Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 juin 2009 6 13 /06 /juin /2009 12:11
Le grand Bazar :






























Le bazar egyptien :










Marché aux fleurs et animaux :







Le coin des bouquinistes :







Des vendeuses de graines pour pigeon : un attrape-pigeon ? :





et autres... :











Repost 0
13 juin 2009 6 13 /06 /juin /2009 00:18
Musée de l'ancien Orient :

Bas-reliefs en céramique peinte de Babylone :










Le traité de Kadesh, premier traité de paix international (1269 avt JC) :



Statue :




Musée de la céramique ou kiosque aux faiences :













Musée des antiquités :


- Sarcophage des pleureuses



- Sarcophage d'Alexandre  Le Grand (IV ème siecle avt JC)


Repost 0
12 juin 2009 5 12 /06 /juin /2009 22:27
La fontaine du Sultan Ahmet III :



La Sublime porte :




La porte impériale :




La porte du Salut :



La 2ème cour :


Le harem :






























Kubbealti ou le pavillon des ministres :











La porte de la Félicité :







Le pavillon des audiences ou Arz Odasi :



Fontaine de la bibliothèque d' Hamet III :



La salle des circoncisions :




Bassin près du pavillon des reliques saintes :




Baldaquin du sultan :



Vue sur Istanbul et la Tour de Galata :

Repost 0
12 juin 2009 5 12 /06 /juin /2009 21:57
La citerne-basilique :
Situé sous la cour d'une basilique, cette citerne est d'une capacité de 80 000 m3. Elle possède 336 colonnes dont 2 qui reposent sur des socles représentant des têtes de méduses.









L'obélisque de Théodose :
Plus ancien monument de la ville (3500 ans)



Une des multiples fontaines :



Parc de Gülhane :

Repost 0
12 juin 2009 5 12 /06 /juin /2009 21:27
Ancienne basilique transformée en mosquée par les ottomans à la chute de Constantinople




































Fontaine aux ablutions :

Repost 0
12 juin 2009 5 12 /06 /juin /2009 20:56













Repost 0
11 juin 2009 4 11 /06 /juin /2009 17:14






1893, Nouveau-Mexique. Un loup ,surnommé Lobo, et sa bande font d'énormes ravages dans les troupeaux malgré les nombreux Wolfers. Les cow boys tendent des pièges, en vain. Seton, un peintre naturaliste, se lance alors à sa poursuite en étudiant son comportement. Un duel à mort débute entre l'homme et l'animal.

Ernest Thompson Seton est un célèbre naturaliste américain de la fin du 19ème siècle. Celui-ci écrivit de nombreuses histoires basées dans la nature. On ne sera donc pas surpris que Taniguchi, grand défendeur de la terre se soit penché sur la vie sans concessions de cet homme.
Nous y retrouvons les beaux espaces, la glorification de la nature sauvage auquels le grand maître nous avait habitué dans ces précédentes oeuvres. Les paysages sont grandioses et le réalisme animalier très bien rendu, grace à un dessin très détaillé.
La fascination de Seton pour ce grand loup qui oscille entre désir de vaincre et refus de tuer une vie animale est parfaitement rendu et le lecteur partagera au plus profond cette ambivalence de l'homme, quitte à verser quelques larmes pour les plus sensibles.

Une fresque magnifique qui nous interroge sur la place de l'homme dans la nature qu'il veut modeler selon ses propres désirs.
J'ai adoré !!

Note : *****

Editions Kana, Made in - 15€ le tome.
Repost 0
Published by Choco - dans Manga
commenter cet article
11 juin 2009 4 11 /06 /juin /2009 17:07







Voici un nouveau recueil de nouvelles de Taniguchi qui nous emmène cette fois-ci dans le Grand Nord.
Dans chacune de ces histoires nous retrouverons l'homme confronté à une nature sauvage et hostile.

L’homme de la toundra : Partis chassés, deux chercheurs d’or – parmi lesquels Jack London – ne doivent leur salut qu’à l’intervention providentielle d’un vieil indien qui leur fait découvrir les mythes de son peuple…

Le grand ouest blanc : En Alaska, encore, deux hommes convoient un cercueil à travers les vastes déserts de neige. Leur traîneau et leurs chiens sont pris en chasse par des loups affamés.

Nos montagnes : Au Japon, cette fois, un chasseur d’ours en retraite, apprend que l’ours qui a tué son fils est de retour dans les parages…

Kaïyosé-Jima, l’île où accostent les coquillages : Alors qu’il était enfant et que ses parents venaient de divorcer, le narrateur trouve refuge au bord de la mer chez ses grands-parents. Là, il découvre la vie au grand air en compagnie de Yae-Chan, une fille plus âgée que lui, orpheline accueillie par ses aïeuls.

