Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 août 2009 7 30 /08 /août /2009 11:53




Début XXème, sur l'ile de Noirmoutier, une étrange cérémonie a lieu pour déterminer lequel des 4 nourissons présents a le don. Peu après on découvre assassinée une des jeunes mères présentes. L'instigateur de la cérémonie est déclaré coupable et enfermé.
15 ans plus tard, on suit Clément, jeune fils de famille bourgeoise, qui découvre ses étranges talents de magie. En conflit permanent avec son beau-père, il s'interroge sur ses parents et le secret de famille qui l'entoure.

Je dois dire que je n'ai pas du tout aimé cet album...
Même si le scénario un peu classique semble intéressant et tomber dans la veine fantastique et magique, il m'a semblé parfois un peu tiré par les cheveux.  Clément, à la recherche de ses origines, tombe comme par hasard sur un des témoins de la nuit d'assassinat et retrouve avec bien trop de facilité le meurtrier emprisonné. Il déduit avec trop de facilité les ombres de son passé.
Quant au dessin, j'ai carrément détesté ! Même si je reconnais qu'un gros travail sur les ombres et la lumière a été effectué et que l'ambiance sombre correspond bien à l'univers du récit, le côté informatique ressort par trop et donne un dessin trop artificiel à mon goût.

Malgré de nombreuses critiques enthousiastes sur le dessin justement, ce style ne doit pas du tout correspondre à ce que j'aime et doit avoir joué sur mon aversion pour cet album.
Peut-être qu'un lecteur aimant ce graphisme particulier saura en apprécier toute la saveur...










Note : **

Editions Delcourt - 12,90€

Partager cet article
Repost0
29 août 2009 6 29 /08 /août /2009 16:24





Nous voici dans un monde fantastique où les humains cotoient les bêtes de Haute Taille et Basse Taille, doués de la parole. Un mariage va être célébré entre Aude, fille de Maitre Arcan, et Loup de Feu, fils du chef des Hautes Tailles, Loup de Traille, signant ainsi le pacte d'une paix durable entre les 2 races.
Pourtant l'union n'est pas acceptée par tout le monde et l'assassinat de Loup de Feu va entrainer une guerre meurtrière. Aube échappe à la vengeance des Hautes Tailles en se réfugiant dans le mystérieux bois des vierges, où seules les pucelles peuvent pénétrer.

C'est un charmant univers fantastique, à l'aspect de conte que nous découvrons. L'humanisation des bêtes n'est pas sans rappeler d'autres séries animalières comme "De cape et de crocs". On y retrouve les personnages des contes de notre enfance : le Chat Botté, des goupils perfides, des loups qui séduisent des belles.
Les guerres ancestrales entre hommes et bêtes évoque les conflits sociaux de classes sociales de l'Ancien régime et de la Renaissance.
Le rythme de l'histoire est enlevé, le lecteur ne s'ennuie jamais et de nombreux rebondissements émaillent le récit qui semble, par ailleurs, nous en promettre bien d'autres ! On suit avec passion et sans parti-pris cette haine séculaire.
Le dessin de Béatrice Tillier est absolument magnifique et les détails sont très travaillés, particulièrement au niveau des costumes d'époque, des intérieurs de chateaux et des expressions animales parfaitement rendues.

A travers cette histoire, nous apprendrons qu'il faut voir à travers les apparences et que le plus animal des deux n'est pas toujours celui qu'on croit ! Il y a une part de bestialité chez l'homme, souvent beaucoup plus violente qui dépasse la simple préservation de son territoire de l'animal.

Edité au préalable chez Robert Laffont (2008) qui, finalement arrête sa collection BD, l'album revoit le jour pour notre plus grand bonheur, chez Delcourt (2009) qui reprend une partie du fond. On retrouvera dans cette nouvelle édition une nouvelle couverture, un cahier bonus avec crayonnés et un entretien avec Dufaux.


A lire ici, une interview de Dufaux.









