Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 janvier 2011 4 27 /01 /janvier /2011 08:00

 

 

quequette blues 01 villerupt-1966.gif

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Auteur : Baru

Anciennes Editions :

1ère édition en 3 volumes - Dargaud - 1987

Réédition en intégrale - Albin Michel - 1991

Réédition en intégrale - Casterman - 2005


Nouvelle edition : Octobre 2010

Editeur : Casterman

Prix : 24 €

  142 pages


+ Edition en coffret : Novembre 2010

(avec "La piscine de Micheville" et "Vive la classe" + DVD bonus)

Editeur : Les rêveurs

Prix : 40€

300 pages

 

 

 

Aujourd'hui s'ouvre le festival de BD d'Angoulême ! Quoi de mieux que de vous présenter ces prochains jours quelques oeuvres de son président d'honneur : Baru !

 

"Quéquette Blues" est le premier album du dessinateur et s'inspire de sa jeunesse.

Nous sommes dans les années 60, dans une cité des hauts fourneaux de Lorraine. C'est la Saint-Sylvestre et on y suit une bande de copains bien décidés à fêter la soirée comme il se doit, avec des filles et de l'alcool. Hervé Baruléa dit Baru,  Larbi, Tonio, Robert, Franco, Saïd, sont tous des enfants d'ouvriers pauvres. L'usine, qui fait vivre la ville entière, est la seule perspective d'avenir pour ces adolescents qui cherchent à s'amuser tant qu'il en est encore temps. 

Baru, encore puceau à 18 ans, se fait régulièrement charrier par ses copains qui le mette au défi, ce soir là, de se trouver enfin une fille. La bande commence donc sa tournée des bals, des bars et autres bouges, chacun se cherche un "bon coup" avec plus ou moins de succès...

 

Loin d'être une simple histoire de dépucelage, "Quéquette blues" est une véritable chronique sociale. Sous couvert de soirées de fêtes et de dévergondages, Baru dresse un portrait très réaliste de la jeunesse des années 60 et débute dans les récit à caractère social qui vont devenir sa marque de fabrique.

Villerupt est une cité minière qui emploie la majeure partie de la ville. Ouvriers et dirigeants ont chacun leurs quartiers mais tous vivent dans l'ombre de l'usine. Au delà de la misère, on y retrouve une mixité sociale (français, italiens, polonais, arabes...) et la solidarité humaine de ceux qui galèrent. Les parents sont stricts et espèrent que les études permetteront à leurs enfants d'accéder à autre chose qu'à un poste d'ouvrier. Le décalage des générations se fait d'autant plus sentir quand le rock fait son apparition dans les bals et que les adolescents adoptent un style voyou.

Baru et ses copains sont à la fois touchants et drôles. Oscillant entre espoir et poids de l'avenir, ils ne cherchent pour le moment qu'à satisfaire leurs envies. Comme tous les garçons de leur âge, ils ne pensent qu'aux filles et à ce qui se trouvent sous leurs jupes. Leur obsession et les rateaux qui se font nombreux, les méthodes de chacun pour arriver à ses fins, les beuveries et les bagarres qui peuvent suivre, tout concourt à peindre une jeunesse tapageuse et quelque peu provocante.

Le récit, loin d'être plombant, est égayé par la verve des dialogues et l'humour déployé par les personnages.

Quant au trait de Baru, il est déjà reconnaissable. Les personnages ont déjà des "gueules" bien marquées. La ville et l'usine sont remarquablement rendues et dénotent une connaissance certaine du terrain !


"Quéquette Blues" se révèle un premier album très réussi qui combine chronique sociale et portrait du passage à la vie d'adulte. Un album finalement très fort qui semble toujours d'actualité aujourd'hui où les jeunes en rébellion avec l'autorité de leurs parents et la société, cherchent à s'amuser et oublier un avenir qui parait bien morose...

 

J'aimais déjà Baru mais cet album est un vrai coup de coeur !


