Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 mars 2010 1 15 /03 /mars /2010 08:00

 

swallow 1


Auteur : Nate Powell
Editeur : Casterman, Ecritures
Date de parution : janvier 2010
Nombre de Pages : 200
Prix : 15 Euros



Note : 4  / 5









Ruth et Perry sont deux adolescents américains ordinaires, selon les apparences.
Pourtant chacun est habité par une obsession intime. Ruth est obnubilée par les insectes qu'elle collectionne. Ces derniers lui parlent et elle cherche une vérité compréhensible à elle-seule dans l'ordre des bocaux qui les contiennent. Son frère, quant à lui, voit sortir de son crayon un petit bonhomme sorcier qui lui ordonne de tout lâcher pour laisser libre cours à ses pulsions dessinatrices.
Pour ne pas perturber leur parents, déjà affectés par la maladie de la grand-mère qui perd la boule et qui loge désormais chez eux, les 2 adolescents ne confient à personne leur troubles et ont des difficultés à se socialiser.

Ruth et Perry, fuyant les affres de l'adolescence, s'enfuient alors dans un monde imaginaire, peuplés de fantômes. Chaque personnage est sur la corde raide, alternant folie et raison. La grand-mère mourrante plombe un peu plus l'ambiance familiale par ses propres délires et son lent dépérissement inéluctable qui renvoie ses petits-enfants au temps qui passe et à la mort. Les réalités du quotidien sont brutales et seul l'imaginaire permet à la fratrie de la supporter. Une folie, tantôt rassurante, tantôt effrayante et cauchemardesque.

Kate et Perry sauront-ils passer ce cap difficile ?
Nate Powell laisse une fin ouverte : au lecteur d' y mettre ses propres conclusions.
L'auteur travaille auprès d'adultes souffrant de troubles de développement. Son expérience nous donne ainsi un récit très réaliste. Alternant scènes banales du quotidien avec des périodes d'hallucinations, le récit permet de comprendre que le passage de l'adolescence à l'âge adulte ne se fait pas toujours avec facilité.
Le dessin, par ses "fantaisies" visuelles (insectes qui envahissent la page, par exemple) recrée parfaitement un univers orinirique et sombre qui dévore petit à petit l'esprit des 2 jeunes et plus particulièrement celui de Kate qui s'enfonce de plus en plus. Le lecteur sera parfois perdu mais celà semble voulu pour mieux appréhender et comprendre le mécanisme hallucitaoire des personnages.

"Swallow me whole " (ou "
avale-moi tout entier") est un album dur et exigeant qui a reçu l’Eisner Award du meilleur Graphic Novel de l’année 2009.


L'avis de Mathieu



swallow-2.jpg


swallow-3.JPG

swallow-4.JPG
Challenge roaarrrPrix Eisner 2009

Partager cet article
Repost0
7 mars 2010 7 07 /03 /mars /2010 14:50


dieu en personne 1


Auteur :
Marc Antoine Mathieu

Editeur : Delcourt

Date de parution : 09/09/2009
Prix : 14,95 Euros




Note : 4 / 5











Nous sommes en plein recensement de population et un homme barbu, dont nous ne voyons pas le visage attend son tour dans la file. Arrive le moment où il doit se présenter : il n'a aucun papier, aucun numéro d'identification, aucune traçabilité.
" C'est à croire que vous n'existez pas ! "
La seule identité qu'il porte, c'est Dieu.
Stupeur et perplexité générale. Puis Dieu réussit à réaliser quelques prodiges, répond de façon métaphysique aux énigmes qui lui sont présentés.
Dès lors, un énorme engouement médiatique s'organise, accompagné d'un procès gigantesque sur les actes de Dieu, coupable de tous les malheurs ici-bas.

