Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 janvier 2011 1 17 /01 /janvier /2011 19:30

 

 

sous les yourtes de mongolie 01

 

Auteur : Marc Alaux

Editeur : Transboréal

Première édition : Décembre 2007

Réédition : Novembre 2010

Prix : 19,90 €

  387 pages

 

 

Marc alaux est un passionné de la Mongolie. Depuis 2001, il y aura effectué 4 voyages et parcouru le pays de long en large, seul ou accompagné.

"Sous les yourtes de Mongolie" est le récit de ces découvertes. Edité une première fois en 2007, il ressort aujourd'hui avec une nouvelle couverture.

En 2001, Marc Alaux traverse la Mongolie à pied d'Est en Ouest pendant 7 mois avec un ami : Départ d'Oulan-bator, désert de Gobi, Khangai. En 2003, on le verra cheminer seul dans le massif du Khentii. Il retrouvera en 2004, son compagnon de route pour un nouveau périple de 2300 kms pendant 6 mois dans les confins montagneux de l'Altaï et des Sayans. En 2006, il retournera avec son épouse dans les monts du Khentii. Sans compter les autres voyages qui suivirent la parution de l'ouvrage.


Loin d'être un récit chronologique de ses voyages, l'ouvrage se présente comme une somme culturelle des régions parcourues. Il se découpe d'ailleurs en 4 parties géographiques :

1 -  Oulan-Bator – Sans faucille ni marteau

2 - Gobi et steppes orientales – La Terre des herbes

3 - Khangai et Khan Khöökhi – Le pays aux cent rivières

4 - Altai et Sayan – Les confins montagneux

 

sous-les-yourtes-de-mongolie-02.jpg


Nous découvrirons tout d'abord le goût de Alaux pour la marche et l'effort. Ses voyages sont souvent synonymes d'exploits sportifs. Il part seul ou avec un ami dans des conditions extrêmes de températures, se contente de nourriture frugale et s'attache particulièrement à la forme du voyage à pied. Il se perd parfois, ne rencontre aucun habitant pendant des jours et doit sbir la faim, le froid et l'épuisement du corps. C'est une forme de voyage un peu extrême mais qui est essentielle pour notre auteur.

 

Puis il y a la Mongolie, ce pays rêvé auquel on associe une somme de clichés plus ou moins justes. Car la Mongolie, ce n'est pas simplement ces vastes steppes vertes où courrent des chevaux en liberté. C'est aussi un désert, des montagnes, un été qui ne dure que 2 mois, des villes aussi en apparence pauvres et crasseuses, et tant d'autres choses que je vous laisse découvrir.

Les nombreux voyages de l'auteur à travers les différentes régions vont l'aider à pénétrer le tréfond de la culture mongole et le lecteur avec lui. En effet, au delà de l'aspect récit de voyage, Marc Alaux a l'art de nous présenter la Mongolie dans tout ce qu'elle est intrinsèquement.

Sera évoqué le nomadisme en perte de vitesse, les changements climatiques qui entraine la mort des troupeaux et l'obligation pour les nomades de s'expatrier à la ville où fleurissent de plus en plus des bidonvilles de yourtes, la nécessité de la collectivisation des paturages qui entraine un épuisement des sol, le patrimoine culturel qu'on ne cherche pas à sauvegarder, les répercutions du communisme sur le pays,  etc...

Partageant avec l'auteur la vie des éleveurs nomades, on découvrira le quotidien difficile de ses hommes qui vivent en adéquation avec la nature difficile, leurs coutumes, leur hospitalité légendaire, leur philosophie de vie, le statut de la femme, etc...

 

sous-les-yourtes-de-mongolie-04.jpg

 

Moi ce que que j'aime dans les récits de voyage, c'est apprendre des choses, découvrir une civilisation de l'intérieur, vivre des expériences inédites par procuration. J'aime que ça ne soit pas un simple récit rapportant un parcours qui se limite à ce que l'on en voit. Et je dois dire que Marc Alaux réussit formidablement bien à dépasser tout ça !

Car c'est un ouvrage véritablement complet qui se révèle ici à nous,  presque une étude ethnologique. S'appuyant sur de nombreuses lectures dont les références nous sont en plus abondamment données, Marc Alaux évoque l'histoire de la Mongolie, son évolution, ses perspectives d'avenir. 

 

C'est un livre érudit mais accessible, très bien écrit,  passionnant, et extrêmement fort que j'ai adoré et vous conseille plus que chaudement !

Un texte qui vous fera aimer la Mongolie si ce n'est pas encore le cas !


