Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 septembre 2011 4 08 /09 /septembre /2011 07:00

alien-no-exit-01.jpgOn connait Brian Evenson pour ces précédents romans dans la collection Lot 49. Il revient ici de manière très surprenante avec un roman de science-fiction qui nous plonge dans l'univers d'Alien.

 

Anders Kramm est plongé dans un sommeil cryogénique depuis 30 ans. Chasseur d'alien réputé, la mort de sa famille l'a laissé démuni. La manière dont les aliens ont envahis sa planète, sa maison, le propre corps de sa femme le hante longuement. Il ne doit la vie sauve qu'après une interminable fuite dans les ténèbres qui, aujourd'hui, provoque peur et cauchemars récurrents qu'il a voulu fuir en se plongeant dans le sommeil.

Mais Anders va être réveillé pour se voir confier une mission sur la planète C-3 L/M qui a vu une douzaine de ses scientifiques tués vraisemblablement par des aliens.

La planète en question est gérée conjointement par Planetus, les commanditaires de sa mission, et Weyland Yutani, ses anciens employeurs. Anders, bien décidé à découvrir la vérité, enquête en compagnie de Francès Stauff, qui travaille pour Planetus, et Charles Braley de Weyland qui semble avoir des choses à cacher...

 

Disons-le tout de suite : amateur du Brian Evenson subversif et critique, passez votre chemin ! Le roman est clairement réservé aux amateurs des Aliens de Ridley Scott. L'ouvrage semble être né d'une commande, l'histoire est même sous licence... (mais je ne connais pas assez ce marché américain pour vous en préciser les tenants et aboutissants).

Nous avons ici un roman d'Alien tout ce qu'il y a de plus classique qui reprend les grandes lignes du genre.

Vous avez un héros traumatisé par son passé qui va devoir affronter ses plus grandes peurs pour une dernière mission rédemptrice. Vous avez la jolie femme avec qui il pourra peut-être construire une nouvelle histoire. Vous avez le méchant retors qui cache sa perversité derrière des abords mielleux. Vous avez des personnages secondaires, bien pratiques, qui de toute façon se feront massacrer pour laisser gagner les héros.

Vous l'aurez compris, nous sommes en plein dans le film hollywoodien qui ne manquera pas de découler du roman, j'en suis certaine.

 

alien-no-exit-02.jpg


En soit, le roman n'est pas désagréable et se lit très facilement.

Il se découpe en 2 parties. Dans la première, nous accompagnons l'auteur dans son enquête sur le massacre des scientifiques qui voit son terme à la moitié de l'ouvrage. Mais le roman se poursuit avec un rebondissement qui envoie notre héros et son équipe sur une autre planète infestée d'Aliens avec lesquels ils vont avoir fort à faire...

On y retrouvera toute l'imagerie Alien : pondeuses et nid d'aliens, facehuggers, aliens dans le bide, sucs acides qui ronge, ... Parachutés dans une station désaffectée, les personnages doivent se battre pour rester en vie et tenter de repartir de ce lieu mortifère. Il y a aussi les androides et leur côté Mac Giver. ça se bat, ça se blesse, ça se sacrifie : vous en prendrez plein les yeux.

L'histoire se concluera sur une semi-conclusion, laissant la porte ouverte à de nouvelles aventures de notre héros (autant exploiter le filon à fond).

 

Donc voilà, le roman se laisse lire mais vous n'êtes pas du tout devant une prouesse littéraire mais plutôt devant un scénario romancé. Pour ma part, j'ai carrément vu se construire l'adaptation ciné sous mes yeux et si en soit, ce n'est pas désagréable, j'étais loin de ce que je pouvais attendre d'un tel auteur.

 

Un livre de détente donc qui plaira aux amateurs mais pas plus. Vous êtes prévenus.

 

A noter :

Effectivement, après recherches, Prometheus  le nouveau film Alien de Ridley Scott, qui sortira en Juin 2012, reprend l'histoire ci-dessus...

Finalement, je ne saurais dire qui a repris quoi ? Qui a inspiré l'autre ?

 

 


Titre : Alien : no exit

Auteur : Brian Evenson

Editeur : Cherche-Midi

Parution : Août 2011

  326 pages 

Prix : 19€


1% littéraire 2011

 

Challenge Thriller

Repost 0
27 décembre 2010 1 27 /12 /décembre /2010 08:00

 

 

 

maison-qui-glissait-01.jpg

 

Auteur : Jean-Pierre Andrevon

Editeur : Bélial

Date de parution : Mai 2010

Prix : 22 €

530 pages

 

 

Imaginez qu'un matin vous vous réveillez et que l'horizon que vous apercevez par la fenêtre soit complètement limité par de la brume. Imaginez que tous les appareils électriques soient hors-service. Imaginez que personne ne peut traverser indemne cette mystérieuse brume...

C'est ce qui arrive aux habitants de la tour des Erables.

Une poignée de personnes se retrouvent en huis-clos dans cette tour où on a plutôt l'habitude de se croiser sans rien dire, un espace réduit dont personne ne peut s'éloigner, sans craindre pour sa personne... ceux qui ont essayés y ont semble-t'il laissés leur vie...

En effet, le brouillard semble destructeur et qui s'en approche finit par ne pas en revenir... Sans compter les nombreuses disparitions inexpliquées qui se produisent tout au long du récit.

Coupés de tout et du monde en particulier, une nouvelle organisation s'impose : le gardien, ex-gendarme, prend les choses en main, des liens se nouent, des voisins apprennent à se connaitre, les vices se font jour...

 

Vu comme ça, l'histoire était alléchante mais je dois vous le dire tout de suite, ce roman ne m'a franchement pas convaincue....