L'auteur, connu pour ses Julius Corentin, s'attaque ici à un sujet de taille : Dieu existe-t'il ?
Sa venue sur terre est présentée à la façon d'un reportage télé retraçant les épisodes de son arrivée, les prodiges réalisées, ses réflexions métaphysiques, le tout accompagné de témoignages individuels donnant différents point de vue sur le personnage.
L'engouement médiatique auprès de sa personne est tel que Dieu devient une marionnette aux mains des humains qui lui intentent procès sur procès pour des raisons aussi diverses que la guerre, la souffrance de l'homme,... Si Dieu est la cause de toute chose, il est le coupable universel et parfait  de tout le Mal sur terre.
Le clan des défenseurs affronte celui des accusateurs et c'est à une vraie foire d'empoigne que nous assistons. Chacun cherche à ramasser quelque indemnisation pour son usage personnel. Les dizaines d'avocats aux côtés de Dieu lui conseille une attitude plus people afin de mieux mettre l'opinion de son côté.

Ce déchainement est l'occasion pour l'auteur de dénoncer les travers de notre société moderne basée sur la consommation et les plaisirs éphémères. Une société perdue qui cherche à tout prix des icones médiatiques pour mieux échapper à son inconsistance. On y découvrira des réalisateurs narrant l'incroyable arrivée de Dieu sur terre, des chaines de télé qui lui sont consacrés, des éditeurs qui sortent de faux livres témoignages de Dieu, des libraires qui ne vendent plus que ces livres-là,...
Les masses agissent comme des moutons et ne cherchent pas à sortir du système.
Bref, le profit avant tout et une société bien flippante !

Le tout est entrecoupé de vastes réflexions métaphysiques de Dieu, quelque peu obscures. Les scientifiques finissent par inventer un super ordinateur, entité supra intelligente douée de parole, seule à même de questionner et répondre à Dieu.

On retrouvera dans cet album la patte graphique de Mathieu qui, toujours dans son noir et blanc habituel, évitera les fantaisies structurelles de Julius Corentin. Nous ne verrons jamais Dieu de face, laissant ainsi planer le mystère sur sa représentation.

"Dieu en personne" est un album qui pose beaucoup de questions donc, et la solution finale qui tombera comme un couperet en surprendra plus d'un ! La quête de sens se révèlera finalement plus essentielle que la réponse elle-même.

Je dois dire que la lecture m'a tout d'abord enchanté par son originalité et la critique acerbe et extrêmement juste des humains. Pourtant, j'ai tout de même été quelque peu ennuyée par certaines envolées métaphysiques qui m'ont quelque peu perdues et ces longueurs m'ont empêchés d'apprécier pleinement cet album.
Je reconnais pourtant que c'est un album extrêmement fort qui contient de riches réflexions. Passer à côté me semble vraiment dommage même si ça reste une lecture plutôt cérébrale à réserver aux lecteurs avertis. Le grand public n'y trouvera pas son compte de rêveries !



Les premières pages sont à lire ici !

L'avis de Mo(rue) la Fée est !

Avez-vous noté la date très précise de publication.... ?


dieu en personne 6
dieu-en-personne-3.jpg
Challenge roaarrr

 grand prix de la critique acbd 2010

Prix bdboum 2009

 

Partager cet article
Repost0
25 février 2010 4 25 /02 /février /2010 18:00


montespan 1



Tout le monde connait désormais l'histoire du marquis de Montespan qui s'est fait voler sa femme par le roi Louis XIV lui-même. Refusant d'accepter le fait et d'en tirer profit, Montespan fait des vagues en affichant  à la face du monde son statut de cocu, pour le plus grand déplaisir de la cour qui finit par l'expulser de Paris.

Le roman de Teulé, sorti en 2008, vient désormais d'être adapté en bande dessinée par Philippe Bertrand.
Collant au roman, l'album bénéficie d'un fort réalisme historique. Les costumes, les décors, l'ambiance de la vie quotidienne, la saleté de la ville, ... tout est parfaitement rendu dans un graphisme qui, sans être révolutionnaire, sait pointer aussi les défauts des personnages et des situations.