 

Extraits :

 

 

" Je m’abandonnai à l’haleine chaude du poêle. Ses tentacules me libérèrent de la tension musculaire qui avait fait de mon corps un bouclier. La perspective obsédante d’une nuit dehors et l’anxiété du vagabond sous la pluie s’estompèrent. Je n’étais pas à même d’apprécier d’emblée l’aménité de mes hôtes – j’ignore si c’est la fatigue ou une émotion plus profonde qui me fit trembler quand on m’offrit un bol de thé. Toutefois, je compris que des inconnus sacrifiaient leur confort déjà mince pour mon intérêt, et je mesurai la valeur qu’ils donnaient à ma vie. Ces gens – éleveurs et passants retenus par la pluie – nous laissaient poliment nous remettre. La femme vaquait à ses occupations, le chef de famille craminait une peau de marmotte. Nulle impatience n’altérait le sourire de nos hôtes qui venaient de nous soustraire aux caprices de la steppe. Je levai les yeux vers le toono. Mon geste dérouta mes hôtes mais je pus ainsi ravir un peu de la quiétude du campement. Tous les regards suivirent le mien en respectant mon silence. Je profitai des chants de la yourte : le souffle de l’argal au cœur de l’âtre, le bruit de paille de la pluie sur le toit, le grincement de la charpente, le vent pris dans la cheminée. "

 

sous-les-yourtes-de-mongolie-05.jpg" Qui sonde les entrailles du Gobi ne peut en admirer niaisement les paysages ! Il se sent encerclé, dépouillé, décharné par eux, happé par leur hostile physionomie, décontenancé par l’absence d’hommes, concassé par le gigantisme de l’intervalle qui le sépare du firmament. Où qu’il lève les yeux, les empreintes s’effacent et les corps s’évanouissent sous la brûlure du soleil, le vent des steppes, le bec des vautours. Même l’herbe ne résiste pas. Elle se consume l’été, givre en hiver, roussit au printemps. Le gel effrite les roches et le sable se disperse. La mort paraît omniprésente. Je me demandais qui, hormis les défunts, pouvait se reposer dans le Gobi. Cela dit, quand le vent se taisait, j’éprouvais dans le soudain mutisme du désert une douce sérénité. Un mélange d’excitation et d’effroi laissait alors mon cœur battre librement. Toutefois ces rares instants finissaient vite avec le retour des bourrasques."


" Inouïes et gracieuses mais surtout rieuses et spontanées, les Mongoles dégagent une sensualité émouvante. Dans un visage rond, large et plat comme la steppe, des lèvres charnues s’ouvrent sur deux lignes de dents dont la blancheur contraste avec des joues rosées sur des pommettes saillantes. Le reste du visage est discret avec la racine du nez comme enfoncée et, sous de longs sourcils, la fente étroite des yeux est retroussée au coin. Entre les paupières plissées brillent des iris bruns ou noirs comme le charbon. Le regard est paisible, mais expressif et jamais soumis. L’indépendance et la franchise s’y remarquent aussi clairement qu’une yourte dans la steppe. "

 

 

Vous pouvez retrouver d'autres extraits de l'auteur sur le site de Transboréal.

 

A noter :

Marc Alaux est également l'auteur de " La vertu des steppes, petite révérence à la vie nomade " aux éditions Transboréal, mai 2010, 8€.



 

sous-les-yourtes-de-mongolie-03.jpgLes photos de l'article sont de Marc Alaux

 

 

 

 

challenge récit de voyage


Partager cet article

Repost 0

commentaires

**Fleur** 22/01/2011 19:31



 Je partirais bien faire ce séjour en Mongolie avec lui. C'est noté !
"Le Chien jaune de Mongolie" et "Le Chameau qui pleure" sont deux films qui m'ont le plus émue dans ma vie.
Tant que j'y pense, j'ai lu récemment "Le vol du paon mène à Lhassa" vu sur ton blog aussi et j'ai adoré, billet bientôt ;)



Choco 24/01/2011 16:51



Ah super ! je suis contente que tu ais aimé le vol du paon ! Tu verras, Sous les yourtes, est tout aussi passionnant, surtout si tu es déjà sensible à la culture mongole... :)



Marie 20/01/2011 22:18



Oh là là ! Je note ce titre plutôt deux fois qu'une !


J'ai lu il y a quelques semaines Ciel bleu de Galsaan Tschinag (billet à venir bientôt), j'ai adoré !!!



Choco 21/01/2011 17:21



Je suis fan de Tschinag moi aussi !! Tu devrais adorer ce récit là alors !



Matilda 19/01/2011 10:00



Le titre me faisait très envie car je rêve de Mongolie depuis que j'ai vu un reportage dessus du coup ton avis me donne très envie de le lire ! Je note !



Choco 19/01/2011 14:36



Tu verras, c'est passionnant !



Valérie 18/01/2011 17:48



Moi, ça me fait penser à un roman de Marie-Aude Murail, Papa et Maman sont sur un bateau. Le père rêve de vivre dans une yourte.



Choco 18/01/2011 20:44



Ah ! je ne connais pas ! En même temps, je ne suis pas très au point en litté jeunesse...



Allie 18/01/2011 16:42



Ce doit être un très beau récit de voyage. J'aime bien les éditions Transboréal. J'avais lu Seule sur le transsibérien publié chez le même éditeur. J'aime le format et le genre de livres qu'ils
publient. Je prends note de celui-ci.



Choco 18/01/2011 20:44



Oui moi aussi, j'apprécie leurs ouvrages ! J'ai aussi lu celui que tu cites, il est d'ailleurs chroniqué sur le blog. ;)



Humeur

Le 26 Août 2013 :
Le grenier de choco n'est plus...
Ce blog sera à terme supprimé.
Suivez moi désormais sur :

 

Rechercher