Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 octobre 2009 4 01 /10 /octobre /2009 00:28



Dans un empire imaginaire d'inspiration chinoise (d'après l'éditeur) où la magie est présente au quotidien, nous allons assister à une cérémonie importante pour le peuple.
L'empire est protégé par 12 dragons, dont l'emblème reprend les animaux du zodiaque chinois. Chaque dragon est pourvu d'un Oeil de dragon, un homme qui en échange de son énergie, s'unit au dragon et s'engage à utiliser ses pouvoirs pour la protection du peuple ( arrêter les moussons, détourner les inondations,...). Tous les 12 ans, un apprenti est choisi par un dragon pour succéder à l'Oeil de dragon en place.
Le jeune Eon que nous allons suivre est un de ceux-là. Entrainé depuis de nombreuses années en vue de cette ultime cérémonie, Eon doit pourtant faire face à un sacré handicap : il a une jambe infirme qui lui vaut de nombreuses railleries et violence ; et de plus Eon est... une fille ! Annoncé dès le départ, ce secret est lourd et difficile à garder quand on sait que la cérémonie des dragons est réservé aux hommes...
Nous allons suivre le destin de cette jeune héroine à travers des aventures palpitantes mêlées de magie et d'intrigues de palais. Eon va devoir faire face au monde des adultes et à leurs mensonges, et apprendre à déjouer des complots de cour et de pouvoir. Le soutien de Dame Dela (un travesti ! ) et de son garde du corps la mènera sur des chemins insoupconnés.

Je dois dire que j'ai adoré ce roman ! Je l'ai carrément dévoré en 1 journée !
Le personnage de Eon est très bien campée et j'ai été vraiment prise par le côté "féministe" et ambigu du personnage qui oscille entre son identité de fille qu'elle renie et son aspect masculin qu'elle doit et souhaite mettre en avant. Les questions sur son identité sont nombreuses et on y retrouve un parallèle avec celle de Dela, homme travestie en femme. Les autres personnages sont tous aussi travaillés et intéressants.
L'intrigue est pleine de rebondissements : il m'a été impossible de lacher ce roman avant la fin ! Quel bonheur de retrouver enfin un roman aussi passionant !

Bref, ma seule déception a été de découvrir à la fin du roman que ce n'était pas fini... .
Une ou des suites sont à venir et je trépigne d'impatience !

Clarabel a été déçue... mais Esmeraldae a aimé et Karine est emballée !



Note : *****       


A noter, le roman est sorti en édition jeunesse et adulte :
Editions La Table ronde - 19€
Editions Gallimard jeunesse - 19€


Je remercie BOB et les Editions de la Table ronde pour cet envoi !





Repost 0
27 septembre 2009 7 27 /09 /septembre /2009 23:50

Papounet en pleine escapade madrilène m'a envoyé une sympathique carte postale...

Je ne pouvais que partager son illustration avec vous, chers lecteurs !

Il s'agit d'une sculpture de l'artiste Manuel Valdès, exposé au musée Reine Sophie de Madrid, intitulé "Libros IV"





Cette bibliothèque qui parait somme toute jolie mais banale n'est, en fait, constitué que de bois... !
L'artiste renvoie les livres à leur matière d'origine tout en gardant leur forme.




Partie me chercher un nouveau toit, je serais de retour mercredi pour de nouvelles chroniques :)


Repost 0
26 septembre 2009 6 26 /09 /septembre /2009 13:52

Trouvés sur le blog du Livraire, voici quelques informations que je vous invite à découvrir sur la politique commerciale d'Amazon..


- Amazon a été condamné par la justice française pour clauses abusives dans ses contrats de vente, notamment le partage de données personnelles.
Source :
GNT

- Amazon pratique la gratuité des frais de ports. Cette initiative, en apparence anodine, est une infraction pure et simple à la Loi Lang sur le prix unique du livre. Cette loi stipule que le prix d’un ouvrage ne peut être réduit que de 5% au maximum, ceci pour protéger la diversité du commerce du livre et notamment les les petites librairies indépendantes. Cet avantage proposé au consommateur déstabilise un marché déjà fragilisé. Amazon qui a été attaqué en justice, et condamné à 100 000 euros de dommages et intérêts, [devait] cesser les frais de port gratuits et la pratique de chèques cadeaux à peine d’astreinte de 1 000 euros par jour de retard, passé le délai de 10 jours à compter de la signification du jugement.
Pourtant la gratuité des frais de port est toujours pratiquée.
Source :
Lekti-ecriture.com
Rue89


