Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mai 2011 5 20 /05 /mai /2011 07:00

 

faute de preuves 01

 

Auteur : Harlan Coben

Editeur : Belfond

Date de parution : Mars 2011

Prix : 22  €

  378 pages

  

  

 

 De Harlan Coben, je n'avais lu qu'un roman : le premier de la série Bolitar, qui ne m'avait franchement pas convaincue. Depuis, je n'avais jamais retenté l'exérience. Il aura fallu une proposition éditoriale pour me décider. Et il faut bien reconnaître que ce roman a été assez agréable à lire !

  

Dan Mercer est éducateur pour les adolescents en difficultés. Divorcé, il a gardé de bons rapports avec son ex-femme qu'il cotoie toujours et s'occupe même de la fille qu'elle a eu avec son nouveau mari. Bref, Dan semble être un homme sans histoire, jusqu'au jour où Wendy Tines vienne chambouler sa vie. Présentatrice d'une émission de télévision à succès, cette dernière s'occupe de débusquer des pédophiles en leur tendant des pièges. Et c'est ce qui arrive à Dan qui, persuadé de répondre à l'appel d'une adolescente en détresse, se retrouve finalement face à une équipe de télévision peu scrupuleuse.

L'affaire Dan Mercer fait alors grand bruit, d'autant plus qu'on recherche toujours Haley MacWayd, une adolescente disparue sans aucune traces.

Dan, libéré faute de preuves, voit sa vie complètement détruite. Harcelé par les médias, les voisins, les parents de victimes, il continue néanmoins de crier son innocence. Il contacte même Wendy et réussit à lui instiller le doute quant à cette affaire. La journaliste qui culpabilise quelque peu de son acte, va finir par enquêter sur Dan et farfouiller dans son passé très mystérieux, tout en se penchant sur la disparition de l'adolescente. Les 2 affaires seraient-elles liées ? Dan serait-il le meurtrier de la jeune Haley ?

 

faute-de-preuves-02.jpg

 

Cette histoire conduite sous la direction de la journaliste donne une approche intéressante. Veuve, vivant seule avec son fils adolescent, Wendy a toujours du mal à accepter l'accident de son mari dû à une chauffeuse alcoolique. Prête à tout pour défendre les faibles et à ne laisser aucun tueur ou violeur en liberté, c'est une femme de poigne qui va au bout de ses convictions. Mais sous cette apparence de roc, Wendy est une femme bien fragile qui se débat avec ses propres faiblesses et doit gérer un enfant asocial qui lui adresse à peine la parole pour se murer devant son ordinateur.

 

L'intrigue est sans temps mort et les rebondissements fourmillent au rythme des découvertes de la journaliste. L'histoire se lit tout seule sans difficulté et on peine même à lâcher le roman pour avoir le fin mot de l'enquête. 

Néanmoins, le roman n'est pas sans défauts. Wendy, ardente accusatrice de Dan Mercer qu'elle dénonce comme un affreux pervers au début du roman finit par changer bien trop facilement et rapidement son fusil de l'épaule, juste sur la base d'une première intuition personnelle. Si elle continue néanmoins de douter quant à la culpabilité ou l'innocence de Dan, elle est tout de même passée d'une virulence extrême à un doute bien trop facilement posé qui laisse la place à toute sorte de conjonctures.

Plus loin, on retrouve notre journaliste devant internet. Quiche informatique, elle fait appel à son fils pour apprendre à rejoindre un groupe Facebook. Le paradoxe, c'est que quelques pages plus loin, on la retrouve encore sur internet à faire des recherches (j'ai oublié lesquelles...!) autrement plus compliquées que Facebook...

Bref, quelques petites incohérences, quelques situations un peu téléphonées font que ce roman pêche un tant soit peu par sa facilité.

Malgré tout, comme je le disais, "Faute de preuves" reste un polar extrêmement distrayant malgré son manque d'originalité. Les personnages principaux et secondaires sont suffisamment intéressants et travaillés. L'intrigue est menée tambour battant et je n'ai, pour ma part, pas su déceler la chute de l'enquête.

J'ai également apprécié toute la critique plus ou moins implicite qui est faite du monde des médias et de télévision en particulier. Le portrait des journalistes est loin d'être rose. Présentés comme des chacals à l'affût du moindre scoop qui fera monter l'audimat, les médias sont pointés du doigt pour leurs méthodes peu scrupuleuses

 

" C'est l'Audimat qui dicte la politique éditoriale. Si le public regarde, le sujet reste à l'antenne. Sinon les producteurs doivent se creuser les méninges pour trouver un nouveau jouet afin de récupérer l'attention volatile des spectateurs. "

 

 La chute qui préfère s'appuyer sur le pardon (et pas celui que vous imaginez ! ) plutôt que d'offrir un énième cliché  du Bien contre le Mal est à noter également.

On pourra conclure que finalement ce roman démontre une fois de plus qu'il ne faut pas toujours se fier aux apparences, qu'il ne faut pas non plus prendre ce que nous donnent les médias au pied de la lettre et qu'un homme bon peut aussi connaître des erreurs.

 

 

D'autres avis :

Leiloona - Stephie

 

Liens :

 N'hésitez pas à en découvrir un peu plus avec les fans de l'auteur sur la page Facebook qui lui est dédié. 

 

 

 

Merci à Jérémy et aux éditions Belfond pour cette découverte !

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Choco - dans Polar
commenter cet article

commentaires

Marie 01/06/2011 11:51



Même si ce n'est pas de la grande littérature et même si l'originalité n'est pas toujours au rendez-vous, je suis une grande fan, et même une groupie, de Myron Bolitar et de son copain
Win...  


 



Choco 02/06/2011 22:42



Je pense que je n'ai pas assez suivi le bonhomme pour juger !



saxaoul 24/05/2011 12:06



On a pas mal entendu parler de ce livre et je crois que je vais me laisser tenter si je le trouve à la biliothèque. Je ne connais pas l'auteur et j'aime bien tout ce qui touche à la critique des
médias alors ce sera l'occasion !



Choco 24/05/2011 13:04



ça n'est pas le polar de l'année mais il est reste néanmoins intéressant. Attention, si la critique des médias est présente, ça reste quand même en second plan.



Stephie 23/05/2011 16:36



Un bon page-turner en somme ;)



Choco 24/05/2011 13:02



Oui exactement ! :)



Leiloona 21/05/2011 08:36



Oui, j'avais bien aimé moi aussi la critique des médias. :D



Choco 22/05/2011 12:27



Bon, après elle n'est pas super dense mais tout de même, elle ale mérite d'être présente !



Ys 21/05/2011 07:53



J'ai été trop déçue par "Ne le dis à personne" pour accepter les propositions éditoriales... Beaucoup de grosses ficelles, trop pour moi...



Choco 22/05/2011 12:26



Je comprends tes réticences ! Pour moi, il est tombé à un moment où j'avais envie d'un petit polar bien facile : C'était parfait pour moi !



Humeur

Le 26 Août 2013 :
Le grenier de choco n'est plus...
Ce blog sera à terme supprimé.
Suivez moi désormais sur :

 

Rechercher