Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juillet 2011 4 07 /07 /juillet /2011 07:00

quand-nous-etions-orphelins-01-copie-1.jpg

Christopher Banks est un jeune anglais qui a grandi à Shanghai. Il vivait sur la concession internationale avec ses parents jusqu'au jour où son père disparu subitement. Quelques mois plus tard, c'est au tour de sa mère de s'évaporer. Toutes les enquêtes de police furent vaines et Christopher fut finalement envoyé en Angleterre où il habitera un pensionnat. Orphelin, il grandit avec le secret espoir de devenir un grand détective et de retrouver ses parents.

Au début de ce roman, nous retrouvons un Christopher adulte , 15 ans plus tard, commence tout juste sa carrière de détective. Devenu le tuteur d'une jeune orpheline dont il s'occupe avec beaucoup d'affection, il décide pourtant de la laisser un temps pour retourner à Shanghai. Fort de quelques succès d'enquête, il espère bien une nouvelle fois mener à bien ce mystère qu'est la disparition de ses parents, persuadé qu'on les détient prisonniers depuis toutes ces années.

 

Ce retour à Shanghai est l'occasion pour le détective de se replonger dans ses souvenirs d'enfance. Le lecteur découvre ainsi la vie shanghaïenne de ce début du 20ème siècle où le territoire était sous autorité britannique. Le père de Christopher est diplomate et fort absorbé par ses affaires. Sa femme, elle, s'engage contre le trafic d'opium et cherche à convertir ses amies. Christopher grandit dans cette aristocratie anglaise de bon ton et évoque avec nostalgie ses jeux avec son meilleur ami Akira, un petit japonais.

Il relate la période de disparition de ses parents, les sensations et les faits qui prennent sens avec la maturité. Il évoque également son éducation à Cambridge, ses relations mondaines et sa rencontre avec Sarah Hemmings.

Ses retrouvailles avec la ville de son enfance sont pourtant quelque peu perturbé : la ville est touchée par la guerre entre la Chine et le Japon et les échos des combats s'élèvent au loin. La menace n'empêche pourtant pas toute cette coterie de continuer à vivre avec insouciance et à se retrouver dans les soirées et les bals qui rythment la vie des occidentaux. Jouissant de ses réjouissances, Christopher mène de front son enquête sur la disparition de ses parents mais les éléments sont minces.  S'accrochant à de supposées pistes, les retrouver devient vite une obsession qui guidera notre détective jusque sur les lignes guerrières. Pour le meilleur ou pour le pire ?

 

quand-nous-etions-orphelins-02.jpgShanghai dans les années 30

 

Quand nous étions orphelins plonge littéralement le lecteur à une autre époque. L'auteur décrit admirablement bien l'ambiance de toute une époque. Par l'intermédiaire des souvenirs de Christopher, il livre un portrait fort réaliste de Londres et de Shanghai plus particulièrement.

La découverte d'un pan de l'histoire shanghaïenne, des conditions de la colonisation britannique est plutôt passionnante et révèle tout une critique de l'auteur sur l'attitude des anglais de l'époque.

 

" Ici, au cœur du maelström qui menace d'engloutir la totalité du monde civilisé, je ne découvre qu'une pathétique conspiration du déni, un déni de responsabilité qui a tourné à l'aigre et se manifeste dans les attitudes pompeusement défensives que j'ai rencontrées si souvent. Et je la voyais devant moi, maintenant, la prétendue élite de Shanghai, traitant par le plus complet mépris les souffrances de ses voisins chinois de l'autre côté du canal. "

 

quand-nous-etions-orphelins-03.jpgMélangeant plusieurs genre, roman d'époque, récit d'initiation, roman policier, le récit alterne continuellement entre passé et présent, entre une enfance idéalisé et un shanghai en déliquescence, donnant du rythme à une histoire où il se passe finalement peu de choses.

Ce titre est ma première rencontre avec Ishiguro et je dois dire que j'ai été au début fort déstabilisé par son style d'écriture et/ou du langage qu'il attribue à ses personnages. La langue est très stylisée, les phrases comportent de nombreuses formulations alambiquées qui du coup, accentue le côté nostalgique et désuet de l'histoire.