- Amazon exige une marge énorme sur les ouvrages des petits éditeurs pour que ces derniers bénéficient d’une réelle visibilité sur la plate-forme. C’est près de 50% du prix d’un ouvrage qui est ainsi ponctionné, contre 10 à 17 % pour les autres points de vente.
Ce sont ces même petits éditeurs qui s’acharnent à sortir des sentiers battus, qui prennent le risque de publier des auteurs inconnus, qui font en sorte qu’il y ait encore une réelle diversité culturelle et littéraire, et pas uniquement les best-sellers et/ou les ouvrages des grandes maisons indépendantes comme Gallimard ou Seuil.
Source :
Lekti-écriture.com


- Certains petits éditeurs ne souhaitent pas faire partie du “programme partenaire” d’Amazon, ce qui est théoriquement leur droit le plus strict. En réalité, Amazon rend indisponibles les fiches des ouvrages publiés par des éditeurs qui refusent d’adhérer à ce programme, sans toutefois les retirer de leur catalogue.
Source :
Le blog des éditions Cynthia 3000
La Feuille

- Si
Amazon autorise la reprise des informations et des images de couverture de son site, il vient d’exiger de la part des sites internet utilisant ces renseignements de supprimer tous les liens vers d’autres librairies en ligne, sous peine de se voir supprimer l’accès à ces informations essentielles qui comprennent notamment le numéro ISBN, la couverture, le nombre de pages.
Source :
Livres échanges
Actualitté




Je vous invite à aller lire l'article en entier sur le blog du Livraire ici !!


Conclusion :

 Allez dans vos librairies de quartier, vous aurez le sourire et le conseil en plus, vous participerez à la sauvegarde d'un réseau de librairies indépendantes, les informations seront plus à jour et votre commande arrivera plus vite (si, si !) !

Repost 0
26 septembre 2009 6 26 /09 /septembre /2009 11:27





La semaine dernière, partant pour un périple de 10h de train aller et retour,  j'ai pensé que c'était le moment idéal pour me plonger dans ces 700 pages que j'avalerais aussi sec le temps du voyage. Mais c'était sans compter les 2 fabuleuses familles flamandes qui ont su empêcher tout le monde de vaquer à ses occupations et se faire entendre dans tout le wagon. J'aime beaucoup nos amis belges mais je dois dire qu'ils ne sont pas toujours un exemple de discrétion et que j'étais pas loin du meurtre des 3 morpions qui venaient jouer à mes côtés en tapant du pied, en claquant les accoudoirs et en criant....
Quant la paix est revenue, suite à leur départ, j'ai cru pouvoir me lancer à coeur perdu dans cette lecture... Mais c'était sans compter le manque d'heure de sommeil et je dois dire mettre endormie comme une merde...
Je persiste tout de même dans ma lecture mais là aussi, c'était sans compter l'ennui...
Et oui, chers lecteurs, je dois dire que sa lecture m'a profondement ennuyée...  Il m'a fallu tout de même 300 pages pour rentrer un tant soit peu dans l'histoire qui ne m'a jamais emportée...

L'histoire, justement la voilà.
Le narrateur nous parle de sa relation passionnée avec Fizz où le sexe est "le ciment le plus fort entre deux êtres". Leur désir et leur sensualité sont à fleur de peau, leurs corps se cherchent constamment. Jusqu'au jour où le narrateur n'eprouve plus aucun désir pour Fizz. Son envie s'est tarie.
C'est à ce moment que le roman commence et le narrateur va alors remonter le fil de son amour pour Fizz, leurs jeunes années, leur passion dévorante, leurs lectures, ...etc.
Ce flot de souvenirs est constamment entrecoupé de digressions sur l'Inde, son histoire, sa culmture,ses dieux.
Ce n'est qu'à la moitié du roman que nous découvrons la raison de la perte du désir pour Fizz : des carnets intimes de la précédente propriétaire de la maison racontant la vie amoureuse et sexuelle de cette dernière qui troublent fortement les pensées et les rêves du narrateur.
Le roman se concentre alors sur la vie de Catherine, cette femme blanche, partie vivre en Inde. Le récit se fait alors moins décousu et les digressions plus rares. On découvre ses amours torrides, son apprentissage érotique et la fascination qu'elle a pour l'Inde.
Retour au temps présent et à l'amour du narrateur pour Fizz et le roman se conclut par une phrase renvoyant à la première : "le sexe n'est pas le ciment n'est pas le ciment entre deux êtres : c'est l'amour".