On y retrouvera une grande partie des scènes du roman qui s'enchainent ici rapidemment, trop rapidemment... En effet, le roman foisonne de scènes truculentes et malgré les 112 pages de cet album, difficile de s'attarder sur chacune. De fait, je n'ai pas réussi à me replonger dans l'ambiance de l'époque, trop survolé à mon goût. L'idylle entre le Montespan et sa femme est trop vite brossée et on ne ressent pas toute la sensualité et sexualité latente entre eux, malgré une scène coquine.
Je n'ai pas réussi non plus à y retrouver la verve de Teulé malgré les fulgurances langagières des personnages.
Difficile de reprocher quoi que ce soit au dessinateur qui a parfaitement retranscrit tout ce qui se trouve dans le texte d'origine mais je reste très mitigée sur cet album qui plaira inconstestablement à ceux qui n'ont pas lu le roman.
Peut-être que 100 pages de plus auraient permis d'approfondir tous les éléments que je trouve trop légers... Je ne sais pas vraiment...
Cette album est une déception pour moi mais je vous invite tout de même à y jeter un oeil car ce n'est pas une mauvaise adaptation.

Vous pouvez lire les premières pages ici !


Note : 2,5 / 5




Editions Delcourt, Mirages - 14,95€

Je remercie Babelio et les Editions Delcourt pour leur envoi !

Critiques et infos sur Babelio.com


masse-critique.jpg


montespan-2.jpg

montespan-3.jpg

montespan-4.jpg

Partager cet article
Repost0
10 février 2010 3 10 /02 /février /2010 23:10


Sutures 1


L'histoire de ce roman graphique commence dans les années 50, dans une famille de la middle class.
David grandit avec son frère auprès d'un père radiologue toujours absent et d'une mère froide et peu aimante.

Les premières phrases sont fortement explicites :
"Maman avait sa petite toux... Deux ou trois fois, un sanglot étouffé, hors de vue... ou le claquement des portes de placard de la cuisine... c'était son langage. Rien que le déplacement de sa fourchette de deux centimètres à droite annonçait un dîner sous le signe de la terreur. Ses replis sur soi furieux et muets pouvaient durer des jours, voire des semaines d'affilée... Comme elle ne disait jamais ce qu'elle avait sur le coeur, on ne savait jamais de quoi il retournait. Du moins pas nous, les deux garçons.
Papa, de retour du travail, descendait au sous-sol et cognait sur un punching-ball. C'était son langage à lui.
Mon frère, Ted, sur son tambour.
Et moi aussi, j'avais trouvé un moyen de m'exprimer sans les mots... Tomber malade. C'était ça, mon langage. "

En effet, dès son plus jeune âge, David souffre de problèmes divers. Et plus particulièrement des sinus. Son père carrièriste expérimente alors sur lui le pouvoir supposé des séances de radiographie intensives.
Malheureusement quelques années plus tard, David développe un kyste dans le cou. Les parents font trainer l'opération, sous des prétextes financiers mais préfèrent s'offrir une nouvelle voiture quand le père gagne une augmentation...  Hélas, le pire arrive et le kyste se révèle une tumeur cancéreuse et David perd une corde vocale qui le rend muet...

Vous l'aurez compris, c'est pas la grande joie dans la famille. C'est David qui nous raconte son histoire et nous allons le voir grandir auprès de parents peu aimants. La communication est quasi nulle et la mère ne sait que crier ou faire des reproches à David.
Devant leur égoisme et leur indifférence, David n'aura d'autre solution que de s'évader par la lecture et l'imagination. Mais les cauchemars sont récurrents et le terrifient.
Certains passages sont particulièrement violents moralement. Par exemple, la mère de David qui, persuadée qu'il ne réchapperait pas de son opération, lui rachète un livre brûlé quelque temps avant (le sulfureux Lolita) pour mieux le lui retirer quand elle comprend qu'il va survivre... ou leur refus de parler du cancer et de leur erreur qu'ils semblent complètement occulter.

Le récit avance au fil d'évènements marquants et très significatifs qui arrivent à rendre parfaitement l'enfance du garçon. David décrit sa vie avec amertume mais sans la mechanceté ou la violence qu'on aurait pu attendre de la part d'un enfant rejeté. Devenu adulte, il ferait même preuve de compassion devant la déchéance de ses parents.
L'album est fait de sensibilité, de suggestions et de sobriété. Aucun misérabilisme ne l'habite et le récit en est d'autant plus poignant. Ce parcours si difficile sera finalement une vétitable quête de soi pour David qui saura déjouer les pièges de l'amertume et de la haine pour mieux avancer dans son futur.


