Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 juin 2011 2 28 /06 /juin /2011 07:00

 

voyage-vers-les-etoiles-01.jpgVoyage vers les étoiles regroupe 2 nouvelles : Celle qui donne son titre au recueil et Un spécimen transparent.

 

Le livre s'ouvre sur Un spécimen transparent où on découvre l'histoire de Kenshiro. Kenshiro travaille dans un hôpital universitaire et occupe un poste fort méprisé.


"Sa profession était méprisée et détestée par les gens. Il aimait se retrouver seul pour cette tâche ignoble, et éprouvait même une certaine assurance à se vautrer dans le mépris des autres qu'il ressentait."

 

A 60 ans, sa fonction a souvent été un frein à sa vie sentimentale, ses compagnes ne la supportant pas. Aujourd'hui, Kenshiro garde le secret sur son métier et s'est finalement marié à Tokiko, femme de 40 ans qui s'est unie par pauvreté et par complaisance pour offrir des éudes à sa fille. Mais quel est donc son travail, me direz-vous ! Kenshiro s'occupe de fabriquer des squelettes d'étude. Pour celà, il doit effectuer une série de tâches ingrates et quelque peu ragoûtantes : on lui confie des corps en décomposition avancée qu'il doit désarticuler, puis en extraire les chairs pour libérer les os et enfin traiter les os pour les blanchir et recomposer en squelette.

Un travail très particullier donc qui passionne pourtant Kenshiro, fasciné par la beauté des os au point d'avoir le rêve secret de fabriquer un squelette à la transparence parfaite.

 

" Lorsque l’autobus s’arrêtait aux croisements, une légère ondulation se propageait de passager en passager. Chaque fois, Kenshiro qui avait les nerfs à fleur de peau se focalisait sur le corps de la jeune femme qui se tenait à ses côtés […] il lui semblait que les os du bassin sur lequel la jupe était tendue étaient hérissés comme les piquants d'une carapace d'araignée de mer. Profitant des oscillations du châssis, « Kenshiro » tentait subrepticement de la frôler. C’était son habitude matinale de se rapprocher des femmes dans l’autobus qui le conduisait à son travail. (...) Son seul but était la forme des os qu'il sentait pointer à travers les vêtements. "

 

Une passion quelque peu morbide qui semble avoir son origine chez son beau-père :

 

" [Kenshiro] n’avait pas pu oublier la magnifique couleur des os sculptés par son beau-père, que les policiers lui avaient mis si souvent sous le nez […] Quand on les lui avait mis dans la main, il avait pris conscience de leur légèreté et de leur douceur incroyable, et de la couleur luisante de l’os. "


Kenshiro effectue donc des expériences pour atteindre cet état de transparence mais la difficulté de se procurer un cadavre frais (destiné aux prélèvements d'organes) est un frein à son ultime but...

 

Voilà donc une histoire bien macabre où Yoshimura décrit avec une écriture froide et précise la folie d'un homme obsédé par les os. Une passion bizarre qui touche presque au fétichisme et se déploit petit à petit avec un malaise certain dans cette nouvelle au goût de cendre qui n'épargne pas son lecteur. L'auteur ne juge pas ses personnages et reste en retrait, faisant le portrait d'un homme glacial et silencieux qui préfère s'épanouir auprès des cadavres plutôt que des vivants.

 

voyage-vers-les-etoiles-02.jpg

 

Voyage dans les étoiles tourne également autour de la mort mais est quelque peu différent.Keishi, après avoir été un élève assidu, a arrêté d'aller en cours un peu hasard.

 

" A cette époque, même s'il partait de chez lui le matin pour aller à la gare, la vue des trains bondés lui enlevant tout désir d'y monter, il avait perdu l'habitude de fréquenter son école préparatoire. Sans but, il prenait le train ou l'autobus, errait dans des quartiers inconnus, se laissait aller au sommeil sur les bancs des jardins publics."


Un ennui profond le gagne et bientôt il rencontre un groupe de jeunes aux mêmes aspirations qui a hissé le désoeuvrement en art de vivre.

 

Leur activité commune était de regarder fréquemment la progression des aiguilles sur leurs montres »

 

 

Jusqu'au jour où l'un d'eux fait une proposition :  " Et si on mourait ? "

Voilà donc notre bande de 5 partie en camion pour une destination fatale qui devrait les emmener vers les étoiles...

 

Inspiré d'un fait réel, Yoshimura s'attaque ici au suicide des jeunes. Touchés par un profond ennui, ne sachant plus vraiment ce dont ils ont envie et quel plaisir ils peuvent retirer de la vie, ces adolescents choisissent une solution radicale qui peut paraitre excessive. Il leur est devenu "intolérable de continuer à vivre" et en même temps, aucun évènement douloureux ne leur les avoir atteint spécialement. Un choix simple mais qui, malgré tout, ne supprime pas la peur et les interrogations face à la mort. Faute de trouver leur place dans une société qu'ils ne comprennent pas et où l'avenir leur parait aussi morne que le présent, ces jeunes qu'on voit pourtant vivre et apprécier leurs derniers instants se sauveront de l'ennui à leur façon.

 

Vous l'aurez noté, nous retrouvons ici une des thématiques préférées de Yoshimura : la mort. Les lecteurs de La jeune fille suppliciée sur une étagère, de  Naufrages ou d'  Un été en vêtements de deuil ne s'étonneront pas de la retrouver une fois encore dans ce recueil de grande qualité. L'auteur montre un détachement désarmant vis à vis de ses personnages pour lesquels il ne montre aucun parti-pris. Il se contente de décrire d'une écriture ciselée et sans fioriture les faits. Un style simple, des thématiques dérangeantes mais qui laisse comme un goût de poésie morbide dans la tête.

 

On va encore dire que j'aime les bizarreries mais ce recueil est un coup de coeur ! Les amateurs l'apprécieront tout autant ! 

 

D'autres avis :

Mrs Pepys - Orient extrême -

 

Voyage vers les étoiles

YOSHIMURA Akira

1ère édition japonaise : 1974

Editions Actes Sud

Octobre 2006 - 151 pages - 16€

 

 

challenge In the mood for Japanquinzaine nipponeJour 9 :

 

Vous pouvez découvrir chez :

 

 

Emmyne nous explique ce qu'est un Daruma.

The Bursar attaque le premier tome du manga Bakuman.

Monsieur Happy nous parle d'une "maman pour Choco" !

Emma est arrivée à Tsubame

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Tulisquoi 28/06/2011 21:09



Comme j'ai aimé les 2 romans de cet auteur lus jusque maintenant, je note. J'aime bien aussi quand c'est bizarre :)



Choco 29/06/2011 00:49



Tu fais bien, tu vas être servi :)



Humeur

Le 26 Août 2013 :
Le grenier de choco n'est plus...
Ce blog sera à terme supprimé.
Suivez moi désormais sur :

 

Rechercher