Comme je le disais donc, j'ai été plutôt déçue... 700 pages pour découvrir que c'est l'amour et non le sexe qui cimente un couple...  Le battage médiatique, les nombreuses chroniques enthousiastes ont peut-être fait que j'en attendais plus ou autre chose... ou bien la faute à mon début chaotique dans le train :)

Le rythme est très lent et les nombreuses digressions m'ont perdues... Il faut être très attentif pour ne pas perdre le fil du récit. L'histoire d'amour entre le narrateur et Fizz ne m'a pas du tout emportée et j'ai presque trouvé le personnage principal un peu "minable"...
La sensualité présente tout au lond du roman est toutefois assez agréable. Les scènes érotiques ne sont absolumment pas vulgaires et sont parfaitement rendues. La liberté de ton est forte et correspond bien à cette Inde millénaire où on peut trouver des bas-reliefs érotiques, des lingas en pleine rue tout en étant d'une grande pudeur.
La 2ème partie du roman sur la vie de Catherine m'a effectivement parue plus intéressante et semblé plus construite.
Connaissant un petit peu la culture indienne, je n'ai pourtant pas trop retrouvé ici ce qui en faisait le sel. Le lecteur peut même parfois passer à côté de certaines références implicites à des éléments de l'histoire indienne, pas forcément connu de tous...
Tout de même, le thème de l'écriture abordé à travers le personnage du narrateur, écrivain raté, pose des questions pertinentes sur la difficulté de création.

Bref, lecture très très mitigée...
J'ai trouvé ce roman beaucoup trop fouilli pour moi et les belles descriptions érotiques n'ont pas su me réveiller de l'ennui sous-jacent que cette lecture a éveillé en moi. Dommage !
Je suis passée complètement à côté et j'en suis d'autant plus déçue. A relire surement plus tard.
Je persisterais tout de même avec cet auteur et tenterais la lecture de son "histoire de mes assassins" à l'occasion.

D'autres avis plus enthousiastes : Ys, Fashion, Kathel,...

Note : **


Editions Buchet-Chastel - 25€
Editions Livre de Poche - 8,50€

Repost 0
25 septembre 2009 5 25 /09 /septembre /2009 11:45




"Bien des choses", à l'origine un spectacle de François Morel, a été adapté par les éditions Futuropolis en un recueil où récit et dessin s'entremêle.
Il s'agit d'un échange de cartes postales fictives entre la famille Brochon et les Rouchon. Ces échanges, simples et droles, nous donne une image des petites gens ordinaires qui n'est pas sans rappeler ses fameux personnages des Deschiens.
Partis pour des voyages au long cours auquels ils ne semblent pas accorder toute la fascination attendue, ils se raccrochent à des détails de leur quotidien : la grille de jeu non renvoyée, la fuite d'eau, la nouvelle coupe de cheveux de Julien Lepers,...

Je ne résiste pas à l'envie de vous citer quelques passages :

"Nous avons été déçus par la Bulgarie à cause de la climatisation du car qui est tombée en panne".
"je signe pour Roger : il est parti au coiffeur se faire rafraichir le derrière".
"une excursion a été organisée pour aller voir le  pain de sucre mais avec le diabète de Robert nous avoins jugé plus raisonnable de rester à l'hôtel."

Cet album est aussi l'occasion de rappeler l'art de la carte postale qui, à cette époque d'internet, devient peu à peu désuet. En tant que fille d'un fanatique de la carte postale qui m'en envoie chaque jour au moindre déplacement, cet album ne pouvait que me parler !