Et maintenant, si je vous dit que cet album est autobiographique, que l'auteur David Small a sorti cet album de ses tripes pour en faire une sorte de thérapie et que tout ce que vous venez de lire est vrai....

...vous n'avez plus qu'à courir chez votre libraire !!!

C'est une lecture qui ne laisera personne indifférent et que vous ne devez pas laisser passer !



livre-coeur4.jpgVous vous doutez bien : cet album est un véritable coup de coeur pour moi !!!
Et je sais déja qu'il fera partie des ChocoBook 2010 !!


Note : 5 / 5





Editions Delcourt - 19,90€



Sutures 2

Sutures 3
Sutures 4

Partager cet article
Repost0
2 février 2010 2 02 /02 /février /2010 20:17


jazz maynard tome 2 - 1


Je vous parlais il y a peu du tome 1 de Jazz maynard, voici donc la suite !

Dans ce deuxième tome, nous allons retrouver Jazz et son ami Léo pour la fameuse mission dont Jazz est forcé de s'acquitter pour Judas : voler une pièce de monnaie extrêmement rare (estimée à plus de 10 millions d'euros) dans la villa d'un roumain du crime organisé. La maison est forcément super sécurisée : bourrée de camaras, de capteurs de mouvements, ... Jazz va devoir faire appel à ses compétences cachées que le lecteur va découvrir peu à peu. L'imprévu sera au rendez-vous ainsi qu'une vieille connaissance prétendument décédée...

Ce second opus continue sur sa lancée dynamique initiée précédemment. On y retrouvera les scènes d'action et de combat spectaculaires.
L'intrigue centrale est le cambriolage risqué de Jazz mais celle-ci est entrecoupée de flash-backs qui tiennent en haleine le lecteur.
Parallèlement, nous allons en effet découvrir le passé et plus particulièrement l'enfance de Jazz, Léo et Judas. Leur jeunesse est faite de petits larcins qui dénotent d'un certain talent de voleur bien vite repéré par des personnes intéressées... Une rencontre décisive leur fera prendre des chemins différents.
On suivra également le parcours d'une journaliste intègre dans les méandres de la politique et de la corruption.

Bref cet album propose une intrigue dense avec beaucoup d'actions et quelques pointes d'humour très appréciables !
Une trilogie grand public et de qualité à découvrir !


Note : 3,5 / 5


Editions Dargaud - 13,50€



Jazz Maynard tome 2 - 2

Jazz Maynard tome 2 - 3

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2010 2 19 /01 /janvier /2010 21:30


jazz maynard tome1 1

Après avoir entendu du bien partout de cette bd, dans la presse, par mes collègues, ... j'ai enfin pris le temps de la lire et ce fut sans regret !

Nous sommes à Barcelone. Le prénommé Jazz Maynard revient dans sa ville natale après 10 ans d'absence. Peu après son arrivée, le voilà ligoté sur une chaise en compagnie de son vieil ami Téo. Pourquoi ce retour ? Pourquoi cette séquestration ?
Peu à peu, Jazz va raconter à Théo ses derniers jours : une lettre de sa soeur Laura dont il était sans nouvelles depuis 10 ans, qui l'appelle au secours alors qu'elle est détenue par des proxénètes, son expédition chez des mafieux américains pour la libérer, son retour à Barcelone avec cette dernière et leurs retrouvailles inopinées dans un café-concert où il vient de postuler comme musicien. Car Jazz Maynard est accessoirement un joueur de trompette, d'où son surnom.
Les choses ont bien changés pendant son absence et c'est un certain Judas qui semble faire la loi dans le quartier. Le même Judas qui les sauvera des griffes newyorkaises pour mieux lui imposer un deal : tuer sa soeur ou accepter une mission un peu spéciale...

