Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 décembre 2010 3 01 /12 /décembre /2010 19:45

 

lorsque nous vivions ensemble t1 1

 

Auteur : Kazuo Kamimura

Editeur : Kana, Sensei

Date de parution : Septembre 2009

Prix : 18 €

  704 pages


 

 

Tokyo, dans les années 70.

Kyoko et Jiro sont amoureux. Ils ont fait le choix de vivre ensemble sans être mariés et cela n'est pas extrêmement bien vu dans une société où la libéralisation des moeurs commence à peine.

Nous allons les suivre dans leur quotidien sur près de 700 pages. Une somme donc qui s'attache aux petits faits de la vie de tous les jours : la passion, le quotidien routinier, le travail, le malaise qui les touche et le sexe qui parfois les rapproche, leurs interrogations sur leur avenir commun, la désaprobation des proches de leur union non officielle.

 

Un pavé qui pourrait paraitre bien lourd mais qui réussit à distiller en de courts chapitres une belle histoire d'amour et l'ambiance de toute une époque.

L'équilibre du couple est difficile à trouver et les écueils nombreux. Graphiste et illustrateur, les 2 jeunes gens travaillent dur et ne se soucient pas de l'avenir. Vivant au jour le jour, ils apprécient les petits bonheurs du quotidien et se "contentent" de l'maour qu'il porte à l'autre. Pourtant le poids de la société pèse sur leurs épaules et ils doivent cacher leur relation de couple non marié à leur entourage. En ressort, le portrait d'un couple à la fois libre, qui vit son amour comme il l'entend, et torturé par le mensonge que la société l'oblige à énoncer.

Ainsi au delà de l'histoire de ce couple d'amoureux, Kamimura dresse un état des lieux de la jeunesse désabusée d'une époque en pleine transition. Entre tradition et modernité, la place des jeunes n'est pas facile à trouver et notre couple en est un parfait exemple. Des sujets difficiles, comme l'inceste ou le suicide, seront même abordés.

 

Les personnages de ce manga pour adulte sont très riches et variés. Le trait du futur dessinateur de "Lady Snowblood" est simple et épuré, dans la droite ligne des gekiga de l'époque, et tend même à la poésie de l'instant, là où un simple trait signifie tout. Les cadrages sont originaux, certains diront même cinématographiques, et accentuent une action ou un moment particulier.

 

 

" Lorsque nous serions ensemble " est donc une belle tranche de vie assez lente et peu joyeuse, qu'il ne faut peut-être pas ingurgiter en une fois sous peine de lassitude, une histoire d'amour entre passion et doute, bref un manga de référence, écrit entre 1972 et 1973, que les amateurs se doivent de découvrir.


  " L'amour se présente toujours comme un ensemble de fautes. S'il est beau malgré tout... c'est certainement parce que les fautes commises par l'homme et la femme sont belles. Et si l'amour se termine toujours par des larmes... c'est certainement parce que l'amour lui-même est un réservoir de larmes... Le gîte de l'amour lorsque nous vivions ensemble. "

 

 

L'avis de Yozone et de Mo'

 

 

 

lorsque-nous-vivions-ensemble-t1-2.jpg

 

 

lorsque-nous-vivions-ensemble-t1-3.png

 

lorsque-nous-vivions-ensemble-t1-4.jpg

 

lorsque-nous-vivions-ensemble-t1-5.jpg

 

 

 

C'était ma BD du mercredi avec Mango et les zôtres !

 

bd du mercredi

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Choco - dans Manga
commenter cet article

commentaires

l'or des chambres 07/12/2010 12:15



Aucun problème Choco, je suis moi, dans une période où je suis plutôt fatiguée, je crois que je veux trop faire, et tout en même temps alors je sature un peu... Nous ferons une lecture commune
quand nous serons un peu moins à la bourre toutes les deux !


Bonne journée



Irrégulière 05/12/2010 11:06



J'adore le graphisme, j'adore la thématique, donc je note !



Choco 06/12/2010 21:43



et voilà une conquise !



l'or des chambres 04/12/2010 22:03



Oh zut... Bon, reporter, impossible parce que je l'ai déjà commençé... La meilleure chose c'est de se prévoir une autre lecture commune, mais pas avant le mois de février, qu'en penses tu ? Tu
viendras voir sur ma PAL ce que nous avons en commun


Bon week end Choco



Choco 06/12/2010 21:40



Je te dirais bien que tu peux reporter ton billet mais comme je ne sais pas du tout quand je pourrais m'y mettre...


je suis vraiment désolée, j'ai 2 partenariat à lire, pas mal de livres voyageurs qui trainent depuis trop lgtps et je rentre dans une période intense côté boulot...


Pardon L'or !



Mo' la fée 04/12/2010 14:49



arff, j'ai mis un lien sous "Magnifiques" mais il n'apparait pas : c'est
ici



Choco 06/12/2010 21:36



oui très belle planche ! Je te signale que ton billet est en lien à la fin du mien ;)



Mo' la fée 04/12/2010 14:48



mdr... c'est vrai que 1500 pages... ça peut rebuter ^^ Ensuite, tout le monde reproche à la BD de ne pas approfondir assez les choses, que les récits se lisent trop vite, que blablabla ^^... il
n'y a pas tant de récits que ça qui creusent à fond les personnages et quand c'est le cas... on fait la fine bouche !! Pffff.


Je me suis ennuyée au premier tome, je ne vais pas mentir, ça m'avait fait regretter d'avoir acheter la trilogie complète. Mais bon. Quitte à l'avoir sous la main, j'étais entrée à contre-coeur
dans le tome 2 et c'est là que l'accroche s'est faite. On ne va pas vanter les mérites du rythme du récit qui est bien lent, mais l'évoltuion des personnages est intéressante. En plus, si on
resitue l'oeuvre dans son contexte historique, on se dit que tout de même, cet auteur était audacieux d'aborder un tel thème dans une société japonaise très attachées aux valeurs familiales (le
concubinage était très mal perçu au Japon à cette époque). J'ai trouvé les personnages touchants, surtout la jeune femme que l'on accompagne la majeure partie du récit. Mais les questions de ce
jeune couple n'ont pas pris de rides et, si on élude les passages un peu "fleur bleue" par moment, on peut tout à fait les transposer aux questions des jeunes concubins français de notre époque.
Pour finir, je crois que ce qui a fait que j'ai accroché avec cette histoire, ce sont les dessins de Kamimura. Magnifiques ! Bref, il y a des albums qu'on lit et qu'on oublie aussitot et d'autres qui laissent une trace et des
souvenirs. Ce triptyque fait, pour moi, partie de la seconde catégorie.


Vàlà, long blala ^^ Même principe que pour Toppi : on dit que c'est bien et on n'essuye que réticences


 



Choco 06/12/2010 21:35



ah c'est sur, ça creuse les personnages... même s'il ne se passe pas grand chose ^^


Ton avis me rassure pour la suite. J'avais bien capté la portée historique du récit mais les voir évoluer sur la longueur va devenir intéressant donc.


Je ne pense pas que la série m'emportera comme toi et me laissera un souvenir mémorable à jamais mais bon... tout le monde ne peut pas être à la hauteur de Toppi...



Humeur

Le 26 Août 2013 :
Le grenier de choco n'est plus...
Ce blog sera à terme supprimé.
Suivez moi désormais sur :

 

Rechercher