Illustrée avec bonheur par le célèbre Rabaté, l'album n'est cependant pas une bande dessinée (et je le classe dans cette section faute de mieux...). J'avoue avoir été un peu déçue par les dessins que j'attendais un peu plus travaillés mais ceci n'enlève rien à la qualité de cet album, véritable bouffée d'air frais ponctuée de petites piques assassines que je vous laisse découvrir !


Clarabel l'a aussi beaucoup apprécié !





Note : ***


Editions Futuropolis - 19€

Repost 0
Published by Choco - dans A importer
commenter cet article
23 septembre 2009 3 23 /09 /septembre /2009 12:00

Je me fais une joie de vous faire partager cet article du 17 septembre, trouvé sur le site du journal Libération...
Jugez par vous-même



Sodome et Garamond

Par EDOUARD LAUNET

 

 


Grâce à notre partenaire Google Books, nous avons pu procéder à une analyse approfondie de la rentrée littéraire française. En voici les grandes tendances, après numérisation et traitement des 659 nouveaux romans de l’automne.


Sexe : Google relève 32 scènes de fellation, dont 4 n’aboutissent pas. C’est moins que l’an dernier (48), mais bien plus qu’en 1988, année où l’on y enregistra un creux de seulement 19 «pipes», pour parler comme Jean d’Ormesson. Stabilité côté sodomie. Sinon aucune position nouvelle, y compris chez Amélie Nothomb.


Suicides : 41 tentatives couronnées de succès, 11 ratées et 3 dont l’issue reste incertaine (le logiciel Google Autokill est en version «béta»). Un auteur évoque un suicide d’un coup de fusil dans la nuque : c’est réclamer beaucoup de souplesse à ses personnages !


Alphabet : la lettre «e» apparaît 64,5 millions de fois, en net repli sur la rentrée 2008 (72,8 millions). Le plus bas historique date de 1970 : les occurrences romanesques du «e» étaient tombées à moins de 59 millions, sans doute sous l’influence de Georges Perec qui avait publié la Disparition quelques mois auparavant. Il est vrai aussi qu’on éditait moins de livres à l’époque. Fait singulier : les rentrées à faible taux de «e» sont en général suivies d’hivers doux.


Polices de caractères : trop de Times, pas assez de Garamond.


Télécommunications : pour la première fois dans l’histoire du roman francophone, l’usage du téléphone mobile supplante celui du téléphone fixe. Au total, 2 354 minutes de communications, dont plus de la moitié en heures creuses. La tarification à la seconde semble être devenue la norme.


Huisseries : portes qui s’ouvrent : 4262. Portes qui se ferment : 2905. Cette large asymétrie n’est pas inhabituelle dans la littérature française, souligne l’application Google Doors.


Vocabulaire : l’ouvrage dans lequel le mot «Révolution» apparaît le plus souvent est, avec 75 occurrences, Tout a failli, vive le communisme ! (Editions La Fabrique) du groupe Tiqqun, en librairie le 25 septembre. Cet essai, qui a toute sa place au rayon littérature, réunit quatre textes parus en octobre 2001 dans Tiqqun 2, «organe de liaison au sein du Parti imaginaire». L’apparition la plus énigmatique de «Révolution» est en page 216 : «La grève humaine n’exige pas - en un sens, elle en est même le contraire - une révolution sexuelle, mais une révolution psychosomatique.»


Famille : 504 romans sont vierges du mot «neveu» (497 de «nièce»).


Animaux : comme l’an dernier, l’ornithorynque est rare et subreptice. Des chats, des chiens et des loutres se rencontrent ça et là, concourant occasionnellement à des rebonds de l’intrigue, mais mollement. Aucune truie allaitante.


Ponctuation : entre les pages 156 et 159 de son roman Personne (Mercure de France), Gwenaëlle Aubry utilise une tripotée de virgules et seulement deux points. Il n’y a que deux phrases en quatre pages. Mais elles sont très belles.


Repost 0
21 septembre 2009 1 21 /09 /septembre /2009 20:17

Liliba nous a inventé un nouveau tag... sur les frigos !!!
Voulant frimer  avec son joli frigo recouvert de mandalas, elle nous demande d'exhiber le notre !

Planquez vos factures, vos rendez-vous chez la gynéco, vos mots d'amour... (même si elle nous demande de ne pas tricher) et montrons lui que nous aussi on peut avoir un beau frigo !