Nous voilà face à une trilogie trépidante au rythme soutenu ! Alternant entre flash-backs et présent, notre héros est toujours à 100 à l'heure et les scènes d'action sont très nombreuses. Le portrait des personnages et celui de Jazz en particulier se dessine petit à petit, au fur et à mesure de ces confidences à Téo. On découvrira certains secrets : un amour perdu qui le hante toujours, des diamants perdus dans la nature,...
Malgré une intrigue dans une Barcelone ensoleillée, cet album baigne dans une ambiance sombre : bars, violence, prostitution, sexe, vol, ...  et se révèle un véritable polar.
Le dessin est très efficace et original, les visages sont émaciés et les couleurs fortes. Les planches sont dynamiques et la rapidité de l'action bien mis en valeur, notamment lors des scènes de bastons, où Jazz, doté de beaucoup de charisme, se révèlera un véritable acrobate et combattant, malgré son aspect mince et nonchalant.

Bref un album captivant, riche et plein de suspense qui aura été une très belle surprise !
Attendez vous à lire la suite de ses aventures incessament sous peu :)



Note : ***


Editions Dargaud - 13,50€


Jazz Maynard tome 1 2
Jazz Maynard tome 1 3
Jazz Maynard tome 1 4



Partager cet article
Repost0
11 janvier 2010 1 11 /01 /janvier /2010 08:00


ligne de fuite 1

1888, Paris.
Le poète Rimbaud a cessé d'écrire et est parti dans les contrées lointaines de l'Arabie.
Devenu une icône, il symbolise la modernité subversive que reprend à son compte le journal "Le Décadent" , tenu par Baju. Ce dernier n'hésite pas à faire paraitre de faux inédits du poète pour aider sa cause contre le clan des Verlaine. C'est Adrien, un jeune poète prometteur qui admire Rimbaud, qui les rédige. Malheureusement la supercherie est mise à jour et la réputation d'Adrien, trainé dans la boue.
Honteux et souhaitant laver son déshonneur, il décide sur un coup de tête de partir sur les traces d'Arthur.
Son périple le conduit à Charleville-Mézières, Marseille puis à Harar. Ses différentes rencontres le rapprochera de son mentor et le conduira lui-même sur sa propre voie.

Cet album est tout d'abord une plongée dans l'univers poétique de Rimbaud. On suivra son parcours de Charleville à Harar, on rencontrera les artistes qui ont croisés son chemin, ses partenaires commerciaux en abyssinie, sa soeur et sa mère éplorées. A travers les villes et les gens qui l'ont vu passer se dessine un portrait du poète. La narration est rythmée par de nombreux extraits de ses poèmes, de lettres envoyées à sa famille et la plongée dans son univers se fait ainsi encore plus forte.
En suivant Adrien sur les traces du poète, on découvrira aussi le portrait d'un poète en devenir, ses interrogations artistiques, ses doutes, l'influence de ses prédécesseurs et la recherche de sens. Qui est-il vraiment ?
Adrien se cherche en cherchant Arthur. Il se fuit aussi, boit (de l'absinthe  ) et finit par avoir des allucinations. Son imagination s'échappe et il voit Baju, Verlaine, Du Plessis en train de le harceler.
Son voyage est un véritable parcours initiatique qui le verra enfin découvrir le but de son existence.
La fin est assez abrupte et déconcertera mais prend, malgré tout, tout son sens.

Le dessin à l'aquarelle laisse toute la place aux jolis crayonnés. Le récit, basé sur des faits historiques, se permet pourtant certaines libertés. On trouvera une postface qui complète de façon très intéressante le contexte de l'époque, la disparition de Rimbaud, les parutions du Décadent et l'action de son directeur.

Un bel album qui rend hommage à la Poésie et à l'oeuvre de Rimbaud. Les amateurs du genre et d'ARthur apprécieront !