 

A noter : Le DVD Bonus contient, entre autre, un long film documentaire de 52 minutes où nous suivons Baru à Villerupt, sa région d'origine. L'auteur et ses proches reviennent sur la génèse de l'album et explicite le contexte. Baru parcourt les rues de la ville qui lui ont inspirés les décors de Quéquette Blues et des 2 autres albums y prenant place. On le voit retrouver ses potes de jeunesse, désignés sous de faux noms dans l'album, expliquer l'importance de l'usine dans la vie de la cité, etc...  Passionnant ! Je vous le recommande.

 

Un petit extrait :

 



GENERATION BARU - extraits du film

 

 

 

 

quequette-blues-02.jpg

 

quequette-blues-03.jpg

 

 

quequette-blues-04.jpg

 

 

quequette-blues-05.jpg

  Challenge roaarrr

Prix Alfred du meilleur album 1985

 


Partager cet article
Repost0
26 janvier 2011 3 26 /01 /janvier /2011 08:00

 

 

le chien dans la vallée de chambara 01

 

Auteur : Hugues Micol

Editeur : Futuropolis

Date de parution : Janvier 2011

Prix : 16 €

  64 pages

 

 

 

Maraki Zatu est la jeune fille d'un chef de clan, prématurement disparu. En attendant de lui succeder, elle participe à une chasse en compagnie de ses 3 voisins, messieurs Ni, Ishi et San. Mais alors qu'elle galope sur le lac gelé, la galce cède. Ses 3 compagnons y voit là l'occasion de se partager l'héritage du clan (la veuve, les terres et le statut politique) et décident de ne pas lui porter secours...

Mais ce qu'ils ignorent, c'est que la jeune fille n'est pas morte et qu'elle a été sauvé par un vieux maitre shinobi qui va lui apprendre son savoir en échange de son soutien pour ses vieux jours. La jeune fille grandit et son désir de vengeance avec....

 

On connaissait déjà le goût d'Hugues Micol pour les univers japonais avec sa série "Les contes du 7ème souffle". Le voici de retour avec une grande fresque  vengeresse.

Ce qui marque de prime abord dans cet album, c'est le graphisme. La sublime couverture annonce déjà la couleur et c'est peu dire qu'il y en a dans cette histoire. Entièrement réalisé en couleurs directes, la palette graphique est vaste et les tonalités très marquées. Les planches sont denses, foisonnantes et le découpage serré. Certaines cases débordent sur leurs voisines et le fond de l'une sert parfois de fond graphique pour toute la page. Les cadres sont même parfois totalement absent. On trouve également de très belles doubles pages. La lecture n'en reste pas moins très fluide et le lecteur ne se perd pas dans l'abondance de détails.

Bref, il s'agit d'un véritable travail de composition, qui tend vers la peinture. L'influence japonaise se fait bien évidemment sentir. La physionomie des personnages semblent parfois sortir d'estampes ou inspirés de masques japonais.

L'histoire en elle-même est une histoire de vengeance et d'honneur comme l'on peut en trouver dans les contes japonais. Inspiré des récits de Chambara, elle offre une relecture intéressante du genre.

Sans être originale, elle offre un récit initiatique qui oscille entre aventures, combats mais aussi amouuuuur. On y relèvera bien sûr de nombreuses références à la culture nippone et à ses mythes, comme ceux des yokaïs, par exemple.

 

" Le chien dans la vallée de Chambara" s'avère donc un très très bel album, très abouti, très riche, qui offre une expérience graphique très originale (qui pourra, hélas je le concois, déplaire à quelques uns...) et mérite d'être découvert tout de suite !

 

Pour ma part, vous l'aurez compris, c'est un beau coup de coeur !

 

Et le chien du titre, me direz-vous, que vient-il faire dans tout ça ?

Il faut le lire pour comprendre....

 

 

 

le-chien-dans-la-vallee-de-chambara-02.jpg

 

 

le-chien-dans-la-vallee-de-chambara-03.jpg

 

 

 

le-chien-dans-la-vallee-de-chambara-04.jpg

 

 

le-chien-dans-la-vallee-de-chambara-05.jpg

 

 

Vous pouvez découvrir d'autres planches ici.

