Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 juin 2011 5 24 /06 /juin /2011 23:55

endroit-discret-01.jpg

Tsunéo Asai, employé du ministère de l'Agriculture, est en plein déplacement professionnel à Kobe. Mais un coup de fil soudain lui apprend le décès de Eiko, son épouse. L'homme revient vers ses supérieurs et les accompagne encore un petit moment avant de réussir à se libérer. De retour à Tokyo, il découvre les circonstances de sa mort. Fragile du coeur, Eiko aurait eu une attaque avant de succomber. Cependant, le lieu de son décès (un quartier qu'elle n'avait pas l'habitude de fréquenter et où elle n'avait aucune connaissance ; un magasin de produits de beauté de luxe trop loin de chez elle pour mériter un tel déplacement) ne lasse pas d'intriguer son époux qui trouve décidemment très surprenant sa présence dans ce quartier. Ce dernier va faire des recherches et enquêter à sa façon afin d'en savoir plus. Quant il découvre que le quartier où Eiko est morte comporte de nombreuses maisons de rendez-vous, Asai ignore que le chemin où il s'engage va le mener au drame...

 

"Un endroit secret" est un polar à la japonaise : ne cherchez pas de suspense trépidant, de meurtrier sanguinaire qui fait subir les pires atrocités à ses victimes. Il y aura du sang certes mais ici, c'est plutôt la psychologie du personnage qui est mise en avant. Car ce qui est important, c'est plutôt le contexte et les raisons sociales qui entrainent ces crimes.


Tsunéo Asai est un petit fonctionnaire qui ne fait pas de vagues mais espère malgré tout que son fort investissement professionnel sera un jour récompensé. Très respectueux des manières et de la politesse inhérente à la culture japonaise, il se laisse à peine troubler par le décès de sa femme pour mieux continuer à remplir ses obligations. Pourtant Eiko n'était peut-être pas la femme qu'il croyait et son mari s'aperçoit qu'il la connaissait finalement assez mal. Il s'intéressait peu à ses activités (haikus, peinture, ...) et ils n'avaient plus de rapports sexuels depuis sa première attaque cardiaque.

Asai va devenir petit à petit complètement obnubilé par ses recherches sur le décès d'Eiko. Le roman monte en puissance petit à petit, en parallèle avec les sentiments du héros avant d'aboutir à un drame inattendu mais à la fois inévitable.

 

"Asai n'avait pas aimé Eiko au point ressentir aussi profondément le choc de samort. Il eprouvait plutôt de la colère envers celle qui l'avait trahi (...spoiler) ,il ne pouvait se résoudre à laisser les choses en l'état sans réagir.(...) Asai ne voulait pas rendre la pareille à son adversaire parce qu'il s'était joué de sa femme, mais plutôt se venger lui-même. "

 

Matsumoto dresse avec Tsunéo un très intéressant portrait psychologique. Cet homme travailleur qui ne prêtait que peu attention à sa femme et pour qui seul le travail compte va évoluer au fil des pages pour devenir un être impulsif et irresponsable, qui va délaisser ses obligations.  Cet homme carriériste et respectueux des codes va voir son univers bien ordonné s'effondrer.

L'insensibilité dont il fait preuve est plutôt choquante pour nous, occidentaux. La politesse et les convenances imposées par l'éthique japonaise sont des valeurs fortes qu'un homme se doit de respecter. Mais ce sont également des valeurs oppressantes qui peuvent conduire à des extrémités graves. Le déshonneur est une atteinte telle qu'il peut provoquer

Et c'est bien ce que l'auteur veut dénoncer ici : les contraintes et les responsabilités trop lourdes que l'on fait peser sur chaque homme. A la fois victime de ses actes et de la société dont laquelle il vit, Tsunéo est le parfait reflet d'une population, embourbée dans ses convenances et ses contradictions et qui ne réussit à s'en sortir qu'en se faisant violence à soi-même ou aux autres.

 

" Un endroit discret" s'avère tendre vers le polar social à la japonaise. Pas de rebondissements tonitruants, une tension progressive qui se termine sur un très beau coup de théâtre non dénué d'ironie, un personnage très étudié qui permet de découvrir les dessous de la culture japonaise : les paysages japonais, les convenances sociales, les relations amoureuses et conjugales, le monde du travail. On passera sur les déductions parfois un peu trop tirées par les cheveux du mari pour découvrir un très bon roman que je vous recommande !