Les appartements de Shôkarô : Alors qu’il n’était encore qu’assistant mangaka, le narrateur vivait dans une ancienne maison de passe transformée en appartements. De son lit, il regardait le ciel par la fenêtre qui surplombait son lit…

Retour à la mer : Un spécialiste des cétacés s’aperçoit que Dick, une baleine à bosse qu’il suit depuis 8 ans, ne repart pas vers le sud à l’arrivée de l’hiver. Se dirigerait-elle vers le mystérieux « cimetière des baleines » ?
(résumés de BD sélection)

La nature, le shamanisme, la vie sauvage sont au coeur du recueil et ces récits sont comme toujours marqués par un profond respect de la vie animale.
Les dessins sont, comme toujours, superbes et criant de réalisme.
Taniguchi nous apprend ici à écouter et respecter la nature aussi cruelle soit-elle , et rend un bel hommage à Jack London dont il est question dans la 1ère histoire.

Note : ****

Editions Casterman, Sakka - 11,50€
Repost 0
Published by Choco - dans Manga
commenter cet article
11 juin 2009 4 11 /06 /juin /2009 17:00




Pour combattre le crime organisé mais aussi pour aider la politique en place, le gouvernement italien a pris une mesure extrême : créer une équipe de professionnelles de la gachette. Mesure dérangeante s'il en est car ces dernières sont des petites filles qui, après un accident (graves traumatismes moraux ou physiques), ont été génétiquement modifiées pour devenir des tueuses anti-terroristes surhumaines : les gunslinger girls. Henrietta, qui a vu mourir toute sa famille et a été violée toute la nuit, ne songe plus qu'au suicide. C'est elle que va choisir José pour devenir "son arme".  Il devra assurer son apprentissage et en sera responsable. Henrietta rejoint l'organisation et c'est à travers elle que nous allons découvrir son fonctionnement.

Toutes dirigées par des mentors, leur dévouement total obtenu par lavage de cerveau n'exclue pas les nombreuses interrogations sur leur statut et leurs identités.
Ce sont, en effet, des personnages très ambivalents qui oscillent entre leur naiveté de petites filles, les interrogations sur leurs sentiments ambigüs envers leurs mentors et la dureté, violence et froideur de leurs actes guerriers.
On pourra voir ici une critique des "enfants-soldats" et une charge anti-militarisme. Personne n'est strictement coupable ou innocent dans ce manga non manichéen.

Un scénario très fort où les relations complexes  entre les instructeurs et leurs "armes", la violence, la réflexion pessimiste sur la condition de l'etre humain en font un manga sombre à réserver aux lecteurs avertis.

Note : *****

Editions Asuka - 8,50€ le tome.
Repost 0
Published by Choco - dans Manga
commenter cet article
11 juin 2009 4 11 /06 /juin /2009 16:43





Le pays des cerisiers est une histoire courte en 3 parties sur la difficulté de vivre apres le drame d'Hiroshima.
Dans la 1ère partie, nous sommes en 1955 et Minami, une jeune couturière, a perdu plusieurs membres de sa famille à cause de la bombe atomique. Nous allons suivre son quotidien et sa vie tranquille et découvrir que 10 ans après, les blessures physiques et psychologiques sont toujours douloureuses.
Dans la 2ème partie, c'est la petite Nanami que nous suivrons 30 ans plus tard. Le lien avec Minami sera fait petit à petit.
Enfin, dans la dernière partie contemporaine, nous retrouverons Nanami adulte dans un Hiroshima toujours traumatisé par la bombe et ses effets invisibles sur la population.

L'auteur, née à hiroshima en 1964, connaît bien son sujet. Elle a su transmettre par petites touches l'atmosphère de la ville, la peur irraisonnée des victimes de la bombe et le lent poison qui dévore de l'intérieur la population. 
Un récit d'une forte sensibilité et d'émotion pure qui bouleverse par son universalité mais aussi un beau message d'espoir qui accompagne la nécessité de se reconstruire et le devoir de mémoire, souvent oublié par des japonais soucieux de ne plus penser à cette période fatale.


Note : ***** 


Editions Kana, Made In - 10€

 

Challenge roaarrrPrix Tezuka 2005

Prix japan expo 2007


Repost 0
Published by Choco - dans Manga
commenter cet article

Humeur

Le 26 Août 2013 :
Le grenier de choco n'est plus...
Ce blog sera à terme supprimé.
Suivez moi désormais sur :

 

Rechercher