Note : ****


Editions Delcourt - 13,95€

Partager cet article
Repost0
28 août 2009 5 28 /08 /août /2009 13:09



Le nouvel album d'Alex Alice après le Troisième Testament est une libre adaptation du mythe des Nibelungen, tiré des légendes nordiques.
Wagner y avait déjà puisé son inspiration pour un de ces plus célèbres opéras.
Dans ce premier tome de la trilogie, nous allons suivre Siegfried, découvrir sa naissance et son destin hors du commun.
Siegfried, jeune orphelin fils d'une divinité et d'un homme, est élevé dans la forêt par un certain Mime, un des derniers Nibelung. Ses compagnons sont les loups de la forêt et son insouciance est tempéré par son désir de connaître d'autres humains.
Malheureusement, d'autres attendent de lui un autre destin : combattre Fafnir, un Nibelung devenu dragon, qui règne sur le monde des ténèbres et possède un anneau d'or qui lui confère tout pouvoir...
ça ne vous rappelle pas quelque chose ? oui c'est normal, cette légende a aussi inspiré Tolkien pour sa célèbre saga !

Passé une introduction sur l'histoire des dieux un peu compliquée à comprendre, nous allons vite nous attacher à ce jeune garçon. Premier tome introductif, il présente le personnage et ses débuts. Peu d'actions encore mais déjà de l'émotion. (siegfried face à la mort des loups). On pourrait même y retrouver un côté Livre de la jungle ! Mais on entrevoit les tomes suivants qui apporteront leurs lots de combats et d'affrontements.
Le dessin est de grande qualité, les découpages originaux et des illustrations en double page donnent une force incroyable au récit.
Quelques passages semblent malgré tout "raccourcis" et on a l'impression que quelques cases manquent entre 2 autres pour faire le lien. Surement une question de place pour cette histoire en 3 tomes qui méritaient peut-être un plus grand développement, vu la complexité du mythe.

Siegfried est une BD à ne pas manquer qui mérite qu'on persévère dans sa lecture aux débuts laborieux pour les néophytes en mythe germanique. Personnellement, j'ai eu beaucoup de mal à comprendre et à rentrer dans l'histoire, suite à cette introduction précédemment cité. Mais je ne regrette pas ma persévérance !









Note : ****

Editions Dargaud - 15,50€

A noter, le tome 2 sort aujourd'hui !

Partager cet article
Repost0
25 août 2009 2 25 /08 /août /2009 11:05





Sumato (le chat) et Herbie (le lapin) sont deux amis inséparables. Ils se consacrent le soir à leur passion : la musique. Sumato chante et joue de la guitare tandis que le peu bavard Herbie préfère s'exprimer à l'harmonica. Ces petits moments de bonheur leur permettent d'échapper à leur morne quotidien de barman et de travailleur de force. Jusqu'au jour où ils décident de participer à un festival de musique. Pour Herbie, l'est l'occasion où jamais de tenter sa chance alors que pour Sumato, c'est surtout l'occasion de revoir Sally, jeune chanteuse qui l'a ébloui... et éconduit précedemment.
S'ensuit alors un road-trip qui apportera bonheur et malheur pour nos deux amis ....

Très bel album que ce récit aux dessins naifs et très colorés. Les personnages ont des traits animaliers et on s'amuse souvent des réparties humoristiques de nos deux compères.
Les planches ont des constructions originales et variées et les cases prennent parfois toute la page, mettant ainsi en valeur un moment particulier.
Abordant les sujets de l'amour, de l'amitié et de la mort, Dillies nous offre un récit très touchant sur un arrière-fond de blues.
Une lecture pleine de bonheur et de tristesse...mais je n'en dis pas plus !












Note : ****

Editions Paquet - 15€


Partager cet article
Repost0
20 août 2009 4 20 /08 /août /2009 23:02








1941. Simon est un jeune garçon juif qui vit dans la campagne française. Il habite avec le bon curé du village qui s'occupe d'orphelins. Tout va bien jusqu'au jour où, pointé du doigt par ses camarades de classe peu sympathiques, il va être forcé de quitter les lieux. Commence alors une errance plus ou moins heureuse, sous le regard bienveillant d'une mystérieuse chouette blanche.

Même si le thème est déjà vu, l'histoire est très touchante.
Confronté à la bêtise humaine, le jeune héros va devoir faire face aux railleries et à la violence de ses camarades. Sa passion pour les oiseaux, synonyme de la liberté qu'on lui refuse, sera un refuge.
Les auteurs abordent avec sensibilité les difficultés d'être juif, la perte de l'innocence et le fait de grandir tout en étant haï et traqué.