 

endroit-discret-02.jpg

 

Une citation prémonitoire à noter :

 

" Asai avait ouvert une revue achetée au kiosque. Il y avait une page spéciale intitulée :

<<En cas de grand tremblement de terre, combien de personnes mourraient à Tokyo ?>>

Asai réalisa alors que cinqu jours plus tard on serait le 1er Septembre. Chaque année à l'approche de l'anniversaire du grand tremblement de terre du Kantô de 1923, il y avait toujours un journal ou un magazine pour publier ce genre d'article.(...)

<<Le séisme qui a eu lieu le 1er septembre de la douzième année de l'ère Taishô a atteint à Tolyo une magnitude de 7,9. D'intensité 6. A ce moment-là, il y a eu soixante mille morts. Il y a eu plus de morts dans les incendies que dans les décombres. Actuellement, la population de 'agglomération de Tokyo est de douze million d'habitants, à peu près le triple de ce qu'elle représentait en 1923. Dans le Tokyo d'aujourd'hui, les gratte-ciel se bousculent, des océans de maisons pressées les unes contre els autres cernent les grands ensembles, et tout cela s'étend à l'infini. Supposons que, par malheur, il s'y produise un séisme de la même magnitude que celui de 1923, combien feraut-il de victimes ? (...) "

 

D'autres avis :

Virginie - Le vent sombre (attention spoiler dans les 5 dernières lignes) - Littératurejaponaise -

 

 

 

"Un endroit discret"

MATSUMOTO Seichô

1ère édition japonaise : 1983

Editions Actes Sud, Actes noirs

Novembre 2010 - 215 pages - 18,80€

 

 

challenge In the mood for Japan

quinzaine nippone

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Jour 5 :

 

Retrouvez d'autres nipponeries chez :

 

Jérome présente un bel album jeunesse "les grenouilles samourais de l''étang des genjis"

Monsieur Happy de même avec "Un amour de ballon"

Ankya nous évade avec le "Japon, 365 us et coutumes "

Emma débute la série du poids des secrets, de Shimazaki.

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Choco - dans Polar
commenter cet article

commentaires

Joelle 04/08/2011 11:04



C'est chouette de voir qu'Actes Sud se lance dans le polar japonais après avoir écumé les poiars nordiques :) C'est noté !



Choco 05/08/2011 01:03



Il n'y a pas des tonnes de titres (genre 3-4) mais ils m'ont l'air vraiment de qualité !



mrs pepys 25/06/2011 15:56



Ma deuxième contribution à la quinzaine nippone : Un voyage au Japon : http://salondemrspepys.over-blog.com/article-un-voyage-au-japon-77767184.html.



Choco 25/06/2011 20:41



C'est noté ! Un livre que j'aimerais bien découvrir ! :)



emmyne 25/06/2011 14:05



Il me tentait bien celui-ci  ( entre toi et Virginie, la littérature japonaise entre en force chez moi  ) et
finalement j'ai pris Tokyo Express, un classique incontournable qu'elle m'a dit la dame !



Choco 25/06/2011 20:38



gniark gnairk ! la théorie du complot ^^


Je ne l'ai pas lu mais oui Tokyo express est un incontournable :)



Kathel 25/06/2011 09:08



Coucou Choco, j'ai réussi à participer à ta quinzaine nippone !


http://lettres-expres.over-blog.com/article-yoko-ogawa-les-tendres-plaintes-77739217.html


Bon week-end !



Choco 25/06/2011 12:47



ouah ! Ben tu vois :) Merci Kathel !



mango 25/06/2011 07:42



Je retiens ce titre. Je n'ai encore jamais lu de polar à la japonaise. 



Choco 25/06/2011 12:47



Je le trouve très intéressant, bien éloigné des thrillers qui ont la côte. L'arrière-plan social est très souvent critiqué et mis en valeur !



Humeur

Le 26 Août 2013 :
Le grenier de choco n'est plus...
Ce blog sera à terme supprimé.
Suivez moi désormais sur :

 

Rechercher