Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 février 2010 6 13 /02 /février /2010 22:31

koala tueur 1



En général, je n'aime pas les nouvelles. J'en sors toujours frustrée...
Pourtant après le billet de Keisha qui m'a fait découvrir ce titre et l'avis plus que positif d'un collègue (l'avis que dis-je.... je dirais plutôt l'incarnation du texte par ce dernier ), j'ai décidé de passer le pas malgré tout.
Et bien, ce fut absolument sans regrets !!!

Nous sommes en Australie, au fin fond du bush où l'homme laisse place aux créatures animales les plus improbables. Le narrateur va nous raconter en une quinzaine de nouvelles ses rencontres avec ces dernières, toutes plus déjantées les unes que les autres.
Serpents, scorpions, koalas, chameaux, chien, crocodiles, chats, cochons, éléphant,... Tous prendront place dans une anecdocte croustillante soi disant véridique mais tellement invraisemblable qu'on ne peut que douter de sa véracité.
Mais ces aventures, aussi abracadabrantes soient-elles, sont racontés avec un humour destructeur qui ne laissera personne de marbre !
On apprendra qu'effectuer un lavement à une éléphante peut être dangereux, qu'il vaut mieux éviter de partir observer un crocodile en rut avec un aficionados, qu'il est préférable d'attendre que le koala descende de son arbre plutôt que de chercher à le faire tomber, qu'un chameau peutvous trahir, ... etc

Bref, l'auteur et le narrateur s'en donne à coeur joie pour notre plus grand plaisir. Il n'hésite pas à se moquer de lui-même et réussit le tour de force de faire monter le suspense ou la tension pour mieux nous suprendre avec une conclusion humoristique.

koala-tueur-2.jpg

Je n'ai pas réussi à faire une sélection d'extraits tellement TOUT serait à citer !!
Mais pour finir, je vous en ivre quelques morceaux trouvés ailleurs :

" Nous avions traîné la barque à environ cinq mètres du rivage lorsque le crocodile chargea.
C’était effectivement passionnant à observer. Il semble se propulser en l’air d’un bond sur ses pattes trapues et fila sur le sable comme un lézard. Je lâchai le bateau et saisis mon fusil. Roger lâcha le bateau et saisit son appareil photo.(....)
J’avais trois choix. Je pouvais tirer sur Roger pour l’écarter et dégager ma cible (solution la plus attrayante). Je pouvais assommer Roger d’un coup de crosse pour dégager ma cible (solution trop timorée, dans les circonstances). Je pouvais jeter le fusil et m’enfuir en criant (solution la plus probable). J’hésitai... "

 

" Parmi mes nombreux défauts, je suis affligé de l’incapacité de distinguer les personnes saines d’esprit des fous à lier. Peut-être la différence est-elle minime, peut-être suis-je moi-même légèrement demeuré. "

" Je finis par comprendre qu’il n’y avait aucun intérêt à ce que je garde moi-même la tête sous l’eau. C’est évident, me direz-vous en me trouvant un peu long à la détente, mais je parie que vous ne vous êtes jamais personnellement trouvé submergé dans une mare du bush entre les griffes d’un koala furieux et que vous êtes donc mal placé pour juger des difficultés à réfléchir intelligemment dans ce genre de circonstances. "


Pour conclure, je vous dirais ceci :

" Un conseil, enfin, puisque vous avez déjà lu ces récits : relisez-les donc, mais à voix haute, à des enfants, des amis, votre chéri(e) ou de la famille… et si vous brodez un peu en les racontant, à mon avis, Kenneth Cook ne se retournera pas dans sa tombe. "

Une lecture réjouissante qui fera travailler les zygomatiques ! Jetez-vous dessus !
Pour ma part, moi j'en redemande !



Note : 4 / 5


D'autres avis : Clarabel, Dominique,...


Editions Autrement - 15€

Repost 0

Humeur

Le 26 Août 2013 :
Le grenier de choco n'est plus...
Ce blog sera à terme supprimé.
Suivez moi désormais sur :

 

Rechercher