Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 mars 2012 1 19 /03 /mars /2012 16:00

room-01.jpg

Jack est en passe de fêter ses 5 ans.  Contrairement aux autres petits enfants de son âge, il n’y aura pas de grosse fête d’anniversaire. Pas de cadeaux en profusion. A peine un gâteau. C’est que Jack vit seul avec sa maman dans une petite pièce dont il n’est jamais sorti. De l’extérieur qu’il pense imaginaire, il ne connaît rien, à part le ciel aperçu de la lucarne et les étranges images que la télévision lui renvoie. Peu importe, il vit en fusion totale avec sa maman qui l’allaite encore et invente d’innombrables jeux pour l’occuper. Seul le grand méchant Nick qui vient visiter sa mère la nuit trouble son sommeil.  Aussi, quand maman lui fait comprendre petit à petit que l’extérieur existe vraiment et qu’il faut tenter de s’enfuir, Jack ne comprend pas et voit son petit monde chamboulé.

 

Jack est le narrateur de cette histoire divisée en différentes parties.  La première est centrée sur la vie à l’intérieur de cette petite pièce qui constitue leur seul univers. Avec son langage enfantin, il donne à voir à sa façon son univers aussi restreint soit-il. Il donne un nom aux objets qu’il côtoie (Monsieur Tapis, Monsieur Lit, Madame Table, Petit dressing…) et semble avoir une vie parfaitement rythmée par des tâches ou des jeux quotidiens : le jour du bain, le jour du ménage, le Cadeau du dimanche apporté par Grand Méchant Nick.

 

« On a des milliers de choses à faire tous les matins, comme donner une tasse d'eau à Madame Plante, dans Monsieur Evier pour pas en renverser partout, et après remettre le pot sur sa soucoupe, sur Madame Commode. Avant, Madame Plante habitait sur Madame Table, mais la figure dorée du bon Dieu lui a brûlé une feuille. Il lui en reste neuf de ma largeur de main et toutes couvertes de fourrure. Maman dit que les chiens sont pareils. Mais les chiens, ça existe que dans Madame Télé. Je trouve un bébé feuille qui commence à pousser : ça fait dix. « 

 

 Sa maman semble vraiment très attentive et tendre à son égard. Elle fait preuve d’une grande inventivité pour occuper le petit garçon et crée des jeux, invente des histoires, à partir d’objets du quotidien, de petits riens faits avec les moyens du bord. Il fait du sport, des activités manuelles, de la lecture. C’est un enfant très vivant qui parait équilibré tandis que sa maman connaît une souffrance qu’il ne comprend pas.  « Maman », elle, souffre de cet enfermement. Même si elle tente d’épargner son fils de ses peurs, elle tombe parfois dans une tristesse et une catatonie auquel Jack est habitué. Son envie de fuite est un mystère pour le petit Jack pour qui la chambre est un véritable cocon. Un « nid » dangereux néanmoins dont la mère va tenter de s’échapper.

 

Sans vous déflorer la suite de l’histoire, je pense que vous avez compris la problématique de cette histoire.  Une mère et son fils, enfermés dans quelques mètres carrés. Un homme dangereux qui leur rend visite la nuit. L’envie de fuir de cette jeune femme qui veut retrouver la vie extérieure.

Voilà un roman qui vous rappellera de sombres pages des faits divers.

Je dois donc dire que je suis vraiment rentrée à reculons dans Room, suspicieuse une fois encore à toute utilisation de faits véridiques pour nous fourguer un simili roman.

Et contre toute attente, j’ai vraiment été bluffé par ce roman !

L’entrée dans le récit ne s’est pas faite évidente. La personnalisation de tous les objets du quotidien de Jack, leur répétition ainsi que la description routinière de leur vie s’avère particulièrement longue et peu passionnante. Pourtant, indispensable, elle ne fait que mettre en relief l’horreur de cette vie limitée, quand bien même Jack ne s’en rend pas encore compte.

Puis peu à peu, le récit prend de l’ampleur. On discerne les questionnements de la maman, son implication dans le développement « normal » de l’enfant, sa difficulté à l’épargner tout en souhaitant lui faire prendre conscience d’un Dehors où la notion de liberté existe.