 Autrefois recouvert des factures qui ont désormais pris place dans un coin où on peut les oublier, le mien qui trône presque au milieu de mon mini-séjour s'est paré d'un revêtement autocollant, histoire de se faire oublier et de ne pas avoir l'impression de vivre à côté de son frigo... et se s'orne d'aucun papier !



Vous constaterez le petit magnet en forme de masque, ramené de Hong Kong par Papounet :)

je laisse le soin à ceux qui ont un beau frigo de s'auto-taguer :)



Repost 0
Published by Choco - dans Tags et Cie !
commenter cet article
21 septembre 2009 1 21 /09 /septembre /2009 13:45

Chers lecteurs,

Suite à l'irritation majoritaire face à l'ineptie de la liste des 100 livres préférés des français (et anglais) qui tourne actuellement et suite au faux défi pris au mot par Marie, j'ai suggéré que quelqu'un se lance dans une vaste étude chez les bons lecteurs que nous sommes ! 

Je m'interroge en effet sur la pertinence beaucoup plus réaliste d'une liste basé sur nos propres livres préférés...

 Que penseriez-vous d'une telle étude ?
Parce que finalement cette suggestion lancé en l'air m'interresserait bien !
Et parce que finalement je pourrais ptet lancé moi-même l'enquête !

Bref, j'attends vos avis et vos suggestions !


Repost 0
Published by Choco - dans Tags et Cie !
commenter cet article
20 septembre 2009 7 20 /09 /septembre /2009 18:33

Taguée par la charmante :)  Marie, voici une liste des soi-disant 100 livres préférés des français.
Réalisée par le magazine Lire, cette étude date tout de même de 2004.
Mais on pourra tout de même rester très perplexe quant à certains choix... que je vous laisse découvrir !

Vous trouverez donc en gras les ouvrages que j'ai moi-même lu.




1 La Bible (lu à l'occasion d'un voyage à Jérusalem et dans une passade que je ne m'explique pas...)
2 Les Misérables de Victor Hugo
3 Le petit prince d’Antoine de Saint-Exupéry
4 Germinal d’Emile Zola
5 Le Seigneur des anneaux de J.R.R. Tolkien
6 Le rouge et le noir de Stendhal
7 Le grand Meaulnes d’Alain-Fournier (jamais réussi à le finir, je le compte pas...)
8 Vingt mille lieues sous les mers de Jules Verne
9 Jamais sans ma fille de Betty Mahmoody (les témoignages de qualité aimés par les ados... )
10 Les trois mousquetaires d’Alexandre Dumas
11 La gloire de mon père de Marcel Pagnol
12 Le journal d’Anne Frank d’Anne Frank
13 La bicyclette bleue de Régine Deforges
14 La nuit des temps de René Barjavel
15 Les oiseaux se cachent pour mourir de Colleen Mc Cullough
16 Dix petits nègres d’Agatha Christie
17 Sans famille d’Hector Malot
18 Les albums de Tintin de Hergé
19 Autant en emporte le vent de Margaret Mitchell
20 L’assommoir d’Emile Zola
21 Jane Eyre de Charlotte Brontë
22 Dictionnaires Petit Robert, Larousse, etc
(euh, quelqu'un s'amuse à lire en entier les dictionnaires... ?? tt le monde y vient un jour ou l'autre ! )
23 Au nom de tous les miens de Martin Gray
24 Le comte de Monte-Cristo d’Alexandre Dumas
25 La cité de la joie de Dominique Lapierre
26 Le meilleur des mondes d’Aldous Huxley
27 La peste d’Albert Camus
28 Dune de Frank Herbert
29 L’herbe bleue Anonyme (non gentil ado ! tu ne sombreras pas dans la spirale dela drogue et de la prostitution !)
30 L’étranger d’Albert Camus
31 L’écume des jours de Boris Vian
32 Paroles de Jacques Prévert
33 L’alchimiste de Paulo Coelho
34 Les fables de Jean de La Fontaine
35 Le parfum de Patrick Süskind
36 Les fleurs du mal de Charles Baudelaire (mon poète préféré, tout de même !)
37 Vipère au poing d’Hervé Bazin
38 Belle du seigneur d’Albert Cohen
39 Le lion de Joseph Kessel (PAL)
40 Huis clos de Jean-Paul Sartre
41 Candide de Voltaire
42 Antigone de Jean Anouilh
43 Les lettres de mon moulin d’Alphonse Daudet