Le dessin est cependant assez simpliste et pourrait rebuter les adultes qui recherchent un graphisme plus abouti.

Un album intéressant à mettre plutôt dans les mains des enfants pour leur expliquer cette période tourmentée de la France.


Note : ***


Editions Bamboo, Angle de vue - 12,90€

 

Challenge roaarrrPrix BdBoum 2007


Partager cet article
Repost0
11 août 2009 2 11 /08 /août /2009 14:08








Nous sommes en 794 dans les pays nordiques. C'est le jour du mariage de Harald Larsson avec Lina et tout le clan est réuni. Mais c'est le jour aussi où les habitants du village seront massacrés ou réduits en esclavage. Le responsable : Bjorn le beau, ancien membre du clan, banni autrefois pour sa violence et ses meurtres.  Ivre de vengeance et accompagné des vikings, saxons et francs qui constituent son nouveau clan, il s'est mis au service de Charlemagne et de la foi chrétienne. Le narrateur Arno de Salzbourg, l'écclésiastique qui l'accompagne, voit pourtant d'un mauvais oeil la violence et les tueries inutiles de Bjorn. Dès lors, le but d'Harald va être de se libérer et de retrouver sa belle, convoitée par Bjorn.

Nous voici donc plongés dans les contrées vikings (les svears) et la période historique semble bien documentée. On découvre le culte aux dieux ancestraux nordiques. Pourtant malgré les massacres, ce premier tome d'introduction parait bien plat. Une histoire de vengeance, un amour contrarié, tout ça n'a rien que de très classique. On est vite perdu dans les différents termes et clans, malgré un bon lexique en début d'album.
En fermant l'album, on n'en sait finalement pas beaucoup plus que ce que la 4ème de couverture nous apprend.
La dernière planche suggère cependant un développement à venir dans le tome 2.
Le dessin un peu quelconque et qui manque d'orignalité ne m'a pas non plus beaucoup emballé.

Bref une impression très mitigé sur cette série qui ne m'a pas du tout convaincue.
 Le lecteur pourra passer son chemin, sauf les adeptes de séries vikings.

Note : **


Editions Dupuis, Empreinte - 13,50€

Partager cet article
Repost0
7 août 2009 5 07 /08 /août /2009 14:07










Jeanne, Simon et leurs enfants viennent passer quelques jours de vacances dans la maison familiale. Bientôt rejoints par 2 frères de Jeanne, leur mère et Toussaint, l'ami de la famille, on va découvrir qu'ils se préparent en fait à vendre la maison. En effet, leur vieille mère, sujette à la maladie d'alzheimer et ne reconnaissant plus toujours ses enfants, est hospitalisée. Alors que le déménagement s'organise, les enfants s'ébattent et espionnent le chantier de la maison mitoyenne où un maçon et son apprenti se disputent.

Voici encore une magnifique chronique sociale signé Davodeau !
Récit tout en simplicité et sensibilité, il met en évidence les rapports familiaux et les difficultés qu'il peut y avoir dans chaque famille. Tranche de vie où souvenirs et petits bonheurs et malheurs remontent à la surface : la mort du père, l'acceptation de la maladie de la mère, le frère fâché avec toute la famille, un autre frère, rescapé miraculeux d'un accident de voiture, la culpabilité de Toussaint, le vieux maçon qui n'accepte pas la disparition de sa femme. C'est une succession de moments très forts où chaque lecteur pourra se reconnaitre.
Les personnages très travaillés sont très réalistes.

Un très bel album qui ne laissera personne indifférent ! On en redemande !



Note : *****


Editions Dupuis, Aire Libre (cartonné) - 15,50€
ou en collection Roman Aire Libre (souple) - 14€

 

Challenge roaarrrPrix des libraires 2005


Partager cet article
Repost0
2 août 2009 7 02 /08 /août /2009 21:21












1914, Collioure. Mattéo est le fils d'un immigré espagnol anarchiste. Alors que la guerre occupe tous les esprits et que la mobilisation s'organise, Mattéo préfère courtiser la belle Juliette qui ne lui parle que de son ami Guillaume, fils de riche propriétaire, qui va s'enrôler dans l'aviation. Cette dernière le presse de s'engager, lui aussi, pour l'honneur du pays. Rongé de jalousie et , Mattéo décide de partir au front malgré les récriminations de sa mère et de Paulin, son ami artiste, blessé à la guerre.