 

 

 

bd du mercredi

 

 

Un grand merci à Babelio et aux Editions Futuropolis !

 


Partager cet article
Repost0
19 janvier 2011 3 19 /01 /janvier /2011 08:00

 

arche de noé 01

 

Dessinateur : Charles Masson 

Scénariste : Chloé Von Arx 

Editeur : Futuropolis

Date de parution : 10 Février 2011 

Prix : 18 €

  128 pages

 

 

Léa est une jeune trentenaire à la recherche de l'âme soeur. Elle passe ses soirées sur le site de rencontres Meetic et discute avec de nombreux candidats. Les résultats ne sont pas très concluants : entre ceux qui mentent sur leur age, leur intention, leur photo, aucun ne semble à la hauteur. Pourtant un mystérieux Noé insiste et "flashe" régulièrement sur la jeune femme qui finit par y prêter attention. Noé se révèle un bel homme qui semble équilibré et séducteur juste ce qu'il faut. Léa finit par le rencontrer. Accompagné de ses 2 amis inséparables, aussi bizarre l'un que l'autre, Noé s'avère très enthousiaste et entreprenant envers la jeune femme qu'il présente déjà comme sa femme et avec qui il envisage déjà l'avenir...

Léa aurait-elle fait une erreur ou serait-elle tombée sur la perle rare ?

 

Voilà une histoire originale qui part sur un postulat qui parlera à de nombreuses personnes : les rencontres par internet.

Léa est une de ces nombreuses célibataires en mal d'amour qui cherche désespérement à rencontrer quelqu'un. Ses amies autour d'elle sont casées, se marient, envisagent la maternité. Elle semble avoir une vie équilibrée mais la pression sociale se fait malgré tout jour insidieusement.

Léa est en attente et lorsqu'elle pense avoir trouvé le bon partenaire, elle y focalise ses envies. A tort, peut-être ? Nous la verrons en attente : du grand amour, du téléphone qui sonne, ...

Sans vous dévoiler l'histoire, la relation qui va s'instaurer entre nos 2 célibataires ne va pas vraiment tourner comme Léa le souhaite et va d'une certaine façon tomber dans une sorte de folie.

Si le lecteur fait un peu attention, il pourra voir des signes avant-coureurs de la personnalité particulière de Noé.

Cette rencontre amoureuse qui est censé être une période euphorisante va se révéler de plus en plus étouffante et malsaine. Et Léa va continuer d'y foncer tête baissée.

 

Au dessin, on retrouve Charles Masson, auteur entre autres de "Droit du sol" ou "Les boules vitales". Son trait va toujours à l'essentiel et n'offre aucune fioritures inutiles. Les décors sont épurés .

Les couleurs sont majoritairement en bichromie dans des tons beige, jaune et bleu sombre et accentue d'autant plus le caractère d'oppression de la narration.

 

"L'arche de Noé ..." est un album donc assez intéressant qui aidera particulièrement les célibataires de tout poil à se méfier de certaines rencontres...

 

 

L'album n'étant pas encore paru, les visuels qui suit sont issus d'épreuves avant parution.

 

 

arche-de-noe-02.jpg

 

arche-de-noe-03.jpg

 

 

bd du mercredi

 

 

C'était la BD du mercredi avec Mango et les autres !

 


Partager cet article
Repost0
5 janvier 2011 3 05 /01 /janvier /2011 19:40

 

  kuklos 01

 

Scénariste : Sylvain Ricard

Dessinateur : Christophe Gautier

Editeur : Soleil

Date de parution : Juin 2003

Prix : 19,70€

79 pages

 

  

Thomas est un jeune adolescent dans l'Amérique des années 50. Il a une grande admiration pour son père, homme fort et respecté qui semble avoir quelques activités secrètes. Et de fait, Thomas découvre que son père est un membre du Ku Klux Klan. Désireux de suivre ses traces, il demande à entrer dans le clan. Son initiation commence avec son lot de violences et de haine, le jeune homme grandit et devient un des dirigeants, mais l'ascension se terminera dans le sang et la vengeance...

