Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juin 2010 5 04 /06 /juin /2010 23:45

 

sur les chemins de chine 1

 

 

Auteur : Clara Arnaud

Editeur : Gaïa
Date de parution : Avril 2010
Prix : 20 Euros

  243 pages

 

 

 

Je vous parlais il y a peu d'Elodie Bernard, une jeune femme qui pénétra illégalement au Tibet et en rapporta un chouette récit : Le vol du Paon mène à Lhassa.

 


 

La période étant riche en récits de voyageuses, j'ai poursuivi sur ma lancée avec celui de Clara Arnaud.

C'est à l'age de 21 ans que la jeune fille est partie en Chine pour réaliser son rêve : traverser l'ouest de la Chine en compagnie de chevaux. Fascinée par ce pays, elle a commencé à apprendre le mandarin dès l'age de 15 ans. Et c'est en 2008, qu'elle décide de sauter le pas.

 

sur-les-chemins-de-chine-4.jpg

 

Après quelques jours passés à l'université de Xian, elle se lance dans son périple et part dans le Xinjiang. Elle se procure un cheval de bat et s'enfonce en pays ouïghour. La population est chaleureuse et les invitations nombreuses. Mais bientôt la surveillance chinoise la rattrape et là voilà prié de partir...

Elle atteint alors en train les hauts plateaux tibétains et se met en quête une fois de plus de chevaux de bât qui pourront lui permettre de cheminer en tout indépendance. Eole et Zephyr seront ses compagnons de route et là voici seule avec elle-même pour aller au bout de son objectif.

 

sur-les-chemins-de-chine-3.JPGClara s'astreint à une marche harassante sur une terre désolée où l'herbe qui nourrit les animaux a du mal à pousser. Les villages sont plus difficiles d'accès et souvent situés à plus de 4000 mètres d'altitude. Car ce voyage est aussi en quelque sorte un exploit physique.

Pourtant peu importe la difficulté, Clara multipliera les rencontres, plus variées les unes que les autres.

Une étrangère passe rarement inaperçue, surtout lorsqu'elle est seule et accompagnée de 2 précieux chevaux. Chevaux, qui en demandant soins et nourritures, favorisent les contacts et permettent à Clara de se déplacer en tout indépendance.

 

Une jeune femme qui part seule, en Chine et au Tibet, à l'époque des jeux olympiques : impossible de ne pas faire la comparaison avec Elodie Bernard. Si cette dernière nous faisait amplement part de ses rencontres, du contexte politique, des implications de la répression chinoise dans le quotidien de ses habitants, Clara est pour sa part, beaucoup plus tournée vers les répercutions intérieures que ce voyage provoque en elle.

Partie pour aller à la rencontre de ce pays rêvé et fantasmé, Clara reconnaitra que pénétrer l'âme de son peuple lui est impossible.


sur les chemins de chine 2

Partie pour un chemin difficile, elle apprendra à reconnaitre ses faiblesses physiques et morales, à renoncer quand la route s'avère trop dangereuse ou à aller au delà de sa lassitude. Elle devra faire face à la solitude écrasante

 

" Aussitôt arrivées, je sens la solitude s'abattre sur moi. La Chine me replonge dans mes vieux démons : l'angoisse, la solitude, le sentiment de fragilité. J'ai beau craindre ces longs mois en tête avec moi-même, je sens qu'au bout la sérénité sera là. Je sens que derrière la panique se niche une paix profonde, celle de celui qui a su faire face à ses faiblesses. "

 

Si les problèmes politiques sont évoqués, le voyage de Clara est surtout intérieur. Elle n'hésitera pas à parler de ses déceptions, de ses attentes déçues, de rencontres magiques et inattendues. Elle réfléchira sur elle-même, ses peurs, la vie et la mort.

 

Je ne vous cacherais pas que j'ai préféré Le vol du Paon mène à Lhassa au récit de Clara. Très tournée vers son propre ressenti, son récit ne nous fait effectivement pas assez pénétrer dans le coeur des gens qu'elle rencontre et dont les échanges sont assez peu rapportés.

Son quotidien avec les chevaux est constamment sous-jaçent et elle parle assez peu finalement du rapport qu'elle a créé avec eux. En tant qu'amoureuse des chevaux, j'aurais aimé qu'ils soient plus présents.

Son style d'écriture est trop écrit, trop travaillé malgré de nombreux passages qui dénotent une véritable plume, digne des grands écrivains voyageurs.

 

Malgré ces quelques bémols, je vous encourage à découvrir ce récit de voyage très intéressant, surprenant de la part d'une jeune fille de cet age-là.