44 Premier de cordée de Roger Frison-Roche
45 Si c’est un homme de Primo Levi
46 Les malheurs de Sophie de la comtesse de Ségur
47 Le tour du monde en 80 jours de Jules Verne
48 Les fourmis de Bernard Werber
49 La condition humaine d’André Malraux
50 Les Rougon-Macquart d’Emile Zola
51 Les rois maudits de Maurice Druon
52 Cyrano de Bergerac d’Edmond Rostand
53 Les hauts de Hurlevent d’Emily Brontë
54 Madame Bovary de Gustave Flaubert
55 Les raisins de la colère de John Steinbeck
56 Le château de ma mère de Marcel Pagnol
57 Voyage au centre de la Terre de Jules Verne
58 La mère de Pearl Buck
59 Le pull-over rouge de Gilles Perrault
60 Mémoires de guerre de Charles de Gaulle
61 Des grives aux loups de Claude Michelet
62 Le fléau de Stephen King
63 Nana d’Emile Zola
64 Les petites filles modèles de la comtesse de Ségur
65 Pour qui sonne le glas d’Ernest Hemingway
66 Cent ans de solitude de Gabriel García Márquez
67 Oscar et la dame rose d’Eric-Emmanuel Schmitt
68 Robinson Crusoé de Daniel Defoe
69 L’île mystérieuse de Jules Verne
70 La chartreuse de Parme de Stendhal
71 1984 de George Orwell (PAL)
72 Croc-Blanc de Jack London
73 Regain de Jean Giono
74 Notre-Dame de Paris de Victor Hugo
75 Et si c’était vrai de Marc Levy
76 Voyage au bout de la nuit de Louis-Ferdinand Céline (PAL)
77 Racines d’Alex Haley
78 Le père Goriot d’Honoré de Balzac
79 Au bonheur des dames d’Emile Zola
80 La terre d’Emile Zola
81 La nausée de Jean-Paul Sartre
82 Fondation d’Isaac Asimov
83 Le vieil homme et la mer d’Ernest Hemingway

84 Louisiane de Maurice Denuzière
85 Bonjour tristesse de Françoise Sagan (PAL)
86 Le club des cinq d’Enid Blyton (et Oui-Oui, il est pas dans la liste...snif !)
87 Vent d’est, vent d’ouest de Pearl Buck
88 Le deuxième sexe de Simone de Beauvoir (Vu que Simone était mon sujet de maitrise... :D )
89 Les cavaliers de Joseph Kessel
90 Jalna de Mazo de la Roche
91 J’irai cracher sur vos tombes de Boris Vian
92 Bel-Ami de Guy de Maupassant
93 Un sac de billes de Joseph Joffo (enfin un truc d'ado intelligent !)
94 Le pavillon des cancéreux d’Alexandre Soljenitsyne
95 Le désert des Tartares de Dino Buzzati
96 Les enfants de la terre de Jean M. Auel
97 La 25e heure de Virgil Gheorghiu
98 La case de l’oncle Tom de H. Beecher-Stowe
99 Les Thibault de Roger Martin du Gard
100 Le silence de la mer de Vercors




Et je vous annonce donc un score de.... ta-dam... 48 / 100 !
Je ne sais pas si c'est très glorieux, vu la médiocrité de la liste mais ça montre, en tout cas, que j'ai beaucoup lu à l'école :))







Pour le fun, je me permets de rajouter la liste des 100 livres préférés des anglais.

Je vous laisse juge de la comparaison...