 

Une fois n'est pas coutume, voilà une petite perle sortie du catalogue des Editions Soleil !

Kuklos est une plongée fascinante dans les méandres haineux du KKK. Suivant le jeune Thomas de son initiation à sa chute, nous découvrons à travers son parcours les dessous d'une organisation qui prône racisme et meurtres raciaux.

Plus par par souhait d'éblouir son père que par conviction, Thomas se lance sans se poser trop de questions dans la vie ultra codifié d'un Klaniste : intronisation et promesse de fidélité, premières expéditions punitives, premiers faux-semblants,...

 Les noirs se font insulter, humilier, battre et même tuer sans aucun scrupules.

Le tout est extrememement bien traité, très réaliste... et ça fait froid dans le dos...

 

Pourtant si les noirs continuent de subir la violence du KKK, un changement s'opère petit à petit. Complètement impuissants au début de l'album, ils finissent par s'organiser et se défendre. La situation des noirs évolue en Amérique, on commence à leur reconnaitre des droits, ce qui va provoquer au sein même du KKK, des dissensions entre les modérés et les extremistes qui, par l'étincelle de vieilles rancoeurs, vont s'entre-déchirer.

 

Kuklos se révèle un album noir, très dur mais essentiel. La violence physique et morale est bien évidemment présente mais inévitable pour éclairer cet épisode tragique de l'histoire américaine.

Les dessins et les couleurs de Gautier sont en parfaite adéquation avec l'ambiance plombante de l'histoire : couleurs sombres, traits hachurés, visages secs et coupants

On notera l'originalité de remplacer régulièrement dans les dialogues, le "c" par un "k", en relation avec le nom du Klan.

 

" Ça ne pouvait pas durer. À force de tirer sur la ficelle, tout devait bien finir par se casser la gueule. La sourde menace qui guettait, je ne l'ai pas entendue venir...
Elle est arrivée dans mon dos, sans bruit, sournoisement. La folie qui veut que l'homme s'en prenne à ses propres congénères, quand le pouvoir devient une drogue... Pour ma part, je n'ai rien oublié de ce qui m'a amené ici. Et puisque j'ai maintenant un peu de temps devant moi, que je ne suis plus sur la brèche, commençons par le commencement..."  

 

 

Une seule conclusion s'impose :

 

Il FAUT lire cet album !

 

 

kuklos 02

 

kuklos 03

 

 

kuklos 04

 

 

 

C'était ma BD du mercredi avec Mango et les zotres !

 

bd du mercredi  

 


Et le conseil Bd d'un collègue qui me permet de l'intégrer dans le challenge PAL sèches !

 

 

palseches

Partager cet article
Repost0
22 décembre 2010 3 22 /12 /décembre /2010 08:00

 

 

brako-01.jpg

 

Auteur : Hippolyte

Editeur : Sarbacane

Date de parution : Novembre 2010

Prix : 21 €

112  pages

 

 

Brako, c'est l'histoire de 4 gars d'une cité de banlieue : Karnal, Marko, Medhi le falzard et Vato. Ils se connaissent depuis l'enfance, ont fait les quatre cent coups ensemble. Ce sont les 4 doigts d'une main auquel on aurait supprimé le pouce.

Nous sommes le 31 décembre, les 4 copains se retrouvent pour une petite soirée de fête. Sauf que la petite fête n'est pas celle qui était prévue... A minuit, Karnal découvre que ses potes ont décidés de braquer un fourgon de la Banks. Alors qu'il refuse de s'engager dans ce casse, Marko le menace et l'oblige à les accompagner. Voilà donc le jeune Karnal entrainé dans un braquage qui va forcément mal tourner....

 

L'histoire, adaptée d'un roman ado de Hamid Jemaï, "Dans la peau d'un youv", se révèle très percutante.

D'apparence classique, le scénario offre un développement très intéressant. L'histoire est raconté par Karnal et démarre déjà sur une scène forte : Karnal fait un curieux rêve où une curieuse fée l'emmène loin de ses barres d'immeubles. Au moment où cette dernière l'embrasse, il se réveille un flingue dans la bouche.