Note : ****


Editions Futuropolis - 19€






ligne de fuite 2

ligne de fuite 3
ligne de fuite 4


Partager cet article
Repost0
9 janvier 2010 6 09 /01 /janvier /2010 08:00


saint kilda 1


1860. Darius Kongley est un jeune biologiste, fils d'un grand industriel britannique et promis à un grand avenir. Son mariage est déjà arrangé avec la fille d'un autre grand patron, histoire de conclure une alliance économique. Pourtant, contre l'avis de tous, il soutient une thèse sur le thème controversé des idées de Darwin. Résultat : puni par son père, il est envoyé sur l'archipel écossais de Saint-Kilda pour y étudier la faune et la flore pendant deux ans.
Vu comme un exil, son séjour commence assez mal. Les habitants l'accueillent d'un très mauvais oeil et le soupconne d'être un envoyé du diable.
Découvrant une société aux moeurs peu ordinaires, il se met à étudier cette communauté vivant en autarcie depuis 1000 ans. Les femmes partagent leurs couches avec plusieurs hommes sans jalousie, le mot Arbre est inconnu, ...
Mais peu à peu, Darius soupçonne cette société d'apparence utopique et secrète de cacher quelques secrets. Jacob, le pasteur, semble diriger d'une poigne de fer la population et les manipuler à sa guise, sous couvert de religion. Des jeunes filles disparaissent lors de "nuits des esprits". Et son ancien mentor avec qui il correspond parait être venu sur l'île et avoir laissé un mauvais souvenir... Que découvrira donc le jeune homme ?

saint kilda 2Archipel de Saint-Kilda


Se basant sur des faits historiques réels (l'archipel est resté coupé du monde jusqu'en 1920... et est classé au patrimoine de l'humanité !), cet album nous plonge dans une ambiance d'aventures et de mystères. Au fil des flash-backs, nous découvrons une société vierge et autarcique. Les moeurs sont vus et étudiés par les yeux d'un ethnologue-biologiste et on participe à la fascination du héros devant un tel état de nature.
La narration est assez rythmée, alternant et opposant la vie sur Saint Kilda avec celle, beaucoup plus artificielle et conformiste, de la société victorienne. Des parenthèses sur le héros et sa future promise allègent le récit et l'ambiance mystérieuse qui sourd sur l'île.
Le suspense est ménagé et le premier tome se termine sur de nombreuses interrogations dont nous aurons les réponses dans le 2ème et dernier tome.
Attirée par la jolie couverture, j'ai pourtant assez peu retrouvé le graphisme qui m'interessait malgré quelques jolies planches en couleurs directes. Les paysages sont plutôt joliment traité mais les scènes d'intérieurs et de villes sont criardes

Bref, un thème original, une construction intéressante et un album agréable à lire mais qui ne m'a pas vraiment emballée.

Le deuxième tome est attendu pour Février 2010.


Note : ***



Editions Emmanuel Proust, Atmosphères - 13,90€




saint kilda 3

saint kilda 4

Partager cet article
Repost0
5 janvier 2010 2 05 /01 /janvier /2010 23:59

  Endurance1



Ce chouette album nous relate une des expéditions polaires les plus connues.
Ernest Shackleton, déçu de ne pas être le premier à atteindre le pôle sud (doublé par Admunsen), se lance dans un autre défi : traverser de mer à mer le continent antarctique.
Les difficultés se succèdent : obtenir l'accord de sa femme, trouver des financements et recruter l'équipage :

" Cherche homme pour voyage incertain. Petits gages, froid rigoureux, longs mois de nuits complètes, dangers permanents, retour incertain. Honneur et reconnaissance en cas de succès".

1914, les hommes sont prêts à partir et embarquent à bord du navire nommé "L'endurance". Quelques mois plus tard, ils sont pris dans la glace et doivent continuer à pied et en canoë... 
Face à un climat des plus rigoureux et au manque de nourriture, ils vont devoir s'armer de courage pour pouvoir rentrer tous vivant..

Cette expédition extraordinaire est formidablement racontée ! Le froid, la faim, la peur, les tempêtes, la banquise qui fond, les chiens qui finissent dans le ventre des matelots, ... Tout est extrêmment réaliste et le lecteur est plongé véritablement dans l'enfer polaire. On vibre et on craint pour les personnages.
Leurs caractères sont d'ailleurs assez bien rendus, entre le jeune inexpérimenté qui pète les plombs devant la peur, le vieux briscard qui gère le groupe et les responsabilités. On sera marqué par l'entraide qui règne entre tous ses hommes pour améliorer leurs chances de survie et leur courage face à l'adversité et aux dangers de mort.
Les superbes dessins, tirant vers le bleu polaire et le gris, sont parfaitement appropriés à l'ambiance glaciale. Les détails sont travaillés et on notera même la buée qui sort de la bouche des hommes.
La narration est très rythmé et arrive à ménager le suspense d'une épopée dont on connait déjà l'issue.