La suite sera encore plus impressionnante lorsque le Dehors prendra véritablement place dans leur vie. Quelle sorte de vie peut les attendre là-bas ? Peuvent-ils trouver leur place dans une vie où toutes les règles édictées ou presque  sont abolies, où l’espace et la liberté donne le vertige et font peur ?

 

Room est un roman véritablement surprenant, un tour de force qui, loin du pathos attendu, délivre une parole à la fois naïve et terrible, à travers la voix de Jack. Eloge de l’amour et de la maternité, il est aussi une sorte de roman d’apprentissage un peu particulier, celui d’un petit garçon qui découvre le monde et ses possibilités, du haut de ses 5 ans et qui va devoir trouver son propre libre arbitre, indépendant de sa maman. Un roman particulièrement fort que le sujet, de prime abord difficile, ne doit pas vous empêcher d’aborder !

 

 

D’autres avis :

MangoJoelleLa ruelle BleueZarlineClaraVirginie -

 

 


 Titre : Room

Auteur : Emma Donoghue

Editeur : Stock, La cosmopolite

Parution : Aout 2011

    400 pages 

Prix : 21,50€


 

prix lectrices ELLE

Repost 0
13 janvier 2011 4 13 /01 /janvier /2011 08:00

 

mort-en-lisiere-01.jpg

 

Auteur : Margaret Atwood

Editions :

Robert Laffont, Pavillons - Septembre 1999

254 pages - 18,14€

 

Robert Laffont, Pavillons poche - Septembre 2009

378 pages - 8,90€

 


 

"Mort en lisière" est un recueil de 9 nouvelles sur des thèmes universels comme la vie, l'amour, la mort, ...

Toutes laissent un goût amer en bouche.  Les femmes sont le plus souvent les narratrices de ces récits qui évoquent des amours de jeunesse, des relations d'adultères vouées à l'échec, des trahisons amicales ou familiales, des violences domestiques ou des petites mesquineries du couple.

 

Rien de très folichon donc. Atwood dresse un portrait plutôt sombre de la vie et de son quotidien où chacun des personnages semblent englués dans une sorte de routine fataliste. La vie ne ressemble pas à ce qu'ils avait imaginés et rien de sert de se battre pour changer les choses.

 

Je vais avoir peu de choses à dire sur ce recueil qui m'a laissé de glace... un avis express donc...

Peu adepte des nouvelles, je dois même dire que j'ai très vite oublié chacune de ces histoires dès que le livre a été fermé.

Je n'ai pas aimé l'immobilisme des personnages qui ne sont pas heureux et ne tentent même pas d'atteindre un autre idéal. Pourtant les récits un peu mélancoliques, glauques ont souvent ma préférence mais là, je dois dire que ça n'a pas du tout fonctionné...

 

Un recueil qui n'était visiblement pas pour moi....

 

 

Les avis de Clara, Mango, Keisha,


 

 

Prix-litt-raire-blogueurs.jpg

 

Repost 0
6 novembre 2010 6 06 /11 /novembre /2010 08:00

 

Loin-du-monde-1.jpg

 

Auteur : David Bergen

Editeur : Albin Michel, Terres d'Amérique

Date de parution :  Mars 2010

Prix : 20 €

  276 pages

 

 

Raymond Seymour est un jeune indien Ojibwé de 19 ans. Il vit seul, reclus, dans une vieille cabane au milieu de la forêt. Son existence est plutôt médiocre : il se contente de servir de groom pour les riches femmes blanches qui dépensent inutilement leur argent sur le green du golf voisin, pour mieux avoir la sensation de vivre. Ray sait qu'il n'appartient pas au même monde mais il sort néanmoins avec une jeune fille blanche de bonne famille, Alice. Mais la famille d'Alice voit d'un très mauvais oeil cette relation "inter-raciale"... L'oncle d'Alice, shériff de la ville, ne se prive pas de mettre en garde plusieurs fois le jeune homme avant de lui donner la bonne leçon où Ray manque de mourir...

 

Plus loin, c'est la jeune Lizzy et sa famille que nous suivons. Les Byrd viennent passer 2 mois dans une communauté un peu spéciale, le Refuge, dirigée par le docteur Amos qui pense élever les âmes grace à une pseudo spiritualité de pacotille. En pleine dépression, la mère pense retrouver son équilibre et sa paix intérieure dans ce lieu isolé, en pleine nature. Elle se décharge de ses obligations maternelles sur sa fille aînée qui se voit obligée de s'occuper de ses 3 frères alors que son mari accepte bon gré mal gré l'expérience et fais preuve d'un faux enthousiasme pour le bonheur de celle qu'il aime. Une famille bancale donc qui cherche ses repères dans un monde où elle ne trouve plus sa place.