Une entrée en matière choc pour un album qui va faire monter la tension au fur et à mesure de l'histoire.

 

Marko est un petit caïd qui rêve de devenir le parrain de son quartier en se revisionnant Scarface. C'est lui qui mène la bande et va entrainer ses copains dans cette histoire de braquage qui doit leur rapporter plus de 4 millions d'euros. Avide d'argent, de pouvoir et de reconnaissance, il  va peu à peu tomber dans la violence pour parvenir à ses fins, quite à traiter ses copains et partenaires comme des sous-fifres. Son orgueil ne plaira pourtant pas à tout le monde.

Les 3 autres, aux caractères tout aussi marqués, n'auront d'autre choix que de le suivre et l'appât du gain aidant, ils passeront de simples gamins des cités à des criminels de haut vol.

 

" Brako" se révèle ainsi un portrait noir et pessimiste de cette jeunesse oubliée des cités qui rêvent à un avenir meilleur et se laisse entrainer dans une spirale de violence par un vain espoir de mieux s'en sortir. On imagine aisément combien cette chute dans la criminalité est facile et combien elle doit fleurir dans les quartiers d'aujourd'hui. Un réalisme bien flippant...

 

Hippolyte qu'on connaissait pour d'autres albums graphiquement très marqués, comme "le maitre de Ballantrae" par exemple, aborde ici un nouveau style qui rappellera Baru ou Gipi. Entièrement en noir et blanc, son dessin accentue la tension de l'histoire et les nombreux séquences symbolisant les rêves de Karnal sont plus que réussies.

 

Pour moi, "Brako" est un album très réussi : une fable sociale et désenchantée, un scénario efficace, une ambiance très noire qui sert le propos, une tension qui va crescendo pour se terminer dans un très beau final, un dessin extrêmement intéressant,...

Bref, il n'en faut pas plus pour vous le recommander très chaleureusement ! Ne le ratez pas !

 

 

N'hésitez pas à en découvrir plus sur le blog de l'auteur ici !

 

 

 

brako-07.jpg

 

 

brako-06.jpg

 

 

 

brako-02.jpg


 

brako-03.jpg

 

brako-05.jpg

 

 

 

 

C'était ma Bd du mercredi avec Mango et les zôtres !

 

bd du mercredi

 


Partager cet article
Repost0
3 décembre 2010 5 03 /12 /décembre /2010 08:00

 

  mort-de-staline-t1-1.jpeg

 

Scénariste : Fabien Nury

Dessinateur : Thierry Robin
Editeur : Dargaud

Date de parution : Octobre 2010

Prix : 13,50 €

  56 pages

 

 

Nous sommes le 2 Mars 1953, en URSS. Un concert de musique classique est donné en direct à la radio. Un coup de fil mystérieux est passé au directeur lui demandant de rappeler dans 17 minutes précisemment. Ce dernier s'exécute et se retrouve avec Staline au bout du fil lui demandant un enregistrement du dit concert. Le concert n'ayant pas été enregistré, c'est la panique au sein de la maison de la radio. Staline obtiendra malgré tout son disque mais son écoute provoquera une attaque cérébrale dont il ne se relèvera pas...

 

Voilà une entrée en matière digne du petit père des peuples ! Ce qu'il exige, il l'obtient même si cela doit se faire au détriment du peuple...

Plus qu'un portrait d'un dictateur, "La mort de Staline" nous plonge dans les méandres du parti communiste et des batailles rangées de sa succession.

Alors que l'homme agonise, les membres du Comité et du gouvernement soviétique se réunissent pour désigner d'un commun accord les médecins qui s'occuperont du chef d'état, personne ne voulant prendre la responsabilité personnelle d'un décès qui le mènerait tout droit à la mort (ou au goulag).

La scène en serait presque risible s'il n'y avait pas en parallèle des luttes de pouvoir qui se font jour entre les différents hommes politiques qui se verraient bien prendre la place d'un homme pas encore mort...