1. Le Seigneur des Anneaux de J.R.R. Tolkien
2. Orgueil et préjugés de Jane Austen
3. A la croisée des mondes de Philip Pullman (le premier, les autres sont dans la PAL)
4. Le Guide du voyageur galactique de Douglas Adams
5. Harry Potter et la coupe de feu de J.K. Rowling
6. Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur de Harper Lee
7. Winnie l'Ourson de A.A. Milne
8. 1984 de George Orwell (PAL)
9. Le lion, la sorcière blanche et l'armoire magique (Les Chroniques de Narnia) de C.S. Lewis
10. Jane Eyre de Charlotte Brontë
11. Catch-22 de Joseph Heller
12. Les Hauts-de-Hurlevent d'Emily Brontë
13. Les chemins de feu de Sebastian Faulks
14. Rebecca de Daphne du Maurier
15. L'Attrape-Coeurs de J.D. Salinger
16. Le vent dans les saules de Kenneth Grahame
17. Les grandes espérances de Charles Dickens
18. Les quatre filles du docteur March de Louisa May Alcott
19. La Mandoline du Capitaine Corelli de Louis de Bernières
20. Guerre et paix de Leon Tolstoï
21. Autant en emporte le vent de Margaret Mitchell
22. Harry Potter à l'école des sorciers de J.K. Rowling
23. Harry Potter et la chambre des secrets de J.K. Rowling
24. Harry Potter et le prisonnier d'Askaban de J.K. Rowling
25. Bilbo le Hobbit de J.R.R. Tolkien
26. Tess d'Uberville de Thomas Hardy
27. Middlemarch de George Eliot
28. Une prière pour Owen de John Irving
29. Les raisins de la colère de John Steinbeck
30. Les aventures d'Alice au pays des merveilles de Lewis Carroll
31. La fabuleuse histoire de Tracy Beaker de Jacqueline Wilson
32. Cent ans de solitude de Gabriel Garcia Marquez
33. Les piliers de la Terre de Ken Follett
34. David Copperfield de Charles Dickens
35. Charlie et la chocolaterie de Roald Dahl
36. L'île au trésor de Robert Louis Stevenson
37. Le testament de Nevil Shute
38. Persuasion de Jane Austen
39. Dune de Frank Herbert
40. Emma de Jane Austen
41. La maison aux pignons verts (la saga d'Anne) de Lucy Maud Montgomery
42. Les garennes de Watership Down de Richard Adams
43. Gatsby le Magnifique de F. Scott Fitzgerald
44. Le Comte de Monte Cristo d'Alexandre Dumas
45. Retour à Brideshead d'Evelyn Waugh
46. La ferme des animaux de George Orwell
47. Un chant de Noël de Charles Dickens
48. Loin de la foule déchaînée de Thomas Hardy
49. Bonne nuit, Monsieur Tom de Michelle Magorian
50. Les pêcheurs de coquillages de Rosamunde Pilcher
51. Le jardin secret de Frances Hodgson Burnett
52. Des souris et des hommes de John Steinbeck
53. Le fléau de Stephen King
54. Anna Karénine de Léon Tolstoï
55. Un garçon convenable de Vikram Seth
56. Le bon gros géant de Roald Dahl
57. Swallows and Amazons d'Arthur Ransome
58. Les aventures du prince noir de Anna Sewell
59. Artemis Fowl d'Eoin Colfer (le premier)
60. Crime et châtiment de Fiodor Dostoïevski
61. Entre chiens et loups de Malorie Blackman
62. Geisha d'Arthur Golden
63. Le conte des deux villes de Charles Dickens
64. Les oiseaux se cachent pour mourir de Colleen McCollough
65. Mort de Terry Pratchett
66. L'arbre qui batifole d'Enid Blyton
67. Le Mage de John Fowles
68. De bons présages de Terry Pratchett
69. Au guêt de Terry Pratchett
70. Sa Majesté des Mouches de William Golding
71. Le parfum de Patrick Süskind
72. The ragged trousered Philanthropists de Robert Tressell
73. Ronde de nuit de Terry Pratchett
74. Matilda de Roald Dahl
75. Le journal de Bridget Jones de Helen Fielding
76. Le maître des illusions de Donna Tartt
77. La femme en blanc de Wilkie Collins
78. Ulysse de James Joyce
79. Bleak House de Charles Dickens
80. A nous deux de Jacqueline Wilson
81. The Twits de Roald Dahl
82. Le Château de Cassandra de Dodie Smith
83. Le passage de Louis Sachar
84. Gormenghast de Mervyn Peake
85. Le dieu des petits riens de Arundhati Roy
86. Mon amie pour la vie de Jacqueline Wilson
87. Le meilleur des mondes d'Adous Huxley
88. La ferme de froid accueil de Stella Gibbons
89. Magicien de Raymond E. Feist
90. Sur la route de Jack Kerouac