 

Ray et Lizzy vont se rencontrer et l'histoire d'amour qui s'annonce entre eux ne laissera personne indemme...

 

Loin-du-monde-2.jpgUne trame somme toute classique pour un roman qui évite malgré tout les clichés.

Un homme et une femme, isssus de 2 monde différents, à la frontière de l'enfance et de l'age adulte. Une histoire d'amour qui ne peut tourner qu'au tragique.


  "Il y a deux sortes de lois, celles pour les gens comme toi et celles pour les gens comme moi"


David Bergen brosse, à travers l'histoire de ces 2 adolescents, ce passage si emblématique entre 2 périodes de vie. Imperméables aux récriminations des adultes qui paniquent de ne pas tout controler, Lizzy et Ray vivent sans soucis de bien faire et de respecter les lois. Laissant libre cours à leurs instincts, ils s'affranchissent des codes et des normes de la société.


C'est aussi l'occasion pour l'auteur de pointer du doigt le racisme sous-jacent qui pollue encore les relations entre blancs et indiens. Les familles indiennes sont séparées, les enfants confiés à de bonnes familles blanches qui esaient d'inculquer la voie du seigneur à ces petits sauvages rouges.

De leur côté, les familles de la middle-class blanche ne sont pas épargnés. Le docteur Amos profite de son ascendant pour draguer les mères perdues alors qu'un autre résident du Refuge, paralysé, voit sa femme batifoler avec son amant. Les enfants Byrd grandissent sans la protection de leur mère et semblent tous à la lisière de l'équilibre.

Bref, sous des dehors bucoliques, le Refuge et la forêt qui l'entoure sont loin d'être le paradis promis.

 

L'histoire d'amour entre Lizzy et Ray, qui est pourtant le fil conducteur du roman, parait malgré tout un peu décevante. Car contrairement à ce que l'on pouvait s'attendre, l'exploration de leurs sentiments amoureux est finalement assez peu abordé. On les retrouve bien plus souvent à batailler avec les adultes et leurs interrogations existentielles que sur le plan strictement amoureux. Sans vouloir tomber dans le mélo romantique, j'aurais aimé que l'auteur s'apesantisse un peu sur les sentiments éprouvés par les 2 adolescents, sur l'éveil et la découverte de l'amour et de sa sexualité.

Le lecteur trouvera cependant de très belles pages sur les relations familiales, en particulier celles de Ray et Lizzy avec leur(s) frère(s).

 

Voilà un tableau bien pessimiste qui nous ait fait là de la société qui n'hésite pas à broyer ses enfants qui osent sortir des barrières. Un constat amer qui démontre une fois de plus que les plus faibles seront les plus opprimés.

"Loin dumonde" se révèle donc un bon roman qui croise différentes thématiques avec bonheur.

Mais un roman auquel il manque tout de même quelque chose pour nous marquer véritablement. Dommage car le final, qui signe la fin de l'enfance et de son innocence, est d'une grande force.

Un roman que j'imaginerais même parfaitement adapté pour le cinéma.


  " Dans la vraie vie, dans la sienne, dans celle d' Emma et de Franz, et même dans celle de Lizzy, n'étaient-ils pas tous des marionnettes manipulées par un marionnetiste suprême, quelque dieu malveillant et impartial qui souriait avec bienveillance des travers de ses marionnettes. << Peut-être n'y-a-t'il rien d'autre. Que le hasard. Et encore, ce serait trop généreux. Le hasard peut impliquer la grâce, l'espoir, la rédemption. J'ai renoncé à tout cela. >> " 

 

 

L'avis de Saxaoul, Calypso,


Un grand merci à BOB et à Albin michel !


logotwitter2.jpg


Repost 0
15 avril 2010 4 15 /04 /avril /2010 22:00

 

ru-1.jpg

 

Auteur : Kim Thuy

 Editeur : Liana Levi

Date de parution : Janvier 2010
Prix : 14 Euros

 ISBN : 9782867465321

  143 pages

 

 

Note : 4,5 / 5

 

 

" La vie est un combat où la tristesse entraîne la défaite"

 

 

 

 

 

 

 

 

La narratrice, une femme dans laquelle on devine l'auteur, nous entraine dans le désordre de ses souvenirs.