Le lecteur y découvrira, parmi d'autres, Beria qui semble manipuler tout le monde, Khrouchtchev ou bien encore          . Chacun chercher à tirer parti de la situation et à tirer la couverture à lui. Des alliances se forment et c'est à celui qui remportera le plus d'adhésion.

Staline, adulé par le peuple russe, finira par mourir seul, soigné sans grand espoir par des médecins recrutés de façon quelque peu rocambolesque, pendant que son fils se vautre dans la luxure.

 

Voilà un sujet historique traité de façon bien cynique ! Si les faits ne sont pas réels, ils s'appuient néanmoins sur une trame tout à fait réaliste des 2 derniers jours vécus par Staline.

L'album se révèle finalement un bel exercice alliant évènements historiques et fresque tragi-comique.

Le trait réaliste de Robin sert assez bien le propos de l'album dont le scénario ménage de petits passages ironiques comme celui évoqué ci-dessus ou bien encore l'épisode de l'autopsie en plein garage qui se termine en farce absurde !

 

Bref, un premier tome très intéressant qui dépasse le cadre classique de la fiction historique et apporte une relecture orginale et quelque peu humoristique à un évènement qui l'est bien peu !

Découvrez cette courte série normalement prévu en 2 tomes !

 

 mort-de-staline-t1-4.jpg

 

mort-de-staline-t1-2.jpg

 

mort-de-staline-t1-3.jpg

 


Partager cet article
Repost0
24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 08:00

 

 

sceptre-de-muiredeagh-01.jpg

 

Auteur : Sergio Toppi

Editeur : Mosquito

Date de parution : 1998 - Réédition en 2004

Prix : 13€

  52  pages

 

Réédition en intégrale des 5 volumes de la série Le collectionneur

en décembre 2010 chez Mosquito.

 

 

 

Après "Le joyau mongol", poursuivons notre voyage en compagnie du collectionneur, cette fois-ci sur la piste du sceptre de Muiredeagh.

En Irlande, le clan des Ui’muiredeagma se transmet la garde d'un sceptre puissant depuis la nuit des temps alors même que le clan rival des Ui’Dunchada cherche à le leur ravir. Ce n'est qu'en cette fin du 19ème siècle qu'ils y réussissent.

Le vieux Muiredeagh demande à son fils de chanter la ballade de Niall Glundub, le Grand Roi. Notre héros apparait et montre au vieil homme une mystérieuse marque qui le donne pour propriétaire. Hélas, le vil Eoin Dunchada veille et s'empare du baton tant convoité par son clan. Le collectionneur se voit emmuré vivant. Las, Dunchada ignore qu'on ne se frotte pas inpunément à ce dernier...

 

Démarrant en Irlande, le récit nous conduit ensuite en Nouvelle-Zélande et en Australie, au coeur des tribus maories. Toppi nous emmerveillera une fois de plus par son goût du détail pour ces tribus ancestrales et leurs vieilles légendes.

Comme toujours du dépaysement sublimé par son éternel dessin en noir et blanc qui ne ressemble à personne d'autre...

Comme toujours, je vous le recommande chaudement...

 

 

 

Previously chez Choco :


- Soudards et belles garces

- Saint Acheul, 17 /Comme un ours en furie / Mietzko

- Le joyau mongol (Le collectionneur 1)

 


 

sceptre-de-muiredeagh-02.jpg

 

 

sceptre-de-muiredeagh-03.jpg

 

 

 

 

sceptre-de-muiredeagh-04.jpg

 

 

C'était ma BD du mercredi avec Mango !

 

bd du mercredi

 

 

Cet album fait partie du challenge PAL sèches de Mo'

 

palseches

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2010 1 22 /11 /novembre /2010 08:00

 

tom et william 1

 

Auteur : Laurent Lefeuvre

Editeur : Le lombard, Signé

Date de parution :  Mars 2010

Prix : 15,50 €

57  pages

 

 

 

tom-et-william-2.jpgNous sommes en Septembre 2010. Tom a 6 ans et erre dans un monde déserté de ses habitants et peu à peu colonisé par des créatures dangereuses. A ses côtés, il y a William qui va devenir son ange-gardien et va les guider vers un abri sûr. D'autres survivants les rejoindront petit à petit. Tom est un petit garçon à l'imaginaire débridé, nourri par les magazines de comics des éditions ROA dénichés dans les affaires de son père. Notre petit groupe avance et se défend comme il peut, jusqu'au moment où ils découvrent que Tom a le pouvoir d'invoquer les super-héros ROA.