91. Le parrain de Mario Puzo
92. Les enfants de la Terre de Jean M. Auel
93. La huitième couleur de Terry Pratchett
94. L'Alchimiste de Paulo Coelho
95. Katherine d'Anya Seton
96. Kane et Abel de Jeffrey Arche
97. L'amour au temps du choléra de Gabriel Garcia Marquez
98. 3 filles et 9 bonnes résolutions de Jacqueline Wilson
99. Journal d'une princesse de Meg Cabot
100. Les enfants de minuit de Salman Rushdie


Ici mon résultat est de 28 / 100.
Pas mal, compte tenu des quelques titres dont j'ignore l'existence lol





 

ça me permet de vous renvoyer également à l'ouvrage "les 1001 livres qu'il faut avoir lus dans sa vie" édité chez Flammarion pour 30€.



et au "guide des 100 romans incontournables" de Pierre Vavasseur, chez Librio, 3€.





au "guide des 100 polars incontournables" de Helène Almaric chez Librio - 3€



Peut-être quelqu'un aura-t'il le courage d'en faire la liste sur le même principe...
ou même de faire un challenge 1001 livres... ?!




Ajout du 21 septembre :


Puisque décidemment, cette liste est un poil à gratter pour de nombreuses personnes...
Yvain, rebelle dans l'âme, a décidé de vous donner sa propre liste de ses 150 indispensables !
Je vous invite à aller la visiter !

C'est ici !




Repost 0
Published by Choco - dans Tags et Cie !
commenter cet article
19 septembre 2009 6 19 /09 /septembre /2009 11:14



Dzsata, 11 ans, vit dans la Roumanie (qui n'est jamais nommée) des années 80, en compagnie de ses parents. Mais un jour, son père s'en va en compagnie de mystérieux inconnus sous prétexte de travail et promet à son fils de l'emmener voir la mer à son retour. En vérité, il a été arrêté et envoyé aux travaux forcés pour cause d'opposition au pouvoir mais cela, son fils ne le découvrira que plus tard. Dès lors, l'attente de Dzsata se fait longue.

Récit à la première personne,  nous allons découvrir son quotidien dans un pays sous la dictature communiste où la corruption fait rage, où les enfants sont forcés au travail pour le paiement de bonbons pris par obligation, où la guerre naît entre 2 clans d'enfant pour la possession d'un ballon de foot, où les entraineurs dirigent leur jeunes recrues à coup dans les tibias, où la menace nucléiare n'est pas loin... Bref un pays difficile pour un enfant qui cherche sa place.
Mais il y a aussi les premiers émois amoureux, les expéditions à la recherche d'une salle de projection secrète et coquine, les rencontres avec un grand-père silencieux.
Dzsata espère toujours le retour de son père que beaucoup croient mort et que lui-même cherche à faire revivre dans ses gestes du quotidien : très belle scène de cueillage illicite de fleurs pour sa mère comme avait coutume de faire son père. Père qui est toujours "le roi blanc" (pièce d'échec volée dans la maison d'un ambassadeur du parti) qui le protège de la violence du monde.

Les anecdoctes se succèdent et le roman dresse un portrait noir de cette enfance sous le signe de la violence mais éclairée malgré tout par quelques embellies.
La succession peut toutefois devenir un peu lassante et donner quelques signes d'ennui et de longueur.
Le roman reste pourtant poignant, sans pathos et écrit dans une langue enfantine qui correspond parfaitement au narrateur.

Inspiré par la vie de l'auteur lui-même, hongrois de Roumanie, "Le roi blanc" est un récit très réaliste dans la Roumanie de Ceausescu. A 15 ans, Dragoman a quitté la Roumanie avec sa famille pour s'installer à Budapest en 1988 et ce sont les dernières années précédant son départ, les pires du régime, que nous retrouvons ici.
Un auteur à découvrir !


Note : ***


Editions Gallimard - 23,50€

Repost 0

Humeur

Le 26 Août 2013 :
Le grenier de choco n'est plus...
Ce blog sera à terme supprimé.
Suivez moi désormais sur :

 

Rechercher