'autre. Notre lien était un long fil continu que personne ne pouvait voir. Aucun mot ne s'y accrochait comme le font les notes sur une portée. Nous-mêmes en étions ignorants, seulement soupçonneux de sa présence tenace."

Son envie de percer le silence qui règne entre son père et elle même est emblématique des difficultés de communication entre un père et sa fille. Le père n'est jamais nommé que "le menuisier", le toucher est proscrit entre eux et cette mise à distance révèle bien leur peur à aller l'un vers l'autre.
L'écriture est superbe, très poétique et plonge le lecteur, par petites touches,dans le moi intime de cette jeune fille.

Malgré un thème très touchant, je dois pourtant dire que je n'ai pas été emportée par cette lecture.
Le texte est très bien écrit, l'atmosphère est envoutante pourtant je m'en suis vite lassée... Le récit n'avance pas (et pourtant je suis adepte de la littérature et du cinéma asiatique où il ne se passe rien ;) )
et j'ai été assez déçue par la révélation du secret de famille : tout ça pour ça...
Peut-être que le saucissonage de ma lecture y a été pour quelque chose mais je ne me retrouve pas dans le concert d'éloges lu ici et ailleurs sur ce roman... Bref une rencontre râtée...

Les avis beaucoup plus positifs de Cuné, Cathulu, Sylire, Aifelle, Lou, Leiloona, ...  



Note : ***





Editions Phebus - 20€
Repost 0
28 octobre 2009 3 28 /10 /octobre /2009 20:11





Nous sommes en Espagne dans un petit village de campagne. Une vieille femme observe la pleine lune et se souvient...
Artemisa et son frère vivent dans ce village et n'hésite pas à se réfugier dans la forêt, près des animaux et d'un jeune garçon rejeté qui entretient un lien particulier avec eux.
Attirée inexplicablement par la lune, Artemisa se défie des croyances et des superstitions autour des fantômes et pénètre dans un lieu maudit dans le but d'observer cet astre dans sa plénitude. Le drame arrive et va bouleverser leur vie à tous...

Très bel album qui nous emmène dans des contrées oniriques et fantastiques.
Le traitement graphique est original et les différents tons de gris, ponctués de quelques touches de rouge savamment intégrées, rendent parfaitement l'ambiance de cette histoire oscillant entre poésie, violence et mélancolie. Certaines planches sont d'ailleurs de toute beauté !
Le récit nous renvoie à nos peurs d'enfance, à nos cauchemars, à notre adolescence : deux adolescents luttent pour obtenir l'amour d'une jeune fille ; une compétition s'organise pour prouver son courage ; le fils argenté qui tient sous sa coupe les autres enfants du village par sa violence et sa méchanceté. 
Une histoire simple et sans surprise qui laisse un peu sur sa faim au niveau de l'intrigue que j'aurais aimé plus profonde mais doté d'un tel dessin, qu'il serait dommage de passer à côté !

N'hésitez pas à visiter le site de la BD : http://lesignedelalune.dargaud.com/

Je vous rappelle que Munuera est le dessinateur de Merlin ainsi que de trois albums de Spirou et Fantasio.



Note : ****


Editions Dargaud - 15,50€









Repost 0
Published by Choco - dans A importer
commenter cet article
27 octobre 2009 2 27 /10 /octobre /2009 21:04





Patrick vit seul : sa femme l'a quitté. Patrick déprime et nous le fait bien sentir...
Ironie de l'histoire : il tient un magasin de farces et attrapes, nommé "le petit rien tout neuf avec un ventre jaune" qui vivote tant bien que ma à cause de la morosité permanente de son propriétaire qui voit tout en noir. Ses remarques sarcastiques sur le monde et la vie plombe l'ambiance et les efforts de ses proches n'y changeront rien. Seule la venue d'un cirque et d'une jeune femme acrobate un peu curieuse et persistante fera sortir notre homme de son mutisme ravageur.

Cette tranche de vie dans la vie de Patrick est faite de petits riens qui pourraient être les votres. Un homme abandonné qui cherche une raison de vivre ou un être à qui se raccrocher,
Pourtant, comparé aux magnifiques "Les petits ruisseaux" et "La marie en plastique", j'ai été quelque peu déçue. J'ai été moins sensible à l'intrigue et à l'histoire d'amour. De plus, la fin reste en suspens et c'est au lecteur d'imaginier la suite... Légèrement frustrant.

Cet album reste pourtant une belle histoire simple et sensible à découvrir.

L'avis de Clarabel ici.



Note : ***



Editions Futuropolis - 18€








Repost 0
Published by Choco - dans A importer
commenter cet article

Humeur

Le 26 Août 2013 :
Le grenier de choco n'est plus...
Ce blog sera à terme supprimé.
Suivez moi désormais sur :

 

Rechercher