Fuyant le Vietnam et les communistes avec ses parents, elle voyagera à bord d'un navire, en direction de la Malaysie, en compagnie de centaines d'autres boeat-people. Parqués dans un camp de réfugiés, la famille finira par atteindre le Québec où elle se construira une nouvelle identité occidentale. Ils apprendront une nouvelle langue, découvriront des traditions différentes, accepteront d'exercer de nouveaux métiers.

C'est tout cela que la petite fille devenue grande va nous confier : son histoire vietnamienne et sa naissance québecoise.

 

ru-2.jpg

 

Kim Thuy a plongé profondément dans son histoire personnelle pour confier à la page ce magnifique hommage à sa famille, à son pays d'origine et à celui qui l'a accueilli.

Alternant les époques, ses souvenirs s'égrènent au gré de la pensée sans fil chronologique et nous restitue les marques indélébiles que le Vietnam a porté sur elle.

Elle évoque son enfance heureuse et aisée, ses parents, son oncle Deux, sa grand-mère, sa cousine ; la maison familiale envahie par les communistes, ces derniers qui prennent des soutien-gorges pour des filtres à café ; la fuite et la fortune cachés dans les vêtements et les dents ; la découverte du français et d'une nouvelle école ; son rôle de mère et la communication avec son enfant autiste, ...

 

Le texte se découpe en des dizaines de petites sections d' 1 ou 2 pages, Certaines pages pouvant être simplement constituées de quelques lignes. Loin d'être un récit éparpillé, chaque partie renvoit à la suivante, par association d'idées, comme un souvenir qui en amène un autre.

 

Avec beaucoup de poésie, l'auteur nous offre le récit de sa reconstruction, de sa renaissance. S'attachant à des faits insignifiants (comme une odeur de lessive ou les bols bleus de son père), elle réussit à composer un texte de toute beauté où tendresse et nostalgie sont de rigueur.



Vous ne devez pas passer à côté de ce merveilleux texte d'un grand écrivain en devenir !

 

 


Extraits :

 

" Mes parents nous rappellent souvent, à mes frères et à moi, qu'ils n'auront pas d'argent à nous laisser en héritage, mais je crois qu'ils nous ont déjà légué la richesse de leur mémoire, qui nous permet de saisir la beauté d'une grappe de glycine, la fragilité d'un mot, la force de l'émerveillement. Plus encore, ils nous ont offert des pieds pour marcher jusqu'à nos rêves, jusqu'à l'infini. "


"J'ai vécu dans la paix pendant que le Vietnam était en feu, et j'ai eu connaissance de la guerre seulement après que le Vietnam eut rangé ses armes. Je crois que la guerre et la paix sont en fait des amies et qu'elles se moquent de nous."


" C'est grâce aux GI que mon oncle a pu acheter son passage et ceux de sa femme et de sa fille. Ses parents sont devenus très riches grâce à la glace. Les soldats américains en achetaient des blocs entiers pour les mettre sous leur lit. Ils avaient besoin de se rafraîchir après avoir sué de peur pendant des semaines dans la jungle vietnamienne. Ils avaient besoin de retrouver le courant d'air frais du Vermont ou du Montana. Ils avaient besoin de se retrouver dans cette fraîcheur pour cesser un instant de soupçonner qu'une grenade était cachée dans les mains de chaque enfant qui venait toucher les poils de leurs bras. Ils avaient besoin d'être froids pour quitter les femmes qui portaient leurs enfants sans ne plus jamais revenir, sans jamais avoir révélé le nom de leur famille. "

 

 

 

L'avis de Saraswati et d'Ankya

 

A noter : l'ouvrage a remporté le prix RTL / Lire 2010.

 

Une interview intéressante de l'auteur est à lire ici  !

 

 

ru-3.jpg


Repost 0
21 décembre 2009 1 21 /12 /décembre /2009 23:00

 

chemin-des-ames.jpg

C'est grace à Amanda que je découvre enfin cet auteur qui me tentait depuis un moment et je dois dire que je n'ai pas été déçue... Autant vous le dire tout de suite, il s'agit même d'un coup de coeur !
Je rejoins donc le clan des adeptes !