Défilent ainsi une tripotée de personnages : Shériff Jim, Colt, Chevalier Panache,  Sgt Gachette, Zanthar,  Tching-Tchang, Gorak,  Cosmicman, Pirate Skull, Gunnar le Barbare, Le Survivant, qui, tous, ont pour mission de tuer une créature malfaisante pour protéger le petit Tom. Parviendront-ils à tous les anéantir... ?


Nous voici face à un album de bande dessinée qui parle de bande dessinée ! Une mise en abyme originale dont je ne peux vous en dire plus sous peine d'éventer l'intrigue !

"Tom et william" est une bd nostalgique qui remet à l'honneur ces petits fascicules de comics, très en vogue à une époque. Lefeuvre reprend l'imaginaire d'autrefois et recrée de toutes pièces un éditeur et ses héros de papier. Une Bd populaire dont le dessinateur reprend les codes graphiques tout en les modernisant.

Il signe également les fausses couvertures que vous voyez ici.

tom-et-william-3.jpg

 

L'un des personnages de l'album, Alain Chevrel, tient même un blog dédié aux Editions ROA...

http://roa.over-blog.com/

 

Entre fantastique, rêve et réalité, l'histoire nous emmène dans une aventure typique de l'époque avec ses méchants et ses super-héros qui gagnent à tous les coups, même s'ils doivent parfois y laisser la vie.

 

Etant loin d'être une grande adepte de comics (je dois même dire que je déteste ça... ahem...), je dois reconnaitre que cet album ne m'a pas énormément captivé mais il est néanmoins évident que c'est une réussite et qu'il plaira aux amateurs du genre qui doivent se jeter dessus sans condition !

 

 

L' avis de Bulles et onomatopées.

Le blog du dessinateur, très intéressant pour découvrir son travail.

 

 

tom-et-william-4.jpg

 

 

 

tom-et-william-5.jpg

 

 

tom-et-william-6.jpg

 

tom-et-william-7.jpg

 


Partager cet article
Repost0
17 novembre 2010 3 17 /11 /novembre /2010 08:00

 

 

joyau-mongol-1.jpg

 

Auteur : Sergio Toppi

Editeur : Mosquito

Date de parution : 1998 - Réédition en 2002

Prix : épuisé

  48  pages

 

Réédition en intégrale des 5 volumes de la série Le collectionneur

en décembre 2010 chez Mosquito.


 

 

Seule et unique série de Sergio Toppi, Le collectionneur se compose de 5 albums qui peuvent se lire indépendamment. "Le joyau mongol" ouvre la série et nous plonge directement dans le coeur de l'intrigue.

Un mystérieux collectionneur, dont nous ne saurons jamais le nom, cherche à obtenir un des nombreux objets rares qui font son bonheur. C'est un dandy qui ne se départ pas de sa politesse et de son sens de l'honneur.

Nous le trouvons ici en quête de la larme du roi mongol Timour Leng qui vit son cheval préféré mourir d'une flêche à l'occasion d'une bataille légendaire. A chaque date anniversaire, la larme figée s'éclaire et laisse apparaitre en son sein l'image du fameux cheval.

Notre gentleman aventurier mènera ses pas des carpathes à l'île de Morotaï dans les forêts de Bornéo, où son chemin croisera une étonnante Dame qui mène d'une main de fer des Dayaks cannibales, pour mieux se terminer dans le désert afghan...

Prêt à tout pour parvenir à ses fins, le collectionneur n'hésite pas à supprimer quiconque se met sur son chemin et lui manque de respect...

