Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 décembre 2009 1 28 /12 /décembre /2009 23:15

aden arabie

"J'avais vingt ans. Je ne laisserais personne dire que c'est le plus bel âge de la vie. "

Vous avez déjà surement entendu cette citation célèbre : il s'agit de l'incipit du texte de Paul Nizan, Aden Arabie, paru en 1931 et beaucoup moins connu.
Paul Nizan est né en 1905 et fait la connaissance de Sartre au lycée Henri IV. En 1926, il part à Aden, au Yémen pour devenir précepteur. A son retour, en 1927, il adhère au parti communiste. En 1939, à la suite du pacte germano-soviétique qu'il voit comme une alliance entre nazis et communistes, il rompt avec le parti. C'est en 1940 qu'il tombera à la guerre.
Si je vous raconte tout ça, c'est parce que, suite à sa rupture avec le PCF, s'est ensuivit une campagne discriminatoire sur sa personne et qu'il fut peu à peu oublié. C'est la réédition de l'ouvrage en 1960, préfacé par Sartre, qui permettra de le réhabiliter aux yeux du grand public. Et c'est cette même édition qu'on trouve encore aujourd'hui.

La préface de Sartre fait quand même une cinquantaine de pages que j'ai allègrement sauté après les premières !
Je dois dire qu'il va m'être très difficile de parler de ce livre que je n'ai pas complètement compris...

Nizan y relate son voyage à Aden mais on ne se trouve pas face à un récit de voyage...
Il commence tout d'abord par dresser un portrait particulièrement dur sur ses contemporains occidentaux et n'hésite à donner des sentences sans appel sur la fameuse Ecole Normale.

" Il ne resta plus que l'Ecole Normale, objet comique et plus souvent odieux, présidée par un petit vieillard patriote, hypocrite et puissant qui respectait les militaires."

" On y dresse une partie de cette troupe orgueilleuse de magiciens que ceux qui apeint pour la former nomment l'Elite et qui a pour mission de maintenir le peuple dans le chemin de la complaisance et du respect, vertus qui sont le Bien. "


Il décide de partir pour Aden pour fuir la petite bourgeoisie, son confort et son conformisme qu'il abhore au plus haut point. Une fuite qui peu à peu se changera en révolte contre le devoir et la patrie. Nizan fait partie de la génération de l'après-première guerre mondiale qui reprochera à ses ainés de n'avoir pu empêcher une telle guerre. Une époque faite de vide qui verra les débuts d'une industrialisation galopante. Nizan rêve aux voyages de ses prédécesseurs, Rimbaud, Gauguin et autres artistes. Il attend de l'aventure.
Mais sa désillusion va être grande : Aden est sous protectorat britannique et
Il y retrouvera les vendeurs de pétrole et de café et les hommes d'affaires qu'il exècre. Comme en Europe, c'est la loi du profit qui règne. Le portrait d'un certain Mr C. est, à ce titre, édifiant :

" Le passé dont il tirait une excessive fierté se réduisait au nombre de lakhs de roupies dont pouvait le créditer la National Bank of India "

L'argent fait la loi et conditionne la vie des locaux qui vivent sous l'influence coloniale
C'est écoeuré qu'il rentre à Paris et complètement désabusé sur l'utilité des voyages.

" Avais-je besoin d’aller déterrer des vérités si ordinaires dans les déserts tropicaux et chercher à Aden les secrets de Paris ".

Il conclut en déclarant qu'il faut combattre le capitalisme et l'esprit petit-bourgeois, à sa source même. 
Il oppose le monde des producteurs et des ouvriers à celui des capitalistes et condammne " l'Homo Economicus".

Vu comme ça, le texte parait facile. Sachez qu'il n'en est rien !
Nizan part dans de grandes envolées philosophiques et utilise de nombreuses métaphores qui perde complètement le lecteur non préparé à un tel texte et au contexte historique dans lequel il a été écrit.
On y trouvera aussi de très beaux passages pleins de poésie mais parfaitement obscurs.