Malgré l'échec de l'expédition, leur courage exemplaire fera leur célébrité.

Une préface très intéressante qui résume les grandes expéditions polaires et leur protagonistes permet de mieux resituer le contexte de l'histoire.
Pour ma part, je ne connaissais pas l'histoire de cette expédition et j'en suis sortie passionnée !

Pour ceux que ça intéresse, sachez que Shackleton a narré son aventure dans l'ouvrage " L'odyssée de l'Endurance" chez les Editions Phebus à 10,50€.

Ne perdez donc pas de temps pour découvrir leur odyssée incroyable !


Note : ****


Editions Delcourt, Mirages - 17,50€




Endurance2

Endurance3

Endurance4

Partager cet article
Repost0
4 janvier 2010 1 04 /01 /janvier /2010 18:00


Le chant du pluvier1

La mère de Guilhem vient de mourir. Alors qu'il essaye tant bien que mal de rejoindre son Béarn natal pour assister à l'enterrement (tempête de neige oblige), son père et sa soeur Marylis continuent de cohabiter pour le meilleur et surtout pour le pire... Marylis cherche à remplacer l'absente et à protéger son père qui, exédé, accepte à la surprise de tous la proposition de son fils de l'accompagner au Groenland.
En effet Guilhem est chercheur et y vit depuis de nombreuses années.

Commence une petite épopée où Bernat prend goût à l'aventure et redécouvre le plaisir de vivre ! Sortir avec ses nouveaux copains de boissons, compter fleurette à une vieille inuit, partir en expédition sur la banquise... le vieux bonhomme agit avec inconséquence et déstabilise son fils qui, lui, se consacre presque entièrement à son travail dans une petite vie bien réglée que vient bouleverser Bernat.
Mais les deux hommes cachent bien des faiblesses : Bernat souhaite révéler à son fils un secret lourd à porter et cherche en vain une occasion de lui parler alors que Guilhem est empêtré dans une histoire d'amour avec une jeune inuit avec qui il n'ose pas s'engager et dont il n'a même pas parlé à son père. Pendant ce temps là, Marylis laissée à la ferme enrage de ne plus avoir prise et harcèle les deux hommes de messages.

Voici un bel album sur une famille qui éclatera et renouera suite au deuil.
La communication entre les membres de la famille se fait difficilement. L'auteur a su parfaitement rendre leurs difficultés relationnelles mais aussi leur évolution.
Ce voyage inattendu va rapprocher ceux qui se sont éloignés et libérer ceux qui étaient trop proches. Chacun trouvera enfin sa voie et la place qu'il lui correspond. Maylis se dégagera du carcan familial en se débarassant des responsabilités qu'elle s'était elle-même imposée. Bernat retrouvera le chemin du dialogue avec son fils tandis que Guilhem renouera avec sa terre d'origine et ses racines pour mieux avancer dans l'avenir.
On découvrira aussi bien sûr en filigrane de cet album la vie au Groenland et les traditions Inuits. Il est à noter que les auteurs ont séjournés une dizaine de jours au Groenland pour mieux retranscrire l'ambiance polaire qui ressort en effet parfaitement à la lecture de cet album.

Je dois dire que, pour ma part, ce n'est pas un coup de coeur d'un point de vue graphique mais le récit vaut largement le détour. Bref un beau récit à découvrir !

Les premières pages sont à voir ici !
et le site de la bd : www.lechantdupluvier.com où vous y trouverez des photos de leur voyage ainsi que des sons venus tous droit du Groenland (dont une série de hurlements de chiens qui ravira le vôtre ! Testé et approuvé ! )



Note : ***


Editions Delcourt, Mirages - 19,90€





Le chant du pluvier4

Le chant du pluvier2

Le chant du pluvier3

Partager cet article
Repost0

Humeur

Le 26 Août 2013 :
Le grenier de choco n'est plus...
Ce blog sera à terme supprimé.
Suivez moi désormais sur :

 

Rechercher