Nous sommes en 1919, dans l'Ontario. Niska, une vieille indienne de la nation Cree a quitté la forêt où elle vit pour attendre son fils à la gare. Elijah et Xavier son neveu, se sont engagés dans l'armée pour combattre aux côtés des canadiens contre les allemands qui ont envahis le Nord de la France.
Mais c'est Xavier, le neveu qu'elle a élevé, qui descend du train, détruit physiquement et moralement par la guerre. Alors qu'elle le ramène en canoë vers leur terre, elle tente de sauver l'esprit de Xavier, perdu dans les aléas de la guerre et de la drogue.

Ce retour servira de toile de fond pour les récits alternés de Niska et de Xavier.
Xavier, sous la coupe de la morphine, se souvient de son départ enthousiaste avec son ami Elijah, de la découverte de la guerre et de ses atrocités, de leur talent de chasseurs mis à contribution, des difficultés d'intégration et de la folie meurtrière dans laquelle Elijah bascule peu à peu. Son esprit erre entre vie et mort, sur le chemin des âmes, à la recherche de son ami perdu. Lors de ses rares moments de conscience, il souffre de sa déchéance et de son infirmité et ne cherche qu'à fuir un peu plus, quitte à quitter ce monde si dur.
Niska, au contraire, cherche à ramener son neveu auprès d'elle. Sa seule arme : l'histoire familiale qu'elle lui raconte depuis son enfance et celle de sa soeur, mère de Xavier. Elle se souvient de l'éducation traditionnelle dans la forêt, du pouvoir hérité de son père, de l'influence des blancs qui ont cherchés à éliminer des traditions dites de sauvages et la culture indienne. Culture qui est, peu à peu, reniée par son peuple pour rejoindre le monde blanc et ses corruptions. Elle constate qu'il en reste bien peu comme elle et c'est une raison supplémentaire pour se battre pour son neveu.

Ces deux voix alternent et peu à peu nous donne un témoignage très fort, à la fois sur une culture indienne en perdition et sur les ravages de la guerre sur l'humanité du monde.
Les conditions de vie, ou plutôt de survie, des soldats sont extrêmement détaillées et nous plonge véritablement dans l'horreur d'une guerre où l'humanité est absente et où la mort est présente à chaque moment : les compagnons qui meurent sous vos yeux, les bombes qui rendent sourds, les ordres ridicules à appliquer, le pays natal et les proches qui vous manquent, le poids des morts qui vous hantent, etc...
Rien n'est facile à la guerre et on peut y perdre facilement son âme...
Alors qu'Elijah devient le tireur d'élite de sa compagnie et devient une machine à tuer pour la simple raison de devenir un héros de la guerre, Xavier cherche à prendre appui sur les rites ancestraux de son peuple. Leur amitié sera mise à rude épreuve...
A des milliers de kilomètres de là, c'est une culture amérindienne qui se bat pour survivre. Le respect des animaux, de la terre, la connaissance d'une nature tantôt généreuse ou parcimonieuse laisse place à la facilité d'une vie au milieu des blancs, de leur culture chrétienne, de leurs excès de boissons et de violence, de leur manque de tolérance.

Bref, c'est un excellent roman que tous devraient lire !
Pourquoi ?
- Car c'est un des récits les plus forts que j'ai pu lire sur la première guerre mondiale
- Car les différents narrateurs, les flash-backs et l'alternance de la narration en fait un petit bijou de construction
- car c'est au final une superbe réflexion sur notre humanité et notre identité.


Lisez les avis chaleureux d'Amanda, Kathel, Papillon, ...


Note : *****                                                  livre-coeur7.jpg


Editions Albin Michel - 22,50€
Editions Livre de poche - 6,95€


Si quelqu'un veut me prêter la suite " les saisons de la solitude", je l'accueillerais avec plaisir !


challenge-theoma.jpg

Il s'agissait du coup de coeur de Neph !

Repost 0

Humeur

Le 26 Août 2013 :
Le grenier de choco n'est plus...
Ce blog sera à terme supprimé.
Suivez moi désormais sur :

 

Rechercher