L'histoire se découpe en mini-chapitres, nominativement désignés par la personne narratrice. Si ce système permet d'alterner les points de vue et de présenter les personnages, le processus tourne ici bien trop en longueur.

Car il faut bien dire qu'il ne se passe pas grand chose dans cette tour pendant au moins 250 pages, à part quelques disparitions énigmatiques...

Le scénario n'avance pas : les habitants s'interrogent sur ce qui se passe mais ne semblent finalement pas si perturbés que ça. Certains se cloisonnent dans leur appartement, d'autres continuent leur petit trafic, d'autres encore profitent des rapprochements obligatoires...

Bref ça piétine un peu.... et on a beau être dans un roman de science-fiction, tout ça manque un peu de crédibilité.

 

L'intrigue finit par décoller au bout de 300 pages, l'aspect purement fantastique finit par apparaitre. Quelques accidents et catastrophes ponctuent enfin la morne platitude des journées au sein de la tour.

Mais vous devrez faire avec un style d'écriture que je trouve personnellement assez lourd et carrément "alambiqué" avec sa surcharge d'expressions trop travaillées, trop écrites.

Vous devrez également subir quelques scènes purement graveleuses et inutiles que l'auteur prend plaisir à parsemer dans son texte. La description des débauches d'une habitante qui transforme son appartement en lupanar, les jeunes ados qui découvrent les délices de la chair, les célibataires qui se br@nlent ou explorent leur v@gins... Rien de choquant certes mais j'ai trouvé tout ça bien gratuit...

Les personnages finissent par être attachants mais excepté un ou deux, le lecteur ne plongera pas vraiment dans les méandres de leur cerveau. D'un autre côté, vu le grand nombre d'habitants et leurs disparitions successives, on ne pouvait pas s'attendre à s'attarder sur tous mais bon tout de même...

 

J'ai tout de même fini ma lecture sans déplaisir mais sans plaisir non plus.

et là, en refermant le livre, je conclurais par : "tout ça pour ça ?"

Bref, la conclusion ne m'a pas beaucoup plus convaincue que le reste... trop vite torchée, elle n'éclaire pas, en plus, d'un sens caché qui m'aurait échappé, d'une révélation implacable les 500 pages précédentes qui restent pour moi une grosse coquille vide...

Je vous passerais aussi les nombreuses coquilles d'impression et erreurs d'orthographes trouvées ponctuellement...

 

Choisi pour Masse critique sur les bons avis lus ici et là sur des sites spécialisés de SF, j'en suis d'autant plus déçue et désapointée que ça faisait longtemps que je n'avais pas remis le nez dans la science-fiction... Aurais-je perdu mon sens de l'imaginaire ? ou bien, ne suis-je pas sensible à la prose de Monsieur Andrevon ?

 

L'avis de PurpleVelvet, déçue elle aussi...

 


Repost 0
1 octobre 2009 4 01 /10 /octobre /2009 00:28



Dans un empire imaginaire d'inspiration chinoise (d'après l'éditeur) où la magie est présente au quotidien, nous allons assister à une cérémonie importante pour le peuple.
L'empire est protégé par 12 dragons, dont l'emblème reprend les animaux du zodiaque chinois. Chaque dragon est pourvu d'un Oeil de dragon, un homme qui en échange de son énergie, s'unit au dragon et s'engage à utiliser ses pouvoirs pour la protection du peuple ( arrêter les moussons, détourner les inondations,...). Tous les 12 ans, un apprenti est choisi par un dragon pour succéder à l'Oeil de dragon en place.
Le jeune Eon que nous allons suivre est un de ceux-là. Entrainé depuis de nombreuses années en vue de cette ultime cérémonie, Eon doit pourtant faire face à un sacré handicap : il a une jambe infirme qui lui vaut de nombreuses railleries et violence ; et de plus Eon est... une fille ! Annoncé dès le départ, ce secret est lourd et difficile à garder quand on sait que la cérémonie des dragons est réservé aux hommes...
Nous allons suivre le destin de cette jeune héroine à travers des aventures palpitantes mêlées de magie et d'intrigues de palais. Eon va devoir faire face au monde des adultes et à leurs mensonges, et apprendre à déjouer des complots de cour et de pouvoir. Le soutien de Dame Dela (un travesti ! ) et de son garde du corps la mènera sur des chemins insoupconnés.

Je dois dire que j'ai adoré ce roman ! Je l'ai carrément dévoré en 1 journée !
Le personnage de Eon est très bien campée et j'ai été vraiment prise par le côté "féministe" et ambigu du personnage qui oscille entre son identité de fille qu'elle renie et son aspect masculin qu'elle doit et souhaite mettre en avant. Les questions sur son identité sont nombreuses et on y retrouve un parallèle avec celle de Dela, homme travestie en femme. Les autres personnages sont tous aussi travaillés et intéressants.
L'intrigue est pleine de rebondissements : il m'a été impossible de lacher ce roman avant la fin ! Quel bonheur de retrouver enfin un roman aussi passionant !

Bref, ma seule déception a été de découvrir à la fin du roman que ce n'était pas fini... .
Une ou des suites sont à venir et je trépigne d'impatience !

Clarabel a été déçue... mais Esmeraldae a aimé et Karine est emballée !



Note : *****       


A noter, le roman est sorti en édition jeunesse et adulte :
Editions La Table ronde - 19€
Editions Gallimard jeunesse - 19€


Je remercie BOB et les Editions de la Table ronde pour cet envoi !





Repost 0

Humeur

Le 26 Août 2013 :
Le grenier de choco n'est plus...
Ce blog sera à terme supprimé.
Suivez moi désormais sur :

 

Rechercher