 

Toppi nous offre un beau héros atypique qui va à l'encontre des aventuriers traditionnels. A la fois exigeant et criminel, le collectionneur n'en reste pas moins un élégant dandy qui prône les bonnes manières avant d'en arriver au sang, prêt à tout risquer et à perdre la vie pour mener à bien sa quête.

On découvre ici le goût de Toppi pour les légendes ancestrales et les cultures tribales que le collectionneur rencontre sur sa route. Des civilisations oubliées que le lecteur ne manquera pas de croiser dans les autres albums de la série.

Le maitre italien déploie un magnifique dessin en noir et blanc, fait de traits hachés, et n'hésite pas à déstructurer la page pour mieux mettre en valeur son trait.

Pour le rappel, Toppi a débuté en tant qu'illustrateur et fait la part belle aux récits courts.

 

 

Vous pouvez aussi retrouver ici les chroniques de :

- Soudards et belles garces

- Saint Acheul, 17 /Comme un ours en furie / Mietzko

 

 

 

Et pour en savoir plus sur Toppi, visitez le blog dédié à ce dessinateur :

http://www.editionsmosquito.com/toppi/



 

 

 

joyau mongol 2

 

 

joyau-mongol-3.jpg


joyau-mongol-4.jpg

 

bd du mercredi

 

Retrouvez la BD du mercredi chez Mango !

 

 

palseches

 

Cet album fait partie du challenge PAL sèches de Mo'

 


Partager cet article
Repost0
4 novembre 2010 4 04 /11 /novembre /2010 23:44

 

Jazz-Maynard-tome-3-1.jpg

 

Scénariste : Raule 

Dessinateur : Roger

Editeur : Dargaud

Date de parution : Janvier 2009

Prix :  13,50 €

  46 pages

 

 

 

Il y a quelques mois de ça, je vous parlais des 2 premiers tomes de cette série ici et ici. La série se poursuit pour notre plus grand plaisir !

 

Dans ce troisième tome, le maire de la ville est retrouvé mort, pendu à son domicile. Ce suicide, mis en scène, n'est qu'une façon d'étouffer un scandale à venir. En effet, ce dernier venait de confier à Lucia, l'ami journaliste de Jazz, une malette bourrée de documents compromettants, menançants bon nombre de haut placés. L'intègre jeune femme confie ses découvertes au commissaire Blanc, persuadé de la culpabilité de l'adjoint au maire José Maria Cébes qui succède à son prédécesseur à la tête de la ville. C'est sans compter la toujours mystérieuse armée de moines sabreurs qui sont prêt à tout pour récupérer les dossiers compromettants possédés par Lucia...

 

Le rythme ne faiblit pas dans ce nouveau volume et s'accèlère même pour atteindre son apogée ! Cette fois-ci, pas de retour en arrière pour éclairer le passé des uns et des autres. On plonge directement au coeur de l'action et dans les méandres des dérives politiciennes qui ne s'encombrent pas de justice, ni de respect des lois. Pédophilie, prostitution, assassinats, ... : l'envers du décor est moche, très moche. Et ce n'est pas l'arrivée d'un mafieux issu des triades hong-kongaises qui va changer la donne.

La violence est de mise et les combats s'égrènent au fil de l'album sans laisser le temps au lecteur de souffler. Mais si ça défouraille à tout va, on retrouve avec plaisir la gouaille et l'humour de nos 2 héros, Jazz et Téo.

 

Ainsi, ce troisième opus s'inscrit dans la lignée des précédents et ajoute ici une dimension politique plus poussée par un scénario plus complexe qui démultiplie les intrigues.

Cloturant ainsi le premier cycle de la série avec cet album, "Jazz Mayanrd" se révèle décidemment diablement efficace !

 

A découvrir si ce n'est pas encore fait !

 

Jazz-Maynard-tome-3-2.jpg

 

 

Jazz-Maynard-tome-3-3.jpg

 


Partager cet article
Repost0

Humeur

Le 26 Août 2013 :
Le grenier de choco n'est plus...
Ce blog sera à terme supprimé.
Suivez moi désormais sur :

 

Rechercher