Gibrat nous dresse, une fois de plus, un très beau portrait de ces hommes, que la guerre a rattrapé.
Il sait nous faire partager les interrogations amoureuses et la question de l'engagement qui travaille notre héros. Le récit est d'ailleurs raconté en voix-off par Mattéo lui même.
Non mobilisable par sa nationalité espagnole et vu comme un planqué, Mattéo doit choisir entre son désir de bataille et le respect de l'anti-militarisme de ses parents.
On le suivra alors dans les tranchées où il perdra ses dernières illusions.
Pourtant si la guerre est montrée, elle n'en est pas le sujet principal. A la conclusion de l'album, l'histoire semble d'ailleurs se diriger vers d'autres horizons.
Les dessins et les couleurs, tout en nuances sont, comme toujours, de toute beauté.

Bref, un album fort sur la perte de l'innocence d'un jeune homme, perdu dans les errements de son siècle.


Note : ****


Editions Futuropolis - 16€

Partager cet article
Repost0
2 août 2009 7 02 /08 /août /2009 20:45










Mississipi, 1931. Huck Finn vit avec son grand frère, Tom,  dans la terreur de leur père, alcoolique notoire qui les éduque à la force de ses poings.
Une tragédie arrive et le père est mené en prison. Huck est alors placé chez un éleveur de poisson-chat. Faisant foin de l'éducation qu'on cherche à lui imposer, Huck préfère vagabonder et trainer dans les juke-joints, sorte de bar-cabaret où les noirs viennent y chanter le blues. Il y rencontrera Charley, jeune noir travaillant pour l'éleveur et avec qui il fuira, par suite d'une cascade de circonstances que je vous laisse découvrir !

Vous aurez bien sûr reconnu les personnages de Huckleberry Finn ! Ce 1er album d'une trilogie à venir est effectivement une libre inspiration du roman de Mark Twain.
Véritable récit d'aventures, nous allons suivre nos 2 compères dans leur péripéties à travers une Amérique raciste et bien-pensante. Cette histoire d'amitié improbable, lié par la passion du blues, est montré avec bcp de tendresse.
Car cet album est aussi un bel hommage au blues et la mention d'un guitariste prodige qui aurait vendu son âme au diable rappelle bien sûr la célèbre légende de Robert Johnson.
Le dessin, haut en couleurs, rend parfaitement bien l'ambiance d'une Amérique sudiste, dur dans sa nature comme chez ses hommes.

Un très bel album qui augure une suite de qualité qu'on attendra avec impatience !


Note : ****

Editions Dargaud - 13,50€


Si la vie de Robert johnson vous intéresse, vous pouvez lire le manga "Me and the devil blues" chez kana, formidable récit qui retrace sa vie et sa légende !

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2009 5 03 /07 /juillet /2009 13:23









4 Mai 1891, Sherlock Holmes disparait  dans les chutes de Reichenbach entrainant avec lui son pire ennemi, le professeur Moriarty. Alors que son frère Mycroft Holmes détruit ses précieuses archives et prétend qu'il était devenu fou , le fidèle Watson refuse de croire à cette version et se lance dans une enquête qui le conduira au coeur de la famille Holmes et de ses secrets.
Nous retrouvons dans ces 2 beaux albums illustrés en gris bleuté ou en ocre/sépia ( pour les flash back ) l'ambiance des romans policiers de Doyle. L'observation et l'esprit de déduction y sont mis à l'honneur et on y découvre des clins d'oeil à l'oeuvre originelle  ( Doyle est l'agent littéraire de Holmes ! ).
Voici une variation originale du mythe Sherlock Holmes qui parvient à faire mouche par la psychologie appuyée des personnages, à leur dualité et par un graphisme adapté à l'ambiance victorienne de l'époque.

Note : ****

Editions Futuropolis - 11€ ou 22€ le coffret des 2 tomes

Partager cet article
Repost0

Humeur

Le 26 Août 2013 :
Le grenier de choco n'est plus...
Ce blog sera à terme supprimé.
Suivez moi désormais sur :

 

Rechercher