De fait, j'ai eu un peu de mal à rentrer dans cette enquête qui n'en est pas tout à fait une. Heureusement l'intrigue monte en puissance au fur et à mesure et a finit par me happer quand l'histoire tourne à l'avantage des obsessions de Christopher. Les faits importants sont distillés le long du récit, presque noyés dans des élements de moindre importance. Et c'est peut-être cela qui m'a gênée. Le roman traîne un peu en longueur. On attend des réponses quant à l'enquête sur les parents pour finalement découvrir que l'important n'est peut-être pas là. Le personnage de Christopher est troublant, d'apparence équilibré, il se révèle finalement très perturbé par la disparition de ses parents et semble s'être construit une vie basé sur des souvenirs plus ou moins vrais.

Je reconnais avoir fini par apprécier cette histoire qui se termine de manière forte mais mon avis reste néanmoins en demi-teinte.C'est un roman dont je reconnais les qualités d'écriture. dont j'ai aimé le portrait psychologique qui se dresse peu à peu du héros, dont j'ai apprécié la portée historique. Mais au final, c'est un roman qui m'a quelque peu laissée de marbre... Un roman étrange donc ! J'ai l'impression d'être passée à côté... Lu à un mauvais moment peut-être ? Il va me falloir retenter avec Ishiguro pour avoir un avis définitif sur l'auteur.

 

"Notre destin, à nous et à nos semblables, est d'affronter le monde comme les orphelins que nous sommes, pourchassant au fil de longues années les ombres de parents évanouis. A cela, il n'est d'autre remède qu'essayer de mener nos missions à leur fin, du mieux que nous le pouvons, car aussi longtemps que nous n'y sommes pas parvenus, la quiétude nous est refusée."

 

quand-nous-etions-orphelins-04.jpg

D'autres avis :

Manu - Ys - Nanne - Papillon -

 

 

Quand nous étions orphelins

Kazuo Ishiguro

Parution anglaise : 2000

Editions Calmann-Lévy - 2001 - épuisé

Editions 10/18 - 2002 - 383 pages - épuisé

Editions Folio - 2009 - 512 pages - 7,80€


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Karine:) 13/07/2011 04:20



aaaah dommage... J'ai aimé tout ce que j'ai lu d'Ishiguro.  Je ne sais pas si je tenterai celui-ci, par contre. 



Choco 14/07/2011 17:18



Je ne sais pas s'il faut malgré tout faire l'impasse, il a tout de même des qualités ! :)



zarline 11/07/2011 12:47



Toujours pas découvert Ishiguro mais ce n'est pas l'envie qui manque. J'en ai un dans ma PAL mais alors lequel... Never Let Me Go sauf erreur. Je note qu'il est préférable de ne pas commencer par
ce Quand nous étions orpherlins qui a l'air d'avoir plus diviser que d'autres.



Choco 12/07/2011 01:18



Oui, je n'ai peut-être pas commencé par le bon, peut-être faut-il être connaître un peu l'auteur... Tant pis ! Je poursuivrais ma découverte quand même !



niki 09/07/2011 17:38



christopher est quelqu'un de très complexe et tourmenté, il a un côté agaçant par son "inertie" mais c'est aussi le cas du butler dans "remains of the day"


tous les personnages de cet auteur sont en attente, généralement, c'est ce que j'aime car je suis un peu comme cela moi aussi, quitte à me casser le nez devant la réalité



Choco 09/07/2011 18:29



Oui je crois que c'est ce côté inertie qui m'a gêné car les perso tourmentés sont souvent intéressants. Par contre, si les héros de Ishiguro sont du même genre, tu me fais peur ! Ptet parce que
moi, je fonce dans le tas plutôt que d'attendre !



Nanne 09/07/2011 17:29



C'est un roman d'Ishiguro qui m'a réellement emballé ... Cette lecture a été un moment de bonheur littéraire comme on en ressent peu ! Mais il faut reconnaître que le style de l'auteur et le
thème abordé en font un roman multiforme et complexe. Dans tous les cas, un auteur à découvrir pour cette qualité d'écriture unique !



Choco 09/07/2011 17:34



Je n'y ai pas pris beaucoup de plaisir mais en même temps, je reconnais la qualité d'écriture. Je pense réitérer de toute manière avec l'auteur pour avoir une opinion définitve !



niki 08/07/2011 17:10



j'avais beaucoup aimé ce roman - lu à sa sortie 



Choco 09/07/2011 16:38



Oui, je suis en retard dans ma découverte !



Humeur

Le 26 Août 2013 :
Le grenier de choco n'est plus...
Ce blog sera à terme supprimé.
Suivez moi désormais sur :

 

Rechercher