On ne s'étonnera pas non plus d'y trouver une ou deux remarques, quelque peu antisémite, époque oblige.
" Mais les bourgeois produisent et possèdent abstraitement. Comme il y a beau temps qu’ils ont hérité d’Israël, ils passent la vie à prêter à intérêt . "

Je dois dire que ma lecture a été très très pénible et que j'ai failli abandonner en cours de route.
Mal préparée et ne m'attendant pas à un tel pamphlet, je n'ai absolument pas adhéré à son écriture que j'ai trouvé confuse, décousue et très abstraite.
Malgré tout, il faut reconnaitre que c'est un livre fort pour l'époque et dans lequel on pourrait tirer certaines sentences encore valables aujourd'hui. Pourtant le texte a vieilli et est devenu difficile d'accès pour les lecteurs d'aujourd'hui.

Aden Arabie reste pourtant le cri d'un homme révolté contre un monde dans lequel il ne se reconnait pas, un monde dirigé par les enjeux économiques et les intérêts coloniaux. Symbole d'une jeunesse désanchanté, Nizan déteste le monde sur lequel il porte un regard très pessimiste. 

" Il n'existe que deux espèces humaines qui n'ont que la haine pour lien. Celle qui écrase et celle qui ne consent pas à être écrasée. "

On pourra constater qu'il se rapproche un tant soit peu de Rimbaud dont le parccours offre quelques similitudes. 

Contente de l'avoir lu mais je ne le recommande pas tant sa lecture est laborieuse...
Quelqu'un a-t'il un autre avis ?
Les seuls avis que j'ai pu trouver sont sur un site d'un groupe de lecture ici .



Note : **


Editions de La Découverte - 6€


j-aime-les-classiques.jpg
Lecture dans le cadre du challenge "J'aime les classiques" chez Marie. L


Objectif-PAL.jpg
Objectif PAL : # 9



Partager cet article

Repost0

commentaires

Cynthia 30/12/2009 20:34


Aucune idée, j'avoue ne pas avoir porté beaucoup d'intérêt à la chose
J'ai définitivement décroché au moment de l'entendre prononcer "sociologique"...
J'aime beaucoup ma maman mais parfois je ne la comprends pas...^^


Choco 30/12/2009 22:27


C'est normal... tu comprendras quand tu auras des enfants
(tu sais que je parles d'expérience en plus ^^)


Cynthia 30/12/2009 20:21


Ma maman est fan Mon frère lui a même offert le jeu DS pour Noël...
Quand je pense qu'elle se moquait de moi quand je regardais "Beverly Hills 90210"


Choco 30/12/2009 20:31


ya un jeu ?!  trop flippant...
et le but c'est quoi ? trouver les paroles les plus à chier possible ?!


Cynthia 30/12/2009 20:11


Rho la vilaine
Au moins je mourrai un peu moins bête mais toujours aussi célibataire ^^
Heu...non madame, ma PAL a déjà diminué depuis mon article : 173 au lieu de 176...^^
En fait, je n'atteindrai pas les 400, plus le temps d'acheter des livres en ce moment


Choco 30/12/2009 20:17


Plus sérieusement, je t'envie... Je pourrais rester genre 2 ans sans acheter de livres si je veux uniquement piocher dedans...
Le truc impossible bien sûr ! Faut bien que je me tienne au courant pour le boulot !
Le problème des libraires, c'est la tentation...
(rien à voir avec le sujet, mais j'ai "Plus belle la vie" en fond snore dans mon dos, c'est à pisser de rire tellement c'est naze... !)


Cynthia 30/12/2009 00:49


Je crois que je vais attendre les choses plus fortes et plus actuelles (ma PAL est d'ailleurs qqch de fort qui menace actuellement de s'effondrer sur moi^^)


Choco 30/12/2009 20:08


oui, du genre "pourquoi les hommes veulent du sexe", C'est sûr, c'est beaucoup plus... fort ! ^^
Viens pas te plaindre de ta PAL, quand tu atteindras mon niveau de 400 et des brouettes, tu viendras me voir


Marie L. 29/12/2009 11:22


Mouais, je passe! Le sujet emprunt de politique me rebute un peu et si tu affirmes en plus que la lecture laborieuse, je n'ai pas de regret. (A tort peut-être).


Choco 29/12/2009 20:47


C'est un ouvrage de référence mais non vraiment sa lecture n'est pas facile... Ne regrette rien ! Je pense qu'il y a des choses plus fortes et plus actuelles à voir avant !


Humeur

Le 26 Août 2013 :
Le grenier de choco n'est plus...
Ce blog sera à terme supprimé.
Suivez moi désormais sur :

 

Rechercher