Extraits :


" Le désir de voyage naît de l'émotion brute que procure la contemplation des éléments : une ombre sur la route, une lumière à travers les branchages, un souffle de vent. Qu'est le voyage, sinon cet espace de liberté dans lequel un individu peut assouvir un temps donné sa réceptivité aux détails du monde, ceux qui perdent leur sens dans un quotidien soumis aux exigences de la rentabilité. "


" Avant de vous révéler ses secrets, la route vous encrasse, vous ôte du corps cette pellicule de propreté, dilue dans la saleté la contenance des quotidiens ordinaires. "


" Alors que le temps court, que les jours, les semaines et les mois se succèdent, que les paysages défilent, j'ai l'étrange sensation de ne pas avoir encore satisfait mes espérances. Le sentiment que le but profond de mon entreprise est souvent noyé sous des objectifs matériels, et bien moins fondamentaux. J'ai pris la route pour tenter d'approcher la vie d'une autre manière, voir le monde à hauteur d'homme, de ceux mêmes dont je dresse les portraits dans les petits cahiers de cuir noir qui m'accompagnent partout. Je ressens encore en moi, criants, les désirs, les passions, l'urgence à vivre et la précipitation dans l'action. Je ressens encore cette avidité face à la vie qui est mon moteur, mais sonnera aussi mon glas. Je sais de mieux en mieux définir cependant ce à quoi j'aspire. J'aspire à ce calme intérieur qui transpire dans chacun des gestes des gens heureux. (...) Oui je sais ce à quoi j'aspire, et je mesure le chemin à parcourir, plus difficile que celui que j'arpente de mes pas. "

 

 


Clara a tenu un blog pendant son voyage où vous pouvez trouver récit et photos :

http://lachinecheminfaisant.blogspot.com/

 

 Vous trouverez également ici une interview écrite de l'auteur

et ci dessous une petite interview vidéo où Clara parle de son voyage.

 


 

 

 

 


J'ai eu la grande chance d'avoir pu rencontrer Clara Arnaud et Elodie Bernard à La Comédie du Livre.

Et c'est très étonnant de voir à quel point leurs écrits leur ressemble...

Mais ceci est une autre histoire dont je vous parlerais très prochainement !

 


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Tiphanya 03/09/2010 16:51



Je viens de le finir (j'ai programmé ma critique pour lundi prochain) et au final je suis 100% d'accord avec toi.


D'un autre côté elle est jeune et c'est son premier récit de voyage. Je pense qu'il faut attendre qu'elle se frotte un peu plus au monde et à l'écriture.


Par contre je l'ai régulièrement trouvé ethnocentrique et j'ai eu un peu de mal avec ça. Ce n'est jamais explique, mais plutôt sous-jacent dans pas mal de ces descriptions sur la vie sur le
plateau tibétain.


En tout cas je note la référence de l'autre récit. En ce moment je suis en pleine période "récit de voyage".



Choco 03/09/2010 22:01



Ah ! Je suis contente de pouvoir lire un autre avis de blogueur ! J'ai hate ! Surtout si tu l'as analysé comme moi.


J'en avais discuté avec elle et elle reconnait elle-même que c'était un premier écrit plus centré sur elle-même, que depuis elle a évolué et que donc ses prochains textes seront différents. A
suivre donc !


JE ne peux que t'inciter à découvrir celui que tu déjà repéré !



zarline 02/07/2010 09:46



Les réflexions sur le voyage ne me gênent pas trop chez Bouvier, j'ai même adoré Le poisson scorpion qui n'est pas vraiment un récit de voyage. En fait, je crois que je peine sur le sujet de la
spiritualité et des religions. Je dois être une grand cartésienne



Choco 03/07/2010 00:11



Si ça peut te rassurer, Clara n'est pas trop tombé dans la spiritualité et la religion...


Une cartésienne voyageuse... c'est rigolo en tout cas !



zarline 30/06/2010 10:53



Je vide peu à peu mon GR et je découvre enfin ton artcle. Voyage à cheval, ça fait bien sûr tilt chez moi mais le souffle est ensuite retombé. Je crois que je vais plutôt me tourner vers le récit
d'Elodie Bernard si ce titre est trop introspectif et spirituel, un aspect qui me gêne déjà un peu chez Ella Maillart, Peter Matthiessen ou Alexandra David Néel. Je préfère les récits de voyage,
plus centrés sur l'aventure en elle-même type Paul Theroux et Nicolas Bouvier.



Choco 01/07/2010 23:29



chez moi aussi, ça a fait tilt 


Par contre, j'aime bien les 2 types de récits. Ce qui est étonnant, c'est que pour moi Bouvier n'est pas centré sur le voyage même. Il a de nombreuses réflexions sur le sens du voyage qui se
rapprochent finalement d'un aspect introspectif.



Lounima 08/06/2010 06:33



Quel périple ! Cependant, je pense que je vais plutôt retenir "Le vol du Paon mène à Lhassa" car je suis plus
intéressée par la rencontre des personnes qu'une rencontre intérieure... ;-)



Choco 08/06/2010 20:56



Les 2 se complètent en un sens. Leur approche et leur écriture sont très différentes. Bref, à lire après Le vol du paon, peut-être !



Aifelle 07/06/2010 06:53



Je peux essayer d'y penser pour toi, je ne promets rien, je serai dans les valises, je pars le lendemain matin. Si tu la rates, tu peux toujours l'écouter sur le site de France Culture pendant
une semaine



Choco 08/06/2010 13:39



Ah, ben si on peut l'écouter en podcast, je crois que ça sera beaucoup plus simple !!


Merci pour le bon plan !


(mais sinon, tu pars où ?)



Humeur

Le 26 Août 2013 :
Le grenier de choco n'est plus...
Ce blog sera à terme supprimé.
Suivez moi désormais